Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
L’affaire Cambridge Analytica

17 mai 2018

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | not_global | L’affaire Cambridge Analytica

L’affaire Cambridge Analytica

On parle beaucoup du scandale Cambridge Analytica, la société qui aurait revendu à la campagne Trump de 2016 des données personnelles d’électeurs américains, données fournies par ou volées auprès de Facebook. Mais qu’en est il exactement ?

Un peu d’histoire

La société a été créée en 2013 par deux spé­cial­istes de la cyber­sécu­rité Alexan­der Nix et Alas­tair Carmichael MacWil­son. L’idée est sim­ple : raf­fin­er des don­nées de base recueil­lies au départ par Google et Face­book pour les reven­dre à des entités privées ou publiques, dans un but pure­ment com­mer­cial. En bonifi­ant les don­nées brutes, en pré­cisant les pro­fils indi­vidu­els selon leurs car­ac­téris­tiques économiques, géo­graphiques, psy­chologiques, cul­turelles et poli­tiques, la société pro­posera une plus-val­ue appré­cia­ble aux sociétés qui voudront utilis­er ces don­nées pour leurs cam­pagnes com­mer­ciales aus­si bien que poli­tiques, réal­isant ain­si des prof­its dans une optique cap­i­tal­iste clas­sique.

La société rassem­ble des don­nées per­son­nelles sur des acheteurs ou électeurs poten­tiels (data min­ing), les assem­ble et les revend (data bro­ker­age), jouant le rôle de courtier en don­nées. Elle a tra­vail­lé pour le Brex­it (du côté du leave) en Angleterre et pour la cam­pagne vic­to­rieuse de Trump aux États-Unis.

Les liens Cambridge/Facebook

Qui a trompé qui ? La réponse n’est tou­jours pas claire. En mars 2018 un ancien employé cana­di­en de Cam­bridge Ana­lyt­i­ca, mécon­tent de son licen­ciement, a dénon­cé son ex-employeur. Il a indiqué que la société avait pom­pé fraud­uleuse­ment les don­nées per­son­nelles, et sans leur con­sen­te­ment, de plus de 80 mil­lions de per­son­nes via Face­book, prof­i­tant d’une faille infor­ma­tique con­nue et exploitée par Face­book lui-même. Ces don­nées auraient été reven­dues à la cam­pagne Trump. Le respon­s­able de l’étude Alexan­der Cogan et Marc Zucker­berg se sont ren­voyés la balle, cha­cun esti­mant que l’autre était respon­s­able. Les clients de Cam­bridge se sont éva­porés et la société s’est mise en fail­lite trois mois plus tard en mai 2018.

Légalité et légitimité

Au bout du bout, Cam­bridge n’a fait que com­mer­cialis­er des don­nées per­son­nelles, ce que Face­book fait tous les jours (ain­si que Google). Les pré­cieuses infor­ma­tions que vous don­nez sur le pro­fil per­son­nel de votre page Face­book, sur vos lec­tures, vos voy­ages, vos achats, votre anniver­saire, vos amis, vos occu­pa­tions, vos pho­tos, vos vidéos, votre famille, toutes ces don­nées sont la matière pre­mière de Face­book. La société cal­i­forni­enne va class­er ces élé­ments dans des ban­ques de don­nées et les reven­dre sous forme de pub­lic­ité. Si vous vendez des ali­ments pour chiens vous pou­vez touch­er tous les pos­sesseurs de chiens de Face­book. Si vous êtes can­di­dat social­iste à une élec­tion, vous pou­vez touch­er les pro­fils ayant une sen­si­bil­ité de gauche sur une cir­con­scrip­tion don­née, etc.

Il n’est pas cer­tain que ces activ­ités soient illé­gales. Vous avez cer­taine­ment don­né votre con­sen­te­ment à Face­book ou à Google à tra­vers un long for­mu­laire abscons et obscur où à la fin vous avez coché la case oui pour con­tin­uer à utilis­er leurs ser­vices. Lors de son audi­tion Zucker­berg s’est bien gardé de dire qu’il allait mod­i­fi­er la poli­tique de sa société, il ne veut pas tuer la poule aux œufs d’or qui a fait plus de cinq mil­liards de dol­lars de béné­fices après impôts au pre­mier trimestre 2018.

Mais ces com­porte­ments sont-ils légitimes ? Même si nous avons coché une case don­nant notre accord formel, quelle est la valeur de cet accord ? Si les util­isa­teurs de Face­book et Google savaient à quel point ils sont cernés par ces deux sociétés qui sont capa­bles non seule­ment de les con­naître intime­ment (leurs goûts sex­uels ou leurs engage­ments poli­tiques par exem­ple), mais aus­si de les influ­encer, ils seraient beau­coup plus pru­dents dans leurs recherch­es et dans les infor­ma­tions qu’ils don­nent sur eux-mêmes. Comme nous sommes légers et oublieux, il revient aux autorités de pro­téger les indi­vidus tout en respec­tant leurs choix de pen­sée ou d’action.

Mais les autorités améri­caines qui ont un accès direct via la NSA et d’autres agences aux don­nées de Google et de Face­book n’ont pas intérêt à trop lim­iter ces col­lectes de don­nées dont elles prof­i­tent indi­recte­ment. C’est donc au citoyen de réa­gir indi­vidu­elle­ment. A vous de jouer main­tenant en régu­lant les don­nées que vous don­nez de bon cœur quo­ti­di­en­nement pour votre pro­pre exploita­tion…

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.

Stéphane Kenech

PORTRAIT — Stéphane Kenech, ou l’histoire d’un jour­nal­iste d’images rêvant de s’ac­com­plir dans le reportage de guerre et d’in­ves­ti­ga­tion. Dans cette voca­tion en devenir, il se pas­sionne pour la Syrie au tra­vers de deux caus­es : le retour des dji­hadistes en France et la lutte con­tre le régime syrien. Par­fois au risque d’y oubli­er la déon­tolo­gie et de met­tre en dan­ger ceux qui lui font con­fi­ance.