Accueil | Actualités | Médias | Après le football, le mercato audiovisuel reprend

Après le football, le mercato audiovisuel reprend

Comme l’avait souligné avec humour en son temps l’excellent film Les nouveaux chiens de garde sur un scénario de Serge Halimi, l’été est propice aux échanges de vedettes de l’audiovisuel sur les chaînes publiques et privées. L’arrière droit de RTL passe à Sud Radio, l’avant centre de TF1 passe à France 2, le libero d’Europe 1 est débauché par France Inter et l’entraîneur de Radio France se retrouve à la tête de l’équipe de M6. Que nous réserve l’été 2018 ?

Des vieux, toujours des vieux

La bonne madame Ernotte voulait chasser le mâle blanc de plus de 50 ans. Las, ce sont les vieux qui sont les plus demandés. Michel Drucker (75 ans) voit son émission Vivement dimanche confortée sur France 2. Michel Cymes (61 ans), le médecin préféré des Français qui regardent le petit écran passe de France 5 à France 2, une promotion. Stéphane Bern (53 ans) prend du galon sur la même chaîne. Julien Courbet (53 ans) quitte C8 pour reprendre Capital sur M6. Et C8 se console en remettant en selle l’inusable Patrick Sabatier (66 ans) à la rentrée.

Des un peu moins vieux

Patrick Cohen (55 ans) quitte le naufrage d’Europe 1 et sera remplacé à la matinale de la radio par l’animateur Nikos Aliagas (49 ans, en sursis selon dame Ernotte), en son temps effigie des timbres grecs. Marc Fauvelle (41 ans) passe de France Inter à France info pour la matinale. Et Bruce Toussaint (44 ans) quitte le service public pour animer les soirées de BFMTV.

Des départs et quelques dames quand même

Daniel Cohn-Bendit ne viendra plus gâtifier sur Europe 1. Et le nouveau directeur de la chaine Laurent Guimier n’a pas retenu Philippe Vandel ni Franck Ferrand. TF1 a débauché l’animatrice Alessandra Sublet pour remplacer Aliagas dans l’émission vedette C’est Canteloup. Et Iris Mittenaere et Laurence Boccolini se voient proposer de nouvelles responsabilités.

Cet article doit beaucoup de ses informations à un papier de Caroline Sallé et Aurore Dermagne du Figaro.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux