Djamel Mazi
Quand Le Monde milite pour le transgenre

Quand Le Monde milite pour le transgenre

[Rediffusions estivales 2017 – article publié initialement le 19/01/2017]

Les médias dominants le répètent ad nauseam « il n’y a pas de théorie du genre » il n’ y a que des études « genrées » sur l’identité sexuelle innée ou acquise.

Il y a encore moins une idéologie du genre ajoutent-ils malgré les tentatives d’introduction directes ou indirectes dans les programmes officiels ou parallèles de l’Éducation nationale. Il arrive parfois que certains – par imprudence ou en guise de test – se livrent à une « propagande par l’image » comme Le Monde du week-end du samedi/dimanche 14-15 janvier 2017 (daté un jour plus tard).

Qu’y voit on ? Un reportage photographique de mode, Chanel, Dior, Bompard, Lacoste, rien que de très classique et très cher comme le veut la cible du supplément du Monde du week-end qui est un média à visée publicitaire pour les CSP+. Les modèles sont des enfants ; pourquoi pas, les CSP+ sont disposés à dépenser pour leurs chers petits. Beaucoup plus intéressant, le petit garçon (neuf/dix ans) est habillé en fille. « Veste et jupe en tweed fantaisie, tee shirt en coton, Chanel ». Sur une autre photo le même garçon porte une espèce de haut plutôt informe avec une robe à bretelles plissée avec de petits oiseaux. C’est une image performative : bobos qui lisez Le Monde, habillez vos garçons en filles, mettez leur des jupes et des robes, dévirilisez les au maximum, qu’il ne reste rien sinon la confusion des genres.

S’il y a une morale à ce reportage (ou une anti-morale comme vous voudrez) c’est que le libéralisme économique des marques pour riches va de pair avec le libéralisme sociétal qui vise à éradiquer toute différence. Ou plutôt le libéralisme sociétal sert de caution artistique et idéologique au règne de ce qui doit compter sans partage, ce qui n’a ni origine, ni âge, ni sexe, l’argent. Merci au Monde de nous le montrer sans fard.

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook