Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Une virée dans le BoxSons de Pascale Clark

12 août 2017

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | Dossiers | Une virée dans le BoxSons de Pascale Clark

Une virée dans le BoxSons de Pascale Clark

[Red­if­fu­sions esti­vales 2017 – arti­cle pub­lié ini­tiale­ment le 13/05/2017]

Pascale Clark tombe les masques et la plume. L’heure est à BoxSons, « le nouveau média sonore ». Ce média présente deux particularités : il se veut novateur en ne proposant que des podcasts et il n’est que bobo libéral libertaire (mais ouvert à qui veut ou peut payer, comme tout boxon).

Mil­i­tan­tisme oblige, Pas­cale Clark et son asso­ciée Can­dice Mar­chal ont mis en ligne leur plate­forme de pod­cast le 18 avril 2017. Prési­den­tielles oblig­ent. « Nous obser­vons un frémisse­ment autour du son. Avec ce site, nous voulions combler une frus­tra­tion par rap­port à ce que nous pou­vons enten­dre. Ain­si, nous souhaitons sor­tir des stu­dios pour aller chercher du son sur le ter­rain », explique Pas­cale Clark au Monde le 16 avril 2017. Et comme l’amitié c’est impor­tant, France Inter n’a pas man­qué d’assurer la pro­mo­tion de son anci­enne ani­ma­trice, ain­si dans L’humeur vagabonde du dimanche 30 avril 2017. La par­tic­u­lar­ité de Box­Sons est de pro­pos­er des reportages audio sou­vent dif­fusés en plusieurs épisodes (rubrique « Mémoires vives », « Nos his­toires »…). D’après Le Monde, « La plate-forme veut priv­ilégi­er des réc­its qui don­nent une dimen­sion par­ti­c­ulière à l’actualité. Tel celui de Sami qui, “pour vivre libre”, a quit­té son pays, l’Erythrée, pour se ren­dre au Roy­aume-Uni (dix­it Can­dice Mar­chal) ».

Des migrants et des ploucs

Des bons et des méchants. Les bons, ce sont les migrants. Les méchants, les ploucs. On les recon­naît facile­ment : ils vivent dans la France périphérique et ils votent FN. C’est ain­si dans la rubrique « Hautes fréquences », avec ses items « Exils » et « Vis­ages de cam­pagne ». Le pre­mier item pro­pose des pod­casts sur les mal­heurs des migrants, le deux­ième sur les plaintes des ploucs. On retrou­vera le reportage évo­qué par Can­dice Mar­chal, signé Marie Monier et inti­t­ulé « De Calais vers l’Angleterre, des sil­hou­ettes, des camions ». Présen­té ain­si : « Embour­bé plusieurs mois dans une tente à Calais, pas une nuit sans que Sami n’ait ten­té sa chance. Jusqu’à rejoin­dre l’Eldorado, après bien des périls ». 5 épisodes prévus. Le pre­mier : « Sami a fui l’Ery­thrée pour sauver sa vie. Un désert, une mer, Calais, l’Angleterre. Son par­cours à rebours. 1ère étape : Leeds, l’asile poli­tique est arrivé par la poste ». Début du reportage. La voix de Sami en anglais, puis la jour­nal­iste. « J’ai ren­con­tré un migrant. Aujourd’hui, je l’appelle frère ». Marie Monier avoue ignor­er « au départ » où se trou­ve l’Erythrée. Sami n’est pas un migrant, Sami est « un réfugié » poli­tique selon Marie Monier. Elle est allée dans la jun­gle de Calais en 2014 et la ren­con­tre a eu lieu dans une tente : « Je n’ai plus jamais quit­té la jun­gle, ni dans ma tête ni dans mon cœur ». Sami est passé en Angleterre.

La jour­nal­iste le retrou­ve à Leeds. Descrip­tion de la ville : « La mis­ère. Elle creuse son sil­lon sur les vis­ages dans les rues de la ville dès 8 heures du matin. Sami me guide, entre les fan­tômes shootés au crack ou à l’héroïne, les ados sur maquil­lées ». Ample­ment de quoi s’interroger sur les raisons du vote pour le Brex­it, sans doute Marie Monier y a‑t-elle pen­sé en vue d’un futur pod­cast. Sami habite dans une mai­son coincée entre un Fish & Chips et une morgue, cela ne s’invente pas. « Un loge­ment mis à dis­po­si­tion gra­tu­ite­ment par le Home office ». Ils sont 9 sous ce toit. Ils n’ont pas encore le statut légal de réfugié. « Aucune lampe ne fonc­tionne. Pourquoi per­son­ne n’est venu les répar­er ? ». Sami, lui, vient juste d’obtenir les papiers don­nant le statut de réfugié. La jour­nal­iste explose de joie « Pas de papiers, pas de tra­vail ». Per­mis de séjour val­able 5 ans. Jusque-là, « son seul revenu c’est une allo­ca­tion heb­do­madaire de 36 livres, env­i­ron 52 € ». Avec des papiers, Sami va pou­voir tra­vailler. Pour l’heure, il joue au foot deux fois par semaine. « Il y a des iraniens, des irakiens, des soudanais, des éry­thréens, des anglais, tous sous le même dos­sard jusqu’à la fin du match ». En soirée, Sami : « Tu sais ici c’est une petite ville, les gens pensent que tous les gens noirs sont mau­vais. Moi je respecte les gens, peu importe leur couleur de peau. Ils ne peu­vent pas nous juger par rap­port à notre couleur de peau ». Il ne com­prend pas pourquoi les habi­tants de Leeds ne l’interrogent pas au sujet de son passé. « Ils me trait­ent de putain d’immigré ». Fin du reportage, épisode 1.

Les ploucs, ça vote FN et ça menace la liberté de la presse : Hénin Beaumont

Con­cer­nant les méchants qui votent FN, la page Face­book de Box­Sons annonce la couleur quand elle ori­ente vers un reportage inti­t­ulé « Voix con­tre Front » : « S’il fal­lait encore être con­va­in­cus sur l’at­ti­tude à adopter dimanche 7 mai… Laisse tes oreilles te guider avec ce reportage ». Inti­t­ulé du pod­cast : « Enquête à Hénin Beau­mont où la munic­i­pal­ité FN mène une guéril­la intense con­tre la locale de la Voix du Nord. Un niveau de caniveau extrême ». La voix ? Mar­tin Bodrero. Le ton ? On dirait aus­si Pas­cale Clark. Avec l’élection de Steeve Briois comme maire d’Hénin Beau­mont, au pre­mier tour, « voici la ville replacée sur la carte de France lab­o­ra­toire local des méth­odes FN ». Le reportage s’oriente directe­ment vers le jour­nal La Voix du Nord, 210 000 exem­plaires ven­dus chaque jour, auquel l’Ojim a déjà con­sacré de nom­breux arti­cles voir https://www.ojim.fr/le-groupe-la-voix-du-nord-un-organe-de-presse-militant/.Ren­con­tre avec 4 jour­nal­istes. « Cela fait deux ans que le FN est instal­lé », dit le reporter de Box­Sons, « et côté rela­tions c’est pas com­pliqué, c’est pire ». Témoignages à charge : « On nous con­sid­ère comme des mil­i­tants poli­tiques et non pas comme des jour­nal­istes ». Il est vrai que La Voix du Nord s’est claire­ment engagé con­tre le FN, bien que les témoins aient « l’impression de traiter » équitable­ment le FN. Comme avec la Une juste avant les élec­tions régionales par exem­ple : « Pourquoi la vic­toire du FN nous inquiète ». Les jour­nal­istes s’étonnent que leurs arti­cles entraî­nent des « droits de réponse » du maire. « Est-ce une volon­té de nous intimider ? » On ne se demande pas si ces répons­es sys­té­ma­tiques ne proviendraient pas d’un par­ti pris tout aus­si sys­té­ma­tique. Har­cèle­ment dis­ent-ils. « Si un d’entre nous avait été frag­ile dans ces moments là, ça aurait pu être dra­ma­tique ». Près de la mairie : « Lorsque j’évoque le con­flit entre La Voix du Nord et l’équipe munic­i­pale, c’est un tout autre son de cloche qui résonne. Une petite musique sou­vent jouée par les mil­i­tants du FN : celle de la vic­tim­i­sa­tion ». Ren­con­tre avec Bruno Bild, adjoint au maire. Ques­tion : « C’est quoi le prob­lème avec La Voix du Nord ». Réponse : « Le prob­lème, c’est qu’ils n’agissent pas avec nous en jour­nal­istes mais en mil­i­tants poli­tiques. Le point de rup­ture a été les élec­tions régionales où La Voix du Nord a fait (…) des enquêtes entière­ment à charge ». Puis, « à par­tir du moment où ils ont appelé à nous faire bat­tre, nous avons coupé toute rela­tion » (…) « À par­tir du moment où ils ont don­né une con­signe de vote, pour moi ils ont arraché leur carte de jour­nal­iste ». Inter­ven­tion d’un autre élu munic­i­pal : « Cette lib­erté de ton que revendique La Voix du Nord, nous on la revendique aus­si ». Bruno Bild : « Il y a main­tenant une plu­ral­ité d’informations. Il y a ce que La Voix du Nord écrit, il y a ce que les réseaux soci­aux dif­fusent. L’information est mul­ti­ple… Lorsque l’on est jour­nal­iste pro­fes­sion­nel, on devrait être soumis à une rigueur intel­lectuelle autre qu’un sim­ple blog ». Ren­con­tre suiv­ante, le respon­s­able d’une radio asso­cia­tive : « Aujourd’hui, se promen­er à Hénin Beau­mont avec un micro c’est tout de suite com­pliqué. Les gens où ne par­lent pas où en prof­i­tent, vont dans la provo­ca­tion ». Mar­tin Bodrero con­firme : se prom­enant dans la ville, les habi­tants ne lui par­leraient pas. Retour du respon­s­able de la radio : « La Voix du Nord a écrit ce que nous on braille en per­ma­nence dans le tran­sis­tor, pourquoi l’élection de Marine Le Pen nous fait peur. La Une était courageuse, les pro­pos ont été objec­tifs ». Puis : « Il s’est pro­duit ici quelque chose qu’on a sen­ti venir nous, qui n’était pas un vote de protes­ta­tion, qui était un vote d’adhésion ».

Box­Sons va égale­ment ten­ter de créer de nou­veaux for­mats comme le mod­ule d’endormissement spé­ciale­ment conçu pour trou­ver le som­meil. « J’ai demandé aus­si à ce que l’on com­pose un morceau pour déclencher la joie », s’amuse Pas­cale Clark dans Le Monde. Ce n’est pas gag­né…

Sur le même sujet

Related Posts

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : première audience le 7 octobre 2020

L’Observatoire du journalisme (OJIM), créé en 2012 par Claude Chollet et quelques amis, rentre dans sa neuvième année d’existence. En 230 portraits publiés, 30 infographies et plus de 4500 articles nous n’avions eu — jusqu’à présent — aucune plainte en justice. À la suite d’un article de 2018 où nous parlions du groupe Lagardère et de manière incidente sur deux lignes du porte-parole du groupe, Monsieur Ramzi Khiroun, ce dernier a porté plainte pour « injures publiques ». La première audience est fixée au 7 octobre 2020 à 13h30. Lire la suite

 

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.