Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Arlette Chabot
Mis à jour le

4 février 2013

Temps de lecture : 11 minutes

Arlette Chabot

Arlette Chabot et le journalisme : les noces d’émeraude

« Arlette Chabot appar­tient à un clan par­ti­c­ulière­ment nuis­i­ble dans le méti­er : les inamovi­bles », Jean-Luc Mélen­chon.

Arlette Chabot, cette grande timide décrite par ses collaborateurs comme autoritaire et parfois cassante, est née en juillet 1951 à Chartres (Eure-et-Loir). Indéboulonnable journaliste du Paysage Audiovisuel Français (PAF), elle a commencé sa carrière sous Pompidou il y a quarante ans et fait partie, comme quelques autres « vieux de la vieille » du patrimoine journalistique national. Certains l’accusent d’être ennuyeuse, lèche-bottes et soumise au pouvoir. D’autres voient en elle une grande professionnelle qui a su mener sa barque à bon port. Elle est la fille d’un industriel de la soudure.

Formation

Arlette Chabot a effec­tué une par­tie de sa sco­lar­ité chez les sœurs domini­caines de Nogent-sur-Marne. Elle est tit­u­laire d’un bac­calau­réat.

Parcours professionnel

En 1973, Arlette Chabot débute à 22 ans à la rédac­tion d’Inter TV comme reporter. Ce ser­vice de l’ORTF, rat­taché au min­istère français des Affaires étrangères, était spé­cial­isé dans la réal­i­sa­tion de reportages à des­ti­na­tion de la coopéra­tion inter­na­tionale, notam­ment vers l’Afrique. Après quelques mois, elle entre à France Inter.

De 1974 à 1984 : Ayant bril­lam­ment cou­vert une grève à Rungis, elle est pro­mue chef adjoint du ser­vice poli­tique de France Inter et devient présen­ta­trice des jour­naux du matin.

De 1984 à 1990 : Elle quitte France Inter en 1984 pour la rédac­tion de TF1. Elle est chef adjoint, puis chef du ser­vice poli­tique (1984–1989), avant de devenir grand reporter (1989-juil­let 1990).

1990 à 1992 : Elle est alors nom­mée rédac­trice en chef du ser­vice poli­tique et économique à la rédac­tion nationale de FR3.

1992 à 2011 : Elle est mutée au même poste à la rédac­tion de France 2 en 1992, où elle sera suc­ces­sive­ment rédac­trice en chef du ser­vice France (poli­tique, intérieure, économie, social) de sep­tem­bre 1992 à sep­tem­bre 1997, puis direc­trice adjointe de l’information de France 2, en charge de la rédac­tion (févri­er 1994-juil­let 1996), tout en étant par­al­lèle­ment co-présen­ta­trice avec Benoît Duquesne et Albert du Roy du mag­a­zine men­su­el « La France en direct » sur France 2 (jan­vi­er 1995-juil­let 1997). Direc­trice adjointe de la rédac­tion de France 2, en charge de la rédac­tion puis de la poli­tique édi­to­ri­ale (juil­let 1996–1998), sec­on­dant Jean-Luc Mano, alors directeur de l’information de France 2, elle co-présente avec Alain Duhamel, le mag­a­zine men­su­el « Franche­ment », de sep­tem­bre 1996 à juin 1997. À cette date, elle prend en charge le mag­a­zine men­su­el puis bimen­su­el (à par­tir de sep­tem­bre 1999), « Mots croisés », tou­jours sur France 2, qu’elle co-présente avec Alain Duhamel jusqu’en sep­tem­bre 2001.

Le 2 mai 2007, Arlette Chabot co-présente avec Patrick Poivre d’Ar­vor le débat télévisé du sec­ond tour de l’élec­tion prési­den­tielle entre Nico­las Sarkozy et Ségolène Roy­al.

Elle a été direc­trice déléguée de l’information sur France 2 de 2004 à 2010. Elle est démise de ses fonc­tions lorsque Pierre-Hen­ri Arn­stam devient directeur de l’in­for­ma­tion. Elle présente sa dernière émis­sion de télévi­sion avec « À vous de juger », le 7 avril 2011.

En févri­er 2011, elle est nom­mée direc­trice de l’in­for­ma­tion d’Europe 1 et ani­me égale­ment l’in­ter­view poli­tique dans « Europe 1 Soir » vers 18h40 et tous les mer­cre­dis « Expliquez-vous ». Elle rejoint en sep­tem­bre 2014 l’équipe des «Grandes Voix» d’Europe 1, aux côtés notam­ment des édi­to­ri­al­istes Michèle Cot­ta, Charles Vil­leneuve, Robert Namias ou Gérard Car­rey­rou. Par ailleurs, elle cesse d’animer les deux émis­sions « C’est arrivé cette semaine » et « C’est arrivé demain », le same­di et le dimanche à 9 heures sur cette antenne, à la faveur de David Abik­er.

Parcours militant

-

Ce qu’elle gagne

-

Publications

-

Collaborations

Jan­vi­er 2013 : Invitée lors la pre­mière céré­monie de remise du prix Françoise Giroud.

Décem­bre 2012 : Prési­dente du jury du Prix du Trom­binoscope

Novem­bre 2012 : Ani­ma­trice du débat « Mariage et homo­parental­ité : quels enjeux ? » organ­isé par l’Institut Uni­ver­si­taire Elie Wiesel et le Col­lège des Bernardins avec : Christophe Girard, maire du 4ème arrondisse­ment de Paris, Con­seiller Région­al d’Ile- de-France ; Elis­a­beth Roudi­nesco, psy­ch­an­a­lyste et his­to­ri­enne de la psy­ch­analyse ; Yeshaya Dal­sace, Rab­bin de la com­mu­nauté Dor Vador à Paris ; Michel de Virville, Directeur du Col­lège des Bernardins.

Juil­let 2012 : Jour­nal­iste mod­éra­teur lors des « Ren­con­tres Économiques d’Aix-en-Provence ».

Décem­bre 2010 : Elle par­ticipe avec Jean-Michel Ribes aux « États généraux de l’emploi des jeunes en Europe » organ­isés par Rachi­da Dati. Deux jours plus tard, elle reçoit Rachi­da Dati à la télévi­sion pour un débat avec Marine Le Pen.

Mars 2010 : Elle par­ticipe au dîn­er annuel de l’association SOS Racisme.

En octo­bre 2008, elle reçoit, en même temps que Jean-Michel Apathie, le Prix Roland Dorgelès, décerné aux jour­nal­istes qui « con­tribuent au ray­on­nement de la langue française ».

Avril 2004 : Arlette Chabot est élevée par Renaud Donnedieu de Vabres, min­istre de la Cul­ture et de la com­mu­ni­ca­tion, au grade de cheva­lier de la Légion d’hon­neur.

2004 : Mem­bre du jury du livre poli­tique 2004.

2003 : Gag­nante du trophée « Whirlpool “Com­mu­ni­ca­tion” »

1996 : Alors direc­trice adjointe de l’in­for­ma­tion de France 2, elle a ani­mé un débat avec le prési­dent de France Télé­com. Un an plus tard, elle s’explique dans un com­mu­niqué : « il ne s’ag­it ni d’un faux jour­nal, ni d’une fausse émis­sion, ni d’un film, ni évidem­ment d’une démarche à car­ac­tère pub­lic­i­taire, ni d’une inter­ven­tion en faveur de la pri­vati­sa­tion (…) Cette inter­ven­tion est la seule que j’ai faite. »

Elle l’a dit

« Je ne suis pas là pour être pop­u­laire, mais pour l’intérêt général. Les gens ne sup­por­t­ent pas qu’on leur dise la réal­ité. Moi, j’ai vite vu que danser au Crazy Horse, ce ne serait pas pos­si­ble. Moi je n’étais pas blonde aux yeux bleus. On m’a bien fait com­pren­dre, à une péri­ode, qu’avec ma tronche, j’avais peu de chance de présen­ter une émis­sion. Quand on n’est pas ravis­sante à 25 ans, on paraît moins moche à 50 ! » « Arlette Chabot, ne nous payons pas sa tête », La Parisi­enne, 26 févri­er 2010

« C’est la cul­ture ban­lieue qui entre dans le débat poli­tique. Tous les coups sont per­mis », « Échange d’in­sultes entre Daniel Cohn-Ben­dit et François Bay­rou », Le Point, 4 juin 2009

« Les alter­nances poli­tiques ont per­mis de beau­coup relâch­er les pres­sions. Ce qui a changé, c’est qu’il n’y a plus beau­coup de grands débats idéologiques, de batailles d’idées. L’é­conomie s’im­pose davan­tage de cadres, et l’Eu­rope réduit les marges de manœu­vre. Les poli­tiques déci­dent néan­moins de la vie des autres, même si ce sont les acteurs économiques qui tien­nent les ficelles. C’est pour cela qu’il est impor­tant de savoir ce que les hommes poli­tiques pensent. L’im­por­tant, c’est de savoir ce qu’au fond peut être la poli­tique moné­taire, pas d’ap­pren­dre à qui Nico­las Sarkozy a fait un sourire aujour­d’hui. Ces dernières années, les hommes poli­tiques ont évolué, les jour­nal­istes aus­si. Ils sont un peu for­matés de la même façon, surtout à Paris. Il y a quelques années, les poli­tiques venaient d’hori­zons beau­coup plus var­iés. On ne voit per­son­ne aujour­d’hui qui incar­ne la classe ouvrière. Il n’y a pas de rem­plaçant à Mar­cel Debarge. Mais il n’y a pas non plus beau­coup de fils d’ou­vri­ers ou de paysans qui devi­en­nent jour­nal­istes. » « Arlette Chabot : “Sor­tir du bocal” », Sud-Ouest, 10 novem­bre 2010

« Méfiez vous de la théorie du com­plot. L’idée que les médias tra­di­tion­nels vous cacheraient la vérité. C’est vrai grâce à Inter­net aucune infor­ma­tion ne pour­ra être dis­simulée, mais un jour vous appren­drez que vous avez été manip­ulé, trompé » « Médias: quand la pen­sée unique s’en prend à la pen­sée unique », Mar­i­anne, 9 févri­er 2010

« “[Les femmes] ont peur de tout sac­ri­fi­er, mais les temps ont changé. Quand j’é­tais jeune, s’éloign­er quelques mois d’une rédac­tion pour faire un bébé sig­nifi­ait qu’on tirait un trait sur sa car­rière. C’é­tait “Marche ou crève” ! Résul­tat, je ne me suis pas mar­iée et je n’ai pas d’en­fants… Heureuse­ment, ça ne se passe plus comme ça aujour­d’hui. » « Arlette Chabot : La jour­nal­iste dévoile pourquoi elle ne s’est jamais mar­iée… », PurePeople.com, 1er avril 2009

« J’ai pris con­nais­sance du com­mu­niqué émanant du CRIF con­cer­nant le com­men­taire du voy­age du prési­dent Bush en Israël dif­fusé dans le jour­nal de 20 heures du mer­cre­di 9 jan­vi­er. Vous retenez la for­mule du jour­nal­iste qual­i­fi­ant “de déra­page de lan­gage” la phrase du prési­dent améri­cain par­lant de la “sécu­rité d’Israël en tant qu’Etat Juif”. La for­mu­la­tion jour­nal­is­tique aurait dû être dif­férente de manière à ce qu’il soit claire­ment établi que cette cri­tique avait été exprimée par des respon­s­ables pales­tiniens. Notre jour­nal­iste Philippe Rochot est un jour­nal­iste très expéri­men­té. Ce jour-là excep­tion­nelle­ment il a été mal­adroit mais en aucun cas il n’a voulu être mal­hon­nête. Pour éviter tout malen­ten­du je vous présente nos excus­es, vos remar­ques ayant été com­pris­es et accep­tées. » « Affaire Rochot : Chabot présente ses excus­es à Prasquier », Crif.org, 14 jan­vi­er 2008

« Un sen­ti­ment totale­ment fou tend à se répan­dre selon lequel les vraies infor­ma­tions seraient dif­fusées sur le Web tan­dis que les médias tra­di­tion­nels cacheraient des vérités ! C’est faux et injurieux pour tous les jour­nal­istes. Quand des images créent un buzz sur Inter­net, nous ne pou­vons nous con­tenter de les repren­dre sans con­naître leur orig­ine. Sur “l’af­faire Hort­e­feux”, nous ne pou­vions dif­fuser la séquence sans la ver­sion du min­istre, sans enquêter sur les con­di­tions du tour­nage. Nous avons aus­si con­tac­té le mil­i­tant inter­pel­lé et les témoins de la scène. Au-delà de cet épisode, la mise en ligne d’im­ages dont on ne con­naît pas la traça­bil­ité nous pose prob­lème. Nous ne pou­vons ni pren­dre le risque d’être manip­ulés ni celui de rater une infor­ma­tion », « Arlette Chabot : «Le 20 heures n’est pas mort», Le Figaro, 7 octo­bre 2009

« Je vous demande de ne pas con­sid­ér­er ce reportage comme une nou­velle man­i­fes­ta­tion de l’arrogance fran­co-française mais plutôt comme une insuff­i­sance pro­fes­sion­nelle. La fron­tière entre par­adis fis­cal, blanchi­ment d’argent et secret ban­caire n’était pas vrai­ment établie. La mise en image était facile, voire de mau­vais goût » « Arlette Chabot enfonce les jour­nal­istes de France 2 », Le Nou­v­el Obser­va­teur, 22 octo­bre 2008

« On est un ser­vice pub­lic qui donne le parole à tous les par­tis et respecte le plu­ral­isme », « Chabot à Goll­nisch : «La télévi­sion n’a pas à tenir compte des débats internes aux par­tis», Libéra­tion, 10 décem­bre 2010

« En résumé, j’ose le dire, tout cela est anti­dé­moc­ra­tique [la règle de l’équité des temps de parole] ! Les jour­nal­istes sont des gens respon­s­ables. Si on nous laisse faire, on fera par­ler tous ceux qui vont jouer un rôle dans cette cam­pagne. Et je pense, en effet, que les can­di­dats qui ont zéro pour cent d’in­ten­tions de vote dans les sondages ne peu­vent pas avoir le même traite­ment que ceux qui pèsent dans la cam­pagne », « Arlette Chabot : “Le sys­tème des temps de parole est anti­dé­moc­ra­tique” », Le Point, 6 févri­er 2012

« J’ai été très bien traitée. Man­i­feste­ment, j’avais fait des choses qui avaient déplu au groupe Bouygues. On m’a très bien payée et mise dans un plac­ard doré. J’avais envie de faire mon méti­er, j’ai quit­té TF1 pour France 3 », « Faut-il sauver le sol­dat Arlette Chabot ? », Le Point, 6 juil­let 2010

« Je suis très timide. Avant quar­ante ans, je n’ai jamais pu ren­tr­er dans un mag­a­sin pour m’acheter une paire de chaus­sures seule. Aujourd’hui je le fais, mais je suis mal à l’aise. Il y a encore des endroits où je n’ose pas entr­er », « Arlette Chabot », Le nou­v­el Econ­o­miste, n°1269.

Sa nébuleuse

Mem­bre du Club Le Siè­cle, fondé en 1944 et réu­nis­sant, depuis plus de 60 ans, la qua­si-total­ité du pou­voir poli­tique, économique, financier, cul­turel et médi­a­tique français. Soit env­i­ron 600 per­son­nes qui con­cen­trent entre leurs mains l’essentiel du pou­voir. Tout gou­verne­ment, qu’il soit de droite ou de gauche, a du tiers à la moitié de ses mem­bres qui y appar­tient (Emmanuel Rati­er, Au cœur du pou­voir). D’autres jour­nal­istes par­ticipent à ces dîn­ers men­su­els comme Lau­rent Jof­frin, David Pujadas (France 2), Michel Field (Europe 1), Patrick de Car­o­lis, Alain-Gérard Sla­ma (Le Figaro, France Cul­ture), Claude Imbert (Le Point), Franz-Olivi­er Gies­bert (Le Point, France 2), Emmanuel Chain, Pierre Assouline, etc.

Ils ont dit

« À l’intérieur, Arlette Chabot est très bien [chef du ser­vice poli­tique], ne surtout pas la met­tre dans un plac­ard car elle retourn­erai [sic] à TF1. » Extrait d’une note secrète du cab­i­net d’Edouard Bal­ladur, alors Pre­mier min­istre, datant de 1993

« Chaque appari­tion d’Arlette Chabot sur France 2 dégage de l’ennui à flots si con­ti­nus qu’elle fini­ra bien par plonger quelques-uns de ses mal­heureux téléspec­ta­teurs dans une neurasthénie sui­cidaire. Jeu­di 30 novem­bre, la Madone du Monot­o­ne “reçoit” Nico­las Sarkozy à l’heure con­v­enue de son office », « Sarko “chez” la Madone du Monot­o­ne », Bakchich, 06 décem­bre 2006

Arlette Chabot : « Quoi qu’il arrive, vous irez jusqu’au bout dans cette cam­pagne prési­den­tielle, mon­sieur Chirac ? Vous n’avez pas l’intention de renon­cer ? »
Jacques Chirac : « Vous par­lez sérieuse­ment ou vous faites de l’humour ? Arlette Chabot, soyons sérieux, je vous en prie… », La Parisi­enne, 26 févri­er 2010

« En revanche, il était intariss­able sur “l’ineptie” des jour­nal­istes et leur “manque de cul­ture”. Les noms de Lau­rent Ruquier, Arlette Chabot et Patrick Sébastien ont été pronon­cés, et opposés à la sagesse d’un François-Hen­ri de Virieu qui a bercé les soirées télé du Prési­dent dans les années 1970. Pau­vre Arlette ! Quand on pense aux efforts qu’elle a faits pour lui durant la cam­pagne, on a de la peine pour elle. S’il les a dénon­cés devant un parterre de con­vives aus­si bavards (il y avait aus­si plusieurs con­seillers, comme Cather­ine Pégard, Hen­ri Guaino et Georges-Marc Ben­amou) c’est sans doute que le prési­dent souhaitait que le mes­sage fût trans­mis à qui de droit. Voilà qui est fait. » « Sarkozy : Chabot ? Elle est nulle! » Marianne.net, 06/12/2007.

« L’ex­péri­ence, la com­pé­tence et l’indépen­dance d’Ar­lette Chabot s’in­scrivent naturelle­ment dans le pro­jet d’ac­croître encore la crédi­bil­ité de l’in­for­ma­tion d’Europe 1. Arlette Chabot s’ap­puiera sur une rédac­tion qui a démon­tré ses com­pé­tences et sa réac­tiv­ité », Denis Olivennes, PDG d’Europe 1, Sud-Ouest, 16 févri­er 2011

« Elle [Arlette Chabot] était comme une boule dans un flip­per », Jean-Luc Mélen­chon dans l’émission « Les Grandes Gueules », RMC, 05 juin 2009

« Un peu comme un tsuna­mi, une colère de Nico­las Sarkozy con­tre Arlette Chabot est sur­v­enue, mer­cre­di, dans les couliss­es de l’in­ter­view prési­den­tielle, d’après plusieurs témoins présents à New York. La direc­trice de l’in­for­ma­tion de France 2 a subi de la part du chef de l’É­tat une “humil­i­a­tion d’un quart d’heure”. (…) Man­i­feste­ment “à cran”, Nico­las Sarkozy part aus­sitôt en flèche. Il se plaint de l’ab­sence… de “vraies émis­sions poli­tiques” sur le ser­vice pub­lic, regret­tant feue « L’Heure de vérité » de François-Hen­ri de Virieu. » « La colère noire de Sarkozy con­tre Chabot », Le Point, 24 sep­tem­bre 2009.

« Same­di on a trin­qué. La sai­son poli­tique com­mence par une vive sat­is­fac­tion. Une nou­velle accueil­lie par mon équipe d’amis et col­lab­o­ra­teurs avec des éclats de rire et une tournée générale : Arlette Chabot ne peut plus nous nuire. Il parait que d’aucuns s’apprêtent à nous la repein­dre en mar­tyr ! Trop drôle ! Ce passe-plat de la droite qui a mis en scène le débat pour­ri sur l’identité nationale ! Cette réc­i­tante du oui ! oui ! oui ! mille fois oui ! à la Con­sti­tu­tion européenne ? Cette organ­isatrice car­i­cat­u­rale des débats pugi­lats, des plateaux sur­chargés où il faut jouer des coudes pour gliss­er trois mots entre ses admon­es­ta­tions mater­nal­istes, ses grands airs et ses gri­maces à l‘antenne pen­dant que les autres par­lent ! Sans oubli­er sa bru­tal­ité et sa grossièreté avec les gens qu’elle avait dans le nez. Car je ne m’étends pas sur les méth­odes quelle m’a appliquées mais j’en rap­pelle les moments forts : cinq “télé-matin” annulés en dernière minute, ma séques­tra­tion pen­dant une soirée élec­torale. J’en ai encore la chair de poule. Ouf, c’est fini ! Il fait beau, il n’y a plus Chabot ! Bon débar­ras ! Ceux qui, à gauche, la plaig­nent ou se la jouent en défenseurs de je ne sais quelle lib­erté sont des hyp­ocrites. Ou des com­men­saux. Sa des­ti­tu­tion n’a aucune sig­ni­fi­ca­tion poli­tique. Cette femme appar­tient au sérail et elle est vic­time d’une passe d’arme entre gens du même bord. Elle appar­tient de sur­croit à un clan par­ti­c­ulière­ment nuis­i­ble dans le méti­er, les inamovi­bles. Per­clus de copinages mul­ti­ples et d’amnisties mutuelles, de ser­vices récipro­ques et d’arrangements à géométrie poli­tique vari­able, ils sont quelques uns de cet acabit qui obstru­ent les pores de maintes rédac­tions. » « Il fait beau, il n’y a plus Chabot ! » jean-luc-melenchon.fr, 24 août 2010

« Que M. Besson, Mme Le Pen et Mme Chabot restent entre eux », Vin­cent Peil­lon (PS) dans « Iden­tité : Peil­lon refuse le débat sur F2 », Le Figaro, 14 jan­vi­er 2010

« En pleine actu­al­ité sur le CPE, j’ai reçu le prési­dent de l’Unef, Bruno Jul­liard, dans mon émis­sion, et je lui ai demandé ce qu’il pen­sait du fait que Béa­trice Schön­berg soit la com­pagne d’un min­istre en exer­ci­ce. Deux heures après la fin du tour­nage de l’émission, j’ai reçu un appel d’Arlette Chabot sur mon portable, hurlant qu’elle trou­vait ma ques­tion dégueu­lasse. Le ton n’était pas agréable, mais on a le droit de télé­phon­er à quel­qu’un pour l’engueuler. Par con­tre, cet appel sig­nifi­ait qu’elle avait vu l’émission avant sa dif­fu­sion. Et ça, ce n’était pas bien », « Daniel Schnei­der­mann : Je peux être dur, c’est mon tem­péra­ment », La Revue Médias, n°22

« Les obsèques de Jean-Luc Lagardère mobil­isèrent un aréopage plus impres­sion­nant encore que celui qui avait salué la dépouille de Fran­cis Bouygues dix ans plus tôt. Retenu par le déclenche­ment de la guerre d’I­rak, le prési­dent de la République ne put se ren­dre à la céré­monie, mais, out­re le Pre­mier min­istre, cinq anciens Pre­miers min­istres, les min­istres des Affaires étrangères, de l’In­térieur, de la Défense, de l’É­d­u­ca­tion, du Bud­get, de la Cul­ture, la moitié des patrons du CAC 40 et le prési­dent du Medef étaient venus. La nomen­klatu­ra des médias tenait son rang elle aus­si : Dominique Baud­is, le prési­dent du CSA, côtoy­ait Arlette Chabot, Jean-Pierre Elk­a­b­bach, Michel Druck­er, Claire Chaz­al, Guil­laume Durand, etc. Édi­teur chez Gras­set (groupe Hachette), Bernard-Hen­ri Lévy prononça l’hom­mage final », Les nou­veaux chiens de garde, Nou­velle édi­tion actu­al­isée et aug­men­tée (2005), Serge Hal­i­mi.

Crédit phto : DR

Voir aussi

Related Posts

None found

Coronavirus et confinement dans les médias

Le coronavirus est légitimement au centre des analyses des médias. Comment certains essaient-ils encore d'édulcorer les faits ? Comment d'autres sont-ils rattrapés par le principe de réalité ?

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision