Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Vœux à la presse de Macron, liberté côté cour, répression côté jardin

18 janvier 2020

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Vœux à la presse de Macron, liberté côté cour, répression côté jardin

Vœux à la presse de Macron, liberté côté cour, répression côté jardin

Le 15 janvier 2019, Emmanuel Macron a présenté ses traditionnels vœux à la presse, dont LCI en a fait la retranscription partielle. Retour sur les grands points exprimés à cette occasion.

Défense officielle de la liberté de la presse

Ceci étant dit, les défis ne sont pas minces. À com­mencer par la lib­erté qui pèse sur la lib­erté fon­da­men­tale de la presse. En 2019, 49 jour­nal­istes ont été tués parce qu’ils étaient jour­nal­istes.

L’une des pre­mières phras­es de Macron a con­sisté à se posi­tion­ner en faveur de la lib­erté de la presse, surtout con­cer­nant les jour­nal­istes tués à l’international. Sujet évo­qué par le dernier rap­port sur la lib­erté de la presse de RSF où l’on avait aus­si appris que la France n’était pas très bien classée dans le con­cert des nations…

Et mise en place de la muselière par la loi Avia

Mais der­rière les grands dis­cours lénifi­ants sur la “lib­erté fon­da­men­tale de la presse”, il y a la volon­té de musel­er la lib­erté d’expression et la défense par le gou­verne­ment (et Macron) de la loi Avia (qui s’attaque à la loi de 1881 sur la lib­erté de la presse). On peut aus­si men­tion­ner la pro­mo­tion par Cédric O, actuel secré­taire d’État au numérique, lors des votes relat­ifs à cette loi, d’un amende­ment visant à oblig­er “les annon­ceurs à pub­li­er la liste de tous les sites où ils dif­fusent leurs pub­lic­ités” afin de tuer les médias non con­formes. Macron n’hésite d’ailleurs pas aus­si à faire la pro­mo­tion de l’encadrement des jour­nal­istes pen­dant ces vœux.

Tout en encourageant un encadrement

Il faut évidem­ment réguler et régle­menter. Ne vous trompez pas en com­bat­tant toute forme de régu­la­tion, car la régu­la­tion a sauvé votre méti­er à plusieurs repris­es.

La régu­la­tion qui sauve, comme dans 1984 d’Orwell où la Novlangue pre­scrivait « la lib­erté c’est l’esclavage » Prob­a­ble­ment une manière de défendre la créa­tion récente d’un con­seil de déon­tolo­gie pour les jour­nal­istes , der­rière lequel on pré­sume la présence dis­crète mais agis­sante du gou­verne­ment.

Critique de la démocratisation du journalisme

Si cha­cun dans la rue peut faire du jour­nal­isme avec son télé­phone portable sans qu’on puisse savoir qui, com­ment et à quel moment… alors il n’y aura plus de jour­nal­iste.
Si quiconque peut se con­sid­ér­er comme jour­nal­iste, la capac­ité à tenir la vérité sera dif­fi­cile.

La pos­si­bil­ité don­née à cha­cun d’informer comme cela a été vu pen­dant les man­i­fes­ta­tions de gilets jaunes et autres, où un sim­ple télé­phone per­me­t­tait de suiv­re les événe­ments, ne sem­ble donc pas plaire au Prési­dent Macron. Imag­ine-t-il qu’empêcher n’importe qui de filmer une man­i­fes­ta­tion per­me­t­tra de mieux dis­simuler les tirs de flash-ball dans la tête de cer­tains man­i­fes­tants ? La capac­ité à tenir la vérité libérale lib­er­taire, leur vérité serait en effet con­fron­tée à moins de dif­fi­cultés.

Lutte contre les fake news et critique des réseaux sociaux

Nous sommes aus­si con­fron­tés à la lutte con­tre les fauss­es infor­ma­tions, les détourne­ments sur les réseaux soci­aux. L’é­d­u­ca­tion reste le fonde­ment de cette lutte.

Que serait main­tenant un dis­cours sur la presse sans évo­quer la lutte con­tre les fake news, dont l’éducation serait désor­mais le meilleur out­il ? En avant vers des cours spé­ci­aux de réé­d­u­ca­tion pour appren­dre à tra­quer les fauss­es infor­ma­tions ? Pour ce qui est des réseaux soci­aux, Macron rap­pelle sa défi­ance envers eux, con­forme à sa volon­té de les fli­quer.

Notre gou­verne­ment y tra­vaille pour les lim­iter en péri­ode élec­torale. Il est néces­saire, dans une péri­ode où chaque minute compte et où la démoc­ra­tie est en jeu, qu’un juge puisse rétablir la vérité.

Pour ce qui est des péri­odes élec­torales, Macron dit y tra­vailler, les GAFA le font déjà comme on a pu le con­stater lors des élec­tions européennes de 2019, ce qui ne l’empêche pas de les cri­ti­quer dans un amour-haine très macronien.

Attaque des GAFA

Aujour­d’hui, votre tra­vail est pil­lé par les grandes plate­formes du numérique.
Vous êtes l’ob­jet d’un chan­tage : celui du déréférence­ment. Les procé­dures sont engagées devant l’au­torité de la con­cur­rence et nous ne céderons rien. Il en va de la capac­ité de créer et d’in­former dans notre pays.

C’est donc à une véri­ta­ble charge con­tre les GAFA à laque­lle s’est adon­né Macron en écho aux prob­lèmes de Google avec la jus­tice française. Ce qui ne l’empêche cepen­dant pas de s’allier avec Face­book con­tre la lib­erté d’expression quand ça l’arrange.

C’est toute la magie de la poli­tique du “en même temps”, cri­ti­quer les GAFA mais les utilis­er, défendre en paroles la lib­erté de la presse et d’expression puis la restrein­dre en pra­tique. Le tout, accom­pa­g­né de « sym­pa­thiques » évo­lu­tions lég­isla­tives en per­spec­tive si on se fie à ses dires.

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

Laure Daussy

PORTRAIT — Lau­re Daussy, jour­nal­iste chez Arrêt sur images traque, tou­jours avec pugnac­ité et par­fois sec­tarisme, ce qu’elle con­sid­ère de façon axioma­tique comme des préjugés sex­istes, misog­y­nes, homo­phobes ou racistes dans les représen­ta­tions médi­a­tiques.

Jonathan Bouchet-Petersen

PORTRAIT — L’entourage pro­fes­sion­nel et famil­ial de Jonathan Bouchet-Petersen est mar­qué par ses liens avec le Par­ti social­iste et ses dirigeants : les réseaux strauss-kah­niens ou de Ségolène Roy­al, la Fon­da­tion Jean Jau­rès, l’agence de com­mu­ni­ca­tion Havas World­wide de Stéphane Fouks, la Netscouade, Medi­a­part…

Pascale Clark

PORTRAIT — Pas­cale Clark est jour­nal­iste sur France Inter où elle se fait par­ti­c­ulière­ment remar­quer pour sa morgue, son mépris et son par­ti pris face aux per­son­nal­ités poli­tiques de droite.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision