Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Meurtre de Maria par un clandestin : le lourd silence de la TV allemande

9 décembre 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Meurtre de Maria par un clandestin : le lourd silence de la TV allemande

Meurtre de Maria par un clandestin : le lourd silence de la TV allemande

Que vous soyez Français ou Allemand, si vous n’avez pas dans vos favoris des médias de type « alternatifs », il est fort probable que vous n’ayez pas entendu parler de ce sinistre fait-divers. En effet, le viol et le meurtre d’une étudiante allemande par un « réfugié » afghan a été traité très discrètement par les médias français. Quant à la télévision allemande, elle a tout simplement décidé de ne pas en parler.

Le 16 octo­bre dernier, alors qu’elle reve­nait à vélo d’une soirée, Maria, étu­di­ante en médecine de 19 ans et bénév­ole dans un cen­tre pour migrants, a été vio­lée et tuée par un migrant afghan de 17 ans. Aus­sitôt, l’indig­na­tion a gag­né les réseaux soci­aux. Mal­gré la grav­ité de la sit­u­a­tion et son car­ac­tère par­ti­c­uli­er (Maria était non seule­ment bénév­ole dans un cen­tre de migrants mais elle était aus­si la fille d’un haut fonc­tion­naire de l’UE, Clemens Laden­burg­er), la chaîne de télévi­sion alle­mande ARD a décidé de ne pas traiter l’af­faire.

Une déci­sion qui a sus­cité de vives réac­tions sur inter­net et dans cer­tains médias. Au gou­verne­ment même, on cri­tique cette volon­té de dis­sim­u­la­tion, non pour ce qu’elle a de reprochable en soit, mais… parce qu’elle donne une « mau­vaise impres­sion ». « Je con­sid­ère que la déci­sion prise par le Tagess­chau est mau­vaise, parce que de toute évi­dence elle crée l’impression que l’assassinat a été tu car le sus­pect est un mineur entré dans le pays sans accom­pa­g­ne­ment, et requérant l’asile poli­tique. Cela crée une impres­sion désagréable », a ain­si déclaré le prési­dent de la com­mis­sion de l’Intérieur du Bun­destag, Ans­gar Hevel­ing.

Pour se jus­ti­fi­er, la chaîne a expliqué que « le Tagess­chau ne par­le que rarement des faits divers ». Et d’a­jouter que « le Tagess­chau rap­porte des événe­ment soci­aux nationaux et inter­na­tionaux impor­tants. L’affaire de l’assassinat n’en fait pas par­tie (…). Nous ne voulons pas et nous ne pou­vons pas par­ler de cha­cun des trois cent meurtres qui ont lieu chaque année ». Aus­si, on pré­cise que l’o­rig­ine de l’as­sas­sin n’a rien à voir avec cette déci­sion. Pour le Spiegel Online, « même si la déci­sion de ne rien annon­cer (sur l’assassinat, ndlr) était basée sur l’éthique jour­nal­is­tique et la poli­tique de la rédac­tion, elle con­stitue au moins, de par son influ­ence, une déci­sion poli­tique­ment motivée ».

Finale­ment, ARD a men­tion­né ce « fait-divers » dans son jour­nal télévisé en prof­i­tant des récentes déc­la­ra­tions d’An­gela Merkel, qui a mis en garde con­tre l’hostilité envers les réfugiés. Ain­si, la chaîne a bien traité l’in­for­ma­tion mais pour l’ac­com­pa­g­n­er aus­sitôt d’un ser­mon : « Il ne faut pas rejeter tout un groupe de per­son­nes et on ne doit pas juger un groupe selon une per­son­ne. »

En France égale­ment, rares sont les médias et les jour­naux a avoir rap­porté l’in­for­ma­tion. Et comme à l’oc­ca­sion des vio­ls de masse de Cologne, le délai de traite­ment aura été bien long. Comme sou­vent, il aura fal­lu compter sur la « réin­fos­phère » pour être au fait des con­séquences entourant la crise migra­toire, car dans les médias tra­di­tion­nels, la volon­té de ne pas « stig­ma­tis­er » sem­ble l’emporter sur celle d’in­former.

Voir aussi : [Dossier] Cologne : chronique d’un mensonge rattrapé par le réel

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision