Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
[Dossier] Une ministre bolossée dans Libé ou « l’interview Guépéou » du Bondy Blog
Publié le 

9 août 2016

Temps de lecture : 8 minutes
Accueil | Dossiers | [Dossier] Une ministre bolossée dans Libé ou « l’interview Guépéou » du Bondy Blog

[Dossier] Une ministre bolossée dans Libé ou « l’interview Guépéou » du Bondy Blog

[Pre­mière dif­fu­sion le 2 mai 2016] Red­if­fu­sions esti­vales 2016

Suite à une phrase maladroite, Laurence Rossignol, ministre des familles, de l’enfance et des droits des femmes, a vu débarquer dans son bureau trois jeunes blogueurs du Bondy Blog mandatés par Libé, semble-t-il, dans le but qu’elle s’humilie publiquement comme à la plus belle époque de l’ « autocritique » stalinienne. Une séquence invraisemblable qui nécessitait un décryptage détaillé.

Ils sont trois, la ving­taine, ont gran­di en ban­lieue parisi­enne, des orig­ines socio-eth­no-cul­turelles qui, en ce qui les con­cerne, les auront pro­fes­sion­nelle­ment servi, à revers de ce que pré­ten­dent actuelle­ment les affich­es anti-dis­crim­i­na­tion que l’État a fait plac­arder sur les murs. Pour Libéra­tion et le Bondy Blog, ces trois jeunes gens, reçus par une min­istre de la République, vont se per­me­t­tre d’adopter à son encon­tre un com­porte­ment pro­pre­ment hal­lu­ci­nant : de véri­ta­bles petites frappes en mode Guépéou, asser­men­tées par la presse de gauche, immu­nisées par leurs orig­ines, d’une arro­gance absolue, d’une agres­siv­ité inouïe, et dont la mis­sion ne sem­ble plus rien avoir à voir avec l’exercice jour­nal­is­tique mais se réduire, plutôt que de ten­ter de com­pren­dre, à acculer bru­tale­ment une coupable aux aveux.

Rappel des faits

Quelle est donc la faute impar­donnable que la min­istre a com­mise ? Fin mars, celle-ci se trou­ve en direct dans l’émission de Jean-Jacques Bour­din sur RMC. L’entretien est rapi­de, ser­ré, pugnace, quand on arrive sur le sujet de la « mode islamique ». En effet, de grandes mar­ques ont récem­ment décidé de com­mer­cialis­er et pub­li­cis­er des lignes de vête­ments com­pat­i­bles avec les critères de l’islam rig­oriste. C’est alors que Lau­rence Rossig­nol lâche la phrase polémique lorsque, voulant évo­quer la dimen­sion de servi­tude volon­taire qui peut pouss­er cer­taines femmes musul­manes à défendre leur droit de porter le voile, ce que la min­istre con­sid­ère comme rel­e­vant de leur pro­pre alié­na­tion, elle ose une com­para­i­son hasardeuse et surtout, un vocab­u­laire prob­lé­ma­tique, expli­quant qu’il y avait bien « des nègres améri­cains qui étaient pour l’esclavage. » L’emploi du mot « nègre » par une min­istre et dans un dis­cours pub­lic est évidem­ment com­plète­ment inap­pro­prié. Aus­si, dès après l’émission, la min­istre con­fessera-t-elle à l’AFP une « faute de lan­gage », pré­cisant qu’elle a employé ce terme péjo­ratif en tant qu’il apparte­nait au con­texte his­torique évo­qué (celui de la traite négrière), et non pas comme s’il devait être accept­able et com­mun. L’expression est donc immé­di­ate­ment cor­rigée, on peut con­sid­ér­er que l’exercice de l’entretien ten­du face à Jean-Jacques Bour­din entraîne facile­ment à des mal­adress­es, ou que la min­istre est impré­cise, brouil­lonne voire médiocre à l’oral, mais on pour­rait en tout cas oubli­er ce détail pour en revenir, éventuelle­ment, à l’enjeu du débat.

Début de polémique

Sauf que nous sommes en France en 2016 et, immé­di­ate­ment, les réseaux soci­aux, qui tien­nent plus de l’arène que de l’agora, se déchainent. Le mécan­isme est con­nu : pour la plus grande jubi­la­tion des lyncheurs que la nomen­cla­ture du Net nomme « haters », le moin­dre pro­pos prop­ice à l’excitation, arraché à son con­texte, voire même à sa sig­ni­fi­ca­tion ini­tiale, est lancé comme un os par­mi les chiens affamés, le vol­ume des jappe­ments enfle hors de toute pro­por­tion raisonnable, les tweets haineux se mul­ti­plient par ému­la­tion col­lec­tive, la haine s’organise en péti­tion, et des 7000 tweets hor­ri­fiés, on arrive à une péti­tion signée par 35 000 per­son­nes qui exi­gent la démis­sion de la min­istre, tan­dis que 400 plaintes s’accumulent à son encon­tre. Cette réac­tion d’une ampleur lit­térale­ment démente vient sanc­tion­ner un « pro­pos déplacé » durant une émis­sion en direct et voudrait, pour punir celui-ci, rien moins que la démis­sion d’une min­istre et sa com­paru­tion devant un tri­bunal. On le voit, la sphère du débat pub­lic est totale­ment minée, et le flicage lan­gagi­er atteint un degré par­faite­ment grotesque aujourd’hui. Mais cela, encore, ne suff­i­sait pas. Portés par cette belle atmo­sphère de lyn­chage, trois inquisi­teurs juniors, avec la béné­dic­tion de Libé, allaient se ren­dre chez la min­istre pour la moles­ter ver­bale­ment, déguisant en entre­tien jour­nal­is­tique un long moment d’intimidation digne des heures les plus rouges de notre his­toire.

Profils des accusateurs

Meh­di Meklat et Badrou­dine Saïd Abdal­lah se sont ren­con­trés au lycée. À tout juste 24 ans, ces deux amis for­ment un duo qui peut se tar­guer d’avoir réal­isé déjà plusieurs émis­sions à la radio et à la télévi­sion (France Inter et Arte), un doc­u­men­taire et un roman. Lancés par Pas­cale Clark en 2010 comme cau­tion ban­lieue-jeune de la sta­tion bobo, la seule dis­crim­i­na­tion pro­fes­sion­nelle dont ont pu souf­frir nos deux blogueurs aura été sys­té­ma­tique­ment « pos­i­tive ». Quant à Widad Kefti, 30 ans, jour­nal­iste pour le Bondy Blog, Canal+, i>Télé, Causette, elle s’est déjà faite con­naître pour plusieurs coups de gueule ayant trait à la ques­tion eth­nique. Soit parce qu’elle déplore qu’on la soupçonne instinc­tive­ment d’opinion pro-pales­tini­enne en rai­son de son ara­bité (reproche qu’on peut com­pren­dre, sauf que vu que c’est le cas, elle s’insurge donc con­tre un préjugé qu’elle con­firme, ce qui peut paraître un rien per­vers de sa part), soit qu’elle réclame instam­ment que la « caste blanche » laisse sa place aux minorités eth­niques afin de « per­me­t­tre au cycle de la vie de suiv­re son cours. », comme elle l’expliquait donc dans une tri­bune à l’automne dernier, avec une expres­sion étrange parais­sant jus­ti­fi­er à sa manière et par une métaphore bucol­ique la théorie du « Grand Rem­place­ment » définie par l’écrivain Renaud Camus.

Objectif : aveu

La nature de l’entretien que ces trois jeunes jour­nal­istes vont men­er avec la min­istre se révèle symp­to­ma­tique­ment dans l’absurde phrase-titre : « Lau­rence Rossig­nol : « il m’est tombé un parpaing dans l’estomac ». C’est tout de même sur­prenant pour titr­er une entre­vue avec la min­istre du droit des femmes, d’autant qu’on ne voit pas le rap­port avec la con­di­tion fémi­nine et qu’on hésite à y voir une allu­sion à des dif­fi­cultés diges­tives ou à une voca­tion vis­cérale pour la maçon­ner­ie. Mais on com­prend, en lisant l’entretien, qu’il s’agit de l’expression la plus intime et la plus expres­sive qu’elle ait don­née de sa honte et de sa douleur suite à son pro­pos déplacé sur RTL, l’aveu le plus sen­si­ble que ses trois accusa­teurs sont par­venu à lui arracher, et que cet aveu, et non une quel­conque réflex­ion sur le voile ou la con­di­tion fémi­nine, mais cet aveu seul, était l’objectif de cette ren­con­tre. Par ailleurs, la manière dont il a été obtenu fait pass­er l’interview avec une min­istre de la République dans un reg­istre pro­pre­ment sidérant, qu’on en juge :

Meh­di : Vous pleurez sou­vent ?
LR : (Silence) Non, je ne pleure pas sou­vent, mais j’ai d’autres man­i­fes­ta­tions de pleurs intérieurs.
Meh­di : Vous avez pleuré suite à vos pro­pos ?
LR : Oui. D’un cer­tain point de vue.
Meh­di : Com­ment ?
LR : Avec un parpaing dans l’estomac. Il m’est tombé un parpaing dans l’estomac. Com­ment vous dire ? Votre ques­tion est telle­ment intime. Je crois que j’ai passé trois jours à ne pas par­ler.

Le style « Mehdi et Badrou »

Mais c’est tout l’ensemble de ce très long inter­roga­toire qui traduit une arro­gance inouïe et, à défaut de réflex­ion, d’une reven­di­ca­tion eth­nique som­maire, offen­sive, martelée sans le moin­dre com­plexe. Le para­graphe intro­duc­tif est un échan­til­lon du style très ado, brouil­lon et sur­fait qui a fait la mar­que dis­tinc­tive du duo des Kids (Meh­di et Badrou) : « Aux pre­miers abor­ds, Lau­rence Rossig­nol a l’allure d’une min­istre, tailleur tail­lé, yeux bleus, mais qui racon­tent telle­ment de turpi­tudes, poignée franche et un bureau sous les ors d’une République qui n’a plus la force de l’âge. » La bêtise de cette phrase est assez remar­quable : une min­istre a l’allure d’une min­istre (du moins au pre­mier abord), c’est-à-dire qu’elle ne se promène pas en jog­ging dans ses bureaux mais porte un tailleur qui a cette spé­ci­ficité d’avoir été tail­lé, comme le sug­gère le mot lui-même, néan­moins ses yeux bleus « racon­tent telle­ment de turpi­tudes » - pas moins, et ain­si, à peine la décou­vrent-ils que nos trois jeunes sem­blent lire dans le regard de Lau­rence Rossig­nol les sou­venirs de quelques séances par­ti­c­ulière­ment corsées en club sado-maso. Enfin, le bureau de la min­istre se trou­ve sous les ors d’une République « qui n’a plus la force de l’âge », bref qui est vieille, tout à l’opposé, on l’aura com­pris, de la vigoureuse jeunesse con­quérante d’enfants d’immigrés gon­flés à bloc de récrim­i­na­tions qui vien­nent de faire leur entrée, et dont il est dif­fi­cile de savoir si l’arrogance provient du ressen­ti­ment de poten­tiels lais­sés-pour-compte ou, au con­traire, des incroy­ables et pré­co­ces suc­cès pro­fes­sion­nels qui sont les leurs, en dépit, on le voit bien, d’une écri­t­ure digne de rédac­tions de classe de 3ème.

Imaginons…

Afin de ten­ter une mise en per­spec­tive, imag­i­nons la même rhé­torique, si elle était employée du point de vue opposé, et si, met­tons, à la place de Lau­rence Rossig­nol, trois blogueurs de Ver­sailles venaient inter­view­er une femme voilée. Ils écriraient donc quelque chose approchant de cela : « Aux pre­miers abor­ds, Fati­ma Ben Roz­i­nal a l’allure d’une mère musul­mane de ban­lieue, voile voilant, yeux noirs, mais qui racon­tent de telles insan­ités, poignée de main pro­hibée, et une pos­ture soumise sous les rigueurs d’un islam tou­jours aus­si prim­i­tif. » Cette rhé­torique nous paraî­trait odieuse et raciste — parce qu’elle l’est, et qu’au-delà de Lau­rence Rossig­nol, les « hos­til­ités épi­der­miques » qu’éprouvent les « Bondy blogueurs » sem­blent sus­citées par l’ensemble du monde autochtone qui les a pour­tant pro­mus jour­nal­istes-écrivains-réal­isa­teurs-témoins-des-opprimés. Lau­rence Rossig­nol, parce qu’elle a eu un pro­pos mal­adroit, même si elle s’en est excusée, sem­ble ain­si accusée de trahir l’inconscient raciste et colonisa­teur dont serait éter­nelle­ment coupable le peu­ple français indigène, et dont il serait éter­nelle­ment redev­able, la min­istre cristallisant par là cette soif de règle­ment de comptes qui ani­me si vis­cérale­ment nos « jour­nal­istes ».

Bolossage en règle

Après cette intro­duc­tion, le début de l’entretien fait songer à un « bolos­sage » en règle à trois con­tre une dans un couloir désert. Le seul enchaîne­ment des ques­tions est révéla­teur :

- Après vos pro­pos polémiques, avez-vous pen­sé démis­sion­ner ?
Pas une fois vous ne vous êtes dit que vous deviez quit­ter vos fonc­tions ?
— Il y a plus de 35 000 per­son­nes qui appel­lent à votre démis­sion. Ça ne vous a pas effleuré ?
— (…) Vous, ça ne vous a pas effleuré une seule sec­onde cette péti­tion ?
— Vous savez, « Nègre qui était pour l’esclavage » c’est comme dire que « des youpins étaient pour les camps de con­cen­tra­tion » ou « des boug­noules étaient pour les raton­nades ».
— Est-ce que vous com­prenez que vos expli­ca­tions ne soient pas enten­dues ?
— Est-ce que vous avez regret­té vos pro­pos, le soir, quand vous êtes ren­trée chez vous ? »

En face d’un tel mitrail­lage, la min­istre, qui ne s’est jamais proclamée raciste et a tou­jours dit regret­ter sa for­mu­la­tion, et n’a donc pas grand’ chose à ajouter pour sa défense, tente d’expliquer le con­cept de la servi­tude volon­taire, lequel, par le para­doxe qu’il implique, sem­ble bien au-delà des capac­ités de com­préhen­sion stricte­ment binaires de ses accusa­teurs. En out­re, ceux-ci ne sont pas là pour l’entendre, ils sont là pour l’humilier et rap­porter des excus­es à leur camp.

Derrière la ministre, attaquer la France

Widad Ket­fi va pouss­er la mal­hon­nêteté intel­lectuelle jusqu’à trans­former la mal­adresse en révi­sion­nisme et le révi­sion­nisme en rap­pel des crimes impre­scriptibles du pays dont elle est cen­sé­ment citoyenne, tout en s’adressant à la min­istre comme s’il s’agissait d’une vul­gaire délin­quante : « quelque part, avec votre pro­pos, vous niez la respon­s­abil­ité française et occi­den­tale sur la traite négrière, c’est pour cela que vous serez devant le juge. L’autre remar­que que j’aimerais vous faire par rap­port aux pop­u­la­tions africaines que vous n’avez pas voulu vex­er avec ce pro­pos-là, est-ce que vous com­prenez que la non-recon­nais­sance de cette his­toire-là a un impact sur la manière dont les gens se perçoivent eux-mêmes ? Sur la manière dont les jeunes aus­si peu­vent être en colère, par exem­ple. » On ne voit pas en quoi la ques­tion de la servi­tude volon­taire impli­querait pour autant une dis­cul­pa­tion des esclavagistes et donc une « non-recon­nais­sance » de cette his­toire, pour­tant rabâchée en France jusqu’à plus soif, et alors que la traite organ­isée durant des siè­cles par les ancêtres arabes de Widad Ket­fi, est au con­traire sin­gulière­ment occultée. De toute manière, ce n’est pas de réal­ité his­torique dont sont soucieux nos trois jour­nal­istes mil­i­tants, mais de l’utilisation qu’on peut faire de cer­tains faits his­toriques pour laiss­er explos­er une haine de la France tout à fait décom­plexée, hum­i­li­er sa pop­u­la­tion autochtone et s’y impos­er en tant qu’éternel ayant-droit.

Quant au débat lui-même…

Quant au débat lui-même, il faut not­er ceci qu’en fait, l’idée-même, pour­tant aisé­ment com­préhen­si­ble, que des mœurs étrangères opposées aux tra­di­tions du pays d’accueil, en l’occurrence le fait de voil­er les femmes dans un pays habitué depuis des siè­cles à la mix­ité sex­uelle pour­rait heurter les autochtones, cette idée-même paraît incon­cev­able à nos jeunes de ban­lieue seuls sus­cep­ti­bles et à jamais d’être « heurtés » par quelque chose. Ne serait-ce que s’opposer au port du voile n’est pour eux pas une opin­ion pos­si­ble mais déjà une insup­port­able agres­sion comme le sug­gère l’impayable Widad dans une ques­tion : « Est-ce que vous savez que les femmes voilées sont les prin­ci­pales vic­times des actes islam­o­phobes ? », ques­tion qui baigne dans le même esprit de lapalis­sade per­ma­nente dis­tin­guant nos bril­lants chroniqueurs, et alors qu’il faut bien admet­tre que les cagoles en mini-jupes sont rarement vic­times, en effet, d’islamophobie. Si on ne sait, con­crète­ment, en quoi con­sis­tent les actes islam­o­phobes dont se plaig­nent les femmes évo­quées par Widad, on sait qu’il existe aus­si, quoi qu’en pensent nos petits caïds label­lisés Libéra­tion, une vio­lence con­séc­u­tive à l’ordre sex­uel dont le voile est un instru­ment de prop­a­ga­tion. Dix jours après cet invraisem­blable entre­tien, dans l’une de nos riantes ban­lieues français­es où le « cycle de la vie suit libre­ment son cours », une jeune fille, d’origine maghrébine, en était vic­time, parce qu’elle était jugée trop légère­ment vêtue par les habitués du voile. Elle le paya de plusieurs heures de coma après un lyn­chage pub­lic.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Étienne Gernelle

PORTRAIT — « C’est le sys­tème de Franz. Il jette des gens dans un aquar­i­um puis il regarde com­ment ça se passe. » Entré au Point en 2001, Éti­enne Ger­nelle est une pure expéri­men­ta­tion de Franz-Olivi­er Gies­bert.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision