Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
La militante politique Pascale Clark quitte France Inter

18 mai 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | La militante politique Pascale Clark quitte France Inter

La militante politique Pascale Clark quitte France Inter

Après des années de militantisme politique, Pascale Clark a annoncé, sur Twitter, son départ de France Inter.

« Quand un cycle est ter­miné, il faut s’en ren­dre compte. La fin de l’histoire a eu lieu l’an dernier, et cette année-ci a été une année de tran­si­tion, à tous points de vue. C’était un peu spé­cial, hon­nête­ment », a‑t-elle expliqué à Téléra­ma. De 2011 à 2013, elle assur­ait sur les ondes de France Inter l’in­ter­view de la mati­nale, à 7h50.

Elle avait ensuite présen­tée « A’live » jusqu’en 2015, une émis­sion dont on ne retien­dra que la polémique entourant le non-renou­velle­ment de sa carte de presse. En effet, à cette époque, la CCIJP avait con­sid­éré que cette émis­sion « n’était pas de nature jour­nal­is­tique, con­traire­ment à “Comme on nous par­le” [la précé­dente] ». Depuis, Clark présen­tait « Mak­ing of » le same­di à 22 heures, un pro­gramme réal­isé « sans moyens ».

La jour­nal­iste se pré­pare désor­mais à « de nou­velles aven­tures ». Avec Can­dice Mar­chal et d’autres jour­nal­istes radio, elle mijote un pro­jet numérique, Box­Sons, dont le but est de « traiter l’ac­tu­al­ité par le son ».

« Nous voulons écouter ce pays, qui n’est pas comme on nous dit qu’il est. Nous voulons don­ner la parole aux gens autrement que dans des moments hys­tériques, où ils s’expriment, peut-être, mais ne par­lent pas vrai­ment d’eux », a‑t-elle annon­cé. Un comble pour une jour­nal­iste qui a tou­jours fait preuve au pire d’hys­térie, au mieux de mépris envers toute per­son­nal­ité de droite ou d’« extrême-droite » qu’elle interrogeait.

Marine Le Pen, Louis Alliot ou encore Robert Ménard en ont d’ailleurs sans doute gardé un sou­venir amer. Hen­ri Guaino égale­ment, qui avait déclaré, le 24 avril 2012 : « Je me suis déjà far­ci madame Clark avec son inter­view… La façon dont elle fait ses inter­views … elle dit qu’elle est jour­nal­iste, non, elle est mil­i­tante poli­tique, elle devrait s’inscrire dans un par­ti et aller faire des meetings. »

Mal­heureuse­ment pour le jour­nal­isme et la déon­tolo­gie, Mme Clark n’est pas prête d’ar­rêter le métier…

Voir notre portrait de Pascale Clark

Sur le même sujet

Related Posts

Derniers portraits ajoutés

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Élisabeth Laborde

PORTRAIT — Anci­enne attachée de presse de Matthieu Pigasse, auquel elle doit sa mobil­ité pro­fes­sion­nelle ful­gu­rante, Élis­a­beth Labor­de est l’archétype de la « dircom » fémin­iste et bobo qui veut remod­el­er le monde de l’entreprise à son l’aune des mantras pro­gres­sistes contemporains.

Pascal Praud

PORTRAIT — Loin d’être l’homologue français de Tuck­er Carl­son ou de Sean Han­ni­ty comme le fan­tasme la presse de gauche, Pas­cal Praud prof­ite d’un cli­mat poli­tique trou­blé et d’une cen­sure gran­dis­sante pour endoss­er le rôle des “porte-parole des Mar­cel au bistrot” et faire grimper les audiences.

Glenn Greenwald

PORTRAIT — Ancien avo­cat d’af­faires, par la suite spé­cial­isé dans les lit­iges civiques et con­sti­tu­tion­nels, Glenn Green­wald est depuis près de 20 ans entière­ment dédié à la défense lit­térale et intran­sigeante de la con­sti­tu­tion améri­caine et de ses garanties en matière de lib­ertés individuelles.

Yann Barthès

PORTRAIT — Avec sa belle gueule et sa décon­trac­tion cor­ro­sive, Yann Barthès est devenu en quelques années le gen­dre idéal de la mère de famille con­seil­lère déco dans le Marais, ou son fan­tasme télé le plus avouable.