Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le groupe La Voix Du Nord, un organe de presse militant

2 mars 2016

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Le groupe La Voix Du Nord, un organe de presse militant

Le groupe La Voix Du Nord, un organe de presse militant

Le groupe La Voix Du Nord, un organe de presse militant

Accueil | Veille médias | Le groupe La Voix Du Nord, un organe de presse militant

2 mars 2016

Le caractère militant du groupe « La Voix du Nord » s’était déjà exprimé de manière originale lors de la campagne des régionales durant laquelle La Voix du Nord avait titré : « Pourquoi une victoire du FN nous inquiète ? » Mais les journaux du groupe n’en sont pas restés là. Florilège.

Le 23 jan­vi­er 2016, des clan­des­tins (aidés par les no-bor­ders) ten­taient de franchir une pro­priété et menaçaient deux Calaisiens défen­dant leur pro­priété. Nord Lit­toral titrait : « Gilbert Col­lard défendra les deux fachos Calaisiens » !

Un mois plus tard, env­i­ron 1 000 clan­des­tins ten­taient une nou­velle fois de rejoin­dre l’Angleterre par le tun­nel sous la manche en tra­ver­sant une par­tie du cen­tre-ville de Calais. Une vidéo locale témoigne de l’ampleur de l’émeute qui s’est pro­duite le 24 févri­er 2016 au soir :

Mais Nord Lit­toral titrait tran­quille­ment : « Plusieurs cen­taines de migrants près du Chan­nel mer­cre­di soir » min­imisant l’ampleur et le car­ac­tère hos­tile du rassem­ble­ment évo­qué dans la vidéo.

Cer­tains jour­nal­istes, comme Julien Pouyet vont même jusqu’à relay­er sur leur compte twit­ter per­son­nel l’accord tacite avec le réseau social Face­book visant à « tra­vailler con­tre la haine », ce qui ne veut rien dire hormis que l’on cherche par cette méth­ode à musel­er le débat.

Lors du début de déman­tèle­ment de la « jun­gle » de Calais, de vio­lents affron­te­ments se sont déroulés sur la rocade de Calais où 5 CRS ont été blessés par le duo migrants / no-bor­ders et où seule­ment 4 per­son­nes ont été inter­pel­lées source AFP / Le Point, 2 per­son­nes ayant été remis­es en lib­erté dès le lendemain .

Le groupe «  La voix du Nord » titrait pour­tant le 29 févri­er : « Calais : intru­sion de 150 migrants sur la rocade por­tu­aire, plusieurs camions cail­lassés, évitez le secteur » (Nord Lit­toral).

Tra­duc­tion : une sim­ple « intru­sion » et quelques cail­loux pour­raient per­turber le traf­ic et il est con­seil­lé d’éviter le secteur comme pour un banal acci­dent de la cir­cu­la­tion ! La crise de con­fi­ance des lecteurs vis-à-vis d’une par­tie des médias n’est décidé­ment pas près de disparaître…

Rediffusion estivale

Cet article gratuit vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € pour un article, 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Patrick Cohen

PORTRAIT — Patrick Cohen est né en août 1962 à Mon­treuil. Il est l’un des chefs d’orchestre de l’information. Se cam­ou­flant der­rière une neu­tral­ité de façade, Patrick Cohen s’est longtemps fait le chantre de la lib­erté d’expression tant qu’elle demeu­rait dans les lim­ites du poli­tique­ment correct.

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux sociaux.

Hervé Gattegno

PORTRAIT — Né le 28 juil­let 1964, Hervé Gat­teg­no a été rédac­teur en chef de l’édition française de Van­i­ty Fair jusqu’en 2016, puis est devenu directeur de la rédac­tion du JDD. Il est mar­ié et a trois enfants avec Anne-Cécile Sar­fati, rédac­trice en chef du mag­a­zine féminin Elle.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Sonia Dev­illers s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos ».