Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Médias : les magazines en berne, plus de digital pour les quotidiens et plus de modèles reposant sur le don

16 septembre 2018

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Médias : les magazines en berne, plus de digital pour les quotidiens et plus de modèles reposant sur le don

Médias : les magazines en berne, plus de digital pour les quotidiens et plus de modèles reposant sur le don

Si les indicateurs sont au rouge vif pour la presse magazine française, les quotidiens nationaux vont plutôt mieux, soutenus par leurs ventes en numérique et un peu partout les plate-formes faisant appel aux dons se multiplient.

Les magazines français souffrent

L’Alliance pour les Chiffres de la Presse et des Médias (ACPM) vient de pub­li­er les chiffres étu­di­ant l’évolution des ventes sur la péri­ode juil­let 2017 juin 2018 par rap­port à 2016/2017. Il faut garder en mémoire que 2016 fût une année élec­torale riche qui a sans doute con­tribué à aug­menter le lec­torat. Mal­gré tout, les chiffres sont impi­toy­ables. Les ventes de L’Obs en kiosque s’effondrent de 30% alors que sa dif­fu­sion glob­ale recule de 20%. Tous les mag­a­zines sont dans le rouge L’Express (moins 13%) comme Valeurs Actuelles (moins 14%), Mar­i­anne (moins 11%) comme Le Point (moins 7%), ceci pour les titres dits d’information générale.

Mais la nou­veauté réside dans la chute de nom­bre de mag­a­zines spé­cial­isés (mode, alimentation/cuisine, édu­ca­tion, peo­ple, féminins, pho­to etc) qui per­dent autour du cinquième de leur lec­torat. C’est le cas de Glam­our, GQ, Grazia, Van­i­ty Fair, Par­ents et autres Hap­pinez. Cer­tains titres s’en tirent mieux grâce aux ventes numériques (dites « au tiers »), en pra­tique les kiosques des opéra­teurs numériques. Le féminin Elle compt­abilise plus du quart des ventes de cette façon, mais ces ventes assez arti­fi­cielles sont très frag­iles. His­to­ria en posi­tif prof­ite de la dis­pari­tion de la Nou­velle Revue d’Histoire (NRH)

Les quotidiens nationaux tirés par le numérique

Les deux cham­pi­ons français des quo­ti­di­ens nationaux peu­vent align­er des chiffres en pro­gres­sion grâce à leur dif­fu­sion numérique. Le Figaro compte près de 90000 abon­nés Pre­mi­um dig­i­tal alors qu’au Monde avec plus de 135000 abon­nés dig­i­tal, le numérique devient la pre­mière source d’abonnés. L’Equipe (+4%) a prof­ité de la coupe du monde de foot­ball alors que tous les autres sont en négatif, Libéra­tion (moins 8%), Le Parisien (moins 7%), L’Humanité (moins 6%). Les Échos sont sta­bles tout comme La Croix qui, reposant essen­tielle­ment sur ses abon­nés, est un cas à part.

La presse quotidienne régionale en légère baisse

L’ensemble de la PQR voit sa dif­fu­sion baiss­er légère­ment mais cer­tains titres souf­frent plus que d’autres. Se situent entre autres en baisse de plus de 4% : La Mon­tagne, Le Midi Libre, Vos­ges Matin, Nord Éclair, Paris Nor­mandie. Men­tion par­ti­c­ulière pour Nice Matin/Var Matin qui chutent de 5% (titres asso­ciés) et où mi-juil­let, les jour­nal­istes s’étaient lev­és pour s’opposer au licen­ciement du directeur de la direc­tion Denis Car­reaux. La rédac­tion de Nice Matin a voté une motion de défi­ance con­tre la direc­tion début sep­tem­bre 2018.

Développement de l’appel aux dons

Si le New York Times a instau­ré un pay­wall don­nant droit à quelques arti­cles gra­tu­its avant d’être con­traint à l’abonnement, d’autres médias font appel à la générosité des lecteurs. Le quo­ti­di­en de gauche bri­tan­nique The Guardian (pro­priété d’une fon­da­tion) en accès libre demande un don à ses lecteurs. Avec un cer­tain suc­cès mais sans attein­dre pour autant l’équilibre financier. Il faut du culot à un organe d’information fan­tai­siste comme Buz­zfeed pour deman­der la même chose à ses lecteurs. En France, le reporter indépen­dant Vin­cent Lapierre (autre­fois dif­fusé par ER) prend son indépen­dance et fait appel à son audi­torat pour se dévelop­per.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.

Stéphane Kenech

PORTRAIT — Stéphane Kenech, ou l’histoire d’un jour­nal­iste d’images rêvant de s’ac­com­plir dans le reportage de guerre et d’in­ves­ti­ga­tion. Dans cette voca­tion en devenir, il se pas­sionne pour la Syrie au tra­vers de deux caus­es : le retour des dji­hadistes en France et la lutte con­tre le régime syrien. Par­fois au risque d’y oubli­er la déon­tolo­gie et de met­tre en dan­ger ceux qui lui font con­fi­ance.