Caroline Fourest à nouveau épinglée par @rrêt sur images

Caroline Fourest à nouveau épinglée par @rrêt sur images

Télécharger en PDF

Caroline Fourest est décidément indécrottable. On se souvient de sa chronique (aujourd’hui culte) dans laquelle elle affirmait, après avoir vu sur Internet une photo de trois militaires ukrainiens aux yeux bandés, que des militaires pro-russes leur avaient « arrachés au couteau les globes oculaires ». Cela lui avait valu un rappel à l’ordre du CSA qui lui demandait de « faire preuve de davantage de vigilance et de rigueur » dans son travail.

Quelques mois plus tard, elle n’hésitait pas à tronquer le témoignage de Sigolène Vinson, chroniqueuse judiciaire à Charlie Hebdo et rescapée de la tuerie du 7 janvier, en racontant qu’un des frères Kouachi lui avait fait réciter le coran, ce que s’était empressée de démentir l’intéressée. Ensuite, elle a carrément menti sur le plateau de Laurent Ruquier, affirmant avoir gagné un procès… qu’elle avait perdu, ce qui avait provoqué la colère de l’animateur qui avait juré de ne plus jamais inviter la menteuse. Malgré ce C.V. déjà bien chargée (et on en passe !), Caroline Fourest ne compte visiblement pas s’arrêter en si bon chemin et la voilà qui réitère aujourd’hui ses mensonges et ses approximations visant à salir ceux qui ne pensent pas comme elle.

Le 14 septembre, c’est au nouveau chef du parti travailliste anglais, Jeremy Corbyn, qu’elle s’en est prise au cours de sa chronique sur France Culture, l’accusant pêle-mêle d’avoir « ses bureaux » à la mosquée des Frères musulmans de Finsbury ; de donner des interviews à la télé iranienne et à Russia Today qu’il considèrerait comme « la chaîne la plus objective » du paysage audiovisuel ; de soutenir une association (CAGE) de soutien aux victimes de l’antiterrorisme ; de considérer les cadres du Hamas et du Hezbollah comme « ses amis » ; d’avoir manifesté en 2006 contre la publication des dessins sur Mahomet « en compagnie d’intégristes anglais et à côté de qui nos islamistes à nous ont l’air de soixante-huitards débridés », et enfin, cerise sur le gâteau, d’avoir des « fréquentations complotistes et antisémites », son dada. Bref, d’un homme non aligné sur les positions américaines et israéliennes, elle tente de faire un complice du djihad doublé d’un antisémite. C’était sans compter sur le site @rrêt sur images qui dans une enquête aussi précise que convaincante, reprend une à une les affirmations de Fourest pour en montrer les raccourcis et les mensonges.

Des bureaux à la mosquée de Finsbury ? Ils sont à un demi-mile de la mosquée et si Corbyn y a tenu des réunions, c’est parce que celle-ci fait partie de sa circonscription.

Russia Today, chaîne la plus objective ? En 2011, alors que les médias britanniques ne parlaient que du mariage royal, Corbyn conseillait dans un tweet de regarder la chaîne russe, « sans mariage royal, et plus objective sur la Libye que la plupart » des autres médias (c’est nous qui soulignons).

Sur le soutien à CAGE ? Le député a signé une lettre dans le Guardian pour se féliciter de la libération de Moazzam Beg, directeur de CAGE détenu sept mois par la justice anglaise pour délit de terrorisme avant d’être blanchi.

Ses « amis » du Hezbollah et du Hamas ? Corbyn a employé ce terme au cours d’une réunion publique au Moyen-Orient et l’a justifié par une nécessité de « langage diplomatique dans un contexte de dialogue ». Il a par ailleurs précisé à la télévision anglaise qu’il était en désaccord avec ces deux mouvements, ce dont le procureur Fourest ne souffle mot.

Manifestation contre les caricatures avec des intégristes anglais ? Ce n’était pas le sentiment du journaliste de la BBC qui décrivait au contraire des musulmans modérés voulant précisément se dissocier des extrémistes…

Fréquentations complotistes et antisémites enfin ? Corbyn a été l’ami il y a quinze ans d’un écrivain anglais, Paul Eisen, qui est devenu négationniste entre-temps et qui ne l’était pas à l’époque de cette amitié…

Bref, tout faux pour Fourest qui a décidément l’art de tronquer la vérité et de faire du « journalisme » dans l’unique but d’imposer ses idées et de salir celles qui ne sont pas les siennes, sans rien vérifier de ce qu’elle avance. Pour lire l’article d’@rrêt sur images, c’est ici (payant).

Crédit photo : Montage Ojim (DR)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer ! Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication.
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait.
En donnant 200 euros vous financez un dossier.
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.
Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook