Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Fabrice Fries, nouveau patron de l’AFP, un tueur… de profits ?

26 avril 2018

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | not_global | Fabrice Fries, nouveau patron de l’AFP, un tueur… de profits ?

Fabrice Fries, nouveau patron de l’AFP, un tueur… de profits ?

Arrivé sans enthousiasme à la tête de l’AFP le 12 avril dernier (élu au 3e tour, bien qu’il soit le seul candidat) après le lâchage par l’Elysée de son prédécesseur Emmanuel Hoog, Fabrice Fries a eu des états de service pas si mirobolants que ça dans les boîtes du « privé » où il a exercé pendant 22 ans (Havas, Vivendi, Atos, Publicis…), révèle le Canard Enchaîné (18.04).

Emmanuel Hoog lâché par les pouvoirs publics

Emmanuel Hoog a en effet été aban­don­né par les représen­tants de l’E­tat après un trou de 4,8 mil­lions d’eu­ros en 2017 et 5 mil­lions en 2016. Mar­di 10 avril, lors du con­seil d’ad­min­is­tra­tion qui devait valid­er les comptes de l’AFP, la prési­dente de la com­mis­sion finan­cière de l’a­gence avait dressé un bilan cri­tique de la ges­tion d’Em­manuel Hoog, finale­ment infor­mé par le min­istère de la Cul­ture que l’E­tat ne sou­tiendrait pas sa réélec­tion. Il a alors jeté l’éponge.

Fries, un profil business aux résultats contrastés

Or, l’an­cien mag­is­trat à la cour des Comptes au pro­fil « très busi­ness » a fait (presque) aus­si bien. De 2008 à 2016 il a dirigé Pub­li­cis Con­sul­tants, l’an­ci­enne « Rolls du con­sult­ing ». Résul­tats peu mirobolants : un chiffre d’af­faires divisé par deux, passé de 88,2 à 36,8 mil­lions d’eu­ros et un déficit de 4,5 mil­lions d’eu­ros.

Par­al­lèle­ment 230 des 400 salariés sont passés à la trappe, soit dans des fil­iales, soit à coups de départs volon­taires. Dans un secteur où l’en­tre­gent et les rela­tions per­son­nelles sont pour beau­coup dans l’ac­tiv­ité des entre­pris­es, appli­quer la recette clas­sique du man­age­ment « cost killer » (tueur de coûts) en faisant des plans soci­aux et de la fil­ial­i­sa­tion lorsque les chiffres ne sont pas au ren­dez-vous s’avère con­tre-pro­duc­tif : ce ne sont pas seule­ment des coûts salari­aux qui par­tent, mais des portes d’en­trée, des car­nets d’adresse, des cerveaux.

Néan­moins, mal­gré ce bilan médiocre, Pub­li­cis a payé fort cher son départ, selon l’au­dit du cab­i­net 3E en juin 2017 mené à la demande du comité d’en­tre­prise. Sur les six derniers mois, écarté avec un obscur titre de con­seiller, Fries a empoché 180 000 €, révèle l’heb­do­madaire satirique, ce à quoi s’a­joutent 360 000 € obtenus lors de sa trans­ac­tion de départ. Et la direc­tion a classé le dossier, ren­voy­ant les dif­fi­cultés à « la dégra­da­tion des activ­ités tra­di­tion­nelles de l’en­tre­prise, plutôt que du coût du départ des col­lab­o­ra­teurs, fussent-ils des dirigeants ».

Un ex– « Messier boy » issu d’une famille de la nomenklatura administrative française

Petit-fils de François Sey­doux, ambas­sadeur à Berlin sous De Gaulle et Ade­nauer, fils d’un pro­fesseur de médecine et d’une chercheuse au CNRS, Fab­rice Fries vient, selon ses pro­pres pro­pos, d’une « famille de servi­teurs de l’E­tat pour qui tra­vailler dans le privé, c’est déchoir ». Après être passé par le cur­sus clas­sique de la nomen­klatu­ra répub­li­caine (Hen­ri IV, Louis le Grand, Ulm, Sci­ences Po, ENA, la Cour des Comptes) puis avoir tra­vail­lé comme haut fonc­tion­naire européen, il est par­ti chez la Générale des Eaux en 1995 puis Havas où il s’oc­cupe de ven­dre le pôle pro­fes­sion­nel (presse et édi­tion) à un fonds d’in­vestisse­ment qui le découpe. Il se retrou­ve enfin chez Atos Ori­gin en 2004–2006, chargé des grands comptes et de la stratégie marchés.

Selon Le Lion Rugis­sant,  « fan-page des salariés du groupe Pub­li­cis » des­tinée à faire la lumière sur la réal­ité des pra­tiques sociales du groupe, « der­rière les pail­lettes », « Fries, ancien prési­dent de Pub­li­cis Con­sul­tants, ex Messier Boy, nou­veau prési­dent de l’AFP, énar­que, mag­is­trat de la cour des comptes et famille Sey­doux a couté très cher au groupe : d’abord par sa pas­siv­ité, puisqu’on peut affirmer qu’il a con­duit Pub­li­cis Con­sul­tants au naufrage, et ensuite par le traite­ment de favoritisme que Mau­rice Levy lui a tou­jours réservé, avec la com­plic­ité du DRH [directeur des ressources humaines] et du DAF [directeur admin­is­tratif et financier] en place. Arthur Sadoun, à sa nom­i­na­tion aura eu à faire le sale boulot que Mau­rice Levy refu­sait de faire : dégager le gref­fon ».

Application du principe de Peter

« Bref, le cas Fries témoigne comme beau­coup d’autres – Are­va est un bon exem­ple – du prob­lème de renou­velle­ment des élites en France », témoigne un ingénieur qui dirige une grosse PME dans les nou­velles tech­nolo­gies. « Et leur décon­nex­ion avec les valeurs qu’ils prô­nent comme le mérite et le prof­it. Que ça soit dans les admin­is­tra­tions où les grandes boîtes du CAC40 dirigées par des sor­tants des grandes écoles et dev­enues le pro­longe­ment de l’E­tat – même si l’élite con­tin­ue à appel­er cela le privé, un gars qui se révèle incom­pé­tent est pro­mu… voire recasé dans une fonc­tion de l’E­tat bien payée tout en con­tin­u­ant à don­ner des leçons de morale ».

« Dans le vrai privé, les incom­pé­tents on les dégage », achève-t-il, en esti­mant que « les salariés et col­lab­o­ra­teurs de l’AFP ont du souci à se faire. Mais quand ça éclat­era, lui il rebondi­ra ailleurs ». Soit 1500 jour­nal­istes, 2400 col­lab­o­ra­teurs et un chiffres d’af­faires annuel de 300 mil­lions d’€ dont 131,5 mil­lions d’aides de l’E­tat en 2018 et 21,6 mil­lions d’abon­nements pour plus de 1100 ser­vices de l’E­tat, avec une « remise de quan­tité » de 20%. Car en France « l’indépen­dance » de l’AFP est une « mis­sion d’in­térêt général » payée par les con­tribuables. Ce qui ne favorise guère le renou­velle­ment des élites et la dis­pari­tion de l’en­tre soi politi­co-médi­a­tique. Un entre soi dont Fab­rice Fries est le pur pro­duit.

Crédit pho­to : cap­ture d’écran vidéo MSLGroup. DR

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.