Accueil | Actualités | Médias | FrancetvInfo et Le 1 de Fottorino, alliance libérale/libertaire et public/privé
Pub­lié le 7 février 2019 | Éti­quettes : , , , ,

FrancetvInfo et Le 1 de Fottorino, alliance libérale/libertaire et public/privé

Nous connaissions le vivre ensemble, terme de novlangue, mot valise valant passeport européen pour tout clandestin/migrant/réfugié. Nous connaissions l’entre soi d’une partie (une partie seulement) de la caste journalistique. Nous avons maintenant le produire ensemble entre soi. Quand un média privé libéral libertaire se voit offrir une tribune publicitaire sur la télévision publique payée par vos impôts.

Produire ensemble, épisode 1

Eric Fottorino ex directeur du Monde de 2007 à 2011 avait favorisé la reprise du titre par le trio Bergé/Niel/Pigasse avant d’être ingratement remercié pour être remplacé par Louis Dreyfus (toujours en place en février 2019). Il fonde avec Laurent Greilsamer (ancien du Monde comme lui) l’hebdomadaire Le 1 en 2014 sur une formule originale : un journal qui se déplie et consacré à un seul sujet. Puissamment soutenu par les médiathèques et les centres de documentation des lycées, les bibliothèques municipales l’hebdomadaire survit, un cas rare en des temps difficiles pour des magazines.

Nous avions consacré un article au numéro du 7 février 2018 du 1. Pour ce numéro l’hebdomadaire s’était acoquiné avec Boxsons de Pascale Clark, ex de Radio France pour un numéro inénarrable sur les migrants. Nous citons quelques lignes de notre article :

« On retrouvera dont Pascale Clarke, le sociologue Éric Fassin, toujours prêt pour la Cause, en général sur la barricade de France Culture vers midi, qui explique ici que « notre dispositif d’accueil des migrants est très déficient »(sic), sans doute si on le compare à celui de la majorité des autres pays du monde, Éric Fottorino qui lance une sorte d’appel, « Tous hors-la-loi », se voulant émouvant mais qui n’échappe pas au ton larmoyant habituel en ces matières, le photographe Samuel Gratacap qui évoque « Ce que l’Europe refuse de voir », forcément, il faut bien un grand méchant coupable, Philippe Meyer qui a de « mauvaises pensées » en voyant dans les migrants un « drame » parmi les nombreux autres drames actuels »

Produire ensemble, épisode 2

Cette publicité pour Boxsons ne fût sans doute pas suffisante puisque le média de Pascale Clark a disparu. Pour que Le 1 ne subisse pas le même sort malheureux France Info lui offre une tribune gratuite hebdomadaire sur le canal 27 et ses supports numériques. L’émission de 27 minutes « : ouvrez le 1 » est programmée à 22h30 (pas une heure de grande écoute mais il y a les podcasts) le mercredi… jour de sortie du 1, une publicité directe, franche, payée par vos impôts. Présentée par la charmante et professionnelle Émilie Tran Nguyen, l’émission sert la soupe (elle est bonne, merci) à Fottorino qui y fait la promotion de son journal. Nous avions Libération partenaire régulier de Radio France (France Inter comme France Culture), nous avons un nouveau couple public/privé. Étrangement ni Radio France ni France Télévisions n’ont proposé à Éléments, Causeur ou L’Incorrect une émission. Un oubli ?

Voir aussi

Le magazine Le 1 va au Boxsons, stalinosphère.com

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux