Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Gaffe aux GAFA ! Qui dirige notre « meilleur des mondes » ?

2 mars 2017

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Gaffe aux GAFA ! Qui dirige notre « meilleur des mondes » ?

Gaffe aux GAFA ! Qui dirige notre « meilleur des mondes » ?

« GAFA ». Pas une journée ne passe sans que cette expression soit prononcée ou que les candidats à la présidentielle n’annoncent des dispositions programmatiques à son sujet. Google, Apple, Facebook, Amazon. Quatre multinationales américaines du numérique et de l’internet qui développent une mainmise exponentielle sur notre quotidien. Un pouvoir exorbitant des « GAFA » sur nos existences ? Mythe ou réalité ?

Le 26 jan­vi­er 2017, le min­istre des Affaires étrangères du Dane­mark annonce que son pays va établir un ambas­sadeur auprès des « GAFA », érigeant ain­si les géants économiques du numérique et de l’internet au rang de puis­sances poli­tiques ayant voix au chapitre diplo­ma­tique. Le mot « ambas­sadeur » est à pren­dre en son sens tech­nique et non pas sym­bol­ique : le Dane­mark va entretenir avec les « GAFA » des rela­tions diplo­ma­tiques du même ordre que celles qu’il établit avec tout État ou puis­sance con­sti­tuée. L’ambassadeur danois auprès de Google, Apple, Face­book et Ama­zon doit être instal­lé dans la Sil­i­con Val­ley afin de représen­ter les intérêts danois auprès des qua­tre grandes multi­na­tionales.

« Tout communique»

« Tout com­mu­nique» s’exclamait en 1950 la maîtresse de mai­son du film de Jacques Tati Mon Oncle. Pour­tant, la révo­lu­tion numérique com­mençait à peine. Aujourd’hui, le monde et les humains sont reliés : tout être, toute chose et tout lieu sont virtuelle­ment inter­con­nec­tés. L’essayiste Éric Sadin a pu par­ler d’une « inter­con­nex­ion inté­grale » à ce pro­pos (L’humanité aug­men­tée. L’administration numérique du monde, édi­tions L’Échappée, 2013) comme l’on par­le d’une « écolo­gie inté­grale » ou d’un « human­isme inté­gral ». Le titre de cet essai incisif résume les pro­pos de l’ancien PDG de Google, Éric Schmidt : « Ce que nous essayons de faire, c’est de con­stru­ire une human­ité aug­men­tée, nous con­stru­isons des machines pour aider les indi­vidus à mieux faire les choses qu’ils n’’arrivent pas à bien faire eux-mêmes ». En effet, les « GAFA » affir­ment tra­vailler au bien-être général en détachant cha­cun de nous de préoc­cu­pa­tions que des algo­rithmes gèrent à notre place. Aus­si bien ou mieux que nous. Comme décider de nos goûts, de nos achats, prévenir nos besoins, ori­en­ter nos votes, décider de nos lec­tures. La puis­sance économique et poli­tique des « GAFA » se déploie déjà dans tous ces domaines. Face­book aurait ain­si influ­encé les élec­tions prési­den­tielles aux États-Unis tan­dis que des ban­nières pub­lic­i­taires envahissent nos écrans, déter­mi­nant nos com­porte­ments économiques et psy­chologiques. Dès lors, la math­é­ma­ti­sa­tion numérique du monde deviendrait math­é­ma­ti­sa­tion de notre exis­tence.

La tyrannie douce est elle déjà un fait?

Le chiffre d’affaires cumulé des « GAFA » est du niveau du PIB d’un pays moyen comme le Dane­mark. Si l’on ajoute les autres élé­ments de leur puis­sance finan­cière, ce sont des géants économiques à même de rivalis­er avec les prin­ci­pales nations du monde. Pour la pre­mière fois, un ensem­ble est recon­nu poli­tique­ment en tant qu’entité con­sti­tuée sur la seule base de sa puis­sance économique. Dès l’instant que de telles puis­sances économiques, cul­turelles et main­tenant poli­tiques inter­agis­sent avec l’ensemble de notre exis­tence, il est légitime de s’interroger quant au risque que cela induit : la « tyran­nie douce » autre­fois évo­quée par Toc­queville ne se déploie-t-elle pas sous nos yeux ? L’inquiétude a été exprimée par Marc Rameaux, essay­iste et directeur de pro­jet dans une grande entre­prise indus­trielle, dans une tri­bune parue dans Le Figaro. Car, les « GAFA » con­trôlant l’information numérique con­trô­lent de fait le com­porte­ment des citoyens. Par la numéri­sa­tion des don­nées, les qua­tre géants ori­en­tent les atti­tudes futures. Selon le min­istre des Affaires Étrangères danois, ce sont de « nou­veaux États ». Nou­veaux, au sens où ils sont récents. Mais aus­si au sens d’États d’un genre nou­veau. Des puis­sances poli­tiques transna­tionales déter­mi­nant le futur de « l’humanité aug­men­tée » dans son ensem­ble en choi­sis­sant ou non de dévelop­per des pro­grammes de type Big Data, recherch­es dans le domaine du tran­shu­man­isme ou encore Intel­li­gence Arti­fi­cielle.

L’intelligence artificielle comme outil de censure

Le Monde daté du 22 févri­er 2017 évoque la prob­lé­ma­tique de l’intelligence arti­fi­cielle : « Les mes­sages agres­sifs et haineux pul­lu­lent en ligne, et pol­lu­ent, entre autres, les fils de com­men­taires de nom­breux sites. Jig­saw, une organ­i­sa­tion appar­tenant à Google et dont le but affiché est “de ren­dre le monde plus sûr grâce aux tech­nolo­gies”, devait annon­cer, jeu­di 23 févri­er, la mise à dis­po­si­tion de tous, en open source, d’une tech­nolo­gie cen­sée aider à assainir les fils de dis­cus­sion ». Il s’agit d’une Intel­li­gence Arti­fi­cielle bap­tisée « Per­spec­tive » capa­ble d’évaluer la tox­i­c­ité d’un com­men­taire sur le fil d’un média. Per­spec­tive a été testée sur le site du New York Times. Plus rapi­de, plus effi­cace et moins chère qu’une équipe d’humains affec­tée à une tache iden­tique, « Per­spec­tive » sem­ble vouée à un bel avenir dans les salles de rédac­tion. Les « GAFA » déci­dant ain­si de ce qui est ou non licite dans le domaine du com­men­taire d’un arti­cle de presse. « Per­spec­tive » a toutes les par­tic­u­lar­ités des IA dernier cri : elle évolue et s’adapte de façon autonome à son envi­ron­nement. Cet out­il est ain­si capa­ble de s’auto-améliorer. L’objectif est de « créer des envi­ron­nements plus sains », selon le fon­da­teur de Jig­saw. Le Monde con­clut : « Out­re le New York Times, plusieurs médias comme le Guardian ou The Econ­o­mist se sont mon­trés intéressés. Pour l’instant, la tech­nolo­gie fonc­tionne en anglais, mais sera bien­tôt acces­si­ble dans d’autres langues ». Com­ment expli­quer que des médias, par nature garants de la lib­erté d’expression et d’opinion, favorisent de tels pro­grammes ? Le seuil entre l’humain tel que nous le con­nais­sions et le nou­v­el homme équipé de lunettes Google est en passe d’être franchi. Qui a décidé de ces choix anthro­pologiques ? Qui sont les chefs de ces nou­veaux États ? Qui en prof­ite ? De prime abord notre petit doigt nous dit que ce ne sont pas les peu­ples, eux des­tinés au for­matage….

Voir notre dossier : Decodex, Le Monde financé par Google, l’effet boomerang

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).