Quand Donald Tusk « président de l’Europe » muselait la presse d’opposition

La militante politique Pascale Clark quitte France Inter

Après des années de militantisme politique, Pascale Clark a annoncé, sur Twitter, son départ de France Inter.

« Quand un cycle est terminé, il faut s’en rendre compte. La fin de l’histoire a eu lieu l’an dernier, et cette année-ci a été une année de transition, à tous points de vue. C’était un peu spécial, honnêtement », a-t-elle expliqué à Télérama. De 2011 à 2013, elle assurait sur les ondes de France Inter l’interview de la matinale, à 7h50.

Elle avait ensuite présentée « A’live » jusqu’en 2015, une émission dont on ne retiendra que la polémique entourant le non-renouvellement de sa carte de presse. En effet, à cette époque, la CCIJP avait considéré que cette émission « n’était pas de nature journalistique, contrairement à “Comme on nous parle” [la précédente] ». Depuis, Clark présentait « Making of » le samedi à 22 heures, un programme réalisé « sans moyens ».

La journaliste se prépare désormais à « de nouvelles aventures ». Avec Candice Marchal et d’autres journalistes radio, elle mijote un projet numérique, BoxSons, dont le but est de « traiter l’actualité par le son ».

« Nous voulons écouter ce pays, qui n’est pas comme on nous dit qu’il est. Nous voulons donner la parole aux gens autrement que dans des moments hystériques, où ils s’expriment, peut-être, mais ne parlent pas vraiment d’eux », a-t-elle annoncé. Un comble pour une journaliste qui a toujours fait preuve au pire d’hystérie, au mieux de mépris envers toute personnalité de droite ou d’« extrême-droite » qu’elle interrogeait.

Marine Le Pen, Louis Alliot ou encore Robert Ménard en ont d’ailleurs sans doute gardé un souvenir amer. Henri Guaino également, qui avait déclaré, le 24 avril 2012 : « Je me suis déjà farci madame Clark avec son interview… La façon dont elle fait ses interviews … elle dit qu’elle est journaliste, non, elle est militante politique, elle devrait s’inscrire dans un parti et aller faire des meetings. »

Malheureusement pour le journalisme et la déontologie, Mme Clark n’est pas prête d’arrêter le métier…

Voir notre portrait de Pascale Clark

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook