Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Emmanuel Chain
Mis à jour le

20 août 2018

Temps de lecture : 11 minutes

Emmanuel Chain

L’info business

Emmanuel Chain est né en août 1962 à Neuilly-sur-Seine. Fils d’un neurologue, François Chain, et d’une psychothérapeute, Marie-Claire Cornély, il a été marié avec une psychiatre, Catherine Joubert, avant de se rapprocher, un temps, de Mazarine Pingeot, la fille adultérine de François Mitterrand ou de Flavie Flament. Emmanuel Chain a évoqué dans un entretien le sort de ses grands-parents maternels, des juifs d’Europe Centrale, déportés durant la seconde guerre mondiale.

Il épouse en 2013 la réal­isatrice Valérie Guigna­bodet, qui meurt subite­ment en 2016.

Formation

Passé par le col­lège Stanis­las et le lycée Hen­ri IV, il fut le condis­ci­ple de François-Hen­ri Pin­ault à HEC (pro­mo­tion 1985).

Parcours professionnel

Emmanuel Chain

Emmanuel Chain, cro­qué par SuzyQ pour l’O­jim

Il fait ses class­es à la divi­sion mar­ket­ing du BSN en 1985 avant d’être chef de groupe du même départe­ment, à Turin (Ital­ie), pour Danone.

Juil­let 1987 : Il entre comme sta­giaire à France Inter grâce au sou­tien de l’un de ses anciens pro­fesseurs, Guil­laume Durand.

Sep­tem­bre 1987 à 1988 : Il rejoint M6 où il ani­me « M6 Finances », un clip financier quo­ti­di­en spon­sorisé par le Crédit Lyon­nais.

1988 à 2003 : Présen­ta­teur du mag­a­zine « Cap­i­tal » sur M6. L’émission recevra le 7 d’Or du meilleur mag­a­zine télévi­suel en 1996 et Emmanuel Chain celui du meilleur ani­ma­teur de mag­a­zine de société en 1997, celui de la meilleure réal­i­sa­tion en 1998 et de la meilleure émis­sion d’information de débat et de société en 1999. Grâce à son suc­cès d’audience, Emmanuel Chain est nom­mé directeur de l’in­for­ma­tion sur M6.

1996 à sep­tem­bre 1999 : Il pré­side « C. Pro­duc­tions », fil­iale de M6.

1997 à sep­tem­bre 1999 : Il est directeur de l’information et des mag­a­zines d’information de M6.

1997 : Emmanuel Chain est l’un des trois jour­nal­istes, avec Michel Field et Alexan­dre Adler, choi­sis par l’Elysée pour inter­roger Jacques Chirac.

1999 : Il crée, avec Thier­ry Robert (ren­con­tré au lycée Hen­ri IV), la société de pro­duc­tion Éléphant & Cie (allu­sion au film d’Yves Robert), avec laque­lle il pro­duit des émis­sions pour Téva et France 2. Elle pro­duira entre autres, « Plus vite que la musique », « Pro­duits Stars », « Mis­ter Biz », pour M6, « Sexe pour TF6 », « 7 à 8 » pour TF1, « A notre san­té » pour France 3, etc. Elle compte plusieurs vedettes comme ani­ma­teurs de ses émis­sions : Peg­gy Olmi, Patrick Bru­el, Har­ry Rosel­mack et Béa­trice Schön­berg. En décem­bre 2004, il intè­gre sa société au sein de Sparks, un réseau inter­na­tion­al de sociétés de pro­duc­tions indépen­dantes qui met­tent en com­mun leurs con­cepts et leurs réal­i­sa­tions.

2000 : Il crée le mag­a­zine « Sept à Huit » dif­fusé sur TF1.

2003 à 2004 : Il rejoint Canal+, pour ani­mer l’émission d’actualité « Mer­ci pour l’info » sur la tranche 19 – 20 heures. Peu con­va­in­cant, il est rem­placé l’an­née d’après par Michel Denisot.

2004 : Il revient à M6 pour ani­mer en sec­onde par­tie de soirée « Soyons directs ». L’émission sera arrêtée au bout de deux mois.

2005 : il est l’un des 4 ani­ma­teurs de l’émis­sion « Référen­dum : en direct avec le prési­dent ».

2005 à 2010 : Il se con­sacre exclu­sive­ment à son méti­er de pro­duc­teur au sein du Groupe Éléphant.

2010 : Il revient à l’antenne sur TF1 pour pro­duire et présen­ter le mag­a­zine de société et d’information « Haute Déf­i­ni­tion ».

2011 : Il est con­damné en diffama­tion dans un procès qui l’op­pose au maire de Trem­blay-en-France François Asen­si suite à la pré­pa­ra­tion et la dif­fu­sion en 2010 dans le mag­a­zine Haute déf­i­ni­tion (TF1) d’un reportage sur des trafi­quants de drogue dans la com­mune.

2012 : Par l’intercession de Cather­ine Nayl, direc­trice de l’in­for­ma­tion, Emmanuel Chain par­ticipe à la réflex­ion sur l’évo­lu­tion du JT de 20H de TF1.

Juil­let 2012 : Éléphant & Cie pro­duit en exclu­siv­ité mon­di­ale un doc­u­ment sur l’ath­lète Usain Bolt, dif­fusé vingt-qua­tre heures avant l’ou­ver­ture des J.O. sur France 2 et, en même temps, sur la BBC, la NHK (chaîne japon­aise) et en Chine.

En 2016–2017, il pro­duit le mag­a­zine télévisé AcTu­al­i­Ty, présen­té quo­ti­di­en­nement par Thomas Thouroude sur France 2 à 17 h 50. L’émis­sion est néan­moins retirée de la grille rapi­de­ment à cause d’au­di­ences trop faibles.

En 2016 tou­jours, sa boîte de pro­duc­tion Éléphant (Par­ents mode d’emploi sur France 2, Sept à Huit sur TF1…) pro­duit un doc­u­men­taire sur la vie intime d’Em­manuel Macron : Macron, la stratégie du météore.

En novem­bre 2017 il lance avec Thier­ry Bizot un média vidéo en ligne, Mon­key, qui pro­duit chaque jour une vidéo de trois min­utes sur un sujet clé de l’ac­tu­al­ité. Mon­key est présent sur Face­book, Twit­ter et Youtube, dis­pose d’un bud­get d’un mil­lion d’eu­ros (en 2018) et d’une rédac­tion de 11 per­son­nes.

En décem­bre 2017 il annonce le lance­ment du label Ele­phant Enter­taine­ment, en asso­ci­a­tion avec Webe­dia (jeuxvideos.com, Allociné, Purepeo­ple), pour dévelop­per des séries et des pro­grammes courts avec les youtubeurs comme Nor­man ou Cyprien.

Parcours militant

En jan­vi­er 2017 il prend la parole peu avant une con­férence d’Em­manuel Macron au Liban, à l’É­cole supérieure des affaires de Bey­routh, mais nie le soutenir pour la prési­den­tielle : « Je n’ai jamais soutenu et ne sou­tiendrai jamais aucun can­di­dat à aucune élec­tion quelle qu’elle soit. Je ne suis adhérent à aucun par­ti, ni d’En Marche ! ni d’au­cun autre, je suis trop attaché à mon indépen­dance de jour­nal­iste », a‑t-il affir­mé à l’AFP.

« J’ai fait une courte présen­ta­tion, où j’ai rap­pelé être attaché aux valeurs entre­pre­neuri­ales aux­quelles Emmanuel Macron est attaché, et j’ai salué son côté prag­ma­tique. Mais à aucun moment je n’ai mar­qué de sou­tien, ni dit que je lui souhaitais de gag­n­er », a‑t-il expliqué.

Ce qu’il gagne

Pour chaque émis­sion « Haute déf­i­ni­tion » dif­fusé sur TF1, Emmanuel Chain a perçu 10 000 euros (2010).

En 2004 il touchait 6 100 € par émis­sion sur Canal+ (mer­ci pour l’in­fo).

Il l’a dit

« TF1, c’est un média et on veut tuer le mes­sager, c’est pas de la faute de TF1 s’il y a de la drogue en ban­lieue, c’est pas de la faute de TF1 s’il y a de l’exclusion. J’ai le sen­ti­ment que nous avons fait les choses en respon­s­abil­ité », « Entre bal­ance et pyro­mane, TF1 plaide non coupable », Libéra­tion, 2 avril 2010.

« Il n’est pas ques­tion d’aller deman­der une inter­view à un patron dans ce cadre-là [dîn­er du Club Le Siè­cle]», « La bande à Pierre Car­les allume les jour­nal­istes du club Le Siè­cle », Rue89, 16 novem­bre 2010.

« Emmanuel Chain c’est le can­di­dat idéal pour “On revient vers vous”. Il a une solide cul­ture d’en­tre­prise, il a mon­té sa boite, son sujet c’est l’é­conomie, etc. Mais un Chain peut en cacher un autre. Spon­tané, direct, franc. Le moment fort de l’en­tre­tien n’a rien à voir avec les ressources humaines ou le jour­nal­isme », Cadrem­ploi, 4 avril 2011.

« Au-delà de l’anec­dote, on décou­vre un patron à la dou­ble cul­ture : celle du busi­ness, il est diplômé d’HEC ; celle du jour­nal­isme, il y a fait l’essen­tiel de sa car­rière. Chain est aujour­d’hui un pro­duc­teur comblé et indépen­dant. L’indépen­dance c’est impor­tant », ibid.

« Éléphant investit donc tous les secteurs “à la manière des améri­cains”, soit “l’entertainment au sens large” et en restant indépen­dant. “Je crois beau­coup à l’entreprenariat. C’est une chance inouïe de pou­voir créer et dévelop­per son entre­prise. Pour moi c’est un véri­ta­ble acte de lib­erté” », Satel­limag, 19 sep­tem­bre 2011.

« Ce doc­u­ment a une valeur infor­ma­tive et nous avons décidé de ne pas dif­fuser les pro­pos qui auraient pu heurter les vic­times. On apprend notam­ment com­ment Mer­ah s’est for­mé, on prend la mesure de sa déter­mi­na­tion. L’enregistrement que nous avons dure plus de qua­tre heures, et nous avons décidé de ne dif­fuser que les extraits qui avaient valeur d’information, en les con­tex­tu­al­isant. Nous avons pen­sé en per­ma­nence à l’émotion que pour­rait sus­citer cette dif­fu­sion et décidé de ne pas dif­fuser les pro­pos qui auraient pu heurter leur sen­si­bil­ité », « Enreg­istrements Mer­ah — Emmanuel Chain : “Nous avons agi en respon­s­abil­ité” », RTL, 9 sep­tem­bre 2012.

« L’esprit HEC selon moi, c’est l’esprit entre­pre­neur­ial, c’est de chercher à créer et à innover, c’est une ouver­ture au monde… Cet esprit, toute la com­mu­nauté HEC doit le faire vivre, c’est l’orientation de mon man­dat », devant les Alum­ni de HEC à sa nom­i­na­tion comme prési­dent de l’as­so­ci­a­tion en 2015.

« Aucun média n’a encore réus­si à associ­er la rigueur du tra­vail jour­nal­is­tique aux codes nar­rat­ifs des réseaux soci­aux. C’est l’am­bi­tion de Mon­key », CBNews 13 novem­bre 2017.

« La fic­tion française est aujour­d’hui plus forte sur les chaînes de télévi­sion que la fic­tion améri­caine. Quand vous regardez les audi­ences, les fic­tions français­es bat­tent les fic­tions améri­caines parce que les gens aiment retrou­ver des racines locales et qui peu­vent ensuite ray­on­ner et se ven­dre dans d’autres pays », BFM Busi­ness, 13 novem­bre 2017.

Collaborations

Décem­bre 2011 : Par­ticipe à la table ronde « Les expertes exis­tent-elles ?» durant le col­loque «L’image des femmes dans les médias» organ­isé à l’Assemblée nationale.

Décem­bre 2011 : Par­ticipe à un débat organ­isé par le MEDEF Paris sur le thème « Entre­pren­dre dans l’Audiovisuel »

2006 : Par­ticipe au sémi­naire organ­isé par le think tank « En Temps réel » sur le thème « presse d’aujourd’hui, presse de demain : l’information et ses mod­èles économiques » en parte­nar­i­at avec la République des Idées, et ani­mé par Gilles de Marg­erie et Thier­ry Pech, autour de David Kessler, Pierre Bel­langer, Jean-Louis Mis­si­ka, Bruno Pat­ti­no, Antoine de Tar­lé, Frédéric Fil­loux, Louis Drey­fus, Bernard Spitz et Philippe Villin.

Sa nébuleuse

French Amer­i­can Foun­da­tion : Young leader français (1999). Créée en 1976 à l’oc­ca­sion du bicen­te­naire des Etats-Unis, « la French-Amer­i­can Foun­da­tion France a pour but d’amélior­er les rela­tions entre la France et les Etats-Unis. Sa mis­sion générale, en col­lab­o­ra­tion avec sa Fon­da­tion sœur à New York, est de pro­mou­voir le dia­logue et de ren­forcer les liens entre les deux pays. » Décrié par ses opposants comme un pro­gramme de for­ma­tion des élites français­es à l’idéologie atlantiste et pro-améri­caine, le Young leader Pro­gramme « a été créé en 1981 et sélec­tionne chaque année pour leurs réal­i­sa­tions et leur lead­er­ship, 10 Français et 10 Améri­cains âgés de 30 à 40 ans, appelés à jouer un rôle impor­tant dans leur pays et dans les rela­tions fran­co-améri­caines. Les can­di­dats retenus par­ticipent à deux sémi­naires de cinq jours cha­cun sur deux années con­séc­u­tives — alter­na­tive­ment en France et aux États-Unis — afin d’échang­er sur des thèmes majeurs com­muns aux deux pays et d’ap­pro­fondir leur com­préhen­sion mutuelle. »

Club Le Siè­cle : Ce club a été fondé en 1944 et réu­nit, depuis plus de 60 ans, la qua­si-total­ité du pou­voir poli­tique, économique, financier ou médi­a­tique français. Soit env­i­ron 600 per­son­nes qui con­cen­trent entre leurs mains l’essentiel du pou­voir. Tout gou­verne­ment, qu’il soit de droite ou de gauche, a du tiers à la moitié de ses mem­bres qui y appar­tient. (Au cœur du pou­voir, Emmanuel Rati­er). D’autres jour­nal­istes par­ticipent à ces dîn­ers men­su­els comme David Pujadas (France 2), Michel Field (Europe 1), Arlette Chabot (Pub­lic Sénat), Lau­rent Jof­frin (Libéra­tion), Alain-Gérard Sla­ma (Le Figaro, France Cul­ture), Claude Imbert (Le Point), Franz-Olivi­er Gies­bert (Le Point, France 2)

Club Galilée : Mem­bre de ce « think tank » pro­fes­sion­nel né en jan­vi­er 2006, créé par Philippe Chaz­al et Olivi­er Zeg­na-Rata et rassem­blant « plus de 600 pro­fes­sion­nels des médias, act­ifs et opéra­tionnels, appar­tenant à tous les métiers (auteurs, pro­duc­teurs, dif­fuseurs, agré­ga­teurs, organ­i­sa­tions pro­fes­sion­nelles, insti­tu­tions publiques…) tous les secteurs (ciné­ma, télévi­sion, presse, radio, inter­net…) et toutes les généra­tions ». Ce Club a « pour ambi­tion la recherche, la mise au point, le développe­ment et l’affirmation d’une pen­sée nou­velle et appro­fondie sur les médias. »

Admin­is­tra­teur indépen­dant de la société Soft Com­put­ing avec François-Hen­ri Pin­ault (fils de François Pin­ault, il est actuelle­ment PDG du groupe PPR, gérant de Finan­cière Pin­ault et Prési­dent du con­seil d’administration d’Artémis). Le Prési­dent de cette société est Éric Fis­chmeis­ter et le directeur Général, Gilles Ven­turi.

Thier­ry Bizot : Diplômé en 1984 de l’ESSEC, Thier­ry Bizot entre chez L’Oréal en mai 1986. Chef de pro­duit, chef de groupe puis directeur mar­ket­ing, Thier­ry Bizot quitte l’Oréal en 1995 alors qu’il est directeur général de l’Oréal Par­fumerie en Bel­gique. Il entre en 1995 chez M6 en tant que directeur de l’unité Musique et Diver­tisse­ment (il lance « Flash­back », « Graines de stars », « Fan de », « Hit Machine », « Plus vite que la musique »). En 1999 Thier­ry Bizot est directeur de la musique et des mag­a­zines, il lance la chaîne M6MUSIC. Thier­ry Bizot s’est fait con­naître du grand pub­lic grâce à son roman « Catholique anonyme », adap­té au ciné­ma sous le titre « Qui a envie d’être aimé ? », expli­quant son retour à la foi catholique à l’âge de 46 ans.

Forum d’Av­i­gnon : Emmanuel Chain est mem­bre du con­seil d’ad­min­is­tra­tion depuis le début du forum d’Av­i­gnon.

HEC Paris : il a été prési­dent des Alum­ni, l’as­so­ci­a­tion des anciens élèves, de 2015 à 2018. Il était au bureau des Alum­ni depuis 2012 et était avant sa nom­i­na­tion vice-prési­dent de l’as­so­ci­a­tion.

Ils ont dit

« L’animateur-producteur de Haute déf­i­ni­tion, la nou­velle émis­sion d’investigation de Tf1 se jus­ti­fi­ait ain­si sur l’un des reportages dif­fusé le 29 mars. Le matin précé­dant la dif­fu­sion, les pro­tag­o­nistes du doc­u­men­taire, des deal­ers de la ville de Trem­blay-en-France (93), étaient arrêtés par la police. En fait, comme l’a révélé Le Monde, la police avait pu vision­ner le fameux reportage cinq jours avant sa dif­fu­sion. De quoi met­tre la touche finale à un bon coup de filet. Rien à voir, donc, comme le dit Chain, avec la fonc­tion d’auxiliaire de police », Bakchich heb­do n°19.

« Mer­ci aux nou­velles règles du jour­nal­isme, elles vont alléger nos impôts. Grâce à elles, Brice Hort­e­feux va pou­voir dégraiss­er sa jolie police. Deux entre­pre­neurs de télévi­sion, Emmanuel Chain, de la boîte de pro­duc­tion Éléphant et com­pag­nie, et Hervé Cha­balier, patron de Capa, ont lancé leurs brigades de rap­por­teurs (ne pas con­fon­dre avec des jour­nal­istes) sur la trace de deal­ers (de ban­lieue, bien sûr) et de pédophiles (pas curés, bien sûr). La traque aux trafi­quants a été dif­fusée dans Haute Déf­i­ni­tion sur TF1, celle aux bour­reaux d’enfants dans Les Infil­trés, sur France 2. À not­er que nos petits rap­por­teurs n’ont pas procédé eux-mêmes aux arresta­tions. Se con­tentant de bal­ancer leur dossier à la police, ce qui est trop dom­mage. (…) Après avoir “tra­vail­lé des semaines à la pré­pa­ra­tion” de son piège à deal­ers, une cer­taine Myr­i­am Alma, de la troupe des Éléphants, a donc filmé des trafi­quants. Ou sup­posés tels. Puis Chain a réu­ni des flics dans un stu­dio pour recueil­lir leurs réac­tions. Éton­nez-vous que, quelques jours plus tard, la police ait déclenché une rafle au Trem­blay-en-France, là même où l’Alma aimait à mater », Ibid.

« Dans la deux­ième édi­tion de l‘émission d’enquête qu’il pro­duit et ani­me, Emmanuel Chain a présen­té, ému, un reportage sur les Yawalapi­ti, une tribu d’indiens du Brésil, assur­ant aux téléspec­ta­teurs qu’ils n’avaient jamais eu de con­tacts avec l’homme blanc. Las ! Comme l’a relevé Frédéric Bon­naud sur Europe 1, il s’agit d’un gros men­songe. Non seule­ment les mem­bres de la tribu con­nais­sent Michael Jack­son et marchent en tongs, mais ils se sont égale­ment déjà ren­dus en Europe en 2007, avant de réalis­er eux-mêmes un doc­u­men­taire sur leur cul­ture. Sur le site du Post, Emmanuel Chain déclarait avoir pleuré à la dif­fu­sion du reportage. De honte ? », Bakchich Heb­do N°25

« Lun­di soir, TF1 dif­fuse Haute Déf­i­ni­tion, un tout nou­veau mag­a­zine pro­duit et présen­té par Emmanuel Chain. Acmé : le reportage, au titre ron­flant, “Mon voisin est un deal­er” part à la ren­con­tre de trafi­quants de drogues de Trem­blay exerçant leur petit com­merce sans que, vis­i­ble­ment, la police bouge une oreille. Sauf que, quelques heures avant la dif­fu­sion, la police judi­ci­aire de Seine-Saint-Denis a déman­telé le réseau, sai­sis­sant près d’un mil­lion d’euros, de la drogue (héroïne, cocaïne et cannabis) et un pis­to­let. Et voilà TF1 accusée d’avoir joué les indics en bal­ançant les deal­ers à la police. Et voilà, sitôt les bus cail­lassés, et incendiés pour l’un d’eux, la pre­mière chaîne accusée d’avoir allumé le feu. Emmanuel Chain déclare à Libéra­tion n’avoir “ren­seigné per­son­ne”. Sauf, bien sûr, Jean-Jacques Her­lem, directeur adjoint de la police judi­ci­aire de Paris, invité à réa­gir au reportage dans une inter­view enreg­istrée cinq jours avant la dif­fu­sion de l’émission. “Je crois que cette sit­u­a­tion ne peut plus dur­er”, dit-il en plateau à Chain après les images tournées à Trem­blay. Et Chain de l’apostropher : “Parce qu’on l’a mon­trée à la télévi­sion, c’est ça ?” (…) De source poli­cière, on recon­naît sim­ple­ment avoir “pré­cip­ité” le coup de filet con­clusif d’une “enquête de plusieurs mois” qui aurait pu “tourn­er court à cause de ce reportage” », « Entre bal­ance et pyro­mane, TF1 plaide non coupable », Libéra­tion, 2 avril 2010.

« “Ils ont déposé leur merde et ils sont par­tis.” Le député et maire com­mu­niste de Trem­blay-en-France (Seine-Saint-Denis), François Asen­si, ne décolère pas et va porter plainte con­tre TF1. En cause, le reportage “Mon voisin est un deal­er”, dif­fusé le 29 mars, qui “porte préju­dice à la com­mune” et “stig­ma­tise ses habi­tants”. Con­sacré au traf­ic de drogue dans la cité du Grand Ensem­ble de Trem­blay, le pre­mier numéro du mag­a­zine de TF1, Haute Déf­i­ni­tion, présen­té et pro­duit par Emmanuel Chain, embar­quait sa caméra dans le quo­ti­di­en des deal­ers et des habi­tants. Le matin de la dif­fu­sion, près d’un mil­lion d’euros et de la drogue avaient été sai­sis dans la cité. Les jours suiv­ants, un bus avait été incendié et d’autres cail­lassés dans la ville. Tous les pro­jecteurs se braque­nt sur Trem­blay, d’aucuns vont jusqu’à évo­quer un “état de siège”. En un rien de temps, la com­mune, réputée plutôt tran­quille mal­gré une paupéri­sa­tion réelle, devient “Trem­blay-en-Bronx” », « Trem­blay met le bronx à TF1 », Libéra­tion, 23 avril 2010

« La police est venue chez Éléphant et Cie, la société de pro­duc­tion d’Em­manuel Chain et Thier­ry Bizot, qui pro­duit notam­ment l’émis­sion 7 à 8. Elle recher­chait les ban­des des enreg­istrements des négo­ci­a­tions entre Mohamed Mer­ah et le Raid lors du siège de son apparte­ment à Toulouse. Les policiers sont repar­tis les mains vides. Selon Emmanuel Chain, il ne s’agis­sait pas d’une perqui­si­tion mais d’une réqui­si­tion. Con­tac­té par Le Point.fr, le jour­nal­iste ne sem­blait pas inqui­et out­re mesure de cette inter­ven­tion de l’IG­PN : “Nous avons pris toutes les pré­cau­tions pour pro­téger nos sources.” », « Mer­ah : descente de police chez Emmanuel Chain », Le Point, 9 juil­let 2012

« Emmanuel Chain a beau­coup appris de Jean­nette, sa grand-mère juive alle­mande qui, à 18 ans, a dû fuir son pays et le nazisme. Dans ses veines, il y a ce sang-là, celui des sur­vivants. Emmanuel Chain est un homme debout. Et droit », Gala, 7 mars 2017.

Crédit pho­to : Globetrotteur17 via Wiki­me­dia (cc)

Voir aussi

Related Posts

None found

Coronavirus et confinement dans les médias

Le coronavirus est légitimement au centre des analyses des médias. Comment certains essaient-ils encore d'édulcorer les faits ? Comment d'autres sont-ils rattrapés par le principe de réalité ?

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision