TESTINGABCAccueil

Faire un don à l'Ojim

Aidez-nous à vous aider

Dans le monde opaque et le plus sou­vent homogène des médias, l’Ojim est là pour vous guider. Nous avons choisi la gra­tu­ité d’accès aux con­tenus, mais nous avons des charges. Une grande par­tie des rédac­teurs sont rémunérés et les coûts tech­niques sont lourds. Chaque don béné­fi­cie d’un reçu fis­cal de 66% du mon­tant. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Même en été, pour nous aider, pour nous aimer c’est ici.

Les plus lus

  • Médias #Rugy­Gate : Les dîn­ers de François de Rugy, au ser­vice de la pro­mo­tion de sa femme jour­nal­iste à Gala

    François de Rugy a‑t-il fait la car­rière de sa nou­velle femme Séver­ine Ser­vat aux frais des con­tribuables ? La ques­tion…

  • Médias La mort du Français Vin­cent Lam­bert large­ment relatée dans les médias européens

    Le sort de Vin­cent Lam­bert et les pris­es de posi­tion des médias sont d’abord, chez nos voisins européens comme chez nous…

  • Médias Loi Avia : la France met fin à l’État de droit en matière d’expression

    Plus que la Corée du Nord ou autres lieux où il fait bon vivre, « la France est une des plus grandes men­aces mon­di­ales c…

  • Médias Tri­bune libre : Alain Duhamel, ses diplômes au rabais, sa légion d’honneur à pleur­er de rire

    A la suite de notre arti­cle sur les réac­tions des médias sur l’invitation de Mar­i­on Maréchal, envoyée puis retirée par l…

  • Médias Alba Ven­tu­ra ou le vocab­u­laire ori­en­té

    Avec le par­ti des médias poli­tique­ment cor­rects, tout est ques­tion de vocab­u­laire. La majeure par­tie des jour­nal­istes ne…

  • Por­traits Edwy Plenel

    PORTRAIT — Trot­skyste un jour, trot­skyste tou­jours ? Jour­nal­iste bril­lant pour les uns, revan­chard mil­i­tant peu soucieux…

  • Actu­al­ité de l’O­jim, Médias Face­book, la cen­sure esti­vale en douce

    Alors que la loi Avia qui va met­tre une pres­sion max­i­male sur Face­book pour cen­sur­er les « dis­cours de haine » (com­prend…

  • Médias Ligue du LOL suite, remise en con­texte

    L’affaire de la Ligue du LOL a été l’occasion pour cer­tains milieux fémin­istes volon­tiers cas­tra­teurs de pra­ti­quer la ch…

  • Médias Nar­cis­sisme médi­a­tique, la porte-parole LR Lau­rence Sail­li­et rejoint Hanouna

    Lau­rence Sail­li­et : qui con­nais­sait ce nom avant que l’intéressée ne passe du poli­tique au médi­a­tique, en-dehors d’un pe…

  • Por­traits Rachid M’Barki

    PORTRAIT — Rachid M’Bar­ki, né en févri­er 1969 à Toulouse, d’origine maghrébine, est un jour­nal­iste français de télévi­sio…

À partir du 20 juillet, l’Observatoire prend des vacances et vous fait profiter jusqu’au 19 août des meilleurs articles publiés pendant les six derniers mois.

New York Post : la Une qui choque

On se souvient tous des couvertures racoleuses du New York Post (NYP) lors de l’affaire DSK (Ex : « The Perv »). Le plus ancien quotidien américain encore publié a refait parler de lui ce mardi en publiant en Une la photo d’un homme tombé sur les voies du métro sur le point de mourir, écrasé par un train.

« Con­damné » titre le jour­nal, dont le pro­prié­taire n’est autre que le groupe News Corp. « Poussé sur la voie, cet homme va mourir », sous-titre-t-il. Agressé puis poussé sur les rails par un clochard d’une trentaine d’années, Ki Suk Han, 58 ans, n’a en effet pas réus­si à remon­ter sur le quai avant l’en­trée du métro en sta­tion et est mort des suites de la col­li­sion. Une telle Une n’a lais­sé per­son­ne indif­férent : les médias doivent-ils tout mon­tr­er ? Le pho­tographe, R. Omar Abbasi, au lieu de pho­togra­phi­er la scène, n’au­rait-il pas pu essay­er d’aider le mal­heureux à remon­ter sur le quai ?

Ce dernier, pigiste au NYP, explique avoir « cou­ru vers le train en action­nant son flash à plusieurs repris­es pour aver­tir le con­duc­teur ». « Je me suis mis à courir, espérant que le con­duc­teur ver­rait mon flash », assure-t-il. Il con­tin­ue : « Je n’avais aucune idée de ce que je pre­nais en pho­tos. Je n’é­tais même pas sûr qu’il enreg­is­trait quelque chose. » R. Omar Abbasi, que ses con­frères pho­tographes pour tabloïds sou­ti­en­nent, dit avoir eu 22 sec­on­des seule­ment entre le moment où l’homme a crié, ce qui a attiré son atten­tion, et le choc mor­tel. « La vic­time était si loin de moi, j’é­tais déjà trop loin pour l’at­tein­dre quand j’ai com­mencé à courir. » Il insiste : « La vérité est que je ne pou­vais pas attein­dre cet homme, si j’avais pu, je l’au­rais fait ».

Crédit pho­to : DR

FN : l’AFP a‑t‑elle minimisé une agression ?

Samedi matin 1er décembre 2012, un militant du Front National a été agressé par des militants d’extrême-gauche. L’occasion d’observer le traitement journalistique de l’affaire, singulièrement de l’Agence France Presse (AFP).

Les faits

Alors qu’il dis­tribuait des tracts sur le marché de Bourg-la-Reine (Hauts de Seine), un mil­i­tant du Front Nation­al a été frap­pé par der­rière, à la matraque ou au poing améri­cain, selon son témoignage. Il a dû se ren­dre à l’hôpital, la plaie ouverte de son crâne néces­si­tant huit points de suture. Dans les com­men­taires de l’article ren­dant compte de cette agres­sion sur le site FdeS­ouche, la vic­time laisse un pre­mier témoignage : « Pen­dant que je tendais un tract, j’ai reçu un coup vio­lent par der­rière avec un objet genre matraque ou poing améri­cain. J’ai eu 8 points de suture à l’arrière du crâne. Les badauds de toutes opin­ions ont été scan­dal­isé, sauf ceux d’extrême gauche, ricanant et déclarant à ma femme que c’était bien fait pour ma gueule et que seul le fait que la police soit présente l’empêchait de lui faire la même chose. » Les pho­tos de la cica­trice et des agresseurs pré­sumés sont égale­ment disponible sur le site.

Plus tard, il racon­tera par télé­phone au jour­nal Le Parisien : « Je suis tombé, je me suis mis en boule, et j’ai essayé de don­ner des coups de pied. Quand je me suis relevé, j’ai cou­ru après mes agresseurs, mais pas longtemps, parce que j’avais la tête en sang. Heureuse­ment, cela s’est passé près d’une phar­ma­cie, où l’on m’a soigné. Et les pom­piers et la police sont arrivés. »

Communiqué de l’AFP vers 17h

Un mil­i­tant du FN bous­culé sur un marché des Hauts-de-Seine

Un mil­i­tant du Front nation­al a été « bous­culé » same­di matin sur un marché de Bourg-la-Reine (Hauts-de-Seine) où il fai­sait cam­pagne avant un scrutin lég­is­latif par­tiel, et un dra­peau du par­ti lui a été volé, a‑t-on appris de source poli­cière.

Le mil­i­tant, qui se plaig­nait de légères douleurs à la tête, a été trans­féré à l’hôpital. Aucune plainte n’avait été déposée same­di après-midi, selon cette source.

Le mil­i­tant a été « agressé par “un groupe de six racailles” qui l’ont « “frap­pé vio­lem­ment” », a pour sa part assuré le FN dans deux com­mu­niqués dis­tincts.

Communiqué de l’AFP mis à jour vers 20h

Agres­sion d’un mil­i­tant FN sur un marché des Hauts-de-Seine

Un mil­i­tant du Front nation­al a reçu des coups same­di matin sur un marché de Bourg-la-Reine (Hauts-de-Seine), où il fai­sait cam­pagne pour une lég­isla­tive par­tielle, a‑t-on appris de source poli­cière et auprès du FN.

Le mil­i­tant, qui se plaig­nait de douleurs à la tête, a été trans­féré à l’hôpital, selon la source poli­cière. Mais selon Julien Dufour, directeur de cam­pagne du can­di­dat FN Michel Geor­get à la lég­isla­tive par­tielle des 9 et 16 décem­bre, le mil­i­tant a été vio­lem­ment frap­pé à l’arrière de la tête, néces­si­tant huit points de suture.

Le mil­i­tant blessé a l’intention de dépos­er plainte dimanche, a assuré le FN. Il a été « agressé par “un groupe de six racailles” qui l’ont “frap­pé vio­lem­ment” », a assuré le par­ti dans deux com­mu­niqués dis­tincts.

Observation sur ces deux dépêches de l’AFP

Dans le pre­mier com­mu­niqué de l’agence, les faits sont min­imisés. Volon­té de dédrama­tis­er l’affaire ? Quoi qu’il en soit, suite aux com­mu­niqués du Front Nation­al et à la paru­tion de pho­tos de l’agression, l’AFP décide de revoir sa copie. La « bous­cu­lade » devient donc une « agres­sion » et les « légères douleurs à la tête » se trans­for­ment en « douleurs à la tête ». L’article reste néan­moins très con­di­tion­nel et nuancé.

Il sem­blerait, au vu des change­ments opérés, que le pre­mier com­mu­niqué, immé­di­ate­ment repris en chœur par les grands médias, ne pou­vait pas tenir longtemps face à l’ampleur des réac­tions à cette agres­sion. L’agence a ain­si décidé de réac­tu­alis­er sa ver­sion… Cepen­dant, les traces de cette mod­i­fi­ca­tion n’ont pas échap­pé à cer­tains sites, comme Le Brévi­aire des Patri­otes.

De quoi s’interroger sur les méth­odes de l’AFP, prin­ci­pale source d’information des médias tra­di­tion­nels…

Crédit pho­to : philippe leroy­er via Flickr (cc)

N. Vallaud-Belkacem : “plus de femmes sur les écrans”

Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement et ministre des droits des femmes, veut plus de femmes sur les écrans, et pas « dans un rôle de victimes ou de témoins ».

« C’est aux pou­voirs publics de dire à France Télévi­sions et à Radio France, dans le cahi­er des charges et les con­ven­tions qui sont signés ensem­ble, qu’il y a un objec­tif d’une meilleure représen­ta­tion des deux sex­es à l’écran », a annon­cé, le 4 décem­bre, la min­istre dans La Mati­nale de Canal+, avant de con­tin­uer : « c’est aux pou­voirs publics de deman­der au CSA, comme nous allons le faire, d’adress­er aux chaînes de télévi­sion des recom­man­da­tions pour qu’il soit lut­té véri­ta­ble­ment con­tre toutes les atteintes à l’im­age des femmes ».

Cepen­dant, la jeune min­istre s’est voulue ras­sur­ante : « on n’est pas dans une logique de le cen­sure ».

Sources : najat-vallaud-belkacem.com / 20 min­utes. Crédit pho­to : Flo­rent Pes­saud via Wiki­me­dia (cc)

Coup de gueule de Renaud Revel

C’est un vrai coup de gueule que pousse, sur son blog, Renaud Revel, spécialiste médias de l’Express, suite à une étonnante rencontre entre des syndicalistes de France 3 et deux conseillers du ministre de la culture Aurélie Filippetti.

Le jour­nal­iste relate en effet que lors de cette réu­nion, on « a par­lé avenir de la chaîne, pro­grammes, place de l’in­for­ma­tion ». Et de con­tin­uer : « court-cir­cui­tant leurs dirigeants, ces syn­di­cal­istes sont donc allés tailler une bavette avec des con­seillers d’Au­rélie Fil­ip­pet­ti auto-pro­mus directeurs des pro­grammes de France 3 », sans que le PDG de France Télévi­sions ne soit ni infor­mé, ni con­sulté.

Pour Renaud Rev­el, « il est inad­mis­si­ble qu’un PDG de chaîne, en 2012, soit traité comme l’on traitait les dirigeants de l’ORTF il y a plus de 40 ans. Il est scan­daleux qu’un cab­i­net min­istériel se sub­stitue à des pro­fes­sion­nels de l’au­dio­vi­suel, tenus à bout de gaffe par une tutelle de plus en plus inter­ven­tion­niste ».

En bref, le jour­nal­iste de l’Ex­press demande à tra­vailler « en toute lib­erté et indépen­dance ».

On ne demande qu’à le croire.

Source : blog de Renaud Rev­el. Crédit pho­to : cap­ture d’écran blogs.lexpress.fr

Erik Izraelewicz et la French American Foundation

Le défunt directeur du Monde était très engagé dans les organisations atlantistes. Il fût un Young Leader comme nous l’apprend un communiqué de la French American Foundation, une fondation qui promeut l’amitié franco américaine en encourageant une meilleure connaissance des États-Unis par de futurs membres des élites politiques, économiques et médiatiques.

La Fon­da­tion (présidée aux États-Unis de 1997 à 2001 par John Negro­ponte avant que celui-ci ne soit nom­mé chef des ser­vices secrets améri­cains par George Bush Jr en 2005) envoie — au tra­vers du pro­gramme Young Lead­ers — des par­tic­i­pants qui vis­i­tent gra­tu­ite­ment les États-Unis et peu­vent ren­con­tr­er des décideurs améri­cains de haut niveau. Le jour­nal­iste fut Young Leader en 1994. Par­mi les par­tic­i­pants les plus con­nus : Arnaud Mon­te­bourg, Lau­rent Jof­frin, Denis Olivennes, Matthieu Pigasse, Najat Val­laud Belka­cem.

La French Amer­i­can Foun­da­tion pré­cise dans un com­mu­niqué « Eric Izraelewicz était resté très engagé dans les activ­ités de la fon­da­tion ».

Eric Izraelewicz était aus­si un mem­bre act­if du groupe de Bilderg­erg fondé en 1954 par David Rock­feller. L’Ojim pré­pare le por­trait de l’ancien jour­nal­iste.

Sources : French Amer­i­can Foun­da­tion ; le livre de Ben­jamin Dor­mann Ils ont acheté la presse, pages 229/250 , Jean Picol­lec, 2012, recen­sé dans notre rubrique « médias, réseaux », voir égale­ment la vidéo de Ben­jamin Dor­mann sur le site. Crédit pho­to : illus­tra­tion par suzyQ pour l’O­jim.

Bye Bye The Daily !

L’examen scrupuleux des comptes en vue de la scission du groupe News Corp en deux entités a déjà fait une victime : The Daily, un journal haut de gamme lancé en février 2011 et publié exclusivement sur tablettes.

L’ini­tia­tive, jugée « auda­cieuse » par Rupert Mur­doch, le mag­nat aus­tralo-améri­cain des médias, n’a pas ren­con­tré le pub­lic espéré (500 000 abon­nés), pla­fon­nant à 100 000 souscrip­teurs env­i­ron.

En juil­let 2012, des rumeurs avaient fait état d’un arrêt du Dai­ly, et en août, la pub­li­ca­tion numérique s’é­tait séparée de 50 salariés sur 170. Le fon­da­teur Jesse Ange­lo avait alors nié tout pro­jet de ces­sa­tion de pub­li­ca­tion… The Dai­ly dis­paraî­tra le 15 décem­bre prochain.

Crédit pho­to : DR

News Corp : des précisions sur la scission

Le groupe News Corp de Rupert Murdoch va être scindé en deux entreprises : News Corp pour la presse et l’édition (The Wall Street Journal, The Time, Harper Collins, Dow Jones…), Fox Group pour l’audiovisuel et le cinéma (Fox, BSkyB, Sky Italia, 20th Century Fox).

Robert Thom­son, l’actuel directeur de la rédac­tion du Wall Street Jour­nal, dirig­era la pre­mière tan­dis qu’à 81 ans, celui que ses détracteurs surnom­mèrent Koala Kong alors qu’il rachetait de nom­breux quo­ti­di­ens aus­traliens, pren­dra la direc­tion de la sec­onde, dont la direc­tion des opéra­tions sera con­fiée à Chase Carey, sec­ondé par James Mur­doch, le fils du fon­da­teur.

Cette opéra­tion inter­vient après le scan­dale des écoutes télé­phoniques au Roy­aume-Uni qui s’est sol­dé, notam­ment, par l’ar­rêt du News of the World après 168 ans d’ex­is­tence et mal­gré 2,8 mil­lions d’ex­em­plaires écoulés chaque semaine. Depuis son annonce en juin dernier, l’ac­tion du groupe, très mal­menée depuis plusieurs mois, a repris 40% par rap­port au début de l’an­née.

Crédit pho­to : DR

Europe 1 a fait sa matinale en direct de Kaboul

Après New-York, où la station avait déplacé sa matinale pour suivre les élections américaines, Europe 1 a réalisé, lundi matin 3 décembre, sa matinale en direct de Kaboul.

Le retrait des troupes français­es d’Afghanistan étant au cen­tre de l’actualité, la sta­tion a donc trans­porté la mati­nale avec son équipe jusque dans la base mil­i­taire de Ware­house à 20 min­utes du cen­tre de Kaboul. Ain­si l’animateur Bruce Tou­s­saint, le directeur de la rédac­tion Fabi­en Namias et Jean-Pierre Elk­a­b­bach en inter­vieweur, ont fait le déplace­ment, accom­pa­g­nés d’une demi-douzaine de tech­ni­ciens, dans la plus grande dis­cré­tion – l’information n’a été pub­liée que le matin même à 5h pour éviter tout risque d’attaque des « rebelles ».

C’est sous l’impulsion de Fabi­en Namias, directeur de la rédac­tion d’Europe 1, que la sta­tion de la rue François Ier s’est lancée cette année dans la cou­ver­ture d’événements sur place.

Crédit pho­to : Georges Biard via Wiki­me­dia (cc)

Canal+ prend position en Pologne

Fin 2011, Canal+ et TVN, la grande chaîne privée polonaise, avaient conclu un accord de partenariat ayant abouti à la création d’une nouvelle société : nc+, plate-forme de télévision par satellite née de la fusion entre Cyfra+ (filiale de Canal+) et le bouquet n de TVN. Cet accord, officialisé à la fin novembre de cette année, vient d’être validé par la Commission Européenne, qui gère la concurrence en Europe.

Canal+, qui appar­tient au groupe Viven­di, détient désor­mais 51% des parts du nou­veau bou­quet payant. TVN (32%) et UPC (17%) se parta­gent les parts restantes. La chaîne cryp­tée vient égale­ment d’acquérir 40% de N‑Vision, société mère de Pol­ish Tele­vi­sion Hold­ing (action­naire majori­taire de TVN à hau­teur de 52,45%), pour la somme de 227 mil­lions d’euros.

Pour Bertrand Méheut, le PDG de Canal, cela représente « une étape impor­tante dans la diver­si­fi­ca­tion et l’expansion » du groupe.

Crédit pho­to : Oneal­tron via Wiki­me­dia (cc)

Alain Frachon nommé directeur par intérim du Monde

Alain Frachon, le directeur éditorial du journal Le Monde, a été nommé directeur des rédactions par intérim suite au décès d’Erik Izraelewicz.

Un nou­veau directeur sera pro­posé avant la fin du mois et sera soumis à l’approbation de la Société des rédac­teurs du grand quo­ti­di­en. Alain Fra­chon, qui est con­nu pour ses ouvrages con­cer­nant les rap­ports Occi­dent – Ori­ent ain­si que l’euro, auquel il est favor­able, a d’ores et déjà déclaré qu’il ne se présen­terait pas. Il avait fait de même en 2004 alors que tout le monde le voy­ait à la suc­ces­sion d’Edwy Plenel.

Crédit pho­to : Drum­aboy via Flickr (cc)

Monétisation des contenus : la presse s’y met

Toujours à la pointe de l’innovation et de la recherche d’un modèle économique viable pour la presse à l’heure d’Internet, le New York Times a ouvert la voie en instaurant son « paywall » (système de monétisation au compteur) en mars 2011 : l’internaute peut consulter gratuitement jusqu’à 20 articles par mois, au-delà de quoi il doit s’abonner et payer. Depuis avril 2012, le NYT a ajusté son tir et ramené le nombre d’articles gratuits à 10.

Un des écueils à éviter sem­ble être en effet de pass­er bru­tale­ment de la gra­tu­ité totale au tout payant, erreur qu’a com­mise le Times de Lon­dres en 2010. Le pub­lic n’a pas suivi.

Suiv­ant l’exemple probant du NYT, partout et de plus en plus, les sites Web des quo­ti­di­ens moné­tisent ain­si leur con­tenu : Los Ange­les Times, Toron­to Star, Die Welt, Cor­riere del­la Sera, La Rep­pub­li­ca… la liste des jour­naux con­cernés est un véri­ta­ble tour du monde occi­den­tal.

La presse économique, dont le con­tenu est plus facile à moné­tis­er que celui de la presse général­iste, a fait office de précurseur en la matière : c’est ain­si que le Finan­cial Times a récem­ment franchi un cap haute­ment sym­bol­ique en devenant le pre­mier quo­ti­di­en dont la ver­sion papi­er est moins dif­fusée que la ver­sion numérique (312 000 abon­nés numériques con­tre 296 326 exem­plaires papi­er ven­dus le mois dernier).

En France, Les Échos ont inau­guré le mois dernier un nou­veau site Inter­net avec un sys­tème de monéti­sa­tion au comp­teur. Mais c’est bien toute la presse française qui prend le pli avec retard, comme en témoignent les dernières annonces de Libéra­tion (voir brève récente) et la refonte du site du Figaro, prévue en févri­er prochain et qui don­nera plus de place au payant et à la vidéo.

Les expéri­men­ta­tions en matière de pay­wall sont nom­breuses. Le groupe slo­vaque Piano Media a mis en place un pay­wall nation­al per­me­t­tant d’accéder indif­férem­ment aux con­tenus de jour­naux con­cur­rents pour un prix for­faitaire glob­al. Autre idée : le Tele­graph bri­tan­nique vient de lancer un pay­wall unique­ment des­tiné aux inter­nautes en dehors du Roy­aume-Uni.

Pour lire gra­tu­ite­ment sur le Web un con­tenu de qual­ité, il ne restera bien­tôt plus que le Guardian et le Wash­ing­ton Post. Mais est-ce un hasard si ce sont pré­cisé­ment ces jour­naux qui réduisent aujourd’hui les effec­tifs de leur rédac­tion ?

Page 354 sur 370

Qui a dit…

« Franche­ment, les poli­tiques c’est pas ma came. Je n’y prends aucun plaisir. Des émis­sions où je fais des poli­tiques, je n’en sors pas nour­rie. J’ai même l’impression d’en ressor­tir appau­vrie. Les ques­tions qu’on leur pose, ils n’y répon­dent jamais. Ils n’ont pas un dis­cours vrai, c’est ce qui leur porte préju­dice aujourd’hui. »

Pour le découvrir, cliquez ici