Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Avertissement du CSA à Jean-Pierre Pernaut : faut-il taire le réel ?

24 mars 2017

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Avertissement du CSA à Jean-Pierre Pernaut : faut-il taire le réel ?

Avertissement du CSA à Jean-Pierre Pernaut : faut-il taire le réel ?

Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel a exprimé dans une décision mise en ligne mardi 21 mars sur son site des « regrets » concernant des propos tenus par le journaliste Jean Pierre Pernaut pendant le Journal de 13 heures de TF1 le 10 novembre 2016. Il a par ailleurs demandé à la chaine de télévision de veiller à respecter ses engagements vis-à-vis du CSA.

Voici les élé­ments prin­ci­paux de la déci­sion :

« Le jour­nal­iste a indiqué, à la suite d’un reportage sur les sans-abris et en tran­si­tion avec le sujet suiv­ant sur les migrants : “Voilà, plus de places pour les sans-abris mais en même temps les cen­tres pour migrants con­tin­u­ent à ouvrir partout en France” ».

Le CSA rap­pelle que « l’article 9 de la con­ven­tion con­clue entre le Con­seil et TF1 prévoit que “La société veille dans son pro­gramme (…) à respecter les dif­férentes sen­si­bil­ités poli­tiques, cul­turelles et religieuses du pub­lic : à ne pas encour­ager des com­porte­ments dis­crim­i­na­toires en rai­son de la race, du sexe, de la reli­gion ou de la nation­al­ité : à pro­mou­voir les valeurs d’intégration et de sol­i­dar­ité qui sont celles de la République (…)” ».

« Après exa­m­en de la séquence, le Con­seil a regret­té la for­mu­la­tion choisie par le jour­nal­iste, esti­mant que celle-ci était de nature à sous-enten­dre que les migrants seraient priv­ilégiés par les autorités publiques par rap­port aux per­son­nes sans domi­cile fixe. Il a donc con­sid­éré que ces pro­pos pou­vaient encour­ager un com­porte­ment dis­crim­i­na­toire.

Le CSA a dès lors demandé aux respon­s­ables de TF1 de veiller, à l’avenir, à pleine­ment respecter les dis­po­si­tions préc­itées de l’article 9 de sa con­ven­tion ».

Pour mémoire, le CSA a dans ses mis­sions celles « de garan­tir la lib­erté de com­mu­ni­ca­tion audio­vi­suelle en France (…) le respect de l’ex­pres­sion plu­ral­iste des courants d’opin­ion (…) la rigueur dans le traite­ment de l’in­for­ma­tion ». Il peut dans ce cadre adopter des « déci­sions » ou for­muler des rap­pels aux oblig­a­tions des « édi­teurs ou dis­trib­u­teurs ».

Au regard de ces missions et du cahier des charges conclu avec TF1, le commentaire de J. P. Pernaut est-il répréhensible ? La phrase de J.-P. Pernaut est-elle une opinion ou un élément factuel ?

Suite au déman­tèle­ment de la jun­gle de Calais, l’ouverture en 2016 de cen­tres d’accueils et d’orientation (CAO), estimés à 400, exclu­sive­ment dédiés aux migrants est un fait relaté tant par les pou­voirs publics que par la presse. La fréquente sat­u­ra­tion des cen­tres d’hébergement pour les Sans Domi­cile Fixe est égale­ment un élé­ment factuel, comme le relatait Le Parisien en octo­bre dernier.

Si le jour­nal­iste a relevé une dif­férence de traite­ment dans l’accès à l’hébergement d’urgence, ses pro­pos ne con­ti­en­nent pas de souhait de voir les SDF traités de façon plus favor­able que les migrants.

Les dis­posi­tifs mis en place, qui seg­mentent les pop­u­la­tions pré­caires et ne per­me­t­tent pas aux SDF l’accès aux cen­tres d’accueil et d’orientation, sont par con­tre « dis­crim­i­na­toires », dans le sens où l’accueil n’y est pas indif­féren­cié, con­traire­ment à celui dans l’hébergement d’urgence de droit com­mun.

Avant que la polémique ne prenne de l’ampleur, L’Obs esti­mait en sep­tem­bre 2015 au sujet du « piège de la con­cur­rence » entre « réfugiés ou SDF » que «  ce genre d’op­po­si­tion entre “nou­veaux réfugiés” et pré­caires “déjà sur place” n’est pas totale­ment sans fonde­ment ». Deux témoignages vien­nent appuy­er cette inter­ro­ga­tion : « Tou­jours est-il que l’in­com­préhen­sion gagne cer­tains per­son­nels du Samu social de Paris, “qui chaque jour doivent refuser 150 per­son­nes”, indique son prési­dent Eric Pliez au mag­a­zine “TSA”. “La pénurie crée un effet de tri et de con­cur­rence”, admet Christophe Robert, de la Fon­da­tion Abbé-Pierre, auprès de Rue 89. »

Le Canard enchainé du 16 sep­tem­bre 2015 évo­quait « les migra­tions du dis­cours offi­ciel ». Le jour­nal indi­quait que « O mir­a­cle ! Depuis que Hol­lande trot­tine der­rière Merkel en annonçant l’accueil de 24 000 réfugiés en deux ans, les places d’hébergement se mul­ti­plient. Les asso­ci­a­tions décou­vrent des gise­ments cachés de cen­taines de lits vacants, des maisons de retraite à demi vides, des cen­tres de for­ma­tions inoc­cupés ». « Au total, en ile de France, la pré­fec­ture annonce avoir iden­ti­fié « 26 lieux d’accueil pos­si­bles ». Inter­rogé, le directeur de la Fédéra­tion nationale des asso­ci­a­tions d’ac­cueil et de réin­ser­tion sociale affirme « ça fait des années qu’on nous explique qu’il n’y a pas de places. La moitié des gens qui appel­lent le 115 restent à la rue, et, là, on décou­vre que des bâti­ments publics ou para­publics sont sous util­isés ».

Thier­ry Velu, prési­dent du Groupe­ment Sec­ours Cat­a­stro­phe Français, « pointant du doigt un manque de volon­té poli­tique » s’interrogeait dans un arti­cle de 20 Min­utes pub­lié en novem­bre 2016 inti­t­ulé «  Nord: Les migrants ont-ils été logés au détri­ment des SDF ? » : « « Com­ment se fait-il que l’on ait trou­vé 7 000 places pour les migrants en si peu de temps alors que des per­son­nes dor­ment toute l’année dehors ? ».

La phrase de tran­si­tion de J.P. Per­naut n’était donc pas une opin­ion ni un encour­age­ment à une quel­conque « dis­crim­i­na­tion » mais un élé­ment factuel, con­staté par des pro­fes­sion­nels de l’insertion. Un con­stat sans doute trop poli­tique­ment incor­rect pour le CSA qui mon­tre une fois de plus son par­ti-pris idéologique.

Voir aussi : Jean-Pierre Pernaut, portrait

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.