Accueil | Actualités | Médias | Nouvel Ordre Mondial : Facebook veut créer une cour de justice internationale
Pub­lié le 1 juillet 2019 | Éti­quettes : , , ,

Nouvel Ordre Mondial : Facebook veut créer une cour de justice internationale

Quand vous êtes très, très riche, vous êtes envié. Quand vous êtes envié et très, très riche, pour vous défendre vous organisez à grands frais et dans le monde entier des « séminaires de réflexion ». Ces séminaires – où l’on peut supposer que les invités sont là tous frais payés et dans des endroits agréables – sont l’occasion de se faire des amis et de tester des idées. La dernière en date – baroque – pour le réseau social, est de créer une « Cour suprême » jugeant les conflits sur les contenus du réseau. Une manière de faire diversion au moment où Facebook est accusé de tous les maux. Et accumule les bénéfices.

Surveiller et punir

L’idée d’une sorte de Cour suprême fût exprimée dès avril 2018 par Mark Zuckerberg dans un entretien avec le média américain Vox. Puis reprise par un article dans le New York Times en novembre 2018 qui annonçait sa création pour fin 2019.

Après de coûteuses, et nous l’espérons productives, réunions avec des « experts » du monde entier, le réseau social a publié un document de 44 pages le jeudi 27 juin 2019, précisant ses intentions. Quelques jours auparavant à Berlin, Nick Clegg responsable des affaires institutionnelles avait annoncé la création d’un d’un conseil de surveillance mondial (Oversight board). Le verbe to oversight en anglais ou en américain signifie dans ce contexte très exactement surveiller. La traduction d’un article du Monde qui parle de comité de supervision est fautive et minimise les enjeux.

Le rôle de ce conseil de surveillance mondial est de prendre des décisions en dernier recours sur ce que les utilisateurs seraient autorisés à poster sur le réseau et sur ce qui serait in fine interdit.

Les quarante et les trente mille

Quarante personnes seront choisies, « experts avec des expériences différentes, des disciplines différentes, et des points de vue différents, mais qui tous peuvent représenter les intérêts d’une communauté globale ». Nous reviendrons sur le terme communauté globale. Ces personnes seraient rémunérées à temps plein ou partiel par une fondation extérieure à Facebook mais financée par ce dernier.

Les quarante ne jugeraient que des cas les plus emblématiques ou compliqués. Ils ne seraient pas déjà membres des modérateurs du réseau social, une armée de trente mille (vous lisez bien, 30000) utilisateurs de ciseaux électroniques. Pourraient ils s’autosaisir des cas litigieux ou bien ces cas seraient ils sélectionnés en amont par le réseau social, nul ne le sait encore.

Naissance d’une nation

Résumons : 2,7 milliards de participants, un pouvoir exécutif (le conseil d’administration de Facebook), un président (Mark Zuckerberg), une constitution (les fameuses règles de Facebook), une monnaie (le Libra), une armée (les trente mille modérateurs/censeurs), un pouvoir judiciaire (le conseil de surveillance), vous mettez dans un chapeau, vous remuez. Qu’est ce qui sort ? Quelque chose qui ressemble à une méga nation, s’étendant comme un virus. C’est ici que le terme communauté globale prend tout son sens. Reprenons les mots de l’entretien de Zuckerberg de novembre 2018, il souhaite créer une sorte de Cour suprême qui portera un « jugement final sur ce que devrait être un discours acceptable dans une communauté qui reflète les normes sociales et les valeurs des gens dans le monde entier ». New world order, un nouvel ordre mondial à la fois lénifiant et totalitaire. Ça vous tente ?

Crédit photo : carlayashiro via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This