Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Procureur Plenel au rapport !
Publié le 

11 décembre 2017

Temps de lecture : 6 minutes
Accueil | Veille médias | Procureur Plenel au rapport !

Procureur Plenel au rapport !

Dans la semaine du 4 au 9 novembre, l’hebdomadaire L’Express a proposé un déboulonnage édifiant du soldat Plenel, malencontreusement rattrapé par la patrouille pour de multiples délits médiatiques et militants. Dont sa proximité avec l’islamiste Ramadan. Plus habitué à mettre tout ce qui ne pense pas comme lui à l’index, Plenel est tout sourire en couverture. Pourtant, le tour de piste de l’hebdomadaire nous donne à voir un homme plus militant que journaliste, égaré dans les confusions d’une gauche perdue du côté du mythe d’un « racisme d’État ».

Après avoir sévi de longues années comme déla­teur et pro­cureur en chef au sein de divers médias, le fon­da­teur et patron de Médi­a­part Edwy Plenel a été con­vo­qué par ce même tri­bunal qu’il a pour­tant telle­ment con­tribué à met­tre en place. Il y a un peu de Dan­ton dans ce Plenel visé par ses pro­pres méth­odes. Sauf que dans son cas, il n’y a pas de manip­u­la­tion ni de truquage de la réal­ité, l’Observatoire du jour­nal­isme le mon­trait il y a peu dans un arti­cle inti­t­ulé Les racines du mâle ! Érec­tion de mous­tache en Une de Char­lie heb­do ! Les accoin­tances de Plenel avec Tariq Ramadan sont un secret de polichinelle, ain­si que sa com­plai­sance coupable à l’égard de l’islamisme. Une com­plai­sance qui irrigue tout Médi­a­part. Les pro­pos de la co-prési­dente de la Société des jour­nal­istes de Médi­a­part con­sid­érant que « l’islamisme n’est pas en soi une chose grave » mon­trant pour qui en doutait encore com­bi­en ce média et ses milieux proches font dans la con­fu­sion intel­lectuelle entre une reli­gion, l’Islam, et une visée poli­tique total­isante, l’islamisme. Con­fu­sion qui paraît de nature à expli­quer la com­plai­sance coupable de l’ensemble de ce média, à com­mencer par son patron Plenel, à l’égard d’un Tariq Ramadan soupçon­né de plusieurs vio­ls. Une dou­ble affaire qui obtient par­fois un écho au-delà de l’hexagone, ain­si dans The New York­er du 20 novem­bre 2017. Lire les témoignages pub­liés au sujet de Ramadan par Mar­i­anne est effrayant. Sur la cou­ver­ture de L’Express, l’accroche au sujet des ado­les­centes qui se pros­tituent sous la forme d’escort-girls à seize ans prend du coup une saveur peu ragoutante.

Edwy Plenel à la campagne ? Flops en stocks !

Dans son édi­tion datée du 6 au 12 décem­bre 2017, L’Ex­press titre donc sur « Edwy Plenel fon­da­teur de Médi­a­part. L’homme qui divise la France. Il cristallise le débat. On l’adore ou on le déteste. Le suc­cès Médi­a­part ».

Edwy Plenel, l'homme qui divise la FranceUn essai de récupéra­tion du buzz médi­a­tique sans doute bien ten­té, quoi qu’à retarde­ment, mais qui fait en par­tie flop : deux décès sont passés par là, d’Ormesson et Hal­l­i­day. Et comme le prési­dent de la République, soucieux de soign­er sa pop­u­lar­ité au sein du peu­ple de France comme des élites, s’en est mêlé… Sans compter que si Plenel divise la France, c’est surtout au sein des rédac­tions parisi­ennes et de la gauche sous ses divers­es formes. Ailleurs, dans la France réelle et périphérique, le patron de Médi­a­part est mal con­nu. Témoignages sur le vif dans les rues de Condé-sur-Noireau (14) lors du marché de la semaine : « C’est qui ? Un musi­cien de John­ny ? » ; « Oui, je le con­nais c’est le dernier Goncourt… sur les nazis » ; « Médi­a­part ? Non, je ne vais jamais sur le site, je préfère éviter les sites com­plo­tistes » ; « Plenel ? C’est pas le copain de Dieudon­né ? » ; « Mais oui… C’est le pote à Ramadan. Il lutte con­tre les islam­o­phobes » ; « une fois, je l’ai enten­du chanter à la fête de l’Huma je crois ». Une ten­ta­tive plus pré­cise, chez un bural­iste et vendeur de presse rend compte de l’écart entre une par­tie de Paris et le reste de la France. Inter­rogé au sujet de Plenel par notre jour­nal­iste déguisé en client lamb­da, la réponse qui vient est celle-ci : « Médi­a­part ? Je sais que ça existe mais je ne le vends pas. Per­son­ne ne le lit ici ». Puis : « Les dernières Unes de Char­lie heb­do ? Je sais pas. J’en ai ven­du un je crois, mais j’ai pas regardé. Vous êtes parisien non ? ». Pour­tant sa mous­tache trône bel et bien en cou­ver­ture de L’Express, même si le numéro est caché der­rière les nom­breuses cou­ver­tures con­sacrées à d’Ormesson et Hal­l­i­day. Force est de con­stater que le mil­i­tant médi­a­tique et poli­tique « défenseur » invétéré du peu­ple gag­n­erait à s’en rap­procher.

Edwy Plenel dans L’Express ?

Que dit-on de Plenel dans les pages de ce numéro de L’express ? Que son affron­te­ment avec Char­lie heb­do ne serait pas un « sim­ple affron­te­ment politi­co-médi­a­tique » mais traduirait « un débat qui tra­verse toute la société ». De quel débat s’agit-il ? Moqué par un jour­nal satirique, l’ego mous­tachu de Plenel n’a pas accep­té d’être objet d’humour. Nor­mal, selon L’Express ce garçon passerait pour être un « mon­stre sacré » de la presse. Espérons que des obsèques nationales nous seront épargnées le jour où le fon­da­teur de Médi­a­part rejoin­dra Allah. Plenel se pen­sant attaqué par Char­lie heb­do réplique en déclarant sur Fran­ce­in­fo que le jour­nal des vic­times des atten­tats islamistes ferait par­tie d’un con­glomérat d’islamophobes réu­nis­sant l’extrême droite, la droite et une gauche « égarée », dont Char­lie, qui serait obsédé par sa sup­posée volon­té de faire « la guerre aux musul­mans ». Plenel a mis un peu de temps à recon­naître avoir pronon­cé des mots aus­si ubuesques en direct à la radio, puis a dû faire amende hon­or­able – tout un cha­cun ayant pu enten­dre son inter­view. Il est devenu dif­fi­cile d’effacer la réal­ité des pho­togra­phies ou des enreg­istrements. Inter­net sur­veille. L’édito d’Anne Rosencher indique la rai­son d’être du dossier qu’elle con­sacre à Plenel.

« Dr Edwy, Mr Plenel », un long arti­cle de Jérôme Dupuis vient ensuite rap­pel­er le par­cours du quidam. L’article mon­tre com­bi­en il importe à Plenel d’être sur le devant de la scène, mais aus­si l’indéniable réus­site de Médi­a­part, « site d’investigation » payant qui vivrait de ses abon­nés. Dupuis racon­te ensuite la vie de Plenel, du mil­i­tan­tisme d’extrême gauche com­mu­niste et trot­skyste au jour­nal­isme mil­i­tant d’investigation, avec ses réus­sites (le Rain­bow War­rior) autant que ses scoops « bidons » (l’affirmation selon laque­lle le par­ti social­iste était financé par le Pana­ma du général Nor­ie­ga). Au sujet de la péri­ode où le patron de Médi­a­part dirigeait la rédac­tion du Monde, Jérôme Dupuis a quelques for­mules tal­entueuses : « Il est le maître du Monde. Prô­nant déjà inlass­able­ment une con­cep­tion jan­séniste du jour­nal­isme » tout en n’omettant pas le goût de Plenel pour « les rap­ports de police ». Il n’oublie pas non plus de citer l’excellente enquête de Pierre Péan et Philippe Cohen, La face cachée du Monde, qui dis­crédi­ta les pra­tiques du Monde et de son réac­teur en chef, pra­tiques sou­vent déon­tologique­ment dou­teuses. Plenel a dû quit­ter Le Monde, il a emporté ses pra­tiques ailleurs. Cela s’appelle Médi­a­part. Un encadré ne manque pas de sel.

Quelles pra­tiques ? Jérôme Dupuis :

Pour met­tre son site sur orbite, le fon­da­teur de Médi­a­part a par­fois recours à des méth­odes éton­nantes. Le 13 décem­bre 2007, Ségolène Roy­al envoie un e‑mail à tous les mem­bres de son mou­ve­ment poli­tique, Désirs d’avenir : “Je vous invite à don­ner sa chance à Médi­part en vous abon­nant. Mer­ci de ce geste mil­i­tant.” Qu’au­rait dit le héraut de l’indépen­dance de la presse si Nico­las Sarkozy avait util­isé le fichi­er de l’UMP afin de recruter des abon­nés pour un site d’in­for­ma­tion « indépen­dant » ?”

Le jour­nal­iste con­clut en lais­sant enten­dre une prob­a­bil­ité : Edwy Plenel est avant tout mené par son ego. Le dossier se pro­longe avec un arti­cle sur la « guerre » entre Valls et Plenel, puis un entre­tien avec Ben­jamin Sto­ra qui « con­naît bien le fon­da­teur de Médi­a­part ». Pour l’historien, Plenel « a tou­jours été con­tre tous les racismes ». Sto­ra endosse le cos­tume de l’avocat de Plenel. Celui de l’accusateur est con­fié à Pierre-André Taguieff pour qui Plenel « n’explique pas, il prêche et dénonce ». Taguieff « fut ami avec Plenel avant de pren­dre ses dis­tances ». Il est vrai que le poli­to­logue s’est retrou­vé à la Une du Monde de Plenel, dans le cadre de ce qu’il décrit ain­si :

Au tout début des années 80, il se pas­sion­nait pour tout ce qui était trou­ble, tor­du et dis­simulé, tout ce qui pou­vait ressem­bler à des affaires”. En 1983, il a com­mencé à s’in­téress­er à l’ex­trême droite, qu’il décou­vrait à tra­vers des sources poli­cières et les arti­cles que je pub­li­ais dans de petites revues. Et, très vite, il s’est mis à point­er un doigt accusa­teur sur tous ceux qui, selon lui, flir­taient avec l’ex­trême droite ou “fai­saient son jeu”. Car il en était sûr, le fas­cisme frap­pait à la porte. Il se com­por­tait déjà en hal­lu­ciné des arrière-mon­des fas­cis­toïdes. Le devoir moral du jour­nal­iste était pour lui de dévoil­er, de révéler et de dénon­cer, avec des procédés de déla­tion publique, tous les indi­vidus qu’il sus­pec­tait de com­plai­sance envers la Bête. Muni de sa théorie de la “chaîne des aveu­gles”, il se vouait à repér­er autour de lui une mul­ti­tude de délin­quants idéologiques, notam­ment chez les intel­lectuels. C’est ain­si que, dans son champ de vision, les fas­cistes pré­sumés ou poten­tiels se sont mul­ti­pliés.”

Aux yeux de Taguieff, Plenel est un fana­tique mu par un « désir d’épuration ». Et « le fanatisme fana­tise ». Dès lors, quoi de sur­prenant dans les liaisons dan­gereuses du patron de Médi­a­part ? Rien, au fond. L’éternelle his­toire des col­la­bos ?

Pour compléter cet article

Edwy Plenel, du trot­skisme à l’antiracisme (por­trait vidéo)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

Éric Naulleau

PORTRAIT — Éric Naul­leau, la gauche qui agace la gauche. « Moi, je suis con­sid­éré par la gauche comme un enne­mi. Elle me com­bat. C’est ain­si. Mais Naul­leau, lui, est con­sid­éré comme un traître ! Et c’est bien pire… » Éric Zem­mour, Valeurs Actuelles, 2012.

Nicolas Truong

PORTRAIT — Né en 1967, Nico­las Truong dirige les pages « Idées-Débats » du Monde. Il ne fait guère preuve d’honnêteté idéologique, ni ne fait mys­tère de ses pen­chants intel­lectuels pous­sant très loin à gauche le bou­chon de ses idées.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision