Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Une islamiste et des partisans de Soros au Conseil de surveillance de Facebook

22 juillet 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Une islamiste et des partisans de Soros au Conseil de surveillance de Facebook

Une islamiste et des partisans de Soros au Conseil de surveillance de Facebook

[Pre­mière dif­fu­sion le 14 mai 2020]

Lancé fin janvier 2020, le Conseil de surveillance de Facebook vient de dévoiler les vingt premiers membres qui le composeront. Conseil créé pour prendre les “décisions les plus complexes et les plus importantes sur le contenu présent sur les plateformes”, en résumé, la fameuse “modération de contenu” qui a valu, par exemple, à Génération identitaire de se faire bannir du réseau. Mais derrière les déclarations lénifiantes sur la liberté d’expression et la transparence, le réseau social dévoile un casting plutôt inquiétant.

Tawakkol Karman, l’islamiste du Yémen

Comme évo­qué par Valeurs Actuelles, on retrou­ve dans ce Con­seil, la Yéménite Tawakkol Kar­man. Prix Nobel de la paix en 2011, Le Monde a rap­porté en 2013, son appar­te­nance “à la mou­vance islamiste au Yémen”. La même année, elle a d’ailleurs soutenu le prési­dent égyp­tien Mohamed Mor­si, mem­bre des Frères musul­mans, peu après sa des­ti­tu­tion.

On a aus­si pu la voir arbor­er la “Main du Tamkine”, un signe de ral­liement aux Frères musul­mans.

Les pro-Soros

Autres per­son­nal­ités inter­pel­lant dans cette liste, Afia Asan­te­waa Asare-Kyei et András Sajó. La pre­mière est man­ag­er à l’Open Soci­ety Ini­tia­tive pour l’Afrique de l’Ouest, pilotée par l’Open Soci­ety Foun­da­tions de George Soros.

Le sec­ond, András Sajó, fait par­tie de ces juges de la CEDH util­isés par le mil­liar­daire pour éten­dre son influ­ence comme cela avait été démon­tré en févri­er 2020. L’enquête réal­isée par Valeurs Actuelles à cette occa­sion l’avait large­ment men­tion­né. Il est aus­si l’un des fon­da­teurs avec George Soros, de l’Université d’Europe cen­trale.

Les militants de l’anti-racisme et pour les LGBTQ+

Autre caté­gorie bien représen­tée dans cette liste de mem­bres, celles des mil­i­tants pro­gres­sistes. On y retrou­ve Emi Pal­mor, nom­mée par la gauche, en 2014, direc­trice-générale du min­istère de la jus­tice israélien, elle a été à l’ini­tia­tive de “l’unité gou­verne­men­tale de coor­di­na­tion de l’anti-racisme”.

Côté indi­en, on retrou­ve Sud­hir Krish­naswamy, co-fon­da­teur d’un Cen­tre de recherch­es en droit et poli­tique, “qui tra­vaille à faire avancer les valeurs con­sti­tu­tion­nelles pour tous, inclu­ant les LGBTQ+ et trans­gen­res en Inde”.

Du côté améri­cain, il y a Pamela Kar­man, actuelle­ment pro­fesseur à l’école de droit de Stan­ford, et précédem­ment, cadre à la Cour suprême améri­caine. Fer­vente démoc­rate, elle s’était impliquée dans l’enquête sur l’impeachment de Don­ald Trump. En 2009, le New York Times l’avait qual­i­fiée de “cham­pi­onne des droits homo­sex­uels, de grande défenseure des droits des crim­inels et des droits de vote”.

Un cast­ing con­forme à l’image souhaitée par le réseau social, mais qui laisse cepen­dant présager de som­bres jours pour le “con­tenu” poli­tique­ment incor­rect.

Voir notre portrait de Laurent Solly, Président de Facebook France.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.

Stéphane Kenech

PORTRAIT — Stéphane Kenech, ou l’histoire d’un jour­nal­iste d’images rêvant de s’ac­com­plir dans le reportage de guerre et d’in­ves­ti­ga­tion. Dans cette voca­tion en devenir, il se pas­sionne pour la Syrie au tra­vers de deux caus­es : le retour des dji­hadistes en France et la lutte con­tre le régime syrien. Par­fois au risque d’y oubli­er la déon­tolo­gie et de met­tre en dan­ger ceux qui lui font con­fi­ance.