Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
La chaîne CNews passée à la Question (comme à l’Inquisition)

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

12 mars 2024

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | Veille médias | La chaîne CNews passée à la Question (comme à l’Inquisition)

La chaîne CNews passée à la Question (comme à l’Inquisition)

Temps de lecture : 5 minutes

Dans un exercice stalinien, des journalistes et des dirigeants du groupe Canal+ sont passés en audition à l’Assemblée nationale. Interrogés par la commission parlementaire sur l’attribution des fréquences de la TNT, ils ont subi un procès à charge dans un exercice plus politique que médiatique.

À l’interrogatoire

C’est un inter­roga­toire qui pour­rait faire date. Jeu­di 29 févri­er 2024, des dirigeants du groupe Canal + et des journalistes/présentateurs vedettes de CNews : Lau­rence Fer­rari, Sonia Mabrouk et Pas­cal Praud ont été audi­tion­nés par la com­mis­sion par­lemen­taire sur l’attribution des fréquences de la TNT. Une journée entière con­sacrée aux chaînes de Vin­cent Bol­loré à savoir : Canal+, Canal+ Sport, Canal+ Cinéma(s) et Planète+, C8, CStar et donc CNews. C’est la chaîne d’informations en con­tin­ue qui a sus­cité le plus d’intérêt de la part des par­lemen­taires même C8 a été l’objet de quelques cri­tiques pour l’émission à suc­cès de Cyril Hanouna. Maxime Saa­da, PDG du groupe Canal+ a ain­si recon­nu que l’animateur pou­vait pro­duire « des débor­de­ments » tout en assumant ce risque.

Bête noire des Insoumis, notam­ment après son accrochage avec Louis Boyard (devenu député depuis) et peut-être pour des raisons plus sen­si­bles, Cyril Hanouna a cepen­dant été défendu par son patron qui a déclaré « quand on est sanc­tion­né, on se con­forme à la sanc­tion », ce à quoi le député LFI Aurélien Sain­toul a rétorqué que les amendes de l’ARCOM « ne sont pas dis­sua­sives ». S’il est par­fois reproché un manque d’objectivité aux acteurs du groupe Canal, dif­fi­cile de voir plus par­tial qu’un Insoumis pour apporter la critique .

Cyril Hanouna sera lui audi­tion­né le 14 mars par la com­mis­sion par­lemen­taire. Ironie de la petite his­toire, il devrait bat­tre les records d’audience pour un exer­ci­ce qui habituelle­ment ne déplace pas les foules !

CNews sur le grill

Le « procès » le plus atten­du de la journée était celui de CNews, la chaîne d’information en continue.

Au cœur de la polémique depuis la déci­sion de l’ARCOM sur le plu­ral­isme, déci­sion qui pour­rait pro­duire un effet papil­lon, la chaîne avait remis une pièce dans le Juke Box du poli­tique­ment cor­rect avec l’émission d’Aymeric Pour­baix « En quête d’esprit » dans laque­lle l’avortement est présen­té sous un aspect négatif dimanche 25 févri­er, qua­tre jours avant l’audition. Sur ce sujet, la direc­tion a décidé que la meilleure défense serait les excus­es et a donc plaidé coupable avec le directeur général de CNews Serge Ned­jar « une erreur impar­donnable », affir­mant même « c’est véri­ta­ble­ment un trau­ma­tisme » délais­sant un moment le con­cept de lib­erté d’expression et de plu­ral­isme sou­vent invo­qué par la chaîne.

Délit d’opinion pour la presse

La journée d’audition a égale­ment été mar­quée par quelques ful­gu­rances, à l’image de la déc­la­ra­tion de Pas­cal Praud :

« si vous vous con­tentez d’être pure­ment factuel et d’être un lecteur de dépêch­es, vous n’ap­pren­drez rien aux gens […] Il faut leur apporter une mise en per­spec­tive, un décryptage, une analyse ».

Les échanges ont aus­si été mar­qués par l’actualité au Proche-Ori­ent avec le député Caron, qui a reproché au directeur de la rédac­tion de CNews sur le nom­bre de pales­tiniens morts depuis l’offensive israéli­enne. Il a ain­si reproché à ce dernier de ne pas lire Libéra­tion et prof­ité de l’occasion pour faire val­oir son opin­ion sur le con­flit. Que CNews ait adop­té une pos­ture plutôt pro-israéli­enne ne porte pas de doute mais alors d’autres chaînes devraient être pointées du doigt pour leurs pris­es de posi­tions à l’image de LCI sur la guerre en Ukraine.

Tou­jours au ray­on du délit d’opinion, il a aus­si été reproché à Pas­cal Praud un tro­pisme « pro-russe » qui pour­tant ne saute pas aux yeux. Les détracteurs du jour­nal­iste ne sont pas par­venus à citer un inter­venant favor­able à Moscou…

La gauche Insoumise et Libé (Drahi ?) à la manœuvre, la corporation pas très « corpo »

Le député de la majorité Karl Olive, inter­rogé sur Europe 1, s’est dit lui-même été éton­né du traite­ment réservé à CNews et s’en est ému sur les ondes d’Europe 1 :

« Vous avez vécu dans un petit échan­til­lon de quelques heures ce que nous autres à l’Assemblée on vit H24 tous les jours depuis de cette 16ème lég­is­la­ture […] un irre­spect total […] »

évo­quant même une « garde à vue » et d’affirmer :

« c’est comme ça que ca se passe à la France Insoumise ».

Rare sou­tien jour­nal­is­tique, Françoise Dego­is, édi­to­ri­al­iste chez Sud Radio passée par France Inter et le cab­i­net min­istériel de Ségolène Roy­al, a tenu à dénon­cer une « inqui­si­tion […] pathé­tique » de la part de la LFI.

La pro­fes­sion, d’ordinaire très cor­po­ratiste n’a pas été ten­dre avec le cas CNews : ain­si le Huff­in­g­ton Post a‑t-il moqué une réponse de Maxime Saa­da au député Sain­toul en faisant référence à un dia­logue de sourds entre les deux per­son­nal­ités. Le jour­nal Libéra­tion a lui fon­cé sur la brèche du mea cul­pa de la chaîne et a ensuite pour­suivi son tra­vail d’investigation à charge à la manière d’un arbi­tre du plu­ral­isme. Un plu­ral­isme a géométrie vari­able, le jour­nal du mil­liar­daire Patrick Drahi, égale­ment pro­prié­taire de la chaîne con­cur­rente de CNews, BFMTV, ne s’est pas ému des pro­pos tenus par le député Véran qui a félic­ité quelques jours plus tard l’émission télévisé « Quo­ti­di­en » de refuser de recevoir des per­son­nal­ités qu’il con­sid­ère « d’extrême droite ».

Voir aus­si : L’OJIM saisit l’ARCOM pour faire respecter le plu­ral­isme poli­tique à la radio et à la télévision

Vidéos à la une