Accueil | Actualités | Médias | Médias : les magazines en berne, plus de digital pour les quotidiens et plus de modèles reposant sur le don
Pub­lié le 16 septembre 2018 | Éti­quettes : , , , , ,

Médias : les magazines en berne, plus de digital pour les quotidiens et plus de modèles reposant sur le don

Si les indicateurs sont au rouge vif pour la presse magazine française, les quotidiens nationaux vont plutôt mieux, soutenus par leurs ventes en numérique et un peu partout les plate-formes faisant appel aux dons se multiplient.

Les magazines français souffrent

L’Alliance pour les Chiffres de la Presse et des Médias (ACPM) vient de publier les chiffres étudiant l’évolution des ventes sur la période juillet 2017 juin 2018 par rapport à 2016/2017. Il faut garder en mémoire que 2016 fût une année électorale riche qui a sans doute contribué à augmenter le lectorat. Malgré tout, les chiffres sont impitoyables. Les ventes de L’Obs en kiosque s’effondrent de 30% alors que sa diffusion globale recule de 20%. Tous les magazines sont dans le rouge L’Express (moins 13%) comme Valeurs Actuelles (moins 14%), Marianne (moins 11%) comme Le Point (moins 7%), ceci pour les titres dits d’information générale.

Mais la nouveauté réside dans la chute de nombre de magazines spécialisés (mode, alimentation/cuisine, éducation, people, féminins, photo etc) qui perdent autour du cinquième de leur lectorat. C’est le cas de Glamour, GQ, Grazia, Vanity Fair, Parents et autres Happinez. Certains titres s’en tirent mieux grâce aux ventes numériques (dites « au tiers »), en pratique les kiosques des opérateurs numériques. Le féminin Elle comptabilise plus du quart des ventes de cette façon, mais ces ventes assez artificielles sont très fragiles. Historia en positif profite de la disparition de la Nouvelle Revue d’Histoire (NRH)

Les quotidiens nationaux tirés par le numérique

Les deux champions français des quotidiens nationaux peuvent aligner des chiffres en progression grâce à leur diffusion numérique. Le Figaro compte près de 90000 abonnés Premium digital alors qu’au Monde avec plus de 135000 abonnés digital, le numérique devient la première source d’abonnés. L’Equipe (+4%) a profité de la coupe du monde de football alors que tous les autres sont en négatif, Libération (moins 8%), Le Parisien (moins 7%), L’Humanité (moins 6%). Les Échos sont stables tout comme La Croix qui, reposant essentiellement sur ses abonnés, est un cas à part.

La presse quotidienne régionale en légère baisse

L’ensemble de la PQR voit sa diffusion baisser légèrement mais certains titres souffrent plus que d’autres. Se situent entre autres en baisse de plus de 4% : La Montagne, Le Midi Libre, Vosges Matin, Nord Éclair, Paris Normandie. Mention particulière pour Nice Matin/Var Matin qui chutent de 5% (titres associés) et où mi-juillet, les journalistes s’étaient levés pour s’opposer au licenciement du directeur de la direction Denis Carreaux. La rédaction de Nice Matin a voté une motion de défiance contre la direction début septembre 2018.

Développement de l’appel aux dons

Si le New York Times a instauré un paywall donnant droit à quelques articles gratuits avant d’être contraint à l’abonnement, d’autres médias font appel à la générosité des lecteurs. Le quotidien de gauche britannique The Guardian (propriété d’une fondation) en accès libre demande un don à ses lecteurs. Avec un certain succès mais sans atteindre pour autant l’équilibre financier. Il faut du culot à un organe d’information fantaisiste comme Buzzfeed pour demander la même chose à ses lecteurs. En France, le reporter indépendant Vincent Lapierre (autrefois diffusé par ER) prend son indépendance et fait appel à son auditorat pour se développer.

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux