Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Caroline Fourest

6 juin 2018

Temps de lecture : 24 minutes
Accueil | Portraits | Caroline Fourest

Caroline Fourest

Féministe virile

« Avec le Pacs, j’ai mil­ité avec des gays, et il m’ar­rive de me dire : tiens, il est mignon. Un hétéro, ce n’est pas pos­si­ble, à cause de ce qu’il a dans la tête. »

Caroline Fourest est née en 1975 à Aix-en-Provence. Après des études dans un collège privé catholique, elle s’installe à Paris à 14 ans. C’est durant son adolescence qu’elle découvre son homosexualité. Elle vit aujourd’hui en couple avec l’essayiste et politologue Fiammetta Venner, de quatre ans son aînée.

Formation

Car­o­line Fourest est diplômée de l’É­cole des Hautes Études en Sci­ences sociales et tit­u­laire d’un DESS en sci­ences poli­tiques obtenu à l’Université de la Sor­bonne.

Parcours professionnel

Par­cours mil­i­tant et pro­fes­sion­nel sont intime­ment liés pour Car­o­line Fourest qui recon­naît dans son auto­bi­ogra­phie pub­liée sur son site (carolinefourest.wordpress.com) qu’elle « n’aime jamais militer qu’en écrivant ».

Car­o­line Fourest débute dans le jour­nal­isme en 1994 par un stage à France 3. À la sor­tie de celui-ci, elle écrit quelques arti­cles pour un mag­a­zine étu­di­ant gra­tu­it, Trans­fac, avant d’intégrer la rédac­tion. En 1996, elle ren­con­tre la jeune poli­to­logue Fiammet­ta Ven­ner qui vient de pub­li­er un livre « sur les réseaux d’extrême-droite anti-avorte­ment » (L’opposition à l’avortement, du lob­by au com­man­do, Berg inter­na­tion­al, 1995). Elle l’interviewe pour Trans­fac où elle sera finale­ment elle aus­si embauchée. Mais en 1998, les deux femmes sont ren­voyées du mag­a­zine où elles sont con­sid­érées comme trop mil­i­tantes. Elles déci­dent alors de tra­vailler ensem­ble et pro­posent des enquêtes sur ce qui devien­dra leur marotte, « l’extrême-droite catholique », à L’Événement du Jeu­di et au mag­a­zine catholique de gauche Golias. Elles par­ticipent égale­ment à un col­lec­tif sur les « femmes et l’extrême-droite ». Car­o­line Fourest entame à cette occa­sion une série de con­férences à tra­vers la France et décou­vre les réseaux antifas­cistes et fémin­istes.

En 1998, Car­o­line Fourest se lance dans la bataille du Pacs. Elle signe des enquêtes sur les col­lec­tifs anti-Pacs dans le mag­a­zine gay et les­bi­en Têtu et pré­side quelques mois le « Cen­tre gay et les­bi­en », un col­lec­tif d’associations qui pro­pose aide juridique et con­seils aux « gays, les­bi­ens, bi et trans ». Elle effectue sa pre­mière presta­tion à la télévi­sion dans l’émission « Pub­lic » de Michel Field.

À par­tir de 2001, son champ d’investigation s’ouvre aux autres reli­gions, qu’elle abor­de sous le même angle négatif que le catholi­cisme, celui-ci demeu­rant cepen­dant sa bête noire. Avec Fiammet­ta Ven­ner, elle pub­lie ain­si Tirs croisés. La laïc­ité à l’épreuve des inté­grismes juif, chré­tien et musul­man (Cal­mann Lévy, 2003) où elle tente de mon­tr­er les con­ver­gences sex­istes et homo­phobes de toutes les reli­gions révélées. Elle donne de nom­breuses con­férences sur ce sujet.

Suite à la ren­con­tre sur un plateau de télévi­sion avec Tariq Ramadan où elle se fait mouch­er, elle décide d’enquêter sur lui, con­va­in­cue que celui-ci tient un « dou­ble dis­cours », mod­éré en pub­lic, rad­i­cal en privé. Elle en tir­era un livre : Frère Tariq (Gras­set, 2004).

Fin 1996, Car­o­line Fourest et Fiammet­ta Ven­ner avaient briève­ment col­laboré à Char­lie heb­do avant de s’en éloign­er, choquées par un arti­cle homo­phobe de Siné. Car­o­line Fourest renoue pour­tant en 2005 et écrit pour le jour­nal satirique jusqu’en 2009. En 2006, elle fait par­tie de ceux qui poussent la rédac­tion à pub­li­er les fameuses car­i­ca­tures de Mahomet que la rédac­tion accom­pa­gne finale­ment d’un « man­i­feste de citoyens de cul­ture musul­mane pour la lib­erté d’expression ». C’est à ce moment là qu’elle dit com­mencer à percevoir « la nature total­i­taire du dan­ger inté­griste ».

En 2007, elle prend par­tie con­tre Nico­las Sarkozy dans la cam­pagne prési­den­tielle en fustigeant la « pos­ture sécu­ri­taire » du min­istre de l’Intérieur (Le Choc des préjugés. L’impasse des pos­tures sécu­ri­taires et vic­ti­maires, Cal­mann-Lévy, 2007).

La même année, Gérard Cour­tois, l’un des rédac­teurs en chef du jour­nal Le Monde, lui pro­pose une chronique heb­do­madaire. Elle se sent soudain à l’étroit à Char­lie-Heb­do, « où la fonc­tion d’éditorialiste reste très mas­cu­line » (carolinefourest.wordpress.com). Elle quit­tera l’hebdomadaire en octo­bre 2009, esti­mant qu’une « vieille tra­di­tion “bête et méchante”, peu com­pat­i­ble avec le fémin­isme », refai­sait sur­face dans la vieille garde « des fans de pro­fesseur Choron ».

En 2008, Ali Bad­dou lui pro­pose une chronique, le ven­dre­di matin, dans la mati­nale de France Cul­ture. Elle la tien­dra jusqu’en 2011.

En sep­tem­bre 2008, prof­i­tant du voy­age du Pape Benoît XVI, Car­o­line Fourest renoue avec son sujet de prédilec­tion et enquête, en com­pag­nie de Fiammet­ta Ven­ner, « sur les réseaux inté­gristes catholiques » (Les nou­veaux sol­dats du pape, Pana­ma, 2008).

En 2011, les deux femmes pub­lient une « enquête » inti­t­ulée Marine Le Pen pour laque­lle elles seront con­damnées pour diffama­tion en octo­bre 2012. Elles verseront, avec leur édi­teur, 3300 euros de dom­mages et intérêts à Marine Le Pen, au Front nation­al, à Jean-Marie Le Pen et à Franck Chauf­froy, le pre­mier mari de Marine Le Pen. En jan­vi­er 2013, les deux femmes sont à nou­veau con­damnées pour diffama­tion et atteinte à la vie privée à l’encontre de Frédéric Châtil­lon, un proche de Marine Le Pen qui est égale­ment prestataire de ser­vices pour le Front Nation­al via son agence de com­mu­ni­ca­tion Riw­al.

À la ren­trée 2011, Car­o­line Fourest quitte France Cul­ture pour France Inter où elle con­tin­ue à tenir une chronique le ven­dre­di matin mais où elle par­ticipe égale­ment à l’émission de débat « Cog­i­to » du dimanche matin.

En mars 2012, son zèle à dénon­cer les dérives islamistes lui vaut de se voir décern­er un Y’a bon Awards qui récom­pense les déra­pages xéno­phobes et racistes. Si prompte à dénon­cer le car­ac­tère procé­duri­er de Marine Le Pen pour­suiv­ant en jus­tice ceux qui la tax­ent de racisme, Car­o­line Fourest men­ace à son tour de dépos­er plainte con­tre les organ­isa­teurs de la céré­monie pour diffama­tion et injure…

De même, son homo­sex­u­al­ité affichée comme un éten­dard com­mence alors à agac­er les milieux gays. Didi­er Lestrade, fig­ure de la cause homo­sex­uelle, affirme le 24 févri­er 2012 dans un chat du site yagg.com « qu’il y a beau­coup de gays et de les­bi­ennes qui en ont marre d’elle. Elle s’est fait du fric sur sa répu­ta­tion (…) ».

Le 15 septembre 2012, Caroline Fourest est invitée à la Fête de l’Humanité pour un débat sur le thème « comment combattre le FN ? »

Sep­tem­bre 2012, Car­o­line Fourest est invitée à la Fête de l’Humanité. Crédit pho­to : Place au peu­ple via Flickr (cc)

Le 15 sep­tem­bre 2012, Car­o­line Fourest est invitée à la Fête de l’Human­ité pour un débat sur le thème « com­ment com­bat­tre le FN ? » Prise à par­tie par des mil­i­tants antifas­cistes qui l’accusent d’islamophobie et d’accointance… avec le FN, elle doit quit­ter la salle sous les huées sans avoir pu par­ler.

Le 18 novem­bre 2012, durant la man­i­fes­ta­tion parisi­enne con­tre le mariage homo­sex­uel organ­isée par l’Insti­tut Civ­i­tas, elle par­ticipe à une con­tre-man­i­fes­ta­tion de les­bi­ennes dépoitrail­lées, un voile de religieuse cou­vrant leurs cheveux, qui se met­tent à asperg­er les man­i­fes­tants d’un liq­uide tiré d’extincteurs mar­qués « Holy Sperm ». Les man­i­fes­tants met­tent en fuite les Ama­zones. Car­o­line Fourest affirmera le lende­main avoir été agressée et portera plainte. « On m’a tirée par les cheveux, tabassée, comme on peut imag­in­er les mil­i­tants d’extrême-droite tabass­er des Arabes et des Noirs, et des femmes », affirme-t-elle à Europe 1. D’après des témoins, dont le jour­nal­iste Olivi­er Figueras (Minute n°2590, 21 novem­bre 2012), « quelques claques » ont en effet fait reculer les pétroleuses mais le ser­vice d’ordre de la man­i­fes­ta­tion a empêché tout débor­de­ment, et Car­o­line Fourest n’a pas été touchée.

Car­o­line Fourest a été lau­réate du prix Nation­al de la laïc­ité (2005), du prix du Livre poli­tique (2006), du prix Jean Zay (2006), du Prix Con­dorcet-Aron (2008), du prix Adrien Duvand de l’Académie des sci­ences morales et poli­tiques (2009) et du Prix de la LICRA (2010). En jan­vi­er 2013, elle a été pro­mue cheva­lier dans l’Ordre des Arts et des Let­tres par le min­istre de la Cul­ture Aurélie Fil­ip­pet­ti, une dis­tinc­tion cen­sée hon­or­er « les per­son­nes qui se sont dis­tin­guées par leur créa­tion dans le domaine artis­tique ou lit­téraire ou par la con­tri­bu­tion qu’elles ont apportée au ray­on­nement des arts et des let­tres en France et dans le monde ».

Après le trau­ma­tisme de la “Manif pour tous”, elle se recen­tre sur son com­bat orig­inel anti-catholique et sem­ble aban­don­ner celui con­tre l’islam. Elle déclare en effet à Claude Askolovitch, dans son livre Nos mal aimés. Ces musul­mans dont la France ne veut pas (Gras­set, 2013) “qu’aujourd’hui le plus grand dan­ger n’est plus la mon­tée des com­mu­nau­tarismes religieux (…) mais la mon­tée du racisme antimusul­man pour ten­ter de revenir au vieux clocher, à la France éter­nelle, où la norme est celle de l’homme catholique”.

Mais la jour­nal­iste n’a pas reçu que des dis­tinc­tions hon­ori­fiques. En octo­bre 2012, elle est con­damnée pour diffama­tion par le tri­bunal cor­rec­tion­nel de Paris pour cer­tains pas­sages de sa biogra­phie de Marine le Pen, co-écrite avec Fiammet­ta Ven­ner. Elle est ain­si con­trainte à vers­er 3.300 euros de dom­mages et intérêts à la prési­dente du Front Nation­al. Deux ans plus tard, elle fait l’ob­jet d’une con­damna­tion pour le même motif, après avoir été pour­suiv­ie en jus­tice par une femme voilée agressée à Argen­teuil, et dont la jour­nal­iste avait remis en cause la ver­sion des faits à l’an­tenne de France Cul­ture.

Enfin, tou­jours en octo­bre 2014, le Con­seil Supérieur de l’Au­dio­vi­suel émet un rap­pel à l’or­dre à l’en­con­tre de la société Radio France. En cause, une chronique de Car­o­line Fourest, pronon­cée à l’an­tenne le 6 mai 2014, où la jour­nal­iste affir­mait que « les para­mil­i­taires séparatistes [Russ­es, NDLR] venaient de leur arracher les globes ocu­laires avec un couteau ». L’in­stance de sur­veil­lance de l’au­dio­vi­suel pub­lic a ain­si estimé que cette affir­ma­tion «n’avait pas fait l’ob­jet de véri­fi­ca­tions préal­ables suff­isantes» et a appelé l’an­tenne à faire preuve «davan­tage de vig­i­lance et de rigueur, notam­ment pour les sujets sen­si­bles d’ac­tu­al­ité. »

En 2015 après ses men­songes sur On n’est pas couché, Lau­rent Ruquier la black­liste et prend la déci­sion de ne plus l’inviter.

Depuis fin 2016, Car­o­line Fourest écrit une chronique inti­t­ulée « Sans détour » dans l’heb­do­madaire Mar­i­anne, ce qui ne par­ticipe guère à relever le niveau d’un mag­a­zine en pleine péri­ode de trou­ble.

En novem­bre 2017, elle est attaquée par la défense de Tariq Ramadan pour sub­or­na­tion de témoins, en marge d’accusations d’agressions sex­uelles visant le prédi­ca­teur. Elle dit avoir été mise au courant dès 2009 par trois femmes. En févri­er 2018 elle porte elle-même plainte con­tre Tariq Ramadan pour dénon­ci­a­tion calom­nieuse.

En jan­vi­er 2018 elle annonce qu’elle tourn­era un long-métrage sur Daesh et la lutte con­tre l’intégrisme religieux [musul­man], avec comme héroïne une yézi­die ven­due comme esclave sex­uelle à un com­bat­tant de l’État Islamique, qui réus­sit à s’échapper et à rejoin­dre un com­man­do de com­bat­tantes kur­des et de volon­taires étrangers qui lut­tent con­tre l’EI.

Parcours militant

En décem­bre 1997, Car­o­line Fourest et Fiammet­ta Ven­ner créent la revue Pro­choix, qui se définit comme une revue « pour la défense du libre choix au sens large, c’est à dire le choix de men­er sa vie envers et con­tre tout dogme lib­er­ti­cide, essen­tial­iste, raciste ou inté­griste ». Elles traiteront essen­tielle­ment des thèmes de la laïc­ité, des droits des femmes et de ceux des homo­sex­uels.

En 1998, les deux femmes écrivent le « Guide des spon­sors du Front nation­al », dénonçant les entre­pris­es et les com­merçants qui sou­ti­en­nent le Front nation­al (en épluchant notam­ment les annonces pub­lic­i­taires dans les colonnes de la presse du FN…).

Les deux femmes pro­duiront ensem­ble une abon­dante lit­téra­ture dénonçant pêle-mêle les catholiques en guerre con­tre le Pacs, les mou­ve­ments Pro-Vie aux États-Unis et l’intégrisme religieux, juif mais surtout chré­tien et musul­man…

Ain­si en 1999, elle pub­lie, à nou­veau avec Fiammet­ta Ven­ner, Les Anti-Pacs ou la dernière croisade homo­phobe, une enquête sur les mou­ve­ments anti-Pacs, leurs liens avec la droite catholique rad­i­cale, et Chris­tine Boutin. Spé­cial­istes de la déla­tion « citoyenne », les auteurs ren­dent pub­lic en annexe du livre la liste des maires ayant signé la péti­tion con­tre le Pacs.

Publications

  • Le Guide des spon­sors du Front nation­al et de ses amis, Paris, Édi­tions Ray­mond Castells, 1998.
  • Les Anti-pacs ou la dernière croisade homo­phobe, Paris, Édi­tions Pro­choix, 1999 (avec Fiammet­ta Ven­ner).
  • Foi con­tre choix : La Droite religieuse et le mou­ve­ment Pro-life aux États-Unis, Villeur­banne, Édi­tions Golias, « Les enquêtes de Golias », 2001.
  • Tirs croisés. La laïc­ité à l’épreuve des inté­grismes juif, chré­tien et musul­man, Paris, Édi­tions Cal­mann-Lévy, 2003 (avec Fiammet­ta Ven­ner).
  • Frère Tariq. Dis­cours, stratégie et méth­ode de Tariq Ramadan, Paris, Édi­tions Gras­set, Paris, 2004.
  • Face au boy­cott. L’entreprise face au défi de la con­som­ma­tion citoyenne, Paris, Édi­tions Dun­od, 2005.
  • La Ten­ta­tion obscu­ran­tiste, Paris, Édi­tions Gras­set, Paris, 2005.
  • Le Choc des préjugés. L’impasse des pos­tures sécu­ri­taires et vic­ti­maires, Paris, Édi­tions Cal­mann Levy, 2007.
  • Les nou­veaux sol­dats du Pape. Légion du Christ, Opus Dei, tra­di­tion­al­istes, Édi­tion du Pana­ma, 2008 (avec Fiammet­ta Ven­ner).
  • La Dernière utopie. Men­aces sur l’universalisme, Édi­tions Gras­set, 2009.
  • Libres de le dire, Flam­mar­i­on, 2010 (avec Tasli­ma Nas­reen).
  • Les inter­dits religieux, Édi­tions Dal­loz, 2010 (avec Fiammet­ta Ven­ner).
  • Marine Le Pen, Paris, Édi­tions Gras­set et Fasquelle, 2011 (avec Fiammet­ta Ven­ner).
  • Quand la Gauche a du courage, Édi­tions Gras­set, 2012.
  • Inna, Édi­tions Gras­set, 2014.
  • Éloge du blas­phème, Gras­set, 2015, 198 p.
  • L’is­lam­o­pho­bie. Jérôme Blanchet-Grav­el (dir.) et Éric Debroise (codir.), édi­tions Dia­logue Nord-Sud, 2016, 250 p.
  • Le Génie de la laïc­ité : La laïc­ité n’est pas un glaive mais un boucli­er, Gras­set, 2016, 336 p.

Filmographie

  • Sœur Inno­cen­ta, priez pour nous !, doc­u­men­taire de 65 min­utes coréal­isé avec Fiammet­ta Ven­ner sur « un ancien mil­i­tant inté­griste, roy­al­iste, anti-IVG, devenu gay et sœur de la per­pétuelle Indul­gence (un mou­ve­ment de mil­i­tants homos se trav­es­tis­sant en nonnes, classé héré­tique par le pape Jean-Paul II) », selon l’annonce du film.
  • Safia et Sarah, court-métrage de 18 min­utes trai­tant d’une « his­toire d’amour entre [deux femmes] que tout sépare mais que rien ne peut sépar­er », selon l’annonce du film.
  • Hymen : cer­ti­fiées vierges, doc­u­men­taire dif­fusé le 28 févri­er 2008 sur « Envoyé spé­cial » et trai­tant des opéra­tions visant à recoudre l’hymen que subis­sent des jeunes filles pour paraître vierges quand elles ne le sont plus.
  • La bataille des droits de l’homme, doc­u­men­taire coréal­isé avec Fiammet­ta Ven­ner et dif­fusé sur Arte le 21 avril 2009 sur la pre­mière con­férence mon­di­ale con­tre le racisme de Dur­ban en sep­tem­bre 2001.
  • Marine Le Pen, l’héri­tière”, doc­u­men­taire coréal­isé avec Fiammet­ta Ven­ner et dif­fusé sur France 2 le 15 décem­bre 2011.
  • 100 femmes musul­manes se racon­tent, série doc­u­men­taire de 20 épisodes sur France 24 depuis le 8 mars 2011 (coréal­isé avec Fiammet­ta Ven­ner).
  • Nos seins, nos armes !, doc­u­men­taire sur Femen coréal­isé et écrit avec Nadia El Fani, dif­fusé sur France 2 le 5 mars 2013.
  • Les Réseaux de l’ex­trême, série doc­u­men­taire en 4 par­ties (Les Obsédés du com­plot, Les Rad­i­caux de l’is­lam, Les Enragés de l’i­den­tité et Les Naufragés de Sion), dif­fusée sur France 5 en 2013.
  • Cahiers de Doléances, série doc­u­men­taire en 9 épisodes, dif­fusée sur LCP en 2014 et 2015.
  • Parcs de la paix. Le dernier rêve de Nel­son Man­dela, dif­fusé sur Arte, le 30 juin 2015.

Collaborations

Réseaux Laïcs

Octo­bre 2015 : « Le Comité Laïc­ité République, qui organ­i­sait cette 10ème soirée [remise de prix et en présence de Manuel Valls], est une toute petite mai­son, “créée en 1989 après la pre­mière affaire sur le voile”, qui fonc­tionne sans la moin­dre sub­ven­tion et ne vit que des con­tri­bu­tions de ses gen­tils adhérents (invités à vers­er leur obole au sor­tir de la salle). Mais le CLR a le bras long. Il a été fondé par Pierre Berg­er (pro­prié­taire de L’Obs), réu­nit nom­bre d’in­tel­lectuels médi­a­tiques (Élis­a­beth Bad­in­ter, Car­o­line Fourest…), ain­si que tout le ban et l’ar­rière-ban de la franc-maçon­ner­ie française. » « Cirque laïque à l’Hô­tel de ville. Avec un numéro de Manuel Valls », Source : tempsreel.nouvelobs.com, 28 octo­bre 2015

Mai 2014 : Alain Sek­sig, vice-prési­dent du Comité Laïc­ité République (CLR) met en con­tact Samuel May­ol, alors directeur de l’université Paris XIII, et en con­flit avec Rachid Zouh­had, chef du départe­ment tech­nique de com­mer­cial­i­sa­tion (TC), l’un des piliers de l’I­UT de l’université Paris XIII, avec Car­o­line Fourest (source).

Sep­tem­bre 2013 : Invitée chez l’écrivain Marek Hal­ter pour célébr­er le Nou­v­el An juif (Roch Hachana) avec notam­ment le pre­mier min­istre, Jean-Marc Ayrault, deux min­istres du gou­verne­ment : Yam­i­na Ben­guigui, min­istre déléguée auprès du min­istre des Affaires étrangères, chargée de la Fran­coph­o­nie et Michèle Delau­nay, min­istre déléguée auprès du min­istre des Affaires sociales et de la San­té, chargée des per­son­nes âgées et de l’Au­tonomie. « Le monde poli­tique, de droite comme de gauche était bien représen­té avec Harlem Désir, Pre­mier secré­taire du Par­ti Social­iste, David Assouline, Anne Hidal­go, Pierre Aiden­baum, Bernard Kouch­n­er, Valérie Pécresse, Frédéric Lefèb­vre, Nicole Guedj ou encore Jean-Jacques Curiel du Par­ti rad­i­cal. Par­mi les nom­breux représen­tants du monde de la presse : Ruth Elkrief, Chris­tine Ock­rent, Éti­enne Mougeotte Alain Chouf­fan du Nou­v­el Obser­va­teur et Judith Wain­traub, du Figaro. On notait égale­ment la présence de Samuel Pis­ar et de son épouse, de Gérard et Claude Unger, de Car­o­line Fourest, de Gérard Miller, de François Weil, recteur de l’A­cadémie de Paris, des pro­fesseurs Dominique Reynié et Philippe Théry, du pro­duc­teur Tarek Ben Ammar, de Duc Co Minh, prési­dent du Club d’Ini­tia­tive des Français d’O­rig­ine Asi­a­tique, de Claude Barouch de l’UPJF et de son épouse, d’Hen­ri Cukier­man et de son épouse, de Macha Méril et de Chan­tal Thomass. Très entouré, l’i­mam de Dran­cy, Has­sen Chal­go­u­mi, récem­ment vic­time d’une agres­sion en Tunisie, se déplaçait dif­fi­cile­ment avec des béquilles. À ses côtés, très pro­tecteur, le père Alain Mail­lard de la Morandais. Plusieurs respon­s­ables du CRIF étaient présents : Jean-Pierre Allali et Arié Bensemhoun, mem­bres du Bureau Exé­cu­tif, Paul Rechter, con­seiller du prési­dent Roger Cukier­man, et Patrick Klug­man, mem­bre du Comité directeur. » (source : crif.org)

Car­o­line Fourest a don­né une con­férence au Grand Ori­ent de France sur le thème « La Presse sous pres­sion et la ten­ta­tion de l’autocensure » (juin 2007), une autre à un ate­lier du Grand Ori­ent de France inti­t­ulé « Vivre ensem­ble dans la société : Quel pacte social ? » (novem­bre 2010), une autre à la Grande Loge de France sur le thème « Existe t‑il une nou­velle fronde con­tre l’universalité des droits de l’Homme ? » (févri­er 2011). La dernière date de mai 2016, invitée par le Grand Ori­ent de France pour traiter du thème « Face au ter­ror­isme et à l’intégrisme, ces faux amis de laïc­ité. »

En juin 2012, elle a par­ticipé à un débat organ­isé par l’ambassade de France en Israël à Tel Aviv sur le thème « Laïc­ité en France, en Israël et dans le monde arabe ».

Car­o­line Fourest a par­ticipé à de nom­breuses man­i­fes­ta­tions, débats, con­férences ou rassem­ble­ments fémin­istes. Ate­lier « La gauche porte-t-elle encore le com­bat fémin­iste ? » de l’université d’été du Mou­ve­ment des Jeunes Social­istes (août 2008) ; Con­férence inter­na­tionale de l’Organisation pour la Libéra­tion des femmes (fémin­istes irani­ennes) à Lon­dres (mars 2009) ; forum « Écolo­gie, tra­vail, fémin­isme, rap­ports Nord/Sud : au cœur d’une alter­na­tive de gauche » à la fête de l’Humanité (sep­tem­bre 2009) ; « L’avortement en France : sit­u­a­tion actuelle », table ronde des « 18e journées de l’Association Nationale des Cen­tres d’Interruption de Grossesse et de Con­tra­cep­tion (ANCIC) » (novem­bre 2009) ; « L’islamisme con­tre les femmes » à la journée inti­t­ulée « Entre le chan­tage nucléaire et l’e­spoir démoc­ra­tique: le dilemme iranien» organ­isée par l’Ecole Supérieure de Ges­tion (ESG), la revue Le Meilleur des mon­des, la Con­fédéra­tion étu­di­ante, La Règle du Jeu, l’UE­JF, SOS-Racisme, Ni Putes Ni Soumis­es et le MPCT (juin 2010) ; « les statuts de la femme : entre tra­di­tion et moder­nité » (jan­vi­er 2012) ; con­férence sur la laïc­ité lors de « la semaine des droits des femmes » organ­isée par le Con­seil Général des Pyrénées Ori­en­tales (mars 2012). Elle a en out­re cosigné avec 342 autres femmes une tri­bune dans Libéra­tion récla­mant « L’égalité main­tenant » avec les hommes.

Car­o­line Fourest a par­ticipé à de mul­ti­ples ren­con­tres et man­i­fes­ta­tions organ­isées par la Ligue Inter­na­tionale Con­tre le Racisme et l’Antisémitisme (LICRA) : qua­trième salon du Livre de la fédéra­tion de Paris de la LICRA (mai 2011) ; par­tic­i­pa­tion au débat : « Pourquoi le Front Nation­al est-il tou­jours dan­gereux » à l’université d’été de la LICRA (juil­let 2011) ; 5ème édi­tion du salon du livre de l’antiracisme et de la diver­sité, organ­isée par la Fédéra­tion de Paris de la LICRA, (mars 2012). Elle a du reste approu­vé en 2012 la propo­si­tion de cette ligue de « sup­primer le mot “race” dans l’article pre­mier de la Con­sti­tu­tion ».

Car­o­line Fourest a mul­ti­plié les con­férences et inter­ven­tions autour du thème de la laïc­ité : débat « Laïc­ité à l’épreuve des inté­grismes juif, chré­tien et musul­man » organ­isé par « Le Kiosque Citoyen » et la FNAC (févri­er 2004) ; col­loque « Islam con­tre islam » organ­isé par « Ailleurs ou d’Ici Mais Ensem­ble » (A.I.M.E.), sur le thème : « Tous les inté­gristes se ressem­blent » (octo­bre 2004) ; soirée « Nous n’avons pas peur : La lib­erté d’ex­pres­sion face à l’in­tim­i­da­tion inté­griste » organ­isée avec Corinne Lep­age, prési­dente de CAP 21 (avril 2006) ; appel « Un Cri con­tre le Racisme et l’In­té­grisme » avec Corinne Lep­age, anci­enne min­istre et prési­dente de CAP21, et Pierre Cassen (Les Amis de Respub­li­ca) (mai 2006) ; « La laïc­ité en dan­ger en France », con­férence organ­isée par les « Libres penseurs » de « Pour la République sociale » (sep­tem­bre 2008) ; « Egal­ité Diver­sité Laïc­ité », débat organ­isé par la Fédéra­tion de Meur­the et Moselle du Par­ti Social­iste (avril 2010) ; « Égal­ité et Laïc­ité, quelles per­spec­tives ? », col­loque organ­isé par le Col­lec­tif citoyen pour l’égalité et la laïc­ité (mai 2010) ; par­tic­i­pa­tion à la cinquième édi­tion du « Prix de la Laïc­ité » organ­isée par le Comité « Laïc­ité République » (octo­bre 2010) ; inter­ven­tion au « 13e ren­dez-vous de l’Histoire » organ­isé par le Par­ti Rad­i­cal de Gauche, sur le thème : « la République et la laïc­ité face aux nou­veaux inté­grismes ». (octo­bre 2010) ; « Fon­da­men­tal­isme et inté­grisme religieux », con­férence au « Cen­tre civique d’étude du fait religieux » (novem­bre 2010) ; con­férence « La laïc­ité du XXIe siè­cle » organ­isée par les sec­tions académiques du SNPDEN de Créteil, Paris et Ver­sailles. (jan­vi­er 2011) ; con­férence sur le thème « Laïc­ité et Neu­tral­ité de l’école : Respect des enfants et des droits des femmes » (mars 2011) ; table ronde « L’universel à l’épreuve de la diver­sité » au « con­grès de la Mis­sion laïque française » et de « l’Office sco­laire et uni­ver­si­taire inter­na­tion­al au Maroc » (avril 2011).

Tou­jours con­cer­nant la laïc­ité, elle a été lau­réate, avec Fiammet­ta Ven­ner, du prix nation­al du « Comité Laïc­ité République » (jan­vi­er 2005), elle a signé le man­i­feste : « La laïc­ité ne doit pas pli­er devant Benoît XVI » (sep­tem­bre 2008), et a été audi­tion­née par la « mis­sion d’information sur la pra­tique du port du voile inté­gral sur le ter­ri­toire nation­al », présidée par le député com­mu­niste du Rhône, André Gerin (novem­bre 2009).

Car­o­line Fourest a ani­mé de nom­breux débats et con­férences con­tre les « pop­ulismes » : « Com­ment lut­ter con­tre les pop­ulismes ? », débat en com­pag­nie de Manuel Valls, député maire d’Evry lors des ren­con­tres « 100 idées pour la France » organ­isées à Stras­bourg par la fon­da­tion Ter­ra Nova et Le Nou­v­el Obser­va­teur (juin 2011) ; « Décrypter le pro­jet du Front Nation­al », ate­lier aux journées d’été du Par­ti Social­iste et du Mou­ve­ment des Jeunes Social­istes (août 2011) ; sou­tien au col­lec­tif « Hon­grie Sol­i­dar­ité » qui entendait « man­i­fester son sou­tien aux forces civiques et démoc­ra­tiques qui résis­tent aux ten­ta­tions pop­ulistes dans ce pays » (mars 2012).

En mars 2006, elle a signé le « Man­i­feste des douze : Ensem­ble con­tre le nou­veau total­i­tarisme » avec Ayaan Hir­si Ali, Philippe Val, Bernard-Hen­ri Lévy, Irshad Man­ji, , Meh­di Mozaf­fari, Tasli­ma Nas­reen, Salman Rushdie, Antoine Sfeir et Ibn War­raq, man­i­feste qui dénonce l’islamisme comme « un nou­veau total­i­tarisme ». (Texte com­plet : http://fr.wikipedia.org/wiki/Manifeste_des_douze).

Avec Nora Barsali, Guy Bedos, Diam’s, Joey Starr, Ben­jamin Sto­ra, Chris­tiane Taubi­ra et Lil­ian Thu­ram, elle co-signe la tri­bune « Abus policiers, crise de la citoyen­neté », parue dans Le Monde du 18 avril 2007.

En jan­vi­er 2012, elle signe l’appel « Respect pour les vic­times du géno­cide arménien » lancé par Charles Aznavour, Robert Guédigu­ian, Serge Klars­feld, Bernard-Hen­ri Lévy et Michel Onfray.

En mars 2012, elle par­ticipe à un débat organ­isé par le « Forum Libéra­tion » en com­pag­nie de Christophe de Marg­erie, PDG de Total inti­t­ulé « Pourquoi pren­dre la parole ? ».

À la fin 2013, elle par­ticipe à un sémi­naire de La Règle du Jeu, la revue lit­téraire de Bernard Hen­ri-Lévy, pour pro­test­er con­tre la « banal­i­sa­tion du racisme ». La min­istre de la jus­tice Chris­tiane Taubi­ra est aus­si présente.

Ce qu’elle gagne

Ses revenus sont vari­ables et dépen­dent de ses droits d’auteur, mais aus­si des con­férences qu’elle peut faire.

Elle l’a dit

« Ça suf­fit, on ne va pas con­tin­uer à édicter con­tin­uelle­ment de nou­velles con­traintes au nom de la laïc­ité. […] Je suis tout à fait hos­tile, par exem­ple, à ce qu’on légifère sur le voile à l’université, lieu où l’expression poli­tique doit rester libre. J’irai même plus loin : je pense qu’aujourd’hui le plus grand dan­ger n’est plus la mon­tée des com­mu­nau­tarismes religieux – même plus l’islamisme, en rai­son de la sit­u­a­tion géopoli­tique qui a dégon­flé l’influence des Frères musul­mans, et cela a des réper­cus­sions ici aus­si -, mais la mon­tée du racisme antimusul­man* pour ten­ter de revenir au vieux clocher, à la France éter­nelle, où la norme est celle de l’homme catholique. »
Nos mals-aimés : Ces musul­mans dont la France ne veut pas

« Ceux qui ont fab­riqué ces dis­cours n’y croient pas tou­jours. Ceux qui les ont écoutés si. Dif­fi­cile de les faire revenir à la nuance. Surtout quand le FN feint un pas de côté et que l’UMP con­tin­ue de courir après. En manip­u­lant quelques dra­peaux étrangers pour fêter la vic­toire de François Hol­lande à la Bastille (le plus vis­i­ble était celui de l’opposition syri­enne à Bachar Al-Assad). Sans par­ler de la rumeur, fausse, selon laque­lle la nou­velle garde des sceaux voulait amnisti­er ceux qui brû­lent des dra­peaux français… En cri­ant au lax­isme, lorsque cette même garde des sceaux veut, pour de bon cette fois, sup­primer les tri­bunaux cor­rec­tion­nels pour mineurs et les jurés pop­u­laires. Ce qui n’est que remet­tre la République à l’endroit. » Le Monde, 19 juin 2012.

« Le vote Front nation­al est un vote com­mu­nau­taire. Celui d’une France qui se rêve en fortin, voudrait pou­voir se repli­er sur soi, entre soi, et ne plus enten­dre par­ler du fra­cas des autres, de toutes leurs avers­es et du mau­vais temps. Cette France rêve de maîtris­er de nou­veau son des­tin et croit pou­voir le faire en sor­tant du monde. » Le Monde, 27 avril 2012.

« D’après Al-Ara­biya, des opposants au régime iranien affir­ment que leur gou­verne­ment a fourni un four cré­ma­toire à son allié syrien. Instal­lé dans la zone indus­trielle d’Alep, il tourn­erait à plein régime… Pour brûler les cadavres des opposants ? » Le Monde, 25 févri­er 2012.

« Les minarets ne posent pas d’autres prob­lèmes que les clochers. » TSR, 11 novem­bre 2009.

« On adore le détester. Ses ini­tiales, sa chemise qu’il bal­lade sur tous les fronts. Une guerre qu’il dit ne pas aimer mais peut enclencher. Notre invité du jour s’appelle Bernard Hen­ri-Lévy. Et il fait bouger le monde. Bien plus que ceux prêts à trou­ver des cir­con­stances atténu­antes au renon­ce­ment ou aux vio­la­tions des droits de l’homme. » France Inter, « Ils changent le monde », 16 juil­let 2012.

« La Fédéra­tion inter­na­tionale du foot­ball n’est pas un lieu où l’on s’attend à un sur­croît de sen­si­bil­ité aux droits des femmes. On lui demande sim­ple­ment de ne pas trahir les valeurs du sport. Elle l’a fait en autorisant le voile comme seule et unique déro­ga­tion à l’uniforme sportif. » Le Monde, « La trahi­son des valeurs olympiques », 13 juil­let 2012.

« Parce que nos sociétés ont encore beau­coup à faire pour décon­stru­ire l’inconscient judéo-chré­tien qui se cache der­rière notre vision du mariage. Il faudrait aller vers une vision réelle­ment répub­li­caine et égal­i­taire de ce con­trat. » La Gazette de Côte d’Or n° 234, 2 févri­er 2011.

« En France, le défi est dif­férent. L’an­tiracisme de ces soix­ante dernières années ne s’est pas con­stru­it face à la ségré­ga­tion mais face à l’ex­ter­mi­na­tion. En refu­sant les caté­gories du nazisme. Le mot “race” n’a d’ailleurs pas la même sig­ni­fi­ca­tion en anglais qu’en français. Ici, il ne désigne pas seule­ment la couleur de peau. Il fait écho à une idéolo­gie où tous les humains ne font pas par­tie de la même espèce selon leur apparence. Cet incon­scient a la vie dure. Com­ment le com­bat­tre ? En expli­quant que les “races” n’ex­is­tent pas. Mais com­ment con­va­in­cre si le terme fig­ure dans notre Con­sti­tu­tion ? Les résis­tants qui l’ont inscrit ne pen­saient pas à mal, bien au con­traire, quand ils ont voulu l’é­gal­ité entre les citoyens “sans dis­tinc­tion de race”. Ils n’avaient pas encore le recul néces­saire pour s’é­manciper du vocab­u­laire de leur époque. Il est temps de bris­er cette chaîne et de tourn­er la page. » Le Monde, « Le racisme existe, pas les “races” », 13 mars 2012.

« Ah, dernière chose, j’aimerais beau­coup qu’à l’avenir mon­sieur Baret cesse de m’ap­pel­er “madame” Fourest. Comme il doit le savoir, grâce à la fougue et à la pas­sion que met­tent cer­tains lecteurs du Figaro à monop­o­lis­er le droit au mariage, je n’ai pas le droit de me mari­er avec la per­son­ne que j’aime. » Pro­Choix, n°18, été 2001.

« Je peux être très iden­ti­taire, la nuit. Quand je sors, ce n’est pas pour avoir des dis­cus­sions philosophiques, je préfère aller dans des lieux non mixtes, pour le plaisir et pour être sûre que je ne me ferais pas dra­guer et allumer par des mecs de 50 ans. Pour tout ce qui est poli­tique et intel­lectuel, je peux fréquenter des hétéros gay friend­ly, et des hommes “fémin­istes friend­ly”. Ça date du Pacs : des hétéros ont com­pris que la lutte des homos ne con­cer­nait pas qu’eux, mais avait à voir avec la démoc­ra­tie. Je suis tou­jours émue de voir des hétéros militer pour les homo­sex­uels, c’est la même chose, j’imag­ine, pour des noirs qui voient des blancs militer à leurs côtés con­tre le racisme. Ceci dit, il y a un tabou sur le mil­i­tan­tisme. Tu milites pour des con­vic­tions, mais aus­si pour ren­con­tr­er des gens et ren­con­tr­er l’amour. Donc, pour une les­bi­enne, c’est plus agréable de militer avec des filles. Quand j’évolu­ais dans un milieu non mixte, les­bi­en et fémin­iste, je n’aimais pas les mecs, j’éprou­vais une forme de répul­sion. Avec le Pacs, j’ai mil­ité avec des gays, et il m’ar­rive de me dire : tiens, il est mignon. Un hétéro, ce n’est pas pos­si­ble, à cause de ce qu’il a dans la tête. » Libéra­tion, « Car­o­line Fourest, 24 ans », 24 juin 2000.

« Si les fémin­istes “lutte de class­es” qui pub­lient les Cahiers du Fémin­isme sont bien enten­du sen­si­bil­isées au dan­ger du Front Nation­al, un triple com­bat (en tant que femmes, fémin­istes et homo­sex­uelles) pousse les les­bi­ennes à l’avant-garde de la mobil­i­sa­tion con­tre l’extrême droite. Sans doute déçues de voir trop sou­vent leur mil­i­tan­tisme ignoré au sein du Mou­ve­ment de libéra­tion, elles pour­suiv­ent un engage­ment antifas­ciste en leur pro­pre nom. Rad­i­cales ou fémin­istes, les les­bi­ennes poli­tiques conçoivent leur mode de vie comme une remise en ques­tion révo­lu­tion­naire des normes, des rap­ports de pou­voirs et de l’ordre établi, comme une antithèse de l’ordre moral ». « Les fémin­istes con­tre l’extrême droite », in L’ex­trême droite et les femmes : enjeux & actu­al­ité, sous la dir. de Claudie Les­se­li­er & Fiammet­ta Ven­ner, éd Golias, 1997.

« À la racine de ces inter­ro­ga­tions se trou­ve un enjeu théorique, poli­tique et social décisif pour la suite de l’histoire. Tant que les par­ti­sans du droit de choisir n’auront pas situé leur engage­ment, claire­ment et glob­ale­ment, ils ignoreront l’étendue et la portée de leur com­bat. Qui sont les pro­choix face aux provie ? Sinon les par­ti­sans d’un sys­tème poli­tique qui maîtrise la nature par la cul­ture, face aux sol­dats d’un ordre naturel et divin. Que sig­ni­fie ce mil­i­tan­tisme de la cul­ture ? Sinon la défense du droit à l’IVG, mais aus­si à l’égalité entre les hommes et les femmes, de la lib­erté des mœurs – hétéro­sex­uelle et homo­sex­uelle -, des pro­créa­tions médi­cales assistées et de tout ce qui fait cette maîtrise de la nature par la cul­ture. Sans prise de con­science de l’étendue de cet engage­ment, il y aura des con­tra­dic­tions mil­i­tantes. De même qu’un juif peut-être raciste tant qu’il n’a pas pris en compte la logique de la dis­crim­i­na­tion, un homme de gauche peut être sex­iste tant qu’il n’a pas inclus l’oppression des femmes dans cette dis­crim­i­na­tion, une fémin­iste peut être homo­phobe… Le jour où les sin­gu­lar­ités, les par­tic­u­lar­ités eth­niques, iden­ti­taires et sex­uelles ne seront plus con­sid­érées comme gênantes par un mou­ve­ment qui pré­tend lut­ter con­tre le total­i­tarisme, la force, l’efficacité et la grandeur l’emporteront sur le con­sen­sus mou. C’est là tout l’enjeu d’une redéf­i­ni­tion du champ poli­tique selon l’axe nature/culture. » Ibid.

« Au nom d’une pos­ture très parisi­enne, très chic, je me demande si Frédéric Tad­deï ne pense pas que le total­i­tarisme, c’est de l’art con­tem­po­rain, en fait. Telle­ment, pour lui, toutes les idées se valent, surtout les plus cyniques, c’est quand même ses préférées (…). Les gens que l’on met sur le plateau comme de sim­ples experts sont en fait des para­noïaques con­spir­a­tionnistes qui ont eu des écrits haineux et racistes mais ce n’est jamais dit. Et donc le principe de l’émission de Frédéric Tad­deï, c’est ce vieil adage qui dit : ‘Cinq min­utes pour les Juifs, cinq min­utes pour Hitler.’ Je crois que dans le cas de Frédéric Tad­deï, c’est même six min­utes pour Hitler» Le Sup­plé­ment, Canal Plus, 26 Jan­vi­er 2014.

« Il y a des hétéro­sex­uels qui font des enfants très tor­dus, très délin­quants, même dans 98% des cas, c’est ce qu’il se passe. » BFMTV, 13 jan­vi­er 2013.

Au sujet de la chroniqueuse judi­ci­aire de Char­lie Heb­do, Ségo­line Vin­son, rescapée de l’at­taque armée de la pub­li­ca­tion le 7 jan­vi­er 2015 : « Une jeune jour­nal­iste, une jeune con­tributrice de Char­lie Heb­do qui a eu la Kalach­nikov sur le nez, à qui il a dit “Vas‑y, récite le Coran et je t’é­pargne”, et elle réc­i­tait ça en boucle, elle dis­ait “il m’a dit ça, il avait de très beaux yeux bleus, il m’a dit ça…” ou de très beaux yeux, je sais plus… » France 2, 7 jan­vi­er 2015. Cette affir­ma­tion a été démen­tie par l’in­téressée, comme nous vous le rap­por­tions le 17 jan­vi­er 2015.

« Les je ne suis pas Char­lie finiront comme tous les per­dants de l’Histoire », Libéra­tion, 06/01/2018.

« Je ne crois pas que les gens réalisent l’im­pact qu’il a eu sur l’Eu­rope en tant que prédi­ca­teur. Il a rad­i­cal­isé des étu­di­ants bril­lants, des jeunes musul­mans, et les a trans­for­més en para­noïaques revan­chards. Il a divisé les citoyens européens avec un effet nocif que peu d’ex­trémistes peu­vent se van­ter d’avoir obtenu. Depuis toutes ces années que je tra­vaille sur les extrêmes, je n’ai jamais croisé un manip­u­la­teur aus­si dévas­ta­teur », au sujet de Tariq Ramadan, Europe 1, 05/02/2018.

Sa nébuleuse

La com­pagne de Car­o­line Fourest, Fiammet­ta Ven­ner, est mem­bre de Sexe et Race, une revue fondée par Rita Thal­mann, de l’as­so­ci­a­tion fémin­iste Les Maries-Jeannes, et sig­nataire de la péti­tion Notre corps nous appar­tient.

Car­o­line Fourest est mem­bre du Con­seil con­sul­tatif du Forum Anna Lindh dont l’« objec­tif est de con­tribuer au rap­proche­ment des pop­u­la­tions des deux côtés de la Méditer­ranée en vue d’améliorer le respect mutuel entre les cul­tures ». (http://www.euromedalex.org/fr/about).

Car­o­line Fourest a été lau­réate en 2010 du prix de la LICRA. Elle est une inter­venante régulière aux journées d’été ou aux salons du livre organ­isés par cette ligue.

La Revue Pro­choix a été le point de con­ver­gence de dif­férents mil­i­tants venus d’horizons poli­tiques dif­férents mais défen­dant une vision socié­tale prin­ci­pale­ment « fémin­iste, gay friend­ly et antifas­ciste ». Les dif­férents par­tic­i­pants à cette revue sont, au comité édi­to­r­i­al : Flo­ra Bolter, Lola Devold­er ; au Comité de rédac­tion & De lec­ture : Arnauld Cham­premier-Trig­ano, Pierre Cat­tan, Clé­mence Darmeval, Cather­ine Deudon, Vanes­sa Fla­hault, Gué­naëlle Gault, Anne Gajouri, Julie Gouazé, Alex Las­salle, Math­ieu Le Maux, Claudie Les­se­li­er, Isabelle Marc­hand, Ahmed Megui­ni, Tris­tan Mendès France, Tania de Mon­taigne, Emmanuel Pier­rat, Michaël Prazan, Mohamed Sifaoui, Jean-Claude Tchicaya, Frédéric Vigouroux ; au Comité Sci­en­tifique : Chahla Chafiq-Bes­ki, Leïla Babès, Olivi­er Fil­lieule, Lil­iane Kan­del, Pierre Las­coumes, Albert Mem­mi Janine Mossuz-Lavau, Nicole-Claude Math­ieu Éve­lyne Pisi­er, Nad­ja Ringart, Pao­la Tabet, Michel Tort, Eleni Varikas ; les cor­re­spon­dants étrangers sont : Russ Bel­lant (USA), Léa Da Sil­va (Por­tu­gal), Ele­na Lau­ren­zi (Ital­ie), Karim Naouri (Egypte), Nicole Nep­ton (Cana­da), Pia Ran­za­to (Ital­ie), Al Ross (USA), Moruni Tur­lot (Inde). Par­mi les invités on trou­vera Jean-Luc Mélen­chon.

Par­ti Social­iste : elle inter­vient régulière­ment aux journées d’été du Par­ti Social­iste et du Mou­ve­ment des Jeunes Social­istes, proche du think tank « Ter­ra Nova ».

Les réseaux laïcs : elle est une invitée régulière des asso­ci­a­tions de Libres Penseurs.

Fémin­isme : Elle l’une des fig­ures de proue de la mou­vance fémin­iste. Invitée le plus sou­vent pour évo­quer le rap­port entre les reli­gions (catholiques ou islam) et les femmes.

Lob­by homo­sex­uel : En novem­bre 1999, elle est à l’origine avec sa revue Pro­choix, le Cen­tre gai et les­bi­en, AIDES, Act-UP-Paris et SOS Homo­pho­bie, du man­i­feste et d’un pro­jet de loi « con­tre l’incitation à la haine homo­phobe ». La loi de mod­erni­sa­tion sociale, votée en 2002, inter­dit offi­cielle­ment toute dis­crim­i­na­tion à l’embauche et dans le monde du tra­vail basée sur le rejet des homo­sex­uels. La loi du 18 mars 2003 intro­duit l’ho­mo­pho­bie dans le Code pénal comme cir­con­stance aggra­vante d’un crime ou d’un délit. Enfin, la loi du 30 décem­bre 2004 pénalise les pro­pos liés au sexe ou à l’ori­en­ta­tion sex­uelle de la per­son­ne.

Ils ont dit

« Selon moi, Car­o­line Fourest est au débat intel­lectuel ce qu’est Mar­i­on Jones à l’athlétisme. L’apparence est par­faite, les per­for­mances excep­tion­nelles. Mais heureuse­ment pour Car­o­line Fourest que le dépistage des “faus­saires” est moins bien organ­isé que les con­trôles anti­dopages. » Pas­cal Boni­face, Les intel­lectuels faus­saires : le tri­om­phe médi­a­tique des experts en men­songe, Paris, Pock­et, 2011.

« Car­o­line Fourest, rédac­trice en chef de la revue Pro­choix et co-auteure, avec Fiammet­ta Ven­ner d’un fort mau­vais livre sur “les inté­grismes religieux”, est désor­mais fameuse pour sa remar­quable capac­ité de men­songe. Cer­tains la surnom­ment même “la Marie Léonie de l’IMA”, depuis qu’elle a inven­té de toutes pièces un “traque­nard” et une agres­sion “raciste, sex­iste et homo­phobe” organ­isés con­tre sa per­son­ne et celle de sa col­lab­o­ra­trice Fiammet­ta Ven­ner par l’IMA (Insti­tut du Monde Arabe) et le Hezbol­lah ! » Pierre Tevan­ian, « Sœur Car­o­line est de retour ».

« Nous, sous-signées, ayant assisté au “ Café lit­téraire ” du 31 mars, qui accueil­lait Car­o­line Fourest et Fiammet­ta Ven­ner pour échang­er autour de leur livre Tirs croisés, tenons à réa­gir à la cam­pagne odieuse que les deux auteures mènent sur leur site inter­net “ Pro­choix ” con­tre l’institution qui les a invitées, sous pré­texte que cette invi­ta­tion a été l’occasion d’une mise en cause de leur tra­vail par plusieurs per­son­nes du pub­lic. Selon les ver­sions de Tew­fik Allal, Jean-François Chalot et Fiammet­ta Ven­ner, actuelle­ment dif­fusés par le site Pro­choix, les deux auteures ont subi, de la part d’un “petit com­man­do”, des “attaques” d’une “agres­siv­ité rare ”, des “invec­tives”, des “vio­lences”, des “véri­ta­bles men­aces physiques”, au point que les deux auteures ont “dû sor­tir sous escorte poli­cière”. Il y aurait eu aus­si des “injures racistes, sex­istes et homo­phobes”. Nous tenons à affirmer très claire­ment que cha­cune de ces allé­ga­tions est fausse. (…) Nous nous deman­dons s’il s’agit d’un délire ou si les auteurs de telles con­tre-vérités mentent délibéré­ment et froide­ment, mais en tout état de cause nous cer­ti­fions qu’il n’y a eu dans ce débat ni injure, ni insulte, ni attaque per­son­nelle, ni men­ace, ni intim­i­da­tion. Les cri­tiques ont certes été vives, mais elles visaient des pas­sages du livre des deux auteures invitées, qui ont été cités, le plus sou­vent en indi­quant les pages en ques­tion. La per­son­ne de Car­o­line Fourest et celle de Fiammet­ta Ven­ner n’ont à aucun moment été mis­es en cause, plusieurs inter­venants prenant même la peine de dis­tinguer entre les inten­tions, louables, des deux auteures, et les effets per­vers de leurs écrits, qui pou­vaient leur avoir échap­pé. » Anne-Char­lotte Dom­martin, Dhaouia Assoul, Djami­la Bechoua, Mon­ette Guyard, « Une cam­pagne hon­teuse ».

« Elle dénonce « des asso­ci­a­tions qui deman­dent des gym­nas­es pour organ­is­er des tournois de bas­ket réservés aux femmes, voilées, pour en plus lever des fonds pour le Hamas. », 4e Céré­monie des Y’A BON AWARDS 2012 pour le prix « Les Experts Chronikers ».

« Petite piqure de rap­pel : il y a quelques années, Frédéric Tad­deï a invité Car­o­line Fourest à débat­tre avec Tariq Ramadan. C’était l’époque où Tad­deï avait bon goût et savait choisir ses invités… Depuis, Car­o­line Fourest s’est forgée une cuirasse de com­mis­saire du peu­ple, de flic de la pen­sée. Son fond de com­merce, c’est la laïc­ité, la lutte con­tre l’extrême-droite, le racisme, l’intégrisme et pas mal d’autres choses en isme. Elle a table ouverte sur toutes les chaînes, dans toutes les radios et, comme Pas­cale Clark ou Rokhaya Dial­lo, dis­tribue les bons points, mon­tre la voie, organ­ise la chas­se aux sor­cières. Si tu ne pens­es pas comme elle, tu es un fon­da­men­tal­iste, un facho ou juste un salaud. En de pas si loin­tains temps bénis, cette dialec­tique per­me­t­tait au moins de récu­per­er l’ap­part d’un voisin… et de lui faire gag­n­er des vacances longues durées sous le doux soleil sibérien. Il suff­i­sait d’en touch­er un mot au Petit père des Peu­ples… » Marc Godin, Bakchich, jan­vi­er 2014.

« Moi j’ai pris une déci­sion : je n’inviterai plus jamais Car­o­line Fourest sur ce plateau [On n’est pas couchés] et dans aucun plateau de mes émis­sions parce que je ne veux pas qu’on me mente, surtout quand c’est au détri­ment d’un de mes col­lab­o­ra­teurs », Lau­rent Ruquier, 9 mai 2015.

Crédit pho­to : Par­ti social­iste via Flickr (cc)

Enreg­istr­er

Voir aussi

Related Posts

L'Ojim fait sa rentrée

Bonjour à tous, après quelques semaines de vacances au cours desquelles nous avons sélectionné les meilleurs articles du premier semestre, nous reprenons le cours normal de nos parutions. Bonne rentrée pour certains d'entre vous, bonne fin de vacances pour les autres et bonne lecture pour tous.

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : première audience le 7 octobre 2020

Claude Chollet et l’Observatoire du journalisme (OJIM) ont été mis en examen par le procureur de la République à la demande de Monsieur Ramzi Khiroun, ancien chauffeur et garde du corps de DSK et maintenant porte-parole du groupe Lagardère. La mise en examen porte sur le délit d’injures publiques, susceptible d’une amende de 12.000 € et de dommages et intérêts supplémentaires. La première audience a lieu le 7 octobre. Pour nous aider à nous défendre et à nous développer, rejoignez nos donateurs.