Accueil | Actualités | Médias | Quand la BBC se rêve chef de file de la lutte contre la désinformation
Pub­lié le 18 septembre 2019 | Éti­quettes : , , , , , , , , ,

Quand la BBC se rêve chef de file de la lutte contre la désinformation

Après l'International Fact-Checking Network (IFCN), l'Initiative pour la fiabilité de l'information lancée par RSF, et bien d’autres, la très politiquement correcte BBC, adepte du trucage, vient de lancer son initiative internationale de “lutte contre la désinformation dangereuse”.

Dans cette démarche, la chaîne anglaise s’est entourée de différents acteurs du monde médiatique, ainsi que du secteur du numérique.

GAFAM et grands médias internationaux au rendez-vous

Parmi les différents partenaires de cette initiative, on retrouve l’Union européenne de radiodiffusion (UER), aux côtés de Microsoft, Facebook et Google, les GAFAM étant désormais omniprésents et fréquemment associés aux projets émanant du monde médiatique.

Plusieurs médias anglo-saxons sont aussi présents comme le Financial Times, le Wall Street Journal (le même qui se réjouissait de l’élection de Macron), et la CBC/Radio-Canada. L’Europe continentale n’est pas en reste avec la participation de l’AFP, dont le traitement neutre de l’actualité reste à prouver, et de Reuters, accompagné de son Institut pour l’étude du journalisme. Un seul média hors du monde occidental est associé, il s’agit du journal indien The Hindu.

Enfin, l’ONG First Draft News, obsédée par la lutte contre la “désinformation”, sera aussi de la partie. En somme, une véritable équipe de choc.

Une initiative particulièrement intéressée par les élections

Pour le moment, cette initiative prendra quatre formes différentes que nous présente brièvement l’AFP. Il y aura entre les participants, une “collaboration pour faciliter l’accès à l’information du public dans le cadre d’élections”, un “partage d’expérience, notamment lors d’élections majeures”, “une campagne en ligne conjointe d’éducation aux médias” et “la création d’un système d’alerte entre les organisations partenaires sur les fausses informations les plus dangereuses, qu’elles soient une menace pour la vie des citoyens ou pour les processus démocratiques en période électorale”.

La lutte contre la désinformation prend un tournant similaire, celui de s’assurer que les citoyens aient les « bonnes informations » lors des élections. Pour éviter qu’ils votent “mal” ?

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This