Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
L’avenir des quotidiens généralistes passe par le numérique et la diversification

29 avril 2018

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | L’avenir des quotidiens généralistes passe par le numérique et la diversification

L’avenir des quotidiens généralistes passe par le numérique et la diversification

C’est sans doute moins vrai pour la PQR, presse quotidienne régionale, plus proche de ses lecteurs. Tout à fait vrai pour Libération, dont Alain Weil Président d’Altice Médias a quasi annoncé la prochaine disparition de la forme papier. Un peu différent pour La Croix, quasi exclusivement diffusé sur abonnement. Mais de plus en plus vrai pour les deux grands quotidiens nationaux Le Monde et Le Figaro

Le Monde sort la tête de l’eau

C’est au Buzz Média Le Figaro que Louis Drey­fus, Prési­dent du direc­toire du Monde et Jérôme Fenoglio se sont con­fiés le 16 avril 2018. Après qua­torze années de pertes jusqu’en 2014, puis deux années de qua­si équili­bre en 2015/16, le quo­ti­di­en du soir a affiché en 2017 un béné­fice net. Porté par les abon­nements numériques (125000 à févri­er 2018 et en pro­gres­sion de 40%), le résul­tat opéra­tionnel serait proche de 17M€. En par­al­lèle la rédac­tion a vu ses effec­tifs pro­gress­er de l’ordre du tiers pour attein­dre 430 jour­nal­istes avec des recrute­ments surtout cen­trés sur le numérique. La rédac­tion sera regroupée courant 2019 avec les autres titres du groupe, Téléra­ma, L’Obs et le Huff­in­g­ton.

Le Figaro s’est diversifié depuis longtemps

Le quo­ti­di­en de Serge Das­sault est le leader du numérique avec un fichi­er de 37 mil­lions d’internautes et une audi­ence numérique de 30 mil­lions, supérieure à celle de son con­cur­rent. Le groupe a su lancer avec suc­cès un grand nom­bre de décli­naisons numériques : san­té, météo, petites annonces, bourse, assur­ance, golf, croisières etc. Il vient de met­tre en ligne deux nou­veaux pro­jets. 14 Haus­mann, agence de con­tenus, tra­vaille pour la val­ori­sa­tion des grandes mar­ques. Celles-ci pour­ront utilis­er aus­si les ser­vices de MAD, un média 100% vidéo des­tiné aux 25/35 ans. Un pro­duit pub­lic­i­taire sous des apparences de reportages vidéo de moins de trois min­utes. MAD sera hébergé par Madame Figaro et vise un pub­lic de 500000 inter­nautes de moins de 35 ans.

Pour résis­ter à Face­book et Google les deux quo­ti­di­ens se sont alliés en créant Sky­line, une sous-régie pub­lic­i­taire numérique. Un annon­ceur peut pass­er des ordres sur les dif­férents médias numériques des deux groupes. Une stratégie anti GAFAM. Mais au même moment le jour­nal de Niel/Pigasse con­firme qu’il veut lut­ter con­tre les fake news avec son pro­gramme Les Décodeurs financé par …Google. Petits farceurs.

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.