Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Mediapart dévoile les actionnaires cachés de L’Opinion

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

24 août 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Mediapart dévoile les actionnaires cachés de L’Opinion

Mediapart dévoile les actionnaires cachés de L’Opinion

Temps de lecture : 2 minutes

Nicolas Beytout avait voulu maintenir le mystère autour des actionnaires de son quotidien, lancé en mai dernier. Mais celui-ci n’aura duré qu’un peu plus d’un an.

Après une enquête, Medi­a­part vient de lever le voile sur cette fameuse « quin­zaine d’in­vestis­seurs, dont aucun n’a de minorité de blocage » qui se cachait der­rière L’Opin­ion. Ce ven­dre­di 22 août, le média en ligne annonce que « les deux prin­ci­paux financeurs se révè­lent être Bernard Arnault ain­si que les Bet­ten­court ».

Bernard Arnault, qui détient Les Échos, aurait investi 6 mil­lions d’eu­ros via une fil­iale de son groupe, LVMH. Quant à la famille Bet­ten­court, elle a apporté 3,2 mil­lions d’eu­ros via la hold­ing Thé­tys et con­trôle ain­si 13,4 % du cap­i­tal. Ain­si, les « deux tiers » des fonds se révè­lent être détenus par les deux plus grandes for­tunes françaises.

Medi­a­part a tiré ces révéla­tions chiffrées d’un doc­u­ment présen­té par Bey Médias, société éditrice du titre, au tri­bunal de com­merce de Paris suite à une aug­men­ta­tion de cap­i­tal en juil­let. Si l’anony­mat des investis­seurs avait été con­servé, c’est, selon Nico­las Beytout, « parce qu’il y avait des gens qui n’é­taient pas là pour des raisons poli­tiques, mais pour par­ticiper à un pro­jet de presse ».

Voir aussi notre infographie de Mediapart

Crédit pho­to : Ojim (cc)