Accueil | Portraits | Marc Fauvelle

Marc Fauvelle

Profession : syndiqué

Dernière mod­i­fi­ca­tion le 21/01/2015

Marc Fauvelle est titulaire d’une maîtrise de sciences et techniques (MST) de journalisme, obtenue au Centre universitaire d’enseignement du journalisme (CUEJ) de Strasbourg, en 1998. Il est actuellement chef du service politique de France Inter.

Parcours professionnel

Il débute sa car­rière à France Bleu Alsace, avant d’être recruté en tant que rédac­teur-reporter à Radio France Mul­ti­mé­dia (2000) puis d’intégrer France Info (2003) d’abord comme reporter, puis comme jour­nal­iste du ser­vice poli­tique.

À par­tir d’octobre 2006, il présente, avec Thomas Hugues, « À sa place vous feriez quoi ? », une inter­view quo­ti­di­enne de 7 min­utes dif­fusée en direct et en simul­tané sur la chaîne d’information en con­tinu i>Télé et France Info du lun­di au jeu­di à 19 h 16.

De sep­tem­bre 2007 à juil­let 2011, il présente, avec Raphaëlle Duchemin, la mati­nale de France Info, de 7 h à 11 h, puis, à par­tir de sep­tem­bre 2009, de 7 h à 10 h, avec Nico­las Poin­caré et Raphaëlle Duchemin et enfin, à par­tir de févri­er 2011 avec Olivi­er Emond et Raphaëlle Duchemin.

Il rejoint i>Télé en sep­tem­bre 2011 pour présen­ter la tranche de 17 h à 20 h, avec Léa Salamé (voir por­trait).

En jan­vi­er 2013, il quitte i>Télé et retourne à Radio France où il est nom­mé chef du ser­vice poli­tique à France Inter, en rem­place­ment de Jean-François Achilli devenu directeur de la rédac­tion de RMC.

Parcours militant

Marc Fau­velle a été adhérent, et élu durant 9 ans, du Syn­di­cat Nation­al des Jour­nal­istes (SNJ), classé à gauche (voir sa nébuleuse).

En 2002, il était can­di­dat aux élec­tions du Comité d’Entreprise sur la liste du Syn­di­cat nation­al des jour­nal­istes (SNJ) Radio France.

En 2004, il était can­di­dat tit­u­laire au Comité d’Entreprise sur la liste du Syn­di­cat nation­al des jour­nal­istes (SNJ) Radio France.

En 2006, il a été élu comme représen­tant du per­son­nel au Comité d’Établissement de Radio France en Île-de-France sur la liste du Syn­di­cat nation­al des jour­nal­istes (SNJ) Radio France.

En 2009, il a été élu comme sup­pléant sur la liste du Syn­di­cat nation­al des jour­nal­istes (SNJ) pour le Comité d’Etablissement (CE) Paris Ile de France.

Publications

Non ren­seigné

Collaborations

Marc Fau­velle a par­ticipé à la com­mu­ni­ca­tion du con­grès de « Planète PME » 2011 organ­isée par la Con­fédéra­tion générale des PME (CGPME). Son nom appa­raît en effet sur le com­mu­niqué de presse post Man­i­fes­ta­tion, à moins qu’il ne s’agisse d’un homonyme. La com­mu­ni­ca­tion de cet événe­ment par « Image et stratégie » : « une agence de con­seil recon­nue pour son exper­tise en com­mu­ni­ca­tion publique et insti­tu­tion­nelle. Créée par Thier­ry Saussez en 1982, elle est reprise en 2008 par le PDG de Ligne 42 et ancien jour­nal­iste, Bruno Fuchs. Sous son impul­sion, l’agence développe sa capac­ité à inter­venir dans le débat pub­lic et son savoir-faire sur tous les métiers de la com­mu­ni­ca­tion. Forte de quar­ante col­lab­o­ra­teurs, elle est dev­enue une référence des straté­gies de com­mu­ni­ca­tion de mar­que, des événe­ments et de l’e-reputation. Elle pro­pose désor­mais à ses clients, plus de cinquante insti­tu­tions et grandes entre­pris­es, des straté­gies glob­ales. »

Ce qu’il gagne

Non ren­seigné

Il l’a dit

Tweet du 16 novem­bre 2011 : « Moi aus­si j’ai ri jaune… “@srebouh: “J’ai fait quand même le Vel d’Hiv, euh le vélo­drome de Mar­seille” Jean Marie Le Pen sur France 3 # »

Tweet du 5 févri­er 2012 : « Au fait, Claude Gueant sera décomp­té du temps de parole de quelle civil­i­sa­tion ? »

Tweet du 5 mars 2012 : « on attend les félic­i­ta­tions de Bachar. “@itele: Chine : Hu Jin­tao a félic­ité Pou­tine après “le suc­cès” de l’élection en Russie” »

« On a coupé la parole, tout sim­ple­ment parce qu’on va essay­er de ne pas rajouter de l’huile sur le feu vu le cli­mat ambiant. On pense évidem­ment à ce qui se passe en Israël et en Pales­tine. » France Inter, 9 juil­let 2014, après avoir coupé la parole en direct à une auditrice qui posait une ques­tion sur la Ligue de Défense Juive.

Sa nébuleuse

Syn­di­cat Nation­al des Jour­nal­istes (SNJ) de Radio France (classé à gauche) : « Relancée dans les années 80, la sec­tion Radio France du SNJ s’est pro­gres­sive­ment imposée depuis 25 ans comme le pre­mier syn­di­cat de jour­nal­istes dans l’entreprise. Avec aujourd’hui quelque 120 adhérents à jour de coti­sa­tion (soit env­i­ron 20% des effec­tifs), le Snj est depuis longtemps le syn­di­cat de jour­nal­istes le plus représen­té dans les radios locales et son audi­ence n’a cessé de croître dans les rédac­tions nationales où il est arrivé large­ment en tête lors des dernières élec­tions DP. Le SNJ est l’artisan n°1 des prin­ci­paux accords soci­aux jour­nal­istes signés à Radio France depuis 15 ans (…) Ses valeurs sont sim­ples : la défense des intérêts matériels et moraux des jour­nal­istes et la défense des valeurs de ser­vice pub­lic et de l’indépendance édi­to­ri­ale des rédac­tions de Radio France, avec un même refus des com­pro­mis­sions et du dog­ma­tisme.

Syn­di­cat Nation­al des Jour­nal­istes (SNJ) : « Le SNJ Radio France est l’une des prin­ci­pales sec­tions du Syn­di­cat Nation­al des Jour­nal­istes. Pre­mier syn­di­cat de jour­nal­istes, le plus présent dans toutes les régions et toutes les entre­pris­es (…) Le SNJ n’est toute­fois pas un syn­di­cat cor­po­ratiste. Il est d’ailleurs mem­bre de Sol­idaires. » Classée à gauche voire à l’extrême-gauche, l’Union syn­di­cale Sol­idaires est une union syn­di­cale française créée le 10 décem­bre 1981, dont le SNJ est l’un des neuf cofon­da­teurs. L’acronyme SUD (Sol­idaires Uni­taires Démoc­ra­tiques) désigne une par­tie de ces syn­di­cats nationaux et fédéra­tions mem­bres Sol­idaires. Texte de présen­ta­tion de la man­i­fes­ta­tion du 1er mai 2012 : « Dans cette péri­ode de crise en France et en Europe, les organ­i­sa­tions syn­di­cales CFDT, CGT, FSU, Sol­idaires, UNSA affir­ment leur volon­té de faire du 1er mai 2012, journée de sol­i­dar­ité inter­na­tionale du monde du tra­vail, une forte journée de mobil­i­sa­tion, de man­i­fes­ta­tions et d’expressions reven­dica­tives pour : faire enten­dre les pri­or­ités sociales et les préoc­cu­pa­tions des salariés, des deman­deurs d’emploi, des jeunes et des retraités, en France et en Europe ; exprimer la défense des droits fon­da­men­taux et des lib­ertés partout dans le monde ; faire reculer la xéno­pho­bie, le racisme et l’antisémitisme. » En mars 2011, les syn­di­cats CFDT, CGT, FSU, SOLIDAIRES, UNSA font une déc­la­ra­tion com­mune inti­t­ulée « La préférence nationale n’est pas com­pat­i­ble avec le syn­di­cal­isme ! » : « La sit­u­a­tion sociale est grave : 5 mil­lions de deman­deurs d’emploi, 8 mil­lions de français vivant sous le seuil de pau­vreté (…) Dans ce con­texte, les organ­i­sa­tions syn­di­cales, ne peu­vent rester indif­férentes à l’utilisation de la sit­u­a­tion sociale pour pro­mou­voir cer­taines thès­es dans le débat pub­lic comme le fait le Front nation­al. La thèse de la préférence nationale est antin­o­mique avec les valeurs fon­da­men­tales du syn­di­cal­isme. L’exclusion, le rejet de l’autre, le repli de la France sur elle-même et la fer­me­ture des fron­tières, la désig­na­tion de boucs émis­saires, la dénon­ci­a­tion de l’immigration comme respon­s­able de tous les maux sont des atti­tudes qui, l’histoire en témoigne, ne peu­vent con­duire qu’au pire. (…) Les organ­i­sa­tions syn­di­cales sont déter­minées à empêch­er l’instrumentalisation du syn­di­cal­isme par le Front nation­al qui n’est pas un par­ti comme les autres et dont les ori­en­ta­tions sont à l’opposé des valeurs qu’elles por­tent. Les organ­i­sa­tions syn­di­cales sont aus­si garantes du respect de ces valeurs au sein de leurs organ­i­sa­tions et par leurs mil­i­tants. »

Ils ont dit

Dia­logue à l’occasion d’un duplex sur i>Télé le 20 févri­er 2012. Marine Le Pen en direct de Lille : « Je vois que les petits cha­tons que vous êtes con­tin­u­ent de courir après les baballes qu’il (Jean-Marie Le Pen) vous lance. Ça prou­ve que les choses ne changent jamais vrai­ment ». Marc Fau­velle sur le plateau : « La baballe est un poète qui a été fusil­lé pour col­lab­o­ra­tion avec les Alle­mands, mer­ci à vous ». Marine Le Pen : « C’est trop facile de ter­min­er comme ça, deman­dez à Nico­las Sarkozy quel est son livre de chevet, je crois que c’est Céline ».

Philippe Chaf­fan­jon, directeur de France Info : « Pourquoi aller chercher ailleurs des tal­ents que nous avons en interne ? »

« Mau­vais et antipathique », « le binôme (avec Léa Salamé) est en par­faite osmose… aus­si pré­ten­tieux l’un que l’autre (…) », trop de mise en scène de leurs pro­pres per­son­nes et un manque de sim­plic­ité que je trou­ve regret­table… » « con et pré­ten­tieux », « ça suf­fit ! trop nul, trop pré­ten­tieux. Com­ment s’en débar­rass­er ? », « Insup­port­able petit-bour­geois de « l’esprit Canal » qui se prend sans doute pour quelqu’un de sub­ver­sif alors qu’il n’est qu’un ani­ma­teur qui fait le tapin pour l’oligarchie politi­co-finan­cière », com­men­taires anonymes parus sur le site top.journaliste.com, un site de nota­tion des jour­nal­istes.

Crédit pho­to : Twitter@Marcfauvelle

Ce portrait a été financé par les donateurs de l’OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l’Observatoire du jour­nal­isme, c’est con­tribuer au développe­ment d’un out­il indépen­dant, libre­ment acces­si­ble à tous et à votre ser­vice.

Notre site est en effet entière­ment gra­tu­it, nous refu­sons toute pub­lic­ité et toute sub­ven­tion — ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépen­dance. En don­nant 100 € vous financez un por­trait de jour­nal­iste et avec l’avan­tage fis­cal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En don­nant 200 € vous financez un dossier. Vous pou­vez régler par CB, par Pay­Pal, par chèque ou par vire­ment. Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim ! Nous n’avons pas d’autres sources de finance­ment que nos lecteurs, d’avance mer­ci pour votre sou­tien.

9% récolté
Nous avons récolté 185,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux