Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Macron et Facebook s’allient contre la liberté d’expression

28 décembre 2019

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Macron et Facebook s’allient contre la liberté d’expression

Macron et Facebook s’allient contre la liberté d’expression

Pre­mière dif­fu­sion le 23/11/2018 - Mise à jour le 14/09/2019

Ce 13 sep­tem­bre, l’heb­do­madaire Valeurs actuelles était cen­suré sur Face­book pour la pub­li­ca­tion d’un arti­cle sur les iden­ti­taires (voir l’en­cadré ci-dessous). Il s’ag­it d’une par­faite illus­tra­tion de la con­nivence désor­mais à l’œu­vre entre le pou­voir macronien et le réseau social et dont nous évo­quions les prémices en novem­bre 2018.

La poli­tique régle­men­taire de Face­book vient de faire une nou­velle vic­time : Valeurs actuelles. Ce ven­dre­di, le réseau social a cen­suré sur notre page l’article titré « Alex Hugo con­tre les “iden­ti­taires” : quand la télévi­sion publique fait sa pro­pa­gande pour les migrants » et partagé plus tôt dans la mat­inée. Motif de la sup­pres­sion ? « Votre pub­li­ca­tion ne respecte pas nos Stan­dards de la com­mu­nauté sur les indi­vidus et organ­ismes dan­gereux. » (Valeurs actuelles, 13/09/2019)


La France veut franchir un nouveau palier dans sa lutte contre les « discours de haine » sur les réseaux sociaux. Un journaliste de l’Observatoire était présent au Forum sur la gouvernance de l’internet (tenu à l’Unesco à Paris) le lundi 12 novembre 2018, jour où l’union sacrée Facebook/État français pour la restriction des libertés fondamentales a été annoncée par Emmanuel Macron. Ouverture des scellés.

Groupe de travail expérimental pour la chasse aux contenus

Le prési­dent a par­lé de « méth­ode coopéra­tive », unis­sant les capac­ités tech­nologiques de Face­book et les capac­ités répres­sives (en forte pro­gres­sion) de l’Etat français. Un groupe d’une dizaine de per­son­nes sera con­sti­tué à par­ité entre les deux entités, la privée et la publique. Du côté réseau, des cadres dirigeants. Du côté pub­lic, que du beau monde : le CSA (respon­s­able des con­tenus), l’Arcep (respon­s­able des télé­coms et de la régu­la­tion tech­nique, les con­tenants), la Dis­ic (direc­tion inter­min­istérielle des sys­tèmes d’information et de com­mu­ni­ca­tion) et le secré­tari­at d’Etat au numérique qui coor­donne.

Un périmètre incertain mais qui pourra augmenter

Cette « expéri­ence pilote pour six mois » per­me­t­tra en théorie aux agents de l’État d’avoir accès aux méth­odes de Face­book. Et qui sait à une par­tie juteuse de ses pré­cieuses bases de don­nées aux­quelles déjà la CIA et la NSA peu­vent accéder sur sim­ple demande d’un juge améri­cain. Oubliez la con­fi­den­tial­ité de vos don­nées, elle n’existait que peu de toutes façons, le réseau social se faisant piller régulière­ment, elle sera réduite à bien peu lorsque la Dil­crah, la délé­ga­tion inter­min­istérielle con­tre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti LGBT (vous pou­vez com­pléter la liste) met­tra son grand nez dans vos comptes sur le réseau social.

Contre la haine

Comme dis­ait ma grand-mère, l’enfer est pavé de bonnes inten­tions. La genèse de ce joli pro­jet remonte au mois de mais 2018 au som­met Tech for Good tenu à Paris. La Tech­nolo­gie (majus­cule) pour le Bien (autre majus­cule). Les puis­sances du Bien oeu­vrent con­tre les puis­sances du Mal de la haine (nous avons hésité pour la majus­cule à haine, finale­ment non). Comme elles sont le Bien, le Beau, le Vrai, le Riche (aus­si) elles peu­vent dire de manière pré­cise ce qu’est un dis­cours de haine : tout dis­cours s’opposant à leurs intérêts matériels et moraux.

De manière qua­si naïve et char­mante un arti­cle du Monde (mer­cre­di 14 novem­bre 2018) note :

« Plus large­ment, Emmanuel Macron cherche à mon­tr­er qu’il n’est pas inac­t­if face aux géants du numérique, dans la per­spec­tive des élec­tions européennes de mai 2019 » (sic).

Faute avouée n’est pas tou­jours par­don­née, le pro­jet com­mun est bien un pro­jet poli­tique pour encadr­er ceux qui pensent mal, écrivent mal, lisent mal, regar­dent mal, écoutent mal et surtout votent mal. La loi anti fake news/infox votée au Par­lement français va en ce sens. Comme égale­ment le rap­port de la député d’origine africaine En Marche Laeti­tia Avia qui pré­conise la créa­tion d’un régu­la­teur spé­ci­fique avec des pou­voirs rapi­des et coerci­tifs (sans doute don­nés au CSA) con­tre le racisme et la haine. Vous êtes prévenus.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).