Accueil | Actualités | Médias | Meurtre de Maria par un clandestin : le lourd silence de la TV allemande
Pub­lié le 9 décembre 2016 | Éti­quettes :

Meurtre de Maria par un clandestin : le lourd silence de la TV allemande

Que vous soyez Français ou Allemand, si vous n'avez pas dans vos favoris des médias de type « alternatifs », il est fort probable que vous n'ayez pas entendu parler de ce sinistre fait-divers. En effet, le viol et le meurtre d'une étudiante allemande par un « réfugié » afghan a été traité très discrètement par les médias français. Quant à la télévision allemande, elle a tout simplement décidé de ne pas en parler.

Le 16 octobre dernier, alors qu'elle revenait à vélo d'une soirée, Maria, étudiante en médecine de 19 ans et bénévole dans un centre pour migrants, a été violée et tuée par un migrant afghan de 17 ans. Aussitôt, l'indignation a gagné les réseaux sociaux. Malgré la gravité de la situation et son caractère particulier (Maria était non seulement bénévole dans un centre de migrants mais elle était aussi la fille d'un haut fonctionnaire de l'UE, Clemens Ladenburger), la chaîne de télévision allemande ARD a décidé de ne pas traiter l'affaire.

Une décision qui a suscité de vives réactions sur internet et dans certains médias. Au gouvernement même, on critique cette volonté de dissimulation, non pour ce qu'elle a de reprochable en soit, mais... parce qu'elle donne une « mauvaise impression ». « Je considère que la décision prise par le Tagesschau est mauvaise, parce que de toute évidence elle crée l’impression que l’assassinat a été tu car le suspect est un mineur entré dans le pays sans accompagnement, et requérant l’asile politique. Cela crée une impression désagréable », a ainsi déclaré le président de la commission de l’Intérieur du Bundestag, Ansgar Heveling.

Pour se justifier, la chaîne a expliqué que « le Tagesschau ne parle que rarement des faits divers ». Et d'ajouter que « le Tagesschau rapporte des événement sociaux nationaux et internationaux importants. L’affaire de l’assassinat n’en fait pas partie (…). Nous ne voulons pas et nous ne pouvons pas parler de chacun des trois cent meurtres qui ont lieu chaque année ». Aussi, on précise que l'origine de l'assassin n'a rien à voir avec cette décision. Pour le Spiegel Online, « même si la décision de ne rien annoncer (sur l’assassinat, ndlr) était basée sur l’éthique journalistique et la politique de la rédaction, elle constitue au moins, de par son influence, une décision politiquement motivée ».

Finalement, ARD a mentionné ce « fait-divers » dans son journal télévisé en profitant des récentes déclarations d'Angela Merkel, qui a mis en garde contre l’hostilité envers les réfugiés. Ainsi, la chaîne a bien traité l'information mais pour l'accompagner aussitôt d'un sermon : « Il ne faut pas rejeter tout un groupe de personnes et on ne doit pas juger un groupe selon une personne. »

En France également, rares sont les médias et les journaux a avoir rapporté l'information. Et comme à l'occasion des viols de masse de Cologne, le délai de traitement aura été bien long. Comme souvent, il aura fallu compter sur la « réinfosphère » pour être au fait des conséquences entourant la crise migratoire, car dans les médias traditionnels, la volonté de ne pas « stigmatiser » semble l'emporter sur celle d'informer.

Voir aussi : [Dossier] Cologne : chronique d’un mensonge rattrapé par le réel

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Share This