Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
La Voix du Nord s’engage contre le FN

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

30 novembre 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | La Voix du Nord s’engage contre le FN

La Voix du Nord s’engage contre le FN

Temps de lecture : 2 minutes

Dans son édition du lundi 30 novembre, le quotidien La Voix du Nord a choisi de s’engager frontalement contre le Front National.

En cou­ver­ture, celui-ci annonce en effet : « Pourquoi une vic­toire du FN nous inquiète ». Invitée sur RTL le jour-même, Marine Le Pen s’est indignée de cette une « pro­fondé­ment scan­daleuse ». « Ils font deux pages aujour­d’hui, ils fer­ont deux pages demain. C’est un tract pour le Par­ti social­iste mais c’est la con­trepar­tie des neufs mil­lions de sub­ven­tions qu’ils ont touchées de la part du Con­seil région­al social­iste », a‑t-elle analysé.

Pour la prési­dente du FN et can­di­date pour la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie aux régionales, c’est un véri­ta­ble « prob­lème éthique et déon­tologique ». « Ces médias sont achetés par un exé­cu­tif et le moment venu, ils ren­dent la mon­naie de l’énorme sub­ven­tion qu’ils ont touché », ajoute-t-elle. Et celle-ci de pré­cis­er qu’en cas d’élec­tion, elle sup­primerait ces sub­ven­tions qui n’ont « aucun intérêt régional ».

Selon Marine Le Pen, la prin­ci­pale rai­son de l’at­taque frontale de La Voix du Nord est juste­ment qu’ils « cherchent à défendre leurs sub­ven­tions alors qu’il y a un mil­lion de pau­vres dans notre région ». Au vu des récents sondages, le quo­ti­di­en nordiste risque fort de faire les frais, dès la mi-décem­bre, de ses allégeances rémunérées.

Crédit pho­to : DR