Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Chaises musicales à Europe 1 devenu bateau ivre

23 avril 2018

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | not_global | Chaises musicales à Europe 1 devenu bateau ivre

Chaises musicales à Europe 1 devenu bateau ivre

Pour ceux qui ont connu les fastes de Salut les copains, Signé Furax et autres TOP 50 le nom d’Europe 1 veut dire beaucoup. Dès avant 1974, et encore plus sous l’impulsion à cette date de Jean-Luc Lagardère, véritable entrepreneur, la radio a connu son heure de gloire. Jean-Luc Lagardère disparu brusquement en 2003, le pôle médias de son empire a été repris par son fils unique Arnaud (né en 1961) dont l’envergure est assez différente. Ce dernier nommera Jean-Pierre Elkabbach directeur de l’antenne dès 2005, la radio amorçant ensuite un long déclin.

L’empire Lagardère

Le père avait su con­stru­ire un puis­sant con­glomérat diver­si­fié à tra­vers Matra, l’acquisition de Hachette, Larousse, Elle, le JDD, Paris Match, Stock, Doc­tis­si­mo, les points de vente Relay et bien enten­du Europe 1. Son fils, né avec une cuil­lère en or mas­sif dans la bouche, s’illustrera par son mariage avec un man­nequin belge et des pertes gigan­tesques dans sa marotte Lagardère Sports. Un mon­tage astu­cieux per­met à Arnaud Lagardère de con­trôler l’empire avec moins de 8% des actions.

Des hauts puis des bas

L’arrivée fin 2010, à la tête de Lagardère Active (le pôle médias du groupe), de Denis Olivennes, venu du Nou­v­el Obser­va­teur, per­me­t­tra à cette branche de redress­er la barre. Mais Arnaud veut mon­tr­er que lui aus­si est un chef et il prend les com­man­des en direct en mars 2017 pour redress­er les audi­ences. On va voir ce qu’on va voir.

On voit en effet. Arnaud Lagardère s’intéresse d’abord au pat­ri­moine immo­bili­er de la radio et dès juin 2017 le siège his­torique de la radio rue François 1er à Paris est mis en vente. Les quelques 11.000 m² dans le tri­an­gle d’or parisien sont estimés autour de 300 mil­lions d’euros, de quoi remon­ter les div­i­den­des plus tard. À mi-avril 2018 la vente sem­ble en sus­pens mal­gré l’intérêt de LVMH et de fonds du Moyen Ori­ent.

Un peu avant, fin mai 2017, Arnaud cham­boule l’état-major de la radio en annonçant le débauchage des élé­ments les plus emblé­ma­tiques de Radio France. Frédéric Schlesinger prend la direc­tion, assisté de Emmanuel Per­reau devenu directeur des pro­grammes et de Patrick Cohen, l’homme qui est con­tre la lib­erté de penser, directeur délégué qui prend la mati­nale après son suc­cès d’audience sur la même tranche horaire à France Inter. Schlesinger se voit don­ner trois ans pour redress­er la barre.

Caprices du chef

Schlesinger par­tait d’un point bas de référence en part d’audience, autour de 7% (la radio avait longtemps dépassé les 11%). Fin 2017 l’unité de mesure dite AC (audi­ence cumulée) était descen­due à 6.6% avant de remon­ter légère­ment à 6.8% début 2018. Ce rang place Europe 1 à la six­ième place comme radio général­iste. Devancée par RTL qui fait presque le dou­ble, France Inter, RMC, France info, France Bleue, et même si on inclut les radios musi­cales, der­rière NRJ. Une esti­ma­tion pru­dente chiffre à au moins 10 mil­lions d’euros de résul­tat le gain ou la perte d’un point d’audience cumulée. Pire la mati­nale de Cohen ne démarre pas en audi­ence. Selon Chal­lenges, Europe 1 aurait per­du plus de 10 mil­lions d’euros en 2017. Arnaud Lagardère n’a pas la répu­ta­tion d’avoir beau­coup de nerfs, il oublie les trois ans pour redress­er la barre, con­traint Schlesinger à la démis­sion ain­si que ses adjoints. Le sort de Patrick Cohen l’homme qui inter­dit de penser n’est pas défi­ni mais il paraît dif­fi­cile qu’il puisse rester longtemps.

Et maintenant, que vais je faire ?

C’est ce que chan­tait Gilbert Bécaud et ce que doit se deman­der le capricieux Arnaud dans sa salle de bains branchée 24h/24 sur sa radio. On par­le de l’arrivée du respec­té Lau­rent Guimi­er n°2 de Radio France qui aurait sans doute préféré être le numéro 1 à la place de Sybile Veil élue le 13 avril 2018 en tant que prési­dente de la radio d’État.

Ce change­ment sera-t-il suff­isant ? Arnaud Lagardère détri­cote (involon­taire­ment ?) ce qu’avait con­stru­it son père. Il vend à la découpe sa par­tic­i­pa­tion dans Canal+, il se sépare de ses radios en Europe Cen­trale et du féminin Elle au prof­it d’un groupe tchèque. Les prochains pour­raient être Paris Match et Europe 1, de quoi s’assurer une retraite anticipée con­fort­able.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.