Accueil | Actualités | Médias | Le Collectif des Usagers des médias du Service Public saisit le CSA
Pub­lié le 12 décembre 2016 | Éti­quettes : , , ,

Le Collectif des Usagers des médias du Service Public saisit le CSA

Récemment sur notre site, Henri Charpentier dénonçait les partis pris, les mensonges, la grasse connivence de la matinale de Patrick Cohen sur France Inter. Le journal Causeur a consacré dans son numéro de novembre 2016 vingt pages à la radio d’État dont le conformisme ne cesse d’étonner. Le Collectif des Usagers des médias du Service Public de l’Audiovisuel vient de saisir le CSA pour l’humour bien particulier de la radio « publique ».

Les « humoristes » sont nombreux sur la radio depuis Sophia Aram jusqu’à la populaire belge Charline Vanhoecker en passant par François Meurice et Pablo Mira. Ce dernier est avec Sébastien Liébus le fondateur du Gorafi (anagramme du Figaro) un site parodique d’informations fondé en 2012 sur le modèle de The Onion britannique.

Mora sévit régulièrement sur France Inter dans le ton aimablement sectaire et corrosif cher à sa direction. Le 10 novembre 2016 Mora dédiait une chronique pseudo décalée à l’élection de Trump. Au milieu de « finesses » (la comparaison classique avec Hitler et Mussolini, France Inter adore le point Godwin) Mora se laisse aller « Trump c’est le candidat qui redonne aux américains l’espoir, l’espoir qu’il soit assassiné avant son investiture ». Bigre ! Imaginons qu’un comique américain sur Fox News ait suggéré l’élimination du malheureux François Hollande en 2012, que n’aurions nous entendu sur France Inter sur l’extrême indécence de ce média conservateur américain !

C’est dans ce contexte que Maître Goldnadel vient de saisir le CSA pour sanctionner ce dévoiement. La saisine a été effectuée le 21 novembre au nom du CUSPA le Collectif des Usagers des médias du Service Public de l’Audiovisuel. Tous renseignements sur ce Collectif peuvent être obtenus en écrivant à contact@collectif-uspa.fr. Au 12 décembre 2016 le CSA n’avait pas réagi.

Voir aussi : Patrick Cohen, contre la liberté de penser

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

34% récolté
Nous avons récolté 682€ sur 2.000€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Téléchargez l’application

L'Ojim sur iTunes Store