Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le magazine Le 1 va au Boxsons, stalinosphère.com

23 février 2018

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | not_global | Le magazine Le 1 va au Boxsons, stalinosphère.com

Le magazine Le 1 va au Boxsons, stalinosphère.com

Dans son numéro 188 daté du mercredi 7 février 2018, le magazine Le 1, dont la particularité est de consacrer chaque semaine ses pages à un thème unique, s’est associé au récent Boxsons de Pascale Clark. Au menu ? Une ode sur le thème : la migration est l’avenir de l’Homme intitulée « Migrants, la grande hypocrisie ».

Petite piqure de rap­pel : Box­sons, au sujet duquel l’OJIM enquê­tait dès août 2017, est un des nom­breux médias récem­ment nés au sein de la stal­i­nosphère. Créé par Pas­cale Clarke et Can­dice Mar­chal, Box­sons est l’outil mil­i­tant de sa prin­ci­pale fon­da­trice, plus ou moins éman­cipée des prin­ci­paux médias libéraux lib­er­taires où elle a tra­vail­lé de longues années durant. Le site d’information (dans la stal­i­nosphère, on ne par­le jamais de « réin­for­ma­tion » car dans ces lieux l’information est pure comme de la blanche neige) se veut nova­teur : une plate­forme de pod­casts pro­posant des « sons », une « boîte de sons » ou de reportages, sou­vent au long cours, un peu comme ce que l’on peut écouter sur les ondes de Radio France avec Sur les Docks. L’idée n’est pas venue seule à Pas­cale Clarke. Des reportages générale­ment en plusieurs épisodes, de type réc­its, appuyés sur des témoignages. Box­sons veut ain­si être à la radio, ou à la webra­dio, ce que des revues comme XXI sont à la presse. En soi, l’idée est intéres­sante.

Con­crète­ment, la rumeur n’indique pas que Box­sons soit une grande réus­site, tant son audi­ence sem­ble lim­itée. Qui a enten­du par­ler de ce Box­sons ? Au début, un peu : Pas­cale Clarke n’étant pas sans nom­breuses ami­tiés au cœur de la bobosphère radio­phonique parisi­enne a béné­fi­cié de moults appuis, des radios publiques comme France Inter ou France Cul­ture au Monde et Libéra­tion. La voix de Pas­cale Clarke pas­sait pour être célèbre, au moins dans les stu­dios, célébrité qui plus est accen­tuée par cer­tains choix, comme celui de met­tre en avant des chroniqueurs, alors unanime­ment salués comme tal­entueux dans ces milieux, comme Meh­di Meklat.

C’est alors que le magazine Le 1 vint

Payant, le média paraît avoir du mal à trou­ver son pub­lic. Heureuse­ment, Éric Fot­tori­no, à la car­rière tout aus­si foi­son­nante que sa com­plice Clarke, veil­lait. Son mag­a­zine Le 1, plutôt bien dif­fusé en kiosques et maisons de la presse, forte­ment soutenu par tout ce qui aide dans le Camp du Bien médi­a­tique, les Cen­tres de Doc­u­men­ta­tion des Lycées ou les médiathèques par exem­ple, s’est décidé à ceci, d’après sa cou­ver­ture : « Pour faire enten­dre d’autres voix sur la ques­tion des migrants, Le 1 s’est asso­cié cette semaine à Box­sons Radio (ici, l’adresse du site de Pas­cale Clarke est indiquée), un média indépen­dant de reportage sonore créé par Pas­cale Clarke et Can­dice Mar­chal, qui racon­te l’actualité à hau­teur de femmes et d’hommes, en priv­ilé­giant le ter­rain et le temps long », dont un reportage de Pas­cale Clarke mis en ligne sur le site de l’hebdomadaire en même temps que sur celui de Box­sons, au sujet de « Français pris en fla­grant délit d’aide aux migrants ».

Une opéra­tion pour le moins osée, pour plusieurs raisons : la pub­lic­ité ami­cale a beau se vouloir dis­crète, elle saute aux yeux tant cela s’apparente à une ten­ta­tive de sauve­tage en mer d’indifférence publique, con­cer­nant Box­sons ; la volon­té de faire enten­dre « d’autres voix » est d’un humour dis­cutable, bien que sans doute volon­taire : la voix qui s’entend mas­sive­ment dans les médias offi­ciels, aux­quels Clarke et Fot­tori­no appar­ti­en­nent depuis le biberon jour­nal­is­tique, mal­gré leurs cris d’indépendance, est la même que la leur, une voix pro-migra­tions basée sur une morale faisant fi des réal­ités con­crètes du monde en général, de la France en par­ti­c­uli­er ; l’exergue habituel du mag­a­zine Le 1 indique : « Chaque semaine, une ques­tion d’actualité, plusieurs regards », autrement dit, un heb­do­madaire de débat démoc­ra­tique, ce que revendiquent d’ailleurs haut et fort tant Clarke que Fot­tori­no depuis plusieurs décen­nies – d’être des jour­nal­istes mil­i­tant pour le débat démoc­ra­tique, c’est-à-dire, dans le lan­gage des eaux où ils nagent, con­tre tout ce qui peut être affublé de près ou de loin du mot « droite » ou « enrac­iné ».

Pour le débat, tu repasseras mon pote

Sans doute s’agit-il de dire « plusieurs regards » dans le sens de « plusieurs per­son­nes qui regar­dent » car ce numéro 188 con­sacré au thème « Migrants, la grande hypocrisie » ne pro­pose qu’un seul angle de vue, même s’il est porté par de nom­breux inter­venants. Un angle qui est celui du cœur du Paris de la com­mu­ni­ca­tion médi­ati­co-poli­tique. Aucun n’intervenant ne porte la parole de la masse des Français qui exprime, quand elle le peut, un ras-le-bol évi­dent des poli­tiques migra­toires bien pen­santes soutenues par des médias tels que Box­sons ou Le 1. Dans ce monde-là des médias, le débat démoc­ra­tique est un entre-soi.

On retrou­vera dont Pas­cale Clarke, le soci­o­logue Éric Fassin, tou­jours prêt pour la Cause, en général sur la bar­ri­cade de France Cul­ture vers midi, qui explique ici que « notre dis­posi­tif d’accueil des migrants est très défi­cient »(sic), sans doute si on le com­pare à celui de la majorité des autres pays du monde, Éric Fot­tori­no qui lance une sorte d’appel, « Tous hors-la-loi », se voulant émou­vant mais qui n’échappe pas au ton lar­moy­ant habituel en ces matières, le pho­tographe Samuel Grat­a­cap qui évoque « Ce que l’Europe refuse de voir », for­cé­ment, il faut bien un grand méchant coupable, Philippe Mey­er (ah… la radio publique, là aus­si) qui a de « mau­vais­es pen­sées » en voy­ant dans les migrants un « drame » par­mi les nom­breux autres drames actuels, le seul angle un peu, un petit peu, dif­férent du numéro, et surtout un énorme reportage en forme de poster signé Manon Paulic, « Des par­cours des com­bat­tants », dont le titre dit le ton.

La jour­nal­iste suit les migrants depuis la val­lée de la Roya jusqu’aux refuges parisiens, dans le but de com­pren­dre en quoi ils sont vic­times de la « com­plex­ité du droit d’asile européen ». Un obser­va­teur atten­tif pour­rait penser que les migrants sont vic­times de l’incurie de leurs gou­verne­ments et de leurs sociétés civiles par exem­ple, ou bien des mul­ti­ples retards qui car­ac­térisent une grande par­tie du monde non occi­den­tal sur tous les plans, à com­mencer par celui de l’eau potable ou du droit des femmes, y com­pris dans des pays ayant entre 5 et 8 % de crois­sance économique annuels, mais ce n’est pas l’angle de vue de cet heb­do­madaire. Ici, ce qui prime, c’est la repen­tance européenne : tous hors-la-loi, dit Fot­tori­no, tous européo-coupables, dis­ent en sub­stance la majeure par­tie des arti­cles. Sans cette image de l’Europe et ses habi­tants comme coupables, ce serait plus com­pliqué pour Le 1 ou Box­sons, il faudrait… réfléchir à d’autres cul­pa­bil­ités poten­tielles. Celles des élites poli­tiques des pays d’origine des clan­des­tins par exem­ple. Atten­dons un reportage dans Le 1 et Box­sons…

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.