Accueil | Actualités | Médias | Publicité en ligne : Google et Facebook raflent tout
Pub­lié le 21 mai 2018 | Éti­quettes : , , , , , ,

Publicité en ligne : Google et Facebook raflent tout

L’avenir de la presse papier (et sans doute une partie de celui de la radio et de la télévision) passe par le digital. C’est ce qu’ont confirmé de manière séparée Louis Dreyfus pour Le Monde et Alain Weil pour Libération, ce dernier annonçant de manière à peine déguisée la fin du papier pour le quotidien de monsieur Drahi. Mais qui finance le digital sinon la publicité ? Hélas, les ogres Facebook et Google avalent la plus grande partie du gâteau, laissant les miettes aux autres. Illustration aux États-Unis.

Le gâteau américain grossit mais pas pour tout le monde

Miam, miam, la publicité en ligne aurait progressé de plus de 20% en 2017 en Amérique, nous apprend un site spécialisé. Elle représente plus que la télévision et pèse quatre fois plus que la presse magazine en perdition sur ce segment. Et qui détient les trois quarts de ce marché ? Google et Facebook.

Les deux ogres et leurs filiales

Facebook n’est pas que Facebook, c’est aussi WhatsApp (dont le fondateur Jan Koum vient de quitter le groupe), la messagerie Messenger (celle qui vous espionne et vous fiche), mais également Instagram qui permet d’échanger photos et vidéos. Le scandale Cambridge Analytica (vente de données confidentielles) ne semble pas avoir pénalisé l’usage du réseau qui a gagné plus de cinq milliards de dollars au premier trimestre 2018.

Google n’est pas seulement le moteur de recherches le plus utilisé (avec l’achat de mots clés) c’est aussi Google Maps pour se diriger d’un point à un autre, c’est également YouTube qui censure à tour de bras les vidéos et supprime des comptes.

La tendance n’est pas différente en Europe même si elle est moins marquée. Vous ne voulez pas être esclave des deux géants américains ? Vous pouvez utiliser Qwant, le moteur de recherches discret (gratuit) français, et quitter YouTube pour BitChute ou bien le français Dailymotion.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

14% récolté
Nous avons récolté 270€ sur 2.000€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Téléchargez l’application

L'Ojim sur iTunes Store