Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Nicolas Beytout

16 janvier 2019

Temps de lecture : 16 minutes
Accueil | Portraits | Nicolas Beytout

Nicolas Beytout

La mondialisation a un visage…

« Rien qui dépasse. La mèche pro­pre­ment plaquée, une cra­vate sur une chemise bien mise, à fines rayures, ça va de soi, des chaus­sures bien cirées. Nico­las Beytout, 47 ans, directeur de la rédac­tion des Échos depuis 1996, a la tenue de l’emploi. Le bureau qui sied à son titre, sobre comme un livre de comptes. La mai­son est sérieuse, et Nico­las Beytout aus­si, qui la tient bien. Bien droite », « Nico­las Beytout, le man­i­tou », Libéra­tion, 15/09/2003

Groupe de Bilderberg, Le Siècle, Medef, Commission Trilatérale, ami intime de Nicolas Sarkozy, petit-fils de l’ancienne propriétaire des Échos, Nicolas Beytout est LE porte-voix de la pensée unique mondialiste dans les médias. Il est né en juin 1956 à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) et père de 4 enfants, dont Philippine, avocat pénaliste.

Petit fils (par alliance, mais sans lien direct de par­en­té, étant en fait le petit-fils de Pierre Beytout) de Jacque­line Beytout (née Egger en févri­er 1918 à Mar­seille), qui avait racheté à la famille de Ser­van-Schreiber Les Échos de l’exportation en 1963. Elle épouse en sec­on­des noces un riche marc­hand d’arachide danois à Dakar, Vigg­go Qvisi­gaard Petersen, dont elle héri­ta, à 46 ans, lorsqu’il mou­rut. Elle devait se remari­er en troisièmes noces, en 1957, avec Pierre Beytout, alors patron des lab­o­ra­toires Rous­sel. Direc­trice de la pub­li­ca­tion de 1966 à 1989, elle fait du jour­nal le plus impor­tant quo­ti­di­en économique français, finis­sant par ven­dre ses parts pour 885 mil­lions de francs au groupe de presse anglais Pear­son en 1988 (s’attirant alors les foudres d’É­douard Bal­ladur, min­istre de l’Économie et des finances). Pear­son détient notam­ment le Finan­cial Times et pos­sède 50 % de The Econ­o­mist, con­trôle les édi­tions Pen­guin, est le pre­mier groupe mon­di­al dans l’éducation, à une par­tic­i­pa­tion impor­tante dans RTL Group, pro­duit des émis­sions ou séries comme Alerte à Mal­ibu, La roue de la For­tune ou Le Juste prix.

Formation

Diplômé de l’In­sti­tut d’é­tudes poli­tiques de Paris et tit­u­laire d’une maîtrise de droit.

Parcours professionnel

Nicolas Beytout

Nico­las Beytout cro­qué par SuzyQ, pour l’O­jim

Jour­nal­iste à L’É­conomie (1978–1980) et à la Cor­re­spon­dance économique (groupe Bérard-Quélin, fon­da­teur du club très fer­mé Le Siè­cle), Nico­las Beytout a été jour­nal­iste puis rédac­teur en chef de la Let­tre des Échos (1981–1983).

Par la suite, il a gravi tous les éch­e­lons dans le pre­mier groupe de presse économique français (qui con­trôle ou a édité City, Le Panora­ma du médecin, Enjeux, Les Dynas­teurs, La Revue du prati­cien, L’Exportation, etc.), étant notam­ment chef du ser­vice économique, rédac­teur en chef (nom­mé par sa grand-mère Jacque­line Beytout), puis directeur de la rédac­tion des Échos à par­tir de 1997. Prési­dent du comité édi­to­r­i­al du groupe les Échos à par­tir de 2000, il a égale­ment été secré­taire général (1987–1989) puis vice-prési­dent (1989–1993) de l’Association des jour­nal­istes économiques.

En 2004, il rejoint Le Figaro comme directeur de la rédac­tion, mais suite à des ten­sions, il entre au groupe LVMH comme directeur du pôle médias et reprend la direc­tion des Échos que Bernard Arnault vient de racheter.

Chroniqueur à RTL (1999–2002), il a col­laboré à Europe 1, TF1 (avec « Les Ren­dez-vous de l’entreprise »), LCI (avec « l’Invité de l’Economie ») et I‑Télé (« Les points sur les i », « 17 heures poli­tique »). Il inter­vient désor­mais sur France Inter.

Depuis l’été 2012, Nico­las Beytout tra­vaille à lancer un site Inter­net payant cou­plé à un quo­ti­di­en papi­er général­iste qui s’appellera L’Opinion, « un jour­nal qui fera de l’information et de l’analyse » et dont la ligne édi­to­ri­ale sera « libérale, probusi­ness et proeu­ropéenne ». Une quin­zaine d’investisseurs sou­ti­en­nent le pro­jet, dont Nico­las Beytout lui-même qui en sera le pre­mier, majori­taire selon les statuts sur les ques­tions édi­to­ri­ales. Le numéro un de L’Opinion paraît le 15 mai 2013.

Quelques mois après son lance­ment, le pre­mier nou­veau quo­ti­di­en papi­er depuis Info­Matin (1994–1996), ne se vend qu’à 3.000 exem­plaires par jour, tout en revendi­quant un nom­bre d’abon­nés estimé à 13.500.

En novem­bre 2018 il atteint 1,5 mil­lions de vis­ites uniques pour le site, mais la dif­fu­sion papi­er n’est pas cer­ti­fiée par l’OJD et les comptes ne sont pas déposés au greffe – sauf en 2015.

Par ailleurs le jour­nal, bien que libéral, se plaint de ne recevoir que 198.586 € d’aides publiques en 2014 alors qu’il aurait droit à 1,5 mil­lions d’euros – il ne reçoit pas en effet l’aide aux jour­naux à faibles ressources pub­lic­i­taires, car il recourt de façon impor­tante à la vente aux tiers (hôtels, com­pag­nies aéri­ennes, clubs sportifs…) et l’aide au portage à domi­cile, réservée aux jour­naux qui ont plus de trois ans.

Fin août 2014, Médi­a­part révèle que le quo­ti­di­en est financé aux deux tiers pour un quart par Bernard Arnault (à la tête du groupe LVMH), qui a 22,8% du cap­i­tal, la Dow Jones & Cie mai­son mère du Wall Street Jour­nal (7,6%) pro­priété de Rupert Mur­doch – qui y a investi 2 mil­lions d’euros en 2015, et la dynas­tie Bet­ten­court (17%), qui a investi pour béné­fici­er d’une réduc­tion d’impôts – finale­ment accordée en 2017. La famille Bet­ten­court aurait investi 4,5 mil­lions d’euros au cap­i­tal et prêté 3 autres mil­lions. Par ailleurs une Société des amis de l’Opinion créée en 2015 a levé 1,6 mil­lions d’euros.

Parcours militant

Pour L’Obs (02/10/2012), il est un jour­nal­iste de droite : « Une petite sug­ges­tion pour com­mencer : et si on organ­i­sait un duel quo­ti­di­en d’éditorialistes sur France Info, vers 8h50 ? Un de droite, un de gauche, et que le moins bien-pen­sant gagne. Imag­i­nons un peu le cast­ing : Sylvie Pierre-Brosso­lette du Point con­tre le social-démoc­rate Lau­rent Jof­frin, Jean-Sébastien Fer­jou d’Atlantico con­tre son homo­logue gauchiste Pierre Has­ki… Et pen­dant ce temps-là, France Inter offrirait aus­si une chronique dans sa tranche mati­nale à Nico­las Beytout ».

Ce qu’il gagne

Selon Libéra­tion, Nico­las Beytout aurait gag­né 1 mil­lion d’euros min­i­mum par an en tant que PDG du quo­ti­di­en Les Échos.

Publications

Non ren­seigné

Collaborations

Juin 2011 : Ani­ma­teur des débats lors de la journée organ­isée par l’Association française des entre­pris­es privées (prési­dent Mau­rice Levy) sur le thème « La com­péti­tiv­ité des entre­pris­es en France ».

Mars 2010 : Par­tic­i­pant au « Dîn­er Moët Hen­nessy — les Échos en l’honneur des Young Lead­ers » organ­isé par la French-Amer­i­can Foun­da­tion (rap­port annuel 2011 de la French-Amer­i­can Foun­da­tion).

Mars 2009 : Con­férenci­er lors des « Ren­con­tres de Rennes » ayant pour thème « Sor­tir de la crise ».

Novem­bre 2007 : Ani­me le débat « La libéra­tion de la crois­sance : le rôle de la con­cur­rence » lors de la con­férence « La France et l’Union Européenne face à la poli­tique de con­cur­rence », organ­isée par le Mou­ve­ment Européen-France, Sci­ences Po et le CERI.

Mars 2007 : Con­tribu­teur à l’ouvrage « Com­bat­tre l’obscurantisme ; avec Robert Redek­er ». Ce livre, dirigé par Patrick Gaubert (prési­dent de la LICRA), « revient sur la genèse et la sig­ni­fi­ca­tion de cette affaire, notam­ment au tra­vers d’un entre­tien exclusif avec Robert Redek­er, et livre de nom­breux témoignages de sou­tien apportés par des intel­lectuels, des poli­tiques, des jour­nal­istes au pro­fesseur de philoso­phie ».

2003 : Par­tic­i­pant au col­loque fran­co-alle­mand d’E­vian réu­nis­sant 30 patrons de chaque côté du Rhin.

Mars 2002 : Ani­ma­teur de débats lors des « 16èmes Assis­es inter­na­tionales du mécé­nat d’entreprise »

1996 : Nom­mé au Comité nation­al de l’eu­ro, présidé par Jean Arthuis, il « mèn­era des réflex­ions et con­duira la con­cer­ta­tion et la coor­di­na­tion des ini­tia­tives rel­a­tives à la pré­pa­ra­tion de tous les acteurs con­cernés pour le pas­sage à la mon­naie unique ».

Invité du Cen­tre du luxe et de la créa­tion.

Il l’a dit

« Ce n’est pas parce que l’on pense que l’en­tre­prise privée a sou­vent plus d’ef­fi­cac­ité que l’en­tre­prise publique que l’on doit sys­té­ma­tique­ment bat­tre en brèche le ser­vice pub­lic. » « Nico­las Beytout, le man­i­tou », Libéra­tion, 15/09/2003.

« L’indépendance édi­to­ri­ale, ce n’est pas l’autonomie absolue par rap­port à un pro­prié­taire. Si vous voulez, moi, je pense que les jour­nal­istes français font par­fois un con­tre­sens à imag­in­er que l’indépendance, c’est l’autonomie absolue. Pen­dant très longtemps, on a vécu en France avec l’idée qu’un jour­nal avait une mis­sion, ce qu’il a prob­a­ble­ment, mais… avait une mis­sion, qu’il n’avait pas besoin de gag­n­er de l’argent et que, au fond, son pro­prié­taire n’avait qu’une chose à faire (…) se taire et pay­er », France Cul­ture, 06/10/2007, cité par Acrimed.

« Si j’é­tais de gauche, j’ador­erais l’ou­ver­ture. Je me réjouirais de ces manœu­vres qui éloignent les éléphants, frag­ilisent les gazelles et lais­sent une chance aux per­dreaux de l’an­née », Libéra­tion, 20/07/2007.

« Je sais. On le dit. Je suis froid. Mais je ne fais pas exprès », Ibid.

« En quelques années seule­ment, les États-Unis ont spec­tac­u­laire­ment réduit leur dépen­dance en matière d’énergie. Même chose pour l’économie : env­i­ron 600 000 emplois ont été créés dans ce pays et on va rapi­de­ment attein­dre le mil­lion. Les prix de cette énergie se sont effon­drés, les fac­tures des indus­triels et des par­ti­c­uliers avec. Le gaz coûte désor­mais 5 fois moins cher là-bas, alors qu’en France, GDF Suez et le gou­verne­ment jouent au ping-pong sur les hauss­es de tar­ifs. (…) Tous les écon­o­mistes s’accordent à dire que le grand bond en avant dans cette tech­nolo­gie a boosté la crois­sance améri­caine, une per­spec­tive que la France, évidem­ment, ne devrait pas nég­liger », « L’édito de Nico­las Beytout », France Inter, 17/09/2012.

« C’est vrai : le prob­lème est con­nu, et les solu­tions aus­si. Mais ce qui est nou­veau, c’est que ce hand­i­cap récur­rent de l’économie française a été aggravé par les deux vagues de hauss­es des impôts et des tax­es décidées par le gou­verne­ment Ayrault. Au lieu de réduire le coût du tra­vail, on a alour­di le poids des prélève­ments qui pèsent sur les entre­pris­es jusqu’à faire reculer leurs marges à un niveau que l’Insee juge his­torique­ment faible », « L’édito de Nico­las Beytout », France Inter, 05/11/2012.

« Car c’est bien la per­son­nal­ité de Mario Mon­ti et le train de réformes struc­turelles pro­fondes qu’il avait engagé qui ont con­tribué à éloign­er la crise finan­cière et les attaques con­tre l’Euro. (…)Il faut dire qu’il est très impop­u­laire en Ital­ie. Et pour cause : hausse des impôts, sup­pres­sion de plusieurs dizaines de départe­ments et de régions, réduc­tion de la dépense publique, ouver­ture à la con­cur­rence de cer­taines pro­fes­sions pro­tégées, il a lancé de véri­ta­bles réformes de struc­ture », « L’édito de Nico­las Beytout », France Inter, 10/12/2012.

A pro­pos du doc­u­men­taire-fic­tion « 2017, chronique d’une fail­lite annon­cée » : « Je me suis dit que ce serait bien d’es­say­er de refaire ce type de pro­gramme pour faire pren­dre con­science aux Français du poids de la dette et du risque qu’il y a à pouss­er, en per­ma­nence et devant nous, cette énorme boule de neige », france5.fr

« Cent fois j’ai ouvert cette bible [Pro­priétés de France Le Figaro]. Cent fois je l’ai feuil­letée, com­mençant par­fois par le Sud-Ouest (mon pays), par­fois par l’Ile-de-France (ma région). Cent fois j’ai rêvé, et pesté de ne pas en apercevoir plus sur toutes ces mer­veilles qui s’étalaient là, sur papi­er glacé. Cent fois admiré la France des pro­priétés, si belle dans sa diver­sité. Chaque région sa couleur de pier­res, les jaunes si chaudes, blanch­es si nettes, les rouges si fortes. À chaque endroit sa forme de toit, ses matéri­aux nobles ou rus­tiques, ses ouver­tures arrondies ou d’équerre. Une si grande var­iété est une vraie richesse. » proprietesdefrance.com

« Alors, vot­er pour quoi ? Pour que la France cesse de crain­dre la mon­di­al­i­sa­tion. Pour qu’elle abor­de avec un regard neuf la mod­erni­sa­tion et la réforme. Pour qu’elle admette l’in­no­va­tion, l’adap­ta­tion aux règles qua­si uni­verselles et aux exi­gences nou­velles. Pour qu’elle com­prenne qu’il est temps d’af­fron­ter les réal­ités et d’a­ban­don­ner quelques-unes de nos exclu­siv­ités — nos chimères — sans que cela sig­ni­fie pour autant abdi­quer tout par­tic­u­lar­isme », « Une nou­velle page » Le Figaro

« Rien ne nous a été épargné. L’at­ti­tude qu’ont adop­tée les pou­voirs publics depuis notre nais­sance [n’est pas] naturelle. Har­cèle­ment fis­cal, acharne­ment procé­duri­er, si l’on doit juger l’ex­is­tence d’un titre au niveau de tra­casseries et de coups bas dont il est vic­time, alors, oui: L’Opin­ion existe! Cette duplic­ité des pou­voirs publics à notre égard est à peine croy­able. Elle cul­mine dans l’ob­sti­na­tion avec laque­lle le gou­verne­ment nous tient à l’é­cart des aides à la presse, seul quo­ti­di­en nation­al à en être /systématiquement et arti­fi­cielle­ment exclu », BFM Busi­ness, 10/07/2017.

« Le gou­verne­ment par­lera d’imposer aux can­di­dats à l’entrée en fac des « préreq­uis ». Ain­si pour­ra-t-on ori­en­ter les impé­trants, fil­tr­er les inscrip­tions, exiger des qual­i­fi­ca­tions, déter­min­er des pro­fils, lim­iter le nomadisme uni­ver­si­taire. En un mot comme en cent, faire sans l’avouer de la sélec­tion à l’entrée en fac­ulté […] déjà les syn­di­cats étu­di­ants se dressent et men­a­cent : ils ne représen­tent qu’une toute petite minorité de jeunes mais peu­vent met­tre du monde dans les cortèges, y com­pris ceux qui rêvent de diplômes qu’ils n’auront pas, de tra­jec­toires uni­ver­si­taires qu’ils ne fer­ont qu’effleurer. Ils défend­ent la lib­erté de s’inscrire dans la fil­ière de leur choix. Ils veu­lent un droit à l’échec, ils ont un droit au gâchis », L’Opinion , 17/07/2017.

« Chaque fois qu’on ne pour­ra pas véri­fi­er quelque chose pour le ren­dre vraisem­blable, ce sera sup­posé d’abord être une Fak­e­News […] Il fau­dra que l’information soit vraisem­blable pour que ce ne soit pas une Fake News. Par­don, mais c’est une déf­i­ni­tion que je trou­ve absol­u­ment incroy­able », LCI, 30/05/2018.

« Mes grands-par­ents étaient pro­prié­taires du jour­nal Les Échos, et il m’a tou­jours paru naturel de penser à cette pro­fes­sion. Après mon bac sci­en­tifique, j’ai fait du droit pub­lic, avec l’idée de garder ouverte la gamme de choix la plus large pos­si­ble : car­rière dans le jour­nal­isme ou dans la fonc­tion publique. Finale­ment, je suis resté sur mon idée pre­mière, et j’ai inté­gré Sci­ences Po dans le but pré­cis de me for­mer au méti­er de jour­nal­iste », Emile, by Sci­ences Po Alum­ni, 04/10/2018.

« En tant que jour­nal­iste qui aime pro­fondé­ment son méti­er, j’avais for­cé­ment envie qu’un de mes enfants le fasse sien, mais en tant que père, je me dis­ais que ce n’était pas l’option la plus facile. D’autant que le jour­nal­isme est un domaine – ce n’est pas le seul – où le nom est une par­tie du cap­i­tal pro­fes­sion­nel », ibid.

« Les liens entre le jour­nal­isme et la jus­tice ont très pro­fondé­ment évolué depuis une quin­zaine d’années. Cela fait par­tie du grand mou­ve­ment de moral­i­sa­tion de la vie publique, qui n’a pas touché que la France […] le principe de la pré­somp­tion d’innocence n’existe plus ou qua­si­ment plus. Cela n’est pas dû sim­ple­ment aux mag­is­trats, mais aus­si aux réseaux soci­aux et à ce que sont devenus les médias », ibid.

« L’élection de François Fil­lon étant qua­si­ment acquise quelques semaines plus tôt, le retourne­ment incroy­able qui s’est pro­duit a don­né une valeur dra­ma­tique à la sit­u­a­tion, et a créé tout ce qu’il fal­lait pour que ça devi­enne tout à la fois une vraie affaire jour­nal­is­tique, poli­tique et judi­ci­aire. Mais ce qui est cer­tain, c’est que des affaires comme celles de François Fil­lon se déclenchent parce que cer­tains, mag­is­trats ou autres, le veu­lent ou y ont intérêt. […] Per­son­ne ne peut donc dire aujourd’hui que c’est arrivé par hasard », au sujet de l’affaire Fil­lon, ibid.

« Je trou­ve frap­pant de voir à quel point les hommes poli­tiques, aujourd’hui, n’ont plus le droit au respect. Dans la rue, ils sont inter­pel­lés de façon plus sèche et plus bru­tale que n’importe qui d’autre », ibid.

« Sur l’affaire Cahuzac, j’ai écrit deux édi­tos, l’un au moment de sa con­damna­tion en pre­mière instance, l’autre pour sa con­damna­tion en appel. À chaque fois, j’ai souligné le fait qu’il fal­lait pré­cisé­ment ne pas punir plus grave­ment cet homme au nom d’une exem­plar­ité illu­soire, et unique­ment parce que tout le monde pen­sait qu’il était un hor­ri­ble per­son­nage », ibid.

« Je me suis servi du papi­er pour installer le titre. Ma con­vic­tion est qu’Internet, c’est l’audience, tan­dis que le papi­er, c’est l’influence. Quand on a lancé le quo­ti­di­en, cela a per­mis à L’Opinion d’apparaître rapi­de­ment dans les revues de presse, de voir la mar­que relayée par les grands médias, ce qui nous a placés assez vite au-dessus de notre con­di­tion. Cela nous a servi d’accélérateur de notoriété, et c’est encore le cas », ibid.

« Je voy­ais la presse déclin­er, et je me dis­ais que si je fai­sais comme les autres, j’allais déclin­er aus­si […]. J’ai […] con­stru­it un jour­nal qui était fondé sur la créa­tion de valeur ajoutée. Pour ajouter de la valeur, et pré­ten­dre la ven­dre, il faut pro­pos­er aux lecteurs un con­tenu qu’ils ne peu­vent pas trou­ver ailleurs, ce qui néces­site d’avoir des jour­nal­istes très expéri­men­tés. Sur les 30 jour­nal­istes recrutés à L’Opinion, seule­ment trois sor­taient tout juste de l’école – Sci­ences Po en l’occurrence », ibid.

« Aujourd’hui, ceux qui débu­tent doivent avoir con­science que le méti­er a totale­ment changé, qu’il aura peut-être même dis­paru sous sa forme actuelle dans quelques dizaines d’années », ibid.

« Les Gilets jaunes sont défini­tive­ment inca­pables de s’organiser. La moin­dre ini­tia­tive des uns est sabotée par les autres […] La seule stratégie pos­si­ble pour le gou­verne­ment est donc claire : dis­cuter au plus près des ter­ri­toires avec la myr­i­ade de por­teurs de colères et de reven­di­ca­tions ; c’est l’objet du « débat nation­al ». Et réprimer plus sévère­ment ceux qui ont fait le choix de la vio­lence », L’Opinion, 06/01/2019.

« Plus la vio­lence est là, plus la légitim­ité du mou­ve­ment recule. Aux quelques cen­taines de jusqu’au-boutistes occu­pants des ronds-points, leurs cama­rades devraient faire enten­dre rai­son : leur obsti­na­tion se retourne déjà con­tre la cause même qu’ils défendaient. Les dégâts infligés à l’économie par ces nom­breux week-ends à l’arrêt sont immenses, le chô­mage par­tiel est devenu une réal­ité et, déjà frag­ilisée, la crois­sance peut lour­de­ment trébuch­er. […] Il reste à tous les sym­pa­thisants des Gilets jaunes quelques jours pour pren­dre con­science des risques que les plus durs font courir à l’ensemble du pays. Quelques jours seule­ment pour espér­er démar­rer 2019 sur une note dif­férente de ce qu’aura été l’année finis­sante […] ça suf­fit », L’Opinion, 25/12/2018.

« Si les Gilets jaunes n’ont pas obtenu tout ce qu’ils récla­maient – mais com­ment était-il pos­si­ble de sat­is­faire des reven­di­ca­tions aus­si hétéro­clites—, ils doivent recon­naître que le prési­dent de la République leur a con­cédé beau­coup. Et que leur lutte, provo­quée à l’origine par la hausse de la taxe car­bu­rants, a débouché sur un change­ment d’une ampleur inédite. Ayant obtenu beau­coup, les Gilets jaunes doivent main­tenant com­pren­dre qu’ils ne gag­neront rien de plus à main­tenir les blocages. Au con­traire : ils risquent de tout per­dre. Car la France a déjà énor­mé­ment souf­fert de ce mou­ve­ment, en par­ti­c­uli­er same­di après same­di », L’Opinion, 11/12/2018.

Sa nébuleuse

Le Siè­cle : mem­bre de ce club fondé en 1944, réu­nis­sant, depuis plus de 60 ans, la qua­si-total­ité du pou­voir poli­tique, économique, financier ou médi­a­tique français. Soit env­i­ron 600 per­son­nes qui con­cen­trent entre leurs mains l’essentiel du pou­voir. Tout gou­verne­ment, qu’il soit de droite ou de gauche, a du tiers à la moitié de ses mem­bres qui y appar­tient. (Emmanuel Rati­er, Au cœur du pou­voir). D’autres jour­nal­istes par­ticipent à ces dîn­ers men­su­els comme Lau­rent Jof­frin, David Pujadas, Michel Field, Patrick de Car­o­lis, Arlette Chabot, Alain-Gérard Sla­ma, Claude Imbert, Franz-Olivi­er Gies­bert, Pierre Assouline ou Emmanuel Chain.

Groupe de Bilder­berg : Invité trois fois par ce club mon­di­al­iste. « J’ai fait trois Bilder­berg. Mais on ne demande pas à par­ticiper : on est invité par le comité de direc­tion. Nous sommes instal­lés par ordre alphabé­tique, il n’y a absol­u­ment aucun pro­to­cole ni déco­rum. Des ses­sions thé­ma­tiques sont annon­cées à l’avance avec deux ou trois ora­teurs qui font un exposé avant d’ouvrir le débat avec la salle. La con­fi­den­tial­ité est un gage très grand de sincérité qui per­met aux par­tic­i­pants de dire vrai­ment ce qu’ils pensent (investigation.blog.lemonde.fr)». Le Groupe de Bilder­berg a été fondé en 1954 à l’Hô­tel Bilder­berg à Oster­beek à l’in­vi­ta­tion du Prince Bern­hard des Pays-Bas, co-fon­da­teur du Groupe avec David Rock­e­feller. Le Groupe de Bilder­berg est sans doute l’un des plus puis­sants réseaux d’in­flu­ence mon­di­ale. Il rassem­ble des per­son­nal­ités de tous les pays, lead­ers de la poli­tique, de l’é­conomie, de la finance, des médias, des respon­s­ables de l’ar­mée ou des ser­vices secrets, ain­si que quelques sci­en­tifiques et uni­ver­si­taires.

Com­mis­sion Tri­latérale : Mem­bre de cette organ­i­sa­tion privée fondée en 1973 à l’ini­tia­tive des prin­ci­paux dirigeants du groupe Bilder­berg et du Coun­cil on For­eign Rela­tions, par­mi lesquels David Rock­e­feller, Hen­ry Kissinger et Zbig­niew Brzezin­s­ki. Regroupant 300 à 400 per­son­nal­ités par­mi les plus influ­entes – hommes d’affaires, hommes poli­tiques, décideurs, « intel­lectuels » – de l’Europe occi­den­tale, de l’Amérique du Nord et de l’Asie Paci­fique (États dont la plu­part sont égale­ment mem­bres de l’OCDE), son but est de pro­mou­voir et con­stru­ire une coopéra­tion poli­tique et économique entre ces trois zones clés du monde, pôles de la Tri­ade. À l’in­star du groupe Bilder­berg, il s’ag­it d’un groupe par­ti­san de la doc­trine mon­di­al­iste, auquel cer­tains attribuent, au moins en par­tie, l’orches­tra­tion de la mon­di­al­i­sa­tion économique (source : Wikipé­dia).

MEDEF : Mem­bre du comité Éthique du MEDEF. Nico­las Beytout a été l’animateur de plusieurs réu­nions : « Quand les médias plombent, quand les médias per­me­t­tent », « La sol­i­dar­ité ou mourir : vers l’âge adulte du cap­i­tal­isme », « Le cap­i­tal­isme à but non lucratif : du cap­i­tal­isme créatif de Bill Gates au nou­veau cap­i­tal­isme de Mohamed Yunus ».

Syn­di­cat de la Presse Quo­ti­di­enne Nationale (SPQN) : Mem­bre de ce con­seil représen­tant les édi­teurs de la presse quo­ti­di­enne nationale: Le Monde, Le Figaro, Libéra­tion, Les Échos, La Tri­bune, L’Humanité, La Croix, Aujourd’hui en France, France Soir, L’Equipe, Le Jour­nal du Dimanche, L’International Her­ald Tri­bune, Paris Turf.

Nico­las Sarkozy : Il fait par­tie des invités au Fou­quet’s le 6 mai 2007 au soir, pour fêter la vic­toire de Nico­las Sarkozy à l’élec­tion prési­den­tielle. En 2011, la Société des jour­nal­istes s’est opposée à ce qu’il devi­enne édi­to­ri­al­iste des Échos, esti­mant que cette déci­sion «vio­le les deux textes fon­da­teurs qui pro­tè­gent l’indépen­dance des rédac­tions du groupe». Selon elle, «il n’est pas pos­si­ble que Nico­las Beytout, dont l’en­gage­ment au côté de Nico­las Sarkozy est pub­lic, porte, dans et hors des pub­li­ca­tions, l’im­age des Échos».

Fon­da­tion de France : mem­bre du Con­seil d’Administration. La Fon­da­tion de France « offre à toute per­son­ne physique ou morale la pos­si­bil­ité d’agir en faveur d’une cause qui lui tient à cœur, en créant sa pro­pre fon­da­tion. La Fon­da­tion de France respecte le désir du fon­da­teur, que celui-ci souhaite aider les per­son­nes les plus vul­nérables, soutenir la recherche, ou encore pro­téger l’environnement ».

Ils ont dit

« À un deux­ième niveau, Nico­las Sarkozy soigne les “seigneurs” des médias, rédac­teurs en chef et édi­to­ri­al­istes : tel Jean-Pierre Elk­a­b­bach, qui l’a con­sulté avant de recruter le jour­nal­iste chargé de le suiv­re, et qui l’a lais­sé par­ler vingt min­utes de plus en 2005, lors d’une inter­view, ce qui a provo­qué une protes­ta­tion de Chirac. Ou encore Jean-Marie Colom­bani, auteur d’éditoriaux flat­teurs à son égard. Mais aus­si Franz-Olivi­er Gies­bert (Le Point), Karl Zéro (ex-Canal Plus), Christophe Bar­bi­er (L’Express), Jérôme Bel­lay (Europe1), Nico­las Beytout (Le Figaro) », « Philippe Cohen : “Si Sarkozy n’existait pas, les médias l’auraient inven­té” », La Revue-médias, n°11.

« Les Échos est un quo­ti­di­en plus éli­tiste que les autres et pour lequel je prévois un grand avenir. C’est vrai­ment un quo­ti­di­en d’élite dirigeante. Main­tenant, je pense que Nico­las Beytout saura faire du Figaro le quo­ti­di­en que la bour­geoisie française n’a pas. Le Figaro de Robert Her­sant était davan­tage le quo­ti­di­en des nota­bles que celui de la classe dirigeante de ce pays », « Entre­tien avec Luciano Boso : Con­quérir les élites de demain » La Revue-médias, n°5.

« Com­ment faire cam­pagne pour le oui à la Con­sti­tu­tion européenne sans s’en­gager ouverte­ment dans les colonnes de son jour­nal ? La direc­tion du Figaro a trou­vé une solu­tion pour le moins sur­prenante, présen­tée la semaine dernière en comité de prévi­sion du mar­di par le directeur de la rédac­tion, Nico­las Beytout. L’idée donc : rédi­ger une péti­tion en faveur du oui et inviter la rédac­tion à recueil­lir des sig­na­tures de per­son­nal­ités, puis pub­li­er ladite péti­tion avec la liste de ses sig­nataires ­ si pos­si­ble nom­breux ­ dans le quo­ti­di­en, la semaine prochaine. (…) De son côté, Nico­las Beytout affir­mait hier que “jamais il n’a été ques­tion (…) que les jour­nal­istes sig­nent eux-mêmes”, ni “de rabat­tre des sig­na­tures” » « Embrouille sur l’Eu­rope au “Figaro” », Libéra­tion, 04/05/2005.

« Mes rela­tions avec Nico­las Beytout sont par­faite­ment exécrables. J’ai décou­vert la face cachée de Nico­las Beytout : per­ver­sité, arro­gance, mépris, mau­vaise foi », Erik Izraelewicz, ancien directeur de la rédac­tion des Échos, Rue89.com, 12 févri­er 2008.

« La nou­velle fait grin­cer des dents aux Échos : le patron de DI Group (fil­iale médias du groupe de luxe LVMH, pro­prié­taire du quo­ti­di­en les Échos) va ani­mer une émis­sion heb­do­madaire sur i‑Télé à par­tir du 13 sep­tem­bre. “Mélange des gen­res”, dénonce le SNJ, qui se mon­tr­era par­ti­c­ulière­ment vig­i­lant “à tout déra­page qui pour­rait porter atteinte à l’im­age et à l’indépen­dance des rédac­tions du groupe” », « Nico­las Beytout sur i‑Télé : il y a comme un hic », Libéra­tion, 12/09/2008.

« Le quo­ti­di­en économique Les Échos, racheté fin 2007 par le groupe de luxe LVMH, a adop­té une longue charte éthique des­tinée à garan­tir l’indépen­dance de la rédac­tion, notam­ment vis-à-vis des action­naires. (…) La charte rap­pelle que le prési­dent du groupe Les Échos, Nico­las Beytout, “ne fait pas par­tie des rédac­tions” et qu’il a le droit de s’ex­primer dans les médias “en tant que PDG” ou “sim­ple­ment sous son nom” », « Le jour­nal “Les Échos” adopte une charte éthique, Libéra­tion, 21/06/2010.

« Mais les jour­nal­istes ne veu­lent pas voir leur rédac­tion asso­ciée aux idées, légère­ment ori­en­tées à droite, de Beytout. D’où leur colère, hier, à le voir intro­n­isé édi­to­ri­al­iste pour les dif­férents titres du groupe (out­re le quo­ti­di­en, on compte Inve­stir, Enjeux ou encore Radio Clas­sique). “C’est aber­rant, tem­pête un jour­nal­iste, ça veut dire que pen­dant la cam­pagne, Nico­las Beytout sera le porte-parole des Échos sans être rat­taché à la direc­tion.” D’autres voient même celui qui fai­sait par­tie des invités VIP du Fouquet’s comme “le porte-parole de Sarkozy”» « Nico­las Beytout, faux départ des “Échos” », Libéra­tion, 30/09/2011.

« Nico­las Beytout pro­pose une analyse de l’actualité, ses pris­es de posi­tions ne sont pas idéologiques », Philippe Val dans « Radios garanties avec con­ser­va­teurs », Libéra­tion, 07/10/2012.

« L’Opin­ion revendique une dif­fu­sion de 35.000 exem­plaires par jour, y com­pris les exem­plaires dis­tribués gra­tu­ite­ment via des parte­nar­i­ats. « Nous nous don­nons deux ans pour attein­dre l’ob­jec­tif de rentabil­ité “, ajoute Nico­las Beytout. L’équili­bre pour­rait se situer autour de 30.000 exem­plaires payants, mais le titre n’ex­clut pas d’aug­menter son prix et d’ex­plor­er égale­ment d’autres sources de revenus. Dans l’im­mé­di­at, l’ap­port de 2 mil­lions d’eu­ros devrait per­me­t­tre de nou­veaux développe­ments et peut-être de nou­velles embauch­es alors que cer­tains, en interne, émet­tent des doutes sur la capac­ité de l’équipe (une quar­an­taine de salariés au total dont env­i­ron 25 jour­nal­istes) à absorber de nou­velles charges de tra­vail », Les Échos, 25/08/2014.

Crédit pho­to : MEDEF via Wiki­me­dia (cc)

Voir aussi

Related Posts

None found

Censure dans les médias et sur les réseaux sociaux

L'étau se resserre chaque semaine sur la liberté d'opinion et d'expression. Pour combattre la censure il faut déjà l'identifier.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).