Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Facebook / AFP : liaisons dangereuses et censures

28 juillet 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Facebook / AFP : liaisons dangereuses et censures

Facebook / AFP : liaisons dangereuses et censures

[Pre­mière dif­fu­sion le 25 mai 2020]

Au moment où la liberticide loi Avia, soi-disant destinée à lutter contre les « discours de haine » se met en place, au moment où la censure devient préventive pour éliminer les « mauvaises pensées », Facebook et l’AFP, agence publique d’information de la France, renforcent leurs liens en ce domaine d’avenir.

New world order

Le réseau social a annon­cé les pre­miers mem­bres de son « con­seil de sur­veil­lance », dont Zucker­berg avait pré­cisé le pro­jet dans un entre­tien de novem­bre 2018, souhai­tant créer une sorte de Cour suprême qui portera un « juge­ment final sur ce que devrait être un dis­cours accept­able dans une com­mu­nauté qui reflète les normes sociales et les valeurs des gens dans le monde entier ». New world order, les choses sont claires.

Les nom­i­na­tions ini­tiales con­fir­ment ce que l’on pou­vait en atten­dre, les réseaux Soros et les dif­férents lob­bies LGBTQ++ sont bien représen­tés.

L’AFP et Facebook, main dans la main

Emmanuel Macron, lors du forum sur la gou­ver­nance d’internet à Paris, tenu le 12 novem­bre 2018 à l’Unesco, avait annon­cé la couleur. Il avait par­lé de « méth­ode coopéra­tive », unis­sant les capac­ités tech­nologiques de Face­book et les capac­ités répres­sives (en forte pro­gres­sion) de l’État français. Un groupe d’une dizaine de per­son­nes fût con­sti­tué à par­ité entre les deux entités, la privée et la publique. Du côté réseau, des cadres dirigeants. Du côté pub­lic, que du beau monde : le CSA (respon­s­able des con­tenus), l’Arcep (respon­s­able des télé­coms et de la régu­la­tion tech­nique, les con­tenants), la Dis­ic (direc­tion inter­min­istérielle des sys­tèmes d’information et de com­mu­ni­ca­tion) et le secré­tari­at d’État au numérique qui coor­donne.

L’AFP s’est rangée dans le dis­posi­tif, employ­ant 80 jour­nal­istes spé­cial­isés tra­vail­lant essen­tielle­ment avec et pour le réseau social, en France, aux États-Unis et bien­tôt en Alle­magne et dans les Balka­ns. Pour ces derniers, sans doute pour com­pléter le tra­vail entre­pris par l’ex directeur de la CIA, devenu mag­nat local des médias via le fonds d’investissement améri­cain KKR.

Une activ­ité qui rap­porte. De moins d’un mil­lion d’euros en 2018, les revenus en découlant auraient dépassé les 2,5M€ en 2019 et sur le seul mois de mars un chiffre d’affaires dépas­sant celui d’une année selon les déc­la­ra­tions du nou­veau prési­dent de l’AFP, Fab­rice Fries aux Échos.

Dans ce cas pré­cis Face­book est un client de l’AFP et le rémunère pour ses ser­vices. Mais il peut aus­si devenir parte­naire et alors vers­er de l’argent directe­ment aux médias (comme Google l’a fait en finançant la créa­tion des Décodeurs du Monde). Quelques exem­ples, Libéra­tion qui a reçu 225K€ en 2018 pour financer Check news, ou encore L’Express, Le Monde, France 24 et même le gra­tu­it 20 Min­utes, qui vient de rem­porter une bourse de 37K€, au titre (ne riez pas) d’un « Coro­n­avirus Fact Check­ing Grant » du réseau social améri­cain. Une miette pour Face­book ; mer­ci no’t maît’ dis­aient les man­ants à leur seigneur en d’autres temps. Servi­teur diraient d’autres…

Voir notre portrait du patron de Facebook France Laurent Solly.

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : première audience le 7 octobre 2020

L’Observatoire du journalisme (OJIM), créé en 2012 par Claude Chollet et quelques amis, rentre dans sa neuvième année d’existence. En 230 portraits publiés, 30 infographies et plus de 4500 articles nous n’avions eu — jusqu’à présent — aucune plainte en justice. À la suite d’un article de 2018 où nous parlions du groupe Lagardère et de manière incidente sur deux lignes du porte-parole du groupe, Monsieur Ramzi Khiroun, ce dernier a porté plainte pour « injures publiques ». La première audience est fixée au 7 octobre 2020 à 13h30. Lire la suite

 

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.