Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le gros rouge AOC de Sylvain Bourmeau

15 août 2018

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | Dossiers | Le gros rouge AOC de Sylvain Bourmeau

Le gros rouge AOC de Sylvain Bourmeau

Red­if­fu­sion. Pre­mière dif­fu­sion le 7 févri­er 2018

La « gauche » médiatique, du moins celle qui se définit ainsi, bouge encore ! Se sentant visiblement à l’étroit dans la presse officielle, où elle vivait pourtant heureuse depuis longtemps, profitant allègrement du caviar ambiant, une partie de cette gauche semble vouloir quitter le nid depuis qu’Aude Lancelin s’est aperçue, et a écrit, qu’elle travaillait pour le méchant capital. Elle n’est plus seule : Bourmeau veille en ligne depuis le 25 janvier 2018.

La preuve, Syl­vain Bourmeau lance un média de l’écrit en ligne, autrement dit un pure play­er, AOC. Appel­la­tion d’Origine (gros rouge) Con­trôlée. Mais aus­si, plus offi­cielle­ment : Analy­ses Opin­ions Cri­tiques, du nom des trois prin­ci­pales rubriques de ce nou­veau média. Un « micromé­dia », selon Bourmeau. Il y a aus­si des fic­tions, des entre­tiens… et de nou­velles choses à venir. L’idée est de repenser et même de refonder à gauche. AOC ? Un « jour­nal quo­ti­di­en d’idées », si l’on en croit Bourmeau dans Straté­gies (01/02/2018). Pour lut­ter con­tre la « destruc­tion de l’espace de la pen­sée pro­duite par les médias ». Bourmeau brûlerait-il ce qu’il adore depuis si longtemps ? L’opération s’inscrit dans un bouil­lon­nement de nou­veaux médias à gauche (comme à droite) avec par exem­ple, out­re Le Média des amis de Mélen­chon (dont il ne faut pas dire que c’est le média des amis de Mélen­chon), la nais­sance de Vrai­ment, du Box­son de Pas­cale Clark ou de Ebdo. Con­traire­ment aux nou­veaux jour­naux, mag­a­zines ou médias classés à droite, par les médias se dis­ant de gauche, ces nou­veaux nés béné­fi­cient d’une vraie bien­veil­lance, per­son­ne n’entendant les médias offi­ciels s’inquiéter d’un risque de dif­fu­sion d’informations tron­quées, de pro­pa­gande ou de fake news de leur part. Il en va tou­jours ain­si dans le monde mer­veilleux des médias se con­sid­érant de gauche : c’est le camp du bien, et bon sang ne saurait men­tir.

AOC : kezako ?

Le média quo­ti­di­en de Syl­vain Bourmeau se présente ain­si sur son site :

« AOC, un quo­ti­di­en d’idées
AOC est un quo­ti­di­en d’auteurs. Conçu par des jour­nal­istes, il est écrit par des chercheurs, des écrivains, des intel­lectuels, des artistes et… des jour­nal­istes.
AOC entend pren­dre de la hau­teur. Ten­ter de remet­tre un peu de ver­ti­cal­ité dans un espace pub­lic désor­mais destruc­turé et hor­i­zon­tal­isé en pub­liant des textes qui visent autant que pos­si­ble à (re)faire autorité et à struc­tur­er le débat.
AOC est l’acronyme d’Analyse Opin­ion Cri­tique.
AOC pub­lie, du lun­di au ven­dre­di, trois arti­cles par jour : une Analyse, une Opin­ion et une Cri­tique.
AOC pub­lie le same­di un grand entre­tien d’idées ou de par­cours biographique selon les cas.
AOC pub­lie le dimanche un texte lit­téraire inédit.
AOC est un jour­nal quo­ti­di­en en ligne acces­si­ble unique­ment par abon­nement.
AOC est un quo­ti­di­en imprimable facile­ment, pour ceux qui préfèrent le papi­er. »

La petite équipe de départ est con­sti­tuée, surtout, de Bourmeau, enseignant asso­cié à l’Ecole des Hautes Etudes en Sci­ences Sociales, pro­duc­teur de l’émission La Suite dans les Idées sur France Cul­ture, après avoir longtemps offi­cié en début de soirée aux com­man­des de l’émission Le Grain à moudre sur la même antenne, mais aus­si dans les Inrocks, à Libéra­tion…, Raphaël Bour­geois, pro­duc­teur de l’émission Avis cri­tique sur France Cul­ture (aus­si), radio où il a longtemps eu son siège attitré (La Mati­nale, Le Jour­nal de la Cul­ture, La Grande table), Cécile Moscovitz, tout juste rev­enue de son poste d’attachée cul­turelle à l’ambassade de France à Rome, ou encore Hélène Fromen, issue du Monde.fr, puis de 20 Min­utes avant d’officier durant six ans comme direc­trice exécutrice de Medi­a­part. Fondé sur la base d’une col­lecte réal­isée sur Kiss Kiss Bank Bank, AOC revendique de ce fait son indépen­dance finan­cière (le média est payant par abon­nements), mais aus­si poli­tique et intel­lectuelle, par exem­ple lorsque Bourmeau est invité par ses amis dans le stu­dio de ce qui fut longtemps son émis­sion, Le Grain à Moudre (20/10/2017). Étant don­né le par­cours des jour­nal­istes fon­da­teurs, leurs engage­ments poli­tiques affichés et les sou­tiens médi­a­tiques mas­sifs dont béné­fi­cie le lance­ment de ce quo­ti­di­en d’idées du web, il n’est pas inter­dit de douter de l’indépendance intel­lectuelle affir­mée. En un sens, il est plutôt posi­tif de voir Syl­vain Bourmeau agir à ciel ouvert, en mil­i­tant, et non plus unique­ment en tant que jour­nal­iste « neu­tre » et « objec­tif » comme longtemps il ten­ta de le faire croire sur les ondes de la radio publique. Avec AOC, les choses sont claires : c’est à gauche toute ! Et Bourmeau le dis­ait claire­ment sur France Cul­ture, dans le Grain à Moudre du 20 octo­bre 2017 : l’enjeu est de « com­bat­tre le Front Nation­al et Marine Le Pen ». Il n’est pas inin­téres­sant de voir un jour­nal­iste recon­naître ain­si le rôle de sa pro­fes­sion, rôle que Syl­vain Bourmeau a longtemps joué dans nom­bre de médias très offi­ciels, sans aucun doute en toute indépen­dance là aus­si. Bourmeau, il n’y a pas de doute là-dessus, c’est en effet Appel­la­tion d’Origine (gauche caviar fris­son­nant de « rad­i­cal­ité ») Con­trôlée.

Je suis de gauche, donc je pense ?

Cette émis­sion Le Grain à Moudre d’octobre avait d’ailleurs ceci de par­ti­c­ulière­ment intéres­sant que s’interrogeant dès son titre sur les médias alter­nat­ifs nais­sants, AOC, Le Média et L’Incorrect, ses ani­ma­teurs avaient pen­sé à tout sauf à inviter un jour­nal­iste de L’Incorrect, men­su­el classé à droite. Ce n’est ni de la cen­sure, ni réelle­ment un oubli. De sim­ples us et cou­tumes datant main­tenant de près de 80 ans, selon lesquels tout ce qui peut être affublé du mot « droite » serait un lieu de non pen­sée. Du coup, on n’y pense pas, à inviter un représen­tant d’un men­su­el dont cepen­dant l’on pré­tend par­ler dès le titre de l’émission. Ce soir-là, Bourmeau a fait un grand show quant à la néces­sité de refonder la gauche, de lut­ter con­tre le méchant cap­i­tal ayant pris le pou­voir (récem­ment ?) dans les médias et au sujet de l’importance du débat d’idées. Il n’a pour­tant pas sem­blé par­ti­c­ulière­ment éton­né de débat­tre unique­ment avec ses amis poli­tiques. De même, il n’est pas sur­prenant de voir l’ensemble du petit monde médi­a­tique soutenir la nais­sance d’AOC, Bourmeau n’ayant pas seule­ment des idées mais aus­si tout plein d’amis qui pensent et votent aux trois quarts comme lui, c’est-à-dire à gauche. Libéra­tion, Le Monde, Le Point, Fran­ce­in­fo, France Inter, France Cul­ture, La CroixLe Point, reprenant une dépêche de l’AFP, pous­sant l’ironie jusqu’à écrire qu’AOC ferait par­tie d’une nou­velle nébuleuse de médias « ouvrant la porte à une nou­velle manière de traiter l’information ».

Nou­velle manière ? À lire les textes de la pre­mière semaine d’existence d’AOC, le sen­ti­ment qui pré­domine est celui d’une exten­sion du domaine de la lutte des pages Idées de Libéra­tion. Les pre­miers auteurs sont payés 500 euros la pige, un tarif qui fera rêver les jour­nal­istes qui d’après L’Obs gag­n­eraient 800 euros par mois. La trans­for­ma­tion de la société, cela a un coût et néces­site un con­fort indexé sur le niveau de vie bobo de gauche parisien. AOC s’apparente ain­si d’emblée à l’un de ces médias s’annonçant comme révo­lu­tion­naire tout en étant mené par des « gauchistes » de salon aux revenus con­fort­a­bles et en invi­tant des plumes amies pen­sant comme il faut sur tous les sujets qui fâchent (du genre à l’identité en pas­sant par la bioéthique ou la lutte con­tre la France « colo­niale » actuelle) mais ayant en com­mun la « lutte » (qui con­tin­ue de bar­ri­cade virtuelle en bar­ri­cade virtuelle) con­tre les méchants qui ne sont pas de gauche.

On ne sera donc pas sur­pris de retrou­ver des intel­lectuels dûment accrédités dans les facs et les médias français, tous allè­gre­ment passés dans les stu­dios de France Cul­ture et par les pages Idées de Libéra­tion, ain­si Yves Cit­ton, Achille Mbe­m­be, Eric Loret, San­drine Trein­er, Car­o­line Broué… De vieilles recettes dans de nou­velles casseroles en somme. Esprit de 68, toi dont le devenir fric est main­tenant de notoriété publique, es-tu vrai­ment encore là ? Appel­la­tion d’Origine Con­trôlée, en effet, très con­trôlée. Cli­quer, ce n’est pas for­cé­ment une oblig­a­tion. En effet, pourquoi s’intéresser aux « débats » de per­son­nes qui « débat­tent » en cir­cuit fer­mé ?

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.