Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Comment Mediapart fabrique ses scoops

6 juin 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Comment Mediapart fabrique ses scoops

Comment Mediapart fabrique ses scoops

Depuis quelques jours, le licenciement fin mai de la directrice adjointe de L’Obs, Aude Lancelin, fait l’objet d’une couverture détaillée, précise et abondante de la part de Mediapart.

Plusieurs arti­cles du pure play­er forte­ment mar­qué à gauche sont venus jeter un pavé dans le marig­ot des petites com­bines du monde politi­co-médi­a­tique parisien. Bra­vo ! Alors que la direc­tion de L’Obs s’évertue à expli­quer que l’évic­tion d’Aude Lancelin ‑elle est la com­pagne de Frédéric Lor­don, l’an­i­ma­teur de Nuit debout !- est stricte­ment dic­tée par des ques­tions man­agéri­ales, un SMS de Claude Per­driel adressée à la jour­nal­iste dit claire­ment le con­traire. Tou­jours action­naire du news­magazine ‑qu’il a ven­du en 2014 au Monde-l’oc­togé­naire affirme dans son mes­sage à Lancelin respecter ses con­vic­tions, tout en déplo­rant qu’elles aient pu influ­encer son tra­vail. De fait, les pages “débats-idée” du très social-démoc­rate Obs, sont dev­enues en quelques mois l’ago­ra per­ma­nente de l’ul­tra-gauche. Ain­si, Yanis Varo­ufakis, le sul­fureux ex min­istre de l’é­conomie, en a été l’in­vité réguli­er au même titre que nom­bre de penseurs et de soci­o­logues mar­qués rouge vif. Sans compter les reportages bien­veil­lants sur les députés fron­deurs à l’assem­blée et le mou­ve­ment Nuit débout. De quoi agac­er, out­re Per­driel, le trio Bergé, Niel, Pigasse, pro­prié­taire du Monde et proche de la gauche social­iste classique.

Voilà pour le con­texte, la suite est savoureuse. Virée de toute évi­dence pour des raisons poli­tiques (mais après tout, chaque jour­nal décide de sa ligne édi­to­ri­ale et a le droit de s’y tenir), Aude Lancelin compte à présent envoy­er L’Obs aux Prud’hommes. Pour lancer la procé­dure, elle a choisi comme avo­cat… William Bour­don. Ce ténor du bar­reau de Paris a fait de la défense des caus­es mar­quées à gauche ou ant­i­cap­i­tal­istes — SOS racisme, les syn­di­cal­istes SUD PTT, etc… —, son fonds de com­merce. Un tro­pisme qui l’a poussé à soutenir Medi­a­part depuis sa créa­tion en 2007. Bour­don y tient même un blog au vit­ri­ol con­tre les grandes puis­sances d’ar­gent, etc. La boucle est bouclée. Le fameux SMS de Per­driel s’est tout naturelle­ment retrou­vé par hasard dans la mes­sagerie de l’au­teur du scoop, Lau­rent Mauduit, au mépris des règles les plus élé­men­taires de con­fi­den­tial­ité de la procé­dure en cours.

Tou­jours prompt à don­ner des leçons de déon­tolo­gie aux autres jour­nal­istes et de moral­ité aux élites en général, Medi­a­part s’ap­pli­querait-il à lui-même le fameux adage : “Faites ce que je dis mais pas ce que je fais” ?

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.