Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Après le football, le mercato audiovisuel reprend

28 juin 2018

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Après le football, le mercato audiovisuel reprend

Après le football, le mercato audiovisuel reprend

Comme l’avait souligné avec humour en son temps l’excellent film Les nouveaux chiens de garde sur un scénario de Serge Halimi, l’été est propice aux échanges de vedettes de l’audiovisuel sur les chaînes publiques et privées. L’arrière droit de RTL passe à Sud Radio, l’avant centre de TF1 passe à France 2, le libero d’Europe 1 est débauché par France Inter et l’entraîneur de Radio France se retrouve à la tête de l’équipe de M6. Que nous réserve l’été 2018 ?

Des vieux, toujours des vieux

La bonne madame Ernotte voulait chas­s­er le mâle blanc de plus de 50 ans. Las, ce sont les vieux qui sont les plus demandés. Michel Druck­er (75 ans) voit son émis­sion Vive­ment dimanche con­fortée sur France 2. Michel Cymes (61 ans), le médecin préféré des Français qui regar­dent le petit écran passe de France 5 à France 2, une pro­mo­tion. Stéphane Bern (53 ans) prend du galon sur la même chaîne. Julien Courbet (53 ans) quitte C8 pour repren­dre Cap­i­tal sur M6. Et C8 se con­sole en remet­tant en selle l’inusable Patrick Sabati­er (66 ans) à la ren­trée.

Des un peu moins vieux

Patrick Cohen (55 ans) quitte le naufrage d’Europe 1 et sera rem­placé à la mati­nale de la radio par l’animateur Nikos Alia­gas (49 ans, en sur­sis selon dame Ernotte), en son temps effigie des tim­bres grecs. Marc Fau­velle (41 ans) passe de France Inter à France info pour la mati­nale. Et Bruce Tou­s­saint (44 ans) quitte le ser­vice pub­lic pour ani­mer les soirées de BFMTV.

Des départs et quelques dames quand même

Daniel Cohn-Ben­dit ne vien­dra plus gâti­fi­er sur Europe 1. Et le nou­veau directeur de la chaine Lau­rent Guimi­er n’a pas retenu Philippe Van­del ni Franck Fer­rand. TF1 a débauché l’animatrice Alessan­dra Sub­let pour rem­plac­er Alia­gas dans l’émission vedette C’est Can­teloup. Et Iris Mit­te­naere et Lau­rence Boc­col­i­ni se voient pro­pos­er de nou­velles respon­s­abil­ités.

Cet arti­cle doit beau­coup de ses infor­ma­tions à un papi­er de Car­o­line Sal­lé et Aurore Der­magne du Figaro.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : la première audience a eu lieu

La première audience s’est déroulée le 7 octobre 2020 au nouveau Palais de Justice de Paris devant la 17ème chambre qui suit les délits de presse. Notre avocat Maître Benoît Derieux a choisi de plaider la nullité pour vice de forme. Si l’avocat de la partie adverse était présent, Monsieur Ramzi Khiroun ne s’est pas présenté. Compte-rendu dans notre article du 12 octobre.

Derniers portraits ajoutés

Éric Brunet

PORTRAIT — Né en juil­let 1964 à Chi­non (Indre et Loire) d’un père ingénieur à EDF et d’une mère compt­able, Éric Brunet est un chroniqueur, ani­ma­teur radio et essay­iste français con­nu pour son engage­ment à droite et son sou­tien incon­di­tion­nel à Nico­las Sarkozy.

Salhia Brakhlia

PORTRAIT — Sal­hia Brakhlia a apporté, avec suc­cès, les méth­odes con­tro­ver­sées du Petit Jour­nal sur BFMTV. Le mélange détonne.

Caroline Monnot

PORTRAIT — Car­o­line Mon­not est une jour­nal­iste aimant se représen­ter sur les réseaux soci­aux avec une tête d’autruche, libre à cha­cun d’en faire sa pro­pre inter­pré­ta­tion. Elle tra­vaille au jour­nal Le Monde depuis 25 ans, chef adjointe du ser­vice poli­tique, elle se con­cen­tre prin­ci­pale­ment sur les rad­i­cal­ités poli­tiques.

Tristan Mendès France

PORTRAIT — Petit-fils de Pierre Mendès France et neveu de Frantz Fanon, l’homme pense marcher dans les pas du pre­mier, pas peu fier d’avoir hérité d’un cos­tume trop grand pour lui.

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.