Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Jérôme Bellay
Mis à jour le

1 juin 2018

Temps de lecture : 7 minutes

Jérôme Bellay

Pilier du groupe Lagardère

Jérôme Bellay, de son vrai nom Dominique Quenin, est né le 10 octobre 1942 à Châlons-en-Champagne. Il est marié à la chanteuse Karen Cheryl (la journaliste Isabelle Morizet, de son vrai nom) qui travaille sur Europe 1 de 2001 à 2008 et depuis 2012).

Formation universitaire

Jérôme Bel­lay est tit­u­laire d’un bac­calau­réat. À 18 ans il avait passé le con­cours de l’IDHEC et voulait faire du ciné­ma.

Parcours professionnel

Jérôme Bel­lay débute sa car­rière dans la presse écrite en 1961, dans le quo­ti­di­en L’Union de Reims, avant d’entrer à l’ORTF en 1965 où il cou­vre l’actualité à Cayenne. Il est ensuite cor­re­spon­dant d’An­tenne 2 et de TF1 à Brux­elles en 1973 puis nom­mé rédac­teur en chef d’Antenne 2 en 1975.

Il est nom­mé en 1981 directeur de l’in­for­ma­tion de Radio France. Pro­fes­sion­nel recon­nu, il est le créa­teur de France Info en 1987, dont il assure la direc­tion de l’in­for­ma­tion jusqu’en 1989. En 1994, il créée la chaine LCI, fil­iale de TF1. En 1996, il rejoint le groupe Lagardère, pour assur­er la direc­tion générale de l’an­tenne d’Europe 1, alors en lourde perte d’au­di­ence. Il y applique le con­cept de “News and Talk”, basé sur l’in­for­ma­tion et des débats sur l’ac­tu­al­ité. Il est rem­placé en 2005 par Jean-Pierre Elk­a­b­bach, mais reste admin­is­tra­teur de Lagardère active broad­cast et mem­bre du comité de direc­tion de Lagardère active.

Depuis sep­tem­bre 2000, Jérôme Bel­lay est prési­dent-directeur-général de la société Max­i­mal Pro­duc­tion, qui pro­duit des reportages, des doc­u­men­taires et des mag­a­zines d’in­for­ma­tion, notam­ment l’émis­sion quo­ti­di­enne C dans l’air d’Yves Calvi. La société dépend depuis 2008 de Lagardère enter­tain­ment, fil­iale de Lagardère active, qui réu­nit l’ensemble des activ­ités de pro­duc­tion et de dis­tri­b­u­tion audio­vi­suelles du groupe Lagardère. Max­i­mal Pro­duc­tion a pro­duit notam­ment l’in­ter­ven­tion télévisée du prési­dent de la République du 27 octo­bre 2011, con­sacrée à la crise de la zone euro : une émis­sion basée, d’après TF1, sur “une idée orig­i­nale de Jérôme Bel­lay” (Le Monde – 17-10-2011). Max­i­mal Pro­duc­tion assure, en jan­vi­er 2012, une nou­velle inter­ven­tion du chef de l’État dif­fusée sur 9 chaînes de télévi­sion.

À l’été 2011, Jérôme Bel­lay est nom­mé au poste clé de directeur du Jour­nal du Dimanche, autre titre phare du groupe Lagardère, en rem­place­ment d’O­livi­er Jay. Jérôme Bel­lay dira aux jour­nal­istes du JDD « Je ne serai pas de ceux qui fer­ont tout pour que Nico­las Sarkozy ne soit pas réélu ».

En octo­bre 2015 il est dans la tour­mente après la une du JDD sur Marine Le Pen « un français sur trois prêt à vot­er pour elle ». « Fait aggra­vant : pro­duite par M. Bel­lay, l’émission « C Poli­tique » du 11 octo­bre a comme invitée… Marine Le Pen. Le directeur de la rédac­tion du JDD est soupçon­né d’avoir util­isé son jour­nal pour faire prospér­er son émis­sion. « Ça fai­sait petite entre­prise », se sou­vient un jour­nal­iste de l’hebdomadaire », relève Le Monde (30/05/2016). Arnaud Lagardère s’était plaint de cette Une à l’époque, et le 16 octo­bre 2015 la société des jour­nal­istes adopte une motion de défi­ance con­tre Jérome Bel­lay, visant des « des erre­ments man­agéri­aux, de l’absence de vision et de stratégie ».

Fin mai 2016, il annonce qu’il quitte ses fonc­tions de directeur de la rédac­tion du Jour­nal du dimanche et de dirigeant de Max­i­mal Pro­duc­tions. C’est la fin d’un feuil­leton politi­co-financier qui voit Jérome Bel­lay céder à la pres­sion du pou­voir de Hol­lande, relayée notam­ment par Del­phine Ernotte et Ramzi Khi­roun, selon TéléObs.

Il con­tin­ue à s’impliquer dans l’ombre dans la car­rière d’Yves Calvi qu’il a suivi à LCI fin août 2016 puis à Canal+ en sep­tem­bre 2017. Selon MCE TV, « très écouté par Vin­cent Bol­loré, Cyril Hanouna voit en Yves Calvi l’homme de la sit­u­a­tion pour le 18h-20h sur Canal+. Après le flop du Grand Jour­nal et le peu d’audience du Petit Jour­nal, la chaîne cryp­tée a besoin de mus­cler ce créneau horaire très stratégique. L’animateur de TPMP aurait organ­isé une ren­con­tre entre Yves Calvi, son pro­duc­teur his­torique, Jérôme Bel­lay, et les dirigeants de la chaîne cryp­tée ». Le Parisien enfonce le clou : lors de cette ren­con­tre, « à table, il y a aus­si le charis­ma­tique pro­duc­teur Jérôme Bel­lay, avec qui Calvi a créé « C dans l’air » sur France 5 et sans qui rien ne se fait ».

Parcours militant

Il n’est pas encar­té mais plus proche de la droite. TéléObs (24/04/2017, op. Cit.) dira « Jérôme Bel­lay […] Denis Olivennes… Les deux parta­gent un tro­pisme sarkozyste tan­dis que Ramzi Khi­roun en pince pour la gauche ».

En 2001 pour le Télé­gramme il tranche le débat : « Quand la gauche est au pou­voir, on dit que je suis de droite. Quand c’est la droite, on me dit de gauche. Je suis inclass­able parce que c’est comme ça ».

Publications

  • Le seigneur des dos-pelés (1979)
  • Le chercheur d’opale (1983)
  • La nuit du Crys­tal (2007)
  • Entre les lignes ou le jour­nal­iste assas­s­iné (2008)
  • Le Bal des pom­piers, par Jérôme Bel­lay, Le Cherche Midi, 239p., 17 € (2014)

Collaborations

-

Ce qu’il gagne

-

Il l’a dit

« J’es­time qu’une femme qui par­le d’in­sécu­rité n’a pas à être taxée de racisme. Quand bien même il y aurait eu des pro­pos dis­cuta­bles, il faut m’ex­pli­quer com­ment on peut com­bat­tre des idées sans qu’elles soient exprimées. » (Le Soir – 28 sep­tem­bre 1996)

« Je suis un indi­vid­u­al­iste social trop timide pour être mondain. Et puis, je con­nais trop les gens des médias. Ils m’ont fait du mal », Le Télé­gramme, 15/07/2001 (op. Cit.)

« Si j’é­tais proche de l’UMP, cela ferait longtemps que je serais patron de France 2 et France 3 ! Avec mon savoir-faire et ma per­son­nal­ité, si, en plus, je suis dans les papiers du pou­voir, il faut me don­ner la plus grosse respon­s­abil­ité… Il n’y a pas moins poli­tique que moi. » (Straté­gies mag­a­zine n°1303)

« Je défends des valeurs de radio con­tre des valeurs de com­merce. Vous savez, quand on fait quelque chose, cela vous ressem­ble. Donc, for­cé­ment, Europe 1 me ressem­ble. Je suis un jour­nal­iste avec de l’ex­péri­ence. Jean-Luc Lagardère me dis­ait : une radio, c’est l’af­faire d’un homme », Straté­gies, 20/11/2003.

Sa nébuleuse

Jérôme Bel­lay est PDG de Max­i­mal Pro­duc­tion, qui fait par­tie du groupe Lagardère Enter­tain­ment, lui-même dépen­dant de la branche Lagardère Active qui détient égale­ment 17 % du groupe Le Monde SA et 20 % de Canal+ France (groupe issu de la fusion des bou­quets satel­li­taires Canal­Satel­lite et TPS). Ce pôle dis­pose en out­re d’une dizaine de chaînes thé­ma­tiques, notam­ment dans la musique (MCM, Europe 2 TV…) ou les pro­grammes des­tinés à la jeunesse (Canal J, Gul­li). Le groupe reste seul maître à bord de la radio Europe 1, dirigée début 2011 par l’énarque et nor­malien Denis Olivennes, ancien directeur général délégué du Nou­v­el Obser­va­teur, qui a égale­ment pris en charge la direc­tion opéra­tionnelle d’un nou­veau pôle d’information de Lagardère active regroupant Europe 1, donc, mais aus­si Paris Match, Le Jour­nal du Dimanche, ain­si que Newsweb, fil­iale d’informations en ligne du groupe qui édite le JDD.fr (source : Les médias en servi­tude – édi­tions Polemia, décem­bre 2011).

Son départ de Max­i­mal pro­duc­tions est for­cé, con­state Le Monde (30/05/2016, op. Cit) : « France Télévi­sions a engagé une rené­go­ci­a­tion, afin, notam­ment, d’en réduire le coût. Le 9 mai, c’est la douche froide : le présen­ta­teur de « C dans l’air » et « poulain » de M. Bel­lay, Yves Calvi, annonce qu’il rejoint LCI, prenant par sur­prise France Télévi­sions et Max­i­mal, selon plusieurs sources. Ce départ est inter­prété comme un sig­nal : la posi­tion de Jérôme Bel­lay s’affaiblit, même auprès de ses proches. France Télévi­sions en prof­ite pour enfon­cer le clou et réa­gir au départ de M. Calvi, pili­er de France 5. Le groupe impose une nou­velle société de pro­duc­tion, « Togeth­er », dirigée par l’ancien de Canal+, Renaud Le Van Kim, pour copro­duire « C dans l’air » aux côtés de Max­i­mal. Une con­fig­u­ra­tion dif­fi­cile à accepter pour M. Bel­lay, qui se vit comme le père de l’émission. Il jette l’éponge ».

On l’a dit à son sujet

« si Jérôme Bel­lay est bien à l’o­rig­ine de la réus­site de France Info et de LCI, il n’a pas pu faire grand-chose pour RMC dont il fut le directeur d’an­tenne, faute d’ac­cord de la part de ses action­naires. A Europe 1, Jérôme Bel­lay pour­ra en tout cas sat­is­faire son féroce appétit de réfor­ma­teur. ATF1, où il venait de se faire dou­bler par Robert Namias à la direc­tion de la rédac­tion, il était resté sur sa faim », Libéra­tion, 15/07/1996.

« Tout l’homme est dans la for­mule. Ça passe ou ça casse. En général ça passe… Ce qu’il y a de ter­ri­ble avec les répu­ta­tions, c’est qu’elles col­lent à la peau. Depuis tou­jours, Jérome Bel­lay, 59 ans, costaud, l’air bour­ru d’un ours mal réveil­lé, intrigue d’au­tant plus qu’il ne s’embarasse pas des inim­i­tiés qu’il provoque sur son pas­sage », Le Télégramme,15/07/2001.

« Jérôme appar­tient à l’espèce raris­sime des seigneurs de l’information », Arnaud Lagardère, 30/05/2016.

« “Rude”, “bour­ru”, “intran­sigeant”, “inven­tif”, “tout sauf un cour­tisan”… Le grand patron de presse ‑écrivain à ses heures- a un sacré car­ac­tère, décrit Chal­lenges, qui lui a con­sacré un por­trait en 2014 », L’Express, 30/05/2016.

« Bel­lay et Calvi, c’est un duo indé­fectible. Lorsqu’ils se ren­con­trent, en 1988, à France Info, Bel­lay, 45 ans, est déjà une fig­ure de la pro­fes­sion quand Calvi n’est qu’un débu­tant. Ensem­ble, ils vont arpen­ter le paf : Télé Lyon Métro­pole, RMC, LCI, Europe 1. L’un, tout en rugosité, l’autre tout en sou­p­lesse. En 2001, ils créent “C dans l’air”, un talk-show d’ac­tu­al­ité, for­mi­da­ble suc­cès qui struc­ture l’au­di­ence et l’im­age de France 5. Calvi règne en plateau, Bel­lay régit la liste des invités et, surtout, l’or­eil­lette — il est com­pris à demi-mot », TéléObs, 24/04/2017.

« Calvi embrasse un pub­lic allant des férus de poli­tique à celui, plus pop­u­laire, de RTL dont il ani­me la mati­nale. Bel­lay, l’homme de l’om­bre, patron du “Jour­nal du dimanche” et pro­duc­teur télé, cumule les leviers d’in­flu­ence : les poli­tiques cour­tisent “le JDD” et accourent dans son émis­sion “C poli­tique”, sur France 5. Intel­li­gentsia, écon­o­mistes, experts colonisent “C dans l’air” », ibid.

« Il incar­ne ce que Del­phine Ernotte fustigeait en prenant ses fonc­tions : l’arché­type du mâle blanc de plus de 50 ans qui squat­te la télé. Bel­lay en a 73 et assume crâne­ment son machisme », ibid.

« J’ai du respect pour lui. Il faut juste savoir que si vous n’êtes pas jour­nal­iste, vous êtes un som­bre con­nard, et qu’à ses yeux, il est incon­cev­able qu’un mec, dans l’or­gan­i­gramme de Lagardère, l’em… », un ancien dirigeant de France Télévi­sions à son sujet, ibid.

« Il est par­ti [de Lagardère] sans chèque de départ, pré­cis­era, tout éton­né, Denis Olivennes, en comité exé­cu­tif. Et donc non tenu par une clause de con­fi­den­tial­ité », ibid.

Crédit pho­to : Bib­lio­thèque munic­i­pale de Lyon — 1989 (cc)

Voir aussi

Related Posts

None found

Coronavirus et confinement dans les médias

Le coronavirus est légitimement au centre des analyses des médias. Comment certains essaient-ils encore d'édulcorer les faits ? Comment d'autres sont-ils rattrapés par le principe de réalité ?

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision