Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Les racines du Mâle ! Érection de moustache en Une de Charlie Hebdo !
Publié le 

10 novembre 2017

Temps de lecture : 6 minutes
Accueil | Veille médias | Les racines du Mâle ! Érection de moustache en Une de Charlie Hebdo !

Les racines du Mâle ! Érection de moustache en Une de Charlie Hebdo !

Charlie a dit : Je Suis Pas Plenel. Et Médiapart révéle enfin une vraie affaire, dans la foulée de la Une de Charlie Hebdo consacrée aux aveuglements de Plenel : son être propre en tant que média idéologique. Une histoire d’arroseur arrosé et de pompier pyromane ? Une question loin d’être anodine au vu des accusations de viols portées à l’encontre de l’islamiste Ramadan, et du soutien souvent affiché à ce dernier par Edwy Plenel.

Fin octo­bre et début novem­bre 2017, en deux Unes de Char­lie Heb­do, le car­i­cat­ur­al tan­dem « islamo-lib­er­taire », selon l’heureuse expres­sion d’Henri Feng dans Causeur, Edwy Plenel / Tariq Ramadan est réap­paru sur le devant de la scène pour inve­stir tous les plateaux de télévi­sion et tous les stu­dios de radio, suite aux accu­sa­tions de vio­ls et d’abus sex­uels portées par au moins six femmes con­tre celui qui se dit islam­o­logue.

L’Axe Plenel-Ramadan n’a plus la trique

Le directeur de Médi­a­part, Edwy Plenel, est pris dans la tour­mente touchant un Tariq Ramadan dont il est proche, au moins intel­lectuelle­ment et idéologique­ment. Edwy Plenel, jusqu’alors plus habitué au rôle de pro­cureur général se retrou­ve dans le box des accusés, « dénon­cé » en Une de Char­lie Heb­do.

Edwy Plenel, jusqu’alors plus habitué au rôle de pro­cureur général se retrou­ve dans le box des accusés, « dénon­cé » en Une de Char­lie Heb­do, à la suite de celle con­sacrée par le même Char­lie Heb­do à Tariq Ramadan en érec­tion.

Le « spé­cial­iste » de l’Islam est réputé très influ­ent en France, tis­sant une toile depuis les années 1990, bien que moins fréquem­ment invité sur les plateaux depuis ses déc­la­ra­tions en faveur d’un « mora­toire sur la lap­i­da­tion des femmes adultères ». Favor­able à un Islam con­ser­va­teur, voire rig­oriste, Ramadan sem­ble, si les accu­sa­tions sont fondées, cou­tu­mi­er de pra­tiques sex­uelles dif­férentes de ses théories. Un Tariq Ramadan vis-à-vis duquel Edwy Plenel a affir­mé sa prox­im­ité de pen­sée, et avec lequel il s’est par­fois affiché, lors de con­férences et autres débats. En France comme au Qatar. Par exem­ple dans le cadre du CILE, le think tank offert à Ramadan par le Qatar comme tri­bune per­ma­nente et rémunérée à Doha. Un CILE qui con­tribue à la dif­fu­sion des thès­es de Yusuf al-Qaradawi, con­sid­éré comme le prin­ci­pal penseur de l’Islamisme rad­i­cal, favor­able à « une solu­tion islamique » en lieu et place des sociétés mod­ernes. Une « solu­tion » dans laque­lle la majorité des femmes se retrou­veraient dépen­dantes de mil­lions de petits Ramadan. L’expression « solu­tion islamique » attire l’oreille bien sûr, d’autant que Tariq Ramadan invite des per­son­nal­ités telles que l’historien Nor­man Finkel­stein dont les thès­es sur le « lob­by juif améri­cain » ont pu prêter à polémique. Un think tank qui con­vie aus­si Edwy Plenel lors de con­férences annuelles, dont les rémunéra­tions ne sont pas com­mu­niquées au pub­lic. Une prox­im­ité que le patron de Médi­a­part con­fir­mait en 2015 sur le plateau du Petit Jour­nal de Canal +, face à Yann Barthès. Et qu’il min­imise début novem­bre, de média en média.

Quelle défense de la part de Plenel ?

Plenel a été épinglé par des médias autres que Char­lie Heb­do comme faisant par­tie d’un « noy­au dur de l’islamosphère », ensem­ble qui selon Judith Wain­traub dans Le Figaro regroupe des agents d’influence d’un Islam dur en France, soupçon­né d’être au moins par défaut, par­fois active­ment, com­plice du développe­ment de l’islamisme rad­i­cal sur le sol français. Et donc, d’une cer­taine façon, de com­plic­ité avec l’ennemi en guerre con­tre la France. Ain­si, selon Nass­er Ram­dane Fer­radj, fon­da­teur du Col­lec­tif des musul­mans pro­gres­sistes et laïques, et ancien vice-prési­dent de SOS Racisme, Plenel « épouse la stratégie de l’islam poli­tique jusqu’à en devenir une pièce maîtresse pour son enracin­e­ment en France » (arti­cle de J. Wain­traub). En effet, Plenel et Médi­a­part défend­ent par exem­ple le voile islamique. Ces accu­sa­tions d’être un Cheval de Troie de l’islamisme rad­i­cal en France s’accentuent dans le sil­lage des accu­sa­tions de vio­ls portées à l’encontre de Tariq Ramadan, per­son­nal­ité islamiste la plus con­nue dans le pays. Aveu­gle­ment ou volon­té de ne pas voir ont pu ain­si être reprochés à Edwy Plenel et Médi­a­part. Et plus générale­ment d’avoir favorisé la parole d’un équiv­a­lent de Wein­stein. D’autant qu’un tweet de Plenel affir­mait que les reproches faits à Ramadan seraient du même ordre que ceux faits « aux prêtres pédophiles », com­para­i­son reprise sur BFM. C’est une par­tie de la défense de Plenel, ten­tant de mas­quer son rôle dans l’ambiance favor­able dont Ramadan a béné­fi­cié depuis trois décen­nies. L’autre par­tie con­siste à accuser. Les attaques con­tre Tariq Ramadan et la Une car­i­cat­u­rant le patron de Médi­a­part feraient par­tie « d’une cam­pagne plus générale que l’actuelle direc­tion de Char­lie Heb­do épouse, avec Mr Valls et d’autres, par­mi lesquels tous ceux qui suiv­ent Mr Valls, une gauche égarée, une gauche qui ne sait plus où elle est, alliée avec une droite voire une extrême droite iden­ti­taire, trou­ve n’importe quel pré­texte, n’importe quelle calom­nie pour en revenir à leur obses­sion, la guerre aux musul­mans, la dia­boli­sa­tion de tout ce qui con­cerne l’islam et les musul­mans ». Ain­si, lors de cette inter­view don­née le mer­cre­di 8 novem­bre à France info, Edwy Plenel con­sid­ère que les Unes de Char­lie Heb­do sont les out­ils d’une « guerre aux musul­mans ». Pas un mot lors de cet entre­tien au sujet des mineures, elles-mêmes musul­manes et peut-être abusées sex­uelle­ment. Par con­tre, Plenel enfonce le clou : « Les musul­mans de notre pays sont comme vous et moi. Ils sont sen­si­bles au droit des femmes, ils sont sen­si­bles aux lib­ertés, au respect de la per­son­ne humaine ». À écouter cette déc­la­ra­tion, il peut sem­bler que le déni de réal­ité qui car­ac­térise Plenel et Médi­a­part quant à l’islamisme rad­i­cal sautera aux yeux.

Une « défense honteuse » accentuée par Médiapart ?

C’est cette défense accen­tuée par un arti­cle paru le 6 novem­bre 2017 sur Médi­a­part, signé de François Bon­net et inti­t­ulé « Affaire Ramadan : la croisade des imbé­ciles », que Car­o­line Fourest par exem­ple qual­i­fie de « défense hon­teuse d’Edwy Plenel ». Une défense qui vise à mas­quer la prox­im­ité offerte à un prédi­ca­teur islamiste qui pour­rait s’avérer être un pré­da­teur sex­uel. Et der­rière Médi­a­part, le rôle joué par toute une gauche rad­i­cale, sorte d’idiote utile de l’islamisme rad­i­cal en France. Pays qui compte entre 200 et 300 morts dus à ce fanatisme. Médi­a­part : « Nous voilà la cible d’une cam­pagne nauséabonde où se retrou­vent la fachos­père, quelques jour­nal­istes, chroniqueurs et édi­to­crates, des respon­s­ables poli­tiques d’une par­tie de la gauche social­iste en ruines et de l’extrême droite ». La ligne de défense de Plenel sur France info. Le retour du « com­plot rouge brun » que Plenel met­tait sou­vent à la Une du Monde il y a bien­tôt 15 ans quand il en était le directeur, manière de faire du quo­ti­di­en du soir qui a été maintes fois démon­tée. Mais l’article va plus loin, indi­quant que « Sous cou­vert de défense de la laïc­ité, de lutte con­tre le ter­ror­isme et aujourd’hui de défense des femmes, les croisés de la dis­crim­i­na­tion, de la stig­ma­ti­sa­tion des musul­mans, les enragés de la réac­tion relan­cent leur chas­se aux sor­cières. Don­ald Trump a franchi l’Atlantique. Sur son mod­èle, voici les incen­di­aires qui chas­sent en meute, avec leurs jour­nal­istes à la Fox News, leurs fake news, leurs tweets injurieux ». Étant don­née la quan­tité d’amalgames à la ligne de la part d’un média qui se pré­tend pour­fend­eurs des amal­games, les cita­tions du même acabit se passent de com­men­taires et par­lent d’elles-mêmes. Ain­si : « Et au moment où les dis­po­si­tions de l’état d’urgence entrent dans la loi ordi­naire, ces nou­veaux mac­carthystes, qui ont tro­qué l’anticommunisme con­tre l’islamophobie, veu­lent créer un nou­veau délit. Un délit d’opinion (…) Celui d’être des com­plices ou « idiots utiles du ramadanisme ». Le reste de la défense ? L’article indique que Médi­a­part enquête sur l’affaire Ramadan et que c’est nor­mal puisque le média serait à l’avant-garde de la lutte con­tre le sex­isme, qu’il le fai­sait au moment de l’affaire DSK comme il l’a fait au sujet de Baupin, Baylet, Las­salle. Le sex­isme, c’est un phénomène inhérent au mâle blanc. C’est pourquoi Médi­a­part et Plenel ont des dif­fi­cultés à se posi­tion­ner devant l’écroulement du sim­u­lacre Ramadan, « sym­bole » de l’Islam reli­gion des opprimés et colonisés. En France. Pour Médi­a­part, la coloni­sa­tion est actuelle­ment tou­jours à l’œuvre en France.

Médiapart ? Victime de « la nouvelle Inquisition »

En une péri­ode où des tueurs mas­sacrent des Français de toutes les orig­ines dans les rues de Paris et de Navarre, évo­quer des référents chré­tiens en dit long sur la vision du monde qui est à l’œuvre dans l’arrière-boutique idéologique de Médi­a­part. Quand Ramadan serait, aux yeux de Plenel, com­pa­ra­ble à un curé pédophile sur Twit­ter et BFM, l’Inquisition frap­perait le média ! De fait, l’ensemble de la défense de Médi­a­part sem­ble avoir des relents d’obscurantisme. La sec­onde par­tie de l’article de François Bon­net prend la défense de Tariq Ramadan auquel ceux qui attaque­nt Plenel mèn­eraient « une guerre sans mer­ci » depuis 2003. Bien sûr, les accu­sa­tions con­tre l’islamiste Ramadan sont évo­quées, com­ment faire autrement ? Vite fait, bien fait. Ramadan serait vic­time d’une « cen­sure préal­able ». Qui sont les inquisi­teurs ? En gros, ceux qui ne sont pas d’accord avec Plenel et Ramadan, et qui en effet ne con­sid­èrent pas que la France est his­torique­ment musul­mane : Car­o­line Fourest, Renaud Dély, Pas­cal Bruck­n­er, Élis­a­beth Lévy, Alain Finkielkraut, Manuel Valls et Le Print­emps Répub­li­cain, con­sid­éré comme étant « un mou­ve­ment iden­ti­taire ». Pas d’amalgames, dit Médi­a­part d’habitude… Et l’article d’insister : en Tariq Ramadan, et Plenel en toile de fond, on veut faire taire « une voix qui dérange », avant de rap­pel­er une enquête en cinq par­ties, réal­isée par Médi­a­part en 2016. Une enquête qui aurait « démon­té la machine idéologique Ramadan ». La relire avec objec­tiv­ité et recul main­tenant mon­tre au con­traire qu’elle légitime avec com­plai­sance la voix de Ramadan, exacte­ment comme le fait la défense actuelle de Médi­a­part. Des défauts de marge sont évo­qués, mais c’est pour mieux présen­ter ce qu’il y aurait de posi­tif chez Ramadan, et pour mieux dén­i­gr­er les cri­tiques, ramenées automa­tique­ment à de « l’islamophobie ». Ce grand dan­ger, selon Médi­a­part, dont on ne voit cepen­dant tou­jours pas qu’elle tue sou­vent dans les rues de la République.

Pour­tant, Médi­a­part ne paraît pas se tromper seule­ment au sujet des prin­ci­paux dan­gers qui men­a­cent les pop­u­la­tions vivant sur le ter­ri­toire français. Le jour­nal se trompe aus­si au sujet de Tariq Ramadan : car ce n’est pas sa voix que nom­bre de jeunes femmes, sem­ble-t-il, aimeraient voir cen­surée mais sa verge. Une ques­tion sim­ple : quels courants d’idées ont don­né une caisse de réso­nance extra­or­di­naire durant des années à un islamiste rig­oriste con­ser­va­teur salarié par le Qatar et main­tenant sus­cep­ti­ble d’apparaitre sur #Bal­ance­Ton­Porc ? Qui l’a aidé à obtenir ain­si l’ascendant dont usent nom­bre de pré­ten­dus gourous pour abuser de femmes ? Edwy Plenel a sans doute rai­son d’évoquer « une gauche égarée, une gauche qui ne sait plus où elle est ». Il sem­ble cepen­dant ignor­er que cette gauche, c’est la sienne. Quand elle devient force de col­lab­o­ra­tion avec les idées total­i­taires de l’islamisme rad­i­cal.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

Éric Naulleau

PORTRAIT — Éric Naul­leau, la gauche qui agace la gauche. « Moi, je suis con­sid­éré par la gauche comme un enne­mi. Elle me com­bat. C’est ain­si. Mais Naul­leau, lui, est con­sid­éré comme un traître ! Et c’est bien pire… » Éric Zem­mour, Valeurs Actuelles, 2012.

Nicolas Truong

PORTRAIT — Né en 1967, Nico­las Truong dirige les pages « Idées-Débats » du Monde. Il ne fait guère preuve d’honnêteté idéologique, ni ne fait mys­tère de ses pen­chants intel­lectuels pous­sant très loin à gauche le bou­chon de ses idées.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision