Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
NRJ : première radio de France
Publié le 

24 juillet 2012

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | NRJ : première radio de France

NRJ : première radio de France

Selon la dernière étude Médiamétrie, NRJ, radio musicale « jeune », détrône RTL en gagnant un point de part d’audience par rapport à la période avril-juin 2011 (11,7% de PDA contre 10,7%)*. Cette radio est suivie par 6,16 millions d’auditeurs contre 6,06 million pour RTL. Une performance qui est notamment à mettre sur le compte de l’émission « C’Cauet » qui progresse, sur une année, de 73%.

En début de sai­son, la radio musi­cale avait annon­cé son inten­tion de repren­dre le som­met du podi­um, qu’elle avait per­du depuis 2006 – péri­ode qui avait coïn­cidé avec l’intense actu­al­ité poli­tique de la cam­pagne prési­den­tielle pour 2007. Durant les années suiv­antes, NRJ n’avait jamais pu repren­dre le lead­er­ship. C’est désor­mais chose faite puisque Médi­amétrie révèle que, sur les mois d’avril à juin 2012, NRJ a, cette fois, dépassé tous ses con­cur­rents. Ce qui revient à con­stater qu’au cœur des cam­pagnes prési­den­tielles et lég­isla­tives, la radio la plus écoutée de France était celle des ado­les­cents et des fans de Cauet… Une grande leçon de mod­estie pour les jour­nal­istes poli­tiques !

Cet état de fait ne remet pas en ques­tion l’intérêt des Français pour la chose publique, puisque les qua­tre radios suiv­antes (RTL, France inter, France info et Europe 1) sont toutes des radios d’information ; mais il illus­tre peut-être une forme de las­si­tude face aux manières de ren­dre compte de l’actualité poli­tique.

Dans un pays où la droite et l’extrême droite réu­nies rassem­blent des scores élec­toraux plus élevés que ceux de la gauche, la con­tre-per­for­mance de RTL s’explique peut-être égale­ment par ses recen­trages con­stants depuis un an. À la fin de l’été 2011, la direc­tion avait annon­cé l’éviction de Robert Ménard, qui offi­cie depuis sur Sud-Radio. Le feuil­leton sur l’éviction ou la sim­ple plac­ardi­s­a­tion d’Éric Zem­mour a occupé une bonne par­tie du print­emps 2012, avant de se con­clure par une côte mal tail­lée [ren­voi vers la brève sur Zem­mour sanc­tion­né par le CSA]. Une chose est sûre : cette perte d’audience de RTL implique des remaniements évi­dents de la grille de pro­gramme et la néces­sité de retrou­ver des snipers capa­bles de fidélis­er le grand pub­lic.

Le suc­cès de France Inter, qui s’in­stalle solide­ment — avec 11% de part d’au­di­ence con­tre 10,2% et 5,77 mil­lions d’au­di­teurs — à la troisième place, lui, sem­ble résul­ter du suc­cès de la mati­nale emmenée par Patrick Cohen ain­si que des nom­breux chroniqueurs, sou­vent mar­qués à gauche, qui per­me­t­tent de mari­er infor­ma­tion et diver­tisse­ment. Philippe Val, directeur général de France Inter, veut pour­suiv­re dans cette voie à la ren­trée.

France Info a réal­isé un très bon score avec, comme l’an dernier, 9% de PDA, ce qui peut être con­sid­éré comme un résul­tat sat­is­faisant, les Français ayant claire­ment pris, courant juin, leurs dis­tances avec la poli­tique, ain­si que le fort taux d’ab­sten­tion aux élec­tions lég­isla­tives l’a révélé.

Avec 8,7% de part d’au­di­ence, Europe 1 con­serve le même chiffre que l’an dernier. L’ennui, c’est que, pour crev­er ce pla­fond, la radio avait pro­fondé­ment renou­velé ses équipes en con­fi­ant la mati­nale à Bruce Tou­s­saint et en nom­mant Fabi­en Namias à la direc­tion de l’in­for­ma­tion. La vague de départs qui frappe actuelle­ment cette radio est révéla­trice d’une nou­velle crise. Après l’évic­tion d’Arlette Chabot, plusieurs jour­nal­istes quit­tent Europe 1 : Thier­ry Guer­ri­er, Guil­laume Cahour, Stéphane Grand, Patrick Fay et Cather­ine Boulay.

Enfin, le sondage Médi­amétrie révèle égale­ment une nette pro­gres­sion de RMC qui, avec 7,7% de PDA con­tre 6,7 % en 2011, se taille une hon­nête six­ième place. Un suc­cès qui s’explique, de toute évi­dence, par le ton « pop­uliste », hon­nête et sans con­ces­sion de la mati­nale de Jean-Jacques Bour­din. Les débats sportifs sur le foot­ball et sur le rug­by sem­blent égale­ment avoir attiré un nou­veau pub­lic. Ain­si que le note Le Figaro, « une petite radio s’in­vite désor­mais dans la cour des grands avec toutes les con­séquences que cela peut avoir sur le marché pub­lic­i­taire. » De quoi offrir bien des espoirs aux radios asso­cia­tives ou à celles qui osent une ligne édi­to­ri­ale tranchée et orig­i­nale.

* L’audience cumulée mesure le pour­cent­age des per­son­nes ayant écouté la radio au moins une fois dans la journée, tan­dis que la part d’audience tient compte de la durée d’é­coute.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Étienne Gernelle

PORTRAIT — « C’est le sys­tème de Franz. Il jette des gens dans un aquar­i­um puis il regarde com­ment ça se passe. » Entré au Point en 2001, Éti­enne Ger­nelle est une pure expéri­men­ta­tion de Franz-Olivi­er Gies­bert.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision