Un dossier exclusif sur Quotidien de Yann Barthès

Au moment où Claude Chol­let, directeur de la pub­li­ca­tion de l’Ojim, est mis en exa­m­en pour injures publiques, à la demande de Ramzi Khi­roun, Yann Barthès est sous les feux de la rampe pour d’autres raisons. Son émis­sion Quo­ti­di­en, déjà analysée par Valeurs Actuelles est l’objet d’un dossier com­plet et argu­men­té rédigé par l’Ojim. Pour le recevoir en exclu­siv­ité, rien de plus sim­ple : rejoignez nos dona­teurs (avec un reçu fis­cal de 66%) et vous recevrez ce dossier brûlant par retour. Pour nous soutenir c’est ici.

Les plus lus

  • Médias Car­o­line de Haas, petites pro­tec­tions entre amis dans les prin­ci­pales rédac­tions parisi­ennes ?

    Dès que l’on jette un œil ici où là, appa­rais­sent de petits priv­ilèges entre amis libéraux lib­er­taires dans les médias…

  • Médias Grand rem­place­ment : Le Monde invente une cita­tion de Bar­rès

    Nous avons déjà con­sacré une série d’articles au sujet « Renaud Camus devant les médias ». En com­plé­ment, nous y revenon…

  • Médias Chris­tine Kel­ly, présen­ta­trice de l’émission de Zem­mour, men­acée de mort

    L’émission “Face à l’info” avec Eric Zem­mour, régulière­ment sous les feux des pro­jecteurs, con­naît de nou­velles péripéti…

  • Por­traits Yves Calvi

    PORTRAIT — Yves Calvi, de son vrai nom Yves Kret­tly, est né le 30 août 1959 à Boulogne-Bil­lan­court. Son père, Gré­goire K…

  • Por­traits Yann Barthès

    PORTRAIT — Avec sa belle gueule et sa décon­trac­tion cor­ro­sive, Yann Barthès est devenu en quelques années le gen­dre idéa…

  • Médias Un Renaud Camus peut en cacher un autre. Pre­mière par­tie

    Il n’y a qu’un seul écrivain Renaud Camus, dont les pris­es de posi­tion choquent assez les médias con­venus pour être régu…

  • Médias Quand l’instant M fait une liste de mal pen­sants

    Le 11 octo­bre 2019, Sonia Dev­illers invi­tait deux « jour­nal­istes médias » pour son émis­sion l’instant M sur France Inter…

  • Médias Hugo Clé­ment, sur le front des océans mais pas des audi­ences pour son arrivée sur France 2

    France 2 vient de dif­fuser, mar­di 26 novem­bre 2019, le pre­mier reportage (sur qua­tre) de la série “Sur le front des océa…

  • Por­traits Léa Salamé

    PORTRAIT — Issue de la haute bour­geoisie affairiste libanaise, Léa Salamé ne cache pas, mal­gré son image d’objectivité i…

  • Por­traits Cather­ine Nay

    PORTRAIT — Cather­ine Nay est dev­enue une spé­cial­iste de la vie poli­tique parisi­enne, notam­ment grâce à sa prox­im­ité avec…

Journalistes amateurs et surtout clandestins”

Un arti­cle de L’Ori­ent Le Jour du 28/09/2012 - En Syrie où la presse est muselée depuis des décen­nies, une mul­ti­tude de jour­naux clan­des­tins et de sites Inter­net nés d’initiatives privées ont fleuri depuis le début du soulève­ment. La plu­part de ces médias sou­tenant l’insurrection tra­vail­lent dans le plus grand secret, et les jour­nal­istes utilisent des noms de plume de crainte d’être per­sé­cutés. Sury­it­na (Notre Syrie), Oxygène, Hur­riy­at (Lib­ertés) ou encore Enab Bal­a­di (Raisin local) sont cer­tains de ces médias, lancés pour la plu­part par des citoyens jour­nal­istes. (…)

Lire l’ar­ti­cle sur L’Ori­ent Le Jour

TF1, le pape et Claire Chazal

Dans notre rubrique « médias réseaux » du 24 sep­tem­bre nous vous fai­sions part (jour­nal de TF1 de 13h du 23/09 de Claire Chaz­al) d’une défor­ma­tion des pro­pos de Benoît XVI sur le mariage homo­sex­uel. Un de nos adhérents a écrit à TF1 le soir même à 21h à TF1 pour deman­der des expli­ca­tions. Voici la réponse :

Notre adhérent a cliqué sur le lien pour obtenir

Pre­mière remar­que : l’adresse html de TF1 était mal saisie. En la rec­ti­fi­ant nous obte­nions le texte suiv­ant :

Les pro­pos de Claire Chaz­al étaient pré­cis et ne gal­vau­daient pas les phras­es de Benoît XVI . Ven­dre­di, à Cas­tel Gan­dol­fo devant les évêques français, le pape a défendu,comme l’a dit Claire, la famille tra­di­tion­nelle basée sur le mariage d’un homme et d’une femme, en encour­ageant les évêques présents, à lut­ter pour sa pro­tec­tion , un com­bat « qui n’est pas rétro­grade » a‑t-il ajouté… Il faut bien recon­naître que le texte écrit, qui a été dif­fusé dans le jour­nal n’est pas d’une exac­ti­tude exemplaire…même si celui-ci ne défor­mait pas la posi­tion de Benoît XVI. Le pape s’est adressé à une trentaine d’évêques de l’ouest de la France, sans citer nom­mé­ment le mariage homo­sex­uel mais en se référant claire­ment au pro­jet de loi sur cette union et au débat qu’il sus­cite dans notre pays.…

Analyse : il faut relire au moins deux fois attentivement cette réponse pour la comprendre tant elle est alambiquée.

TF1 recon­naît bien que : « le texte écrit, qui a été dif­fusé dans le jour­nal n’est pas d’une exac­ti­tude exem­plaire… ». Tra­duc­tion : le texte dif­fusé était tout sim­ple­ment faux. Pourquoi ne pas le recon­naître ? Et surtout pourquoi ne pas cor­riger ensuite ? A suiv­re.

Des futurs chroniqueurs de D8 à 20 000 euros par mois ?

C’est Télé 2 semaines qui avance un tel chiffre. Le bimen­su­el a inter­rogé Rose­lyne Bach­e­lot, future chroniqueuse au talk show « Le Grand 8 » de la chaîne du Groupe Canal+. À la ques­tion « D’après nos infor­ma­tions, vous allez touch­er 20 000 euros par mois. Vous con­firmez ? », l’an­cien min­istre « rit avant de s’esquiver ». Télé 2 semaines insiste : « Madame Bach­e­lot ! Vous nous con­firmez les 20 000 euros ? » Et l’ex-député du Maine-et-Loire de déclar­er : « Je ferai mes comptes à la fin du mois. Mais je gag­n­erai plus d’ar­gent que lorsque j’é­tais min­istre » (14 200,3 euros men­su­els) avant de « pour de bon ». Et de cho­quer pour de bon

« Le Grand 8 » sera présen­té par Lau­rence Fer­rari et accueillera comme autres chroniqueuses Audrey Pul­var, direc­trice des Inrock­upt­ibles (cf. notre por­trait), Élis­a­beth Bost, jour­nal­iste et ex-com­pagne de Jean-Luc Delarue, ain­si qu’Hap­satou Sy, fon­da­trice des cen­tres de beauté com­mu­nau­taires Eth­ni­cia.

Dans son JT, TF1 fait dire à Benoît XVI ce qu’il n’a pas dit

« Qu’un grand média comme TF1 se per­me­tte d’asséner une fausse cita­tion du pape en dit assez long sur les mœurs jour­nal­is­tiques d’aujourd’hui », juge Daniel Hamiche, rédac­teur en chef de L’Ob­ser­va­toire de la chris­tianopho­bie, qui appelle à se plain­dre auprès du ser­vice accueil téléspec­ta­teurs.

Il faut not­er que les médias com­mu­nau­taires gays Tetu.com ou Yagg.com retran­scrivent cor­recte­ment les pro­pos du pape.

La presse sert les petits-fours à François Hollande

François Hol­lande s’est ren­du hier au cock­tail de ren­trée organ­isé par le SPQR, le Syn­di­cat de la Presse Quo­ti­di­enne Régionale, organ­isé au Cer­cle de l’U­nion Inter­al­liée à Paris.

Le prési­dent de la République n’a pas fait de dis­cours, mais a tenu à venir saluer les acteurs du syn­di­cat de la presse, dans une ambiance déten­due et con­viviale. De nom­breux poli­tiques et par­lemen­taires étaient égale­ment présents à cette récep­tion. Seul prob­lème, le syn­di­cat, qui représente 34 titres de presse quo­ti­di­enne régionale, est sup­posé défendre les intérêts de ces jour­naux… mais aus­si leur indépen­dance. Dès lors, était-il bien raisonnable d’organiser un grand raout avec les ten­ants du pou­voir et de prêter le flanc aux accu­sa­tions de col­lu­sion politi­co-médi­a­tique ?

Nouveau rendez-vous avec FOG

Franz-Olivi­er Gies­bert a fait par­tie des recalés de la fin de sai­son dernière. Son émis­sion « Semaine cri­tique » n’a pas été recon­duite sur France 2. Il tra­vaille actuelle­ment à un pro­jet d’émission sur France 3, avec l’ancien patron de la Cinquième, Jean-Pierre Cot­tet. Bap­tisée « Le Monde d’après », l’émission devrait être un men­su­el socié­tal par­ti­c­ulière­ment riche. France 3 pro­jet­terait d’en faire un ren­dez-vous phare de sa grille de pro­gramme.

Pho­to : The­su­per­mat (Wikimé­dia, cc)

Charlie Hedbo : ventes qui explosent, un site en rade

La bonne affaire. « D’habi­tude, ça ne se vend pas et les exem­plaires restent là toute la semaine », explique à l’AFP un marc­hand de jour­naux. Lui a écoulé tout son stock de Char­lie Heb­do ce mer­cre­di matin et attend l’ar­rivée d’ex­em­plaires sup­plé­men­taires ven­dre­di ou same­di. Le numéro du 19 sep­tem­bre, qui dif­fuse des car­i­ca­tures de Mahomet, est un suc­cès com­mer­cial : les 75 000 exem­plaires du pre­mier tirage se sont arrachés en quelques heures.

Même dans le quarti­er parisien de Belleville, dont une par­tie impor­tante de la pop­u­la­tion est d’o­rig­ine maghrébine et dont les librairies « vendent des ouvrages sur l’is­lam » (admirez la pudeur de l’AFP), on ne le trou­vait plus mer­cre­di en fin de mat­inée. L’ex­pli­ca­tion a été don­née par des kiosquiers qui racon­tent que, dès 6 heures du matin, des clients ont acheté tous les stocks avant de les déchir­er sous leurs yeux… Sur Twit­ter, Jean-Michel Aphatie juge que « ce matin, Char­lie Heb­do cherche plus à faire par­ler de lui qu’à défendre la lib­erté d’ex­pres­sion ».

Et, pour ce qui est de faire par­ler de lui, c’est réus­si ! Out­re des réac­tions en pagaille de per­son­nal­ités (Jean-Marc Ayrault, Lau­rent Fabius, Mgr André Vingt-Trois, etc.) ain­si que des dépêch­es rap­por­tant les mesures de sécu­rité pris­es par les ambas­sades, con­sulats et écoles français­es à l’é­tranger, Charb, son directeur, annonçait en début d’après-midi que « le site (du jour­nal, ndlr) est blo­qué car il a été piraté. Apparem­ment, c’est une attaque encore plus mas­sive qu’en 2011 ». À 15h30, le blog de sec­ours de la rédac­tion fonc­tion­nait, lui, tou­jours. Un piratage en fin d’après-midi per­me­t­trait de pro­longer le buzz… Car les CRS placés devant l’im­meu­ble où elle est instal­lée pro­tè­gent peut-être des incendies crim­inelles mais pas des pirates infor­ma­tiques !

En moyenne, Char­lie Heb­do écoule 45 000 exem­plaires chaque semaine. En novem­bre dernier, un numéro (rebap­tisé Charia Heb­do) s’é­tait ven­du à 200 000 exem­plaires tan­dis qu’en 2006, celui repro­duisant douze car­i­ca­tures de Mahomet avait atteint 480 000 exem­plaires ! Char­lie Heb­do du 19 sep­tem­bre pour­rait dépass­er les 200 000 ventes.

Valérie Trierweiler : du journalisme au star-système

La pre­mière jour­nal­iste de France est l’une des vedettes de la ren­trée lit­téraire. Sor­ti le 15 août, La Favorite (Fayard), sorte de jour­nal imag­i­naire de la con­cu­bine de François Hol­lande, signé par l’ancien directeur adjoint du Monde, Lau­rent Greis­lamer, est déjà un franc suc­cès. Dans Entre deux feux (Gras­set), Anna Cabana et Anne Rosencher évo­quent longue­ment le tri­an­gle amoureux Hol­lande-Tri­er­weil­er-Roy­al, ce qui promet de belles retombées, d’autant que l’ouvrage a reçu un franc sou­tien de l’hebdomadaire Mar­i­anne, qui en a récem­ment pub­lié quelques bonnes feuilles. Enfin, début octo­bre, sor­ti­ra un Valérie Tri­er­weil­er (Édi­tions du Moment), signé de Christophe Jakubyszyn.

Droit à l’information pour Bercy

C’est le méti­er (de com­mu­ni­quant) qui ren­tre : le min­istre de l’Économie, Pierre Moscovi­ci, a promis de tenir régulière­ment des points presse pour les jour­nal­istes accrédités à Bercy. Ces derniers grog­naient depuis un petit bout de temps, car ils ne par­ve­naient à se tenir au courant de la posi­tion française sur la zone euro… qu’en lisant la presse anglo-sax­onne !

Stéphane Guillon clashe Audrey Puylvar sur Twitter

L’humoriste Stéphane Guil­lon a attaqué Audrey Pul­var, nou­velle patronne des Inrocks, sur Twit­ter. Guil­lon est per­suadé qu’Audrey Pul­var a décroché son nou­v­el emploi grâce à son con­joint, le min­istre du Redresse­ment pro­duc­tif, Arnaud Mon­te­bourg, qui aurait ren­con­tré Matthieu Pigasse, le pro­prié­taire du mag­a­zine, juste avant sa nom­i­na­tion… Audrey Pul­var nie évidem­ment et affirme qu’elle ne doit ce tra­vail qu’à la sueur de son front.

Guil­lon a twit­té, ce 14 sep­tem­bre : « On nous apprend que Mon­te­bourg et Pigasse se sont bien ren­con­trés 15 jours avant la nom­i­na­tion d’Audrey aux Inrocks. Impos­si­ble, pure calom­nie. »

Dans un deux­ième mes­sage, posté juste après, il ajoute « Audrey a écrit sur Twit­ter que les 2 hommes ne s’étaient jamais ren­con­trés. La ten­dre, la douce, l’exquise ne peut pas nous avoir barat­inés ! » Cela va sans dire.

Libé : une provoc’ à 700 000 balles

L’équili­bre financier de Libéra­tion (atteint en 2010 et 2011) pour­rait être com­pro­mis cette année.

En effet, selon Le Monde, la Une du 10 sep­tem­bre sur Bernard Arnault (“Casse-toi, riche con !”) pour­rait faire per­dre 700 000 euros de recettes pub­lic­i­taires au quo­ti­di­en du Baron Édouard de Roth­schild.

La faute, on s’en doute, au retrait immé­di­at des opéra­tions pub­lic­i­taires prévus d’i­ci la fin de l’an­née par les sociétés du groupe LVMH (- 150 000 euros). Mais pas seule­ment : d’autres entre­pris­es du monde du luxe ont décidé, par sol­i­dar­ité avec Bernard Arnault, de ne plus annon­cer dans Libéra­tion, rap­porte le quo­ti­di­en du soir qui cite “des sources internes”.

Libéra­tion s’est quand même payé le luxe de paraître mar­di 11 sep­tem­bre avec un gros encart pub­lic­i­taire Yves Saint Lau­rent, une mar­que du groupe PPR, con­cur­rent de LVMH. Il était “pro­gram­mé de longue date”, a fait savoir François-Hen­ri Pin­ault, son pro­prié­taire.

Le même jour, Renaud Rev­el, le “M. Médias” de L’Ex­press, évo­quait une perte de 500 000 euros de recettes pub­lic­i­taires pour Libé. Un mon­tant revu à la hausse par Le Monde du 13 sep­tem­bre, donc…

De jan­vi­er à août 2012, le groupe LVMH aurait, selon Yacast, dépen­sé 405 000 euros (une somme qui ne tient pas compte des remis­es com­mer­ciales) pour pro­mou­voir ses mar­ques Dior et Givenchy dans les pages de Libé, soit 1,5% du porte­feuille pub­lic­i­taire total du quo­ti­di­en et 20% du sup­plé­ment cul­turel Next, croit savoir Marc Bau­dri­er, jour­nal­iste à Chal­lenges.

Seule con­so­la­tion pour Libéra­tion, ses ventes : elles ont aug­men­té ce jour-là de 27% par rap­port à leur moyenne alors que la dif­fu­sion du titre (comme la pag­i­na­tion pub­lic­i­taire) est en forte baisse depuis l’élec­tion prési­den­tielle…

Crédit pho­to : DR.

Yves de Kerdrel directeur général du groupe Valmonde

Yves de Ker­drel, jour­nal­iste au Figaro, a été nom­mé directeur général du groupe Val­monde en rem­place­ment de Guil­laume Roquette. Ce dernier ayant rem­placé Alex­is Brézet à la direc­tion du Figaro Mag­a­zine. Yves de Ker­drel prend ain­si la tête d’un groupe de presse qui regroupe trois titres : Valeurs actuelles, Spec­ta­cle du monde et Jours de chas­se.

Yves de Ker­drel a dirigé la rédac­tion du Jour­nal des Finances de 2006 à 2009. Il a été mem­bre de la Com­mis­sion Attali pour la libéra­tion de la crois­sance. Il dirige égale­ment le site d’in­tel­li­gence économique Wan­Square.

Il tient, depuis quelques années, une chronique économique dans Le Figaro dont le ton est résol­u­ment libéral. En 2008, il prend résol­u­ment posi­tion pour le tra­vail du dimanche.

En avril 2010, l’une de ses chroniques inti­t­ulée “Arrêtez de tir­er sur les rich­es !” sus­cite quelques remous!

Page 384 sur 386

Qui a dit…

« BHL est l’écrivain le plus médi­a­tique de France, l’idéologue le plus con­tro­ver­sé, mais aus­si le plus fameux, le sym­bole de l’intellectuel engagé. »

Pour le découvrir, cliquez ici