Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Marianne en vente : qui pourrait racheter ?

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

4 mai 2024

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Marianne en vente : qui pourrait racheter ?

Marianne en vente : qui pourrait racheter ?

Temps de lecture : 3 minutes

La cause est entendue, Daniel Křetínský souhaite se débarrasser de Marianne, de ses pertes annuelles (entre 3 et 5M€ en fonction des informations disponibles) et surtout de son ton trop populiste et hostile à Emmanuel Macron. Qui pourrait racheter ?

Les héritiers d’Iskandar Safa intéressés

Iskan­dar Safa est décédé fin jan­vi­er 2024 ; indus­triel, pro­prié­taire à la fois des Con­struc­tions navales de Nor­mandie (CNM) et du groupe Val­monde dont le navire ami­ral est l’hebdomadaire Valeurs actuelles. Il s’était séparé du rédac­teur en chef Geof­froy Leje­une en juin 2023 à la fois pour des ques­tions de per­son­nes et pour être défa­vor­able à une ligne con­sid­érée comme pro Zem­mour. Geof­froy Leje­une et une par­tie de la rédac­tion étaient par­tis ensuite au JDD racheté par Bolloré.

Racheter Marianne et conserver Valeurs ?

À la mort d’Iskandar Safa, l’OJIM s’interrogeait sur l’avenir de Valeurs actuelles. Les héri­tiers voudront ils con­serv­er cet instru­ment d’influence ou souhaiteront ils se con­cen­tr­er sur les chantiers navals ? L’intérêt de la famille Safa pour Mar­i­anne est para­dox­al. Pourquoi racheter un jour­nal pop­uliste de gauche hos­tile à Emmanuel Macron ? Pour en mod­i­fi­er la ligne en évinçant Nat­acha Polony ? Avec un risque sérieux de perte de lec­torat. Si c’est pour en con­serv­er la ligne tout en gar­dant Valeurs actuelles, ils se retrou­veront alors avec deux heb­do­madaires défici­taires et tous deux hos­tiles à Emmanuel Macron. Plus prob­a­ble­ment, un rachat de Mar­i­anne se sol­derait par la vente de Valeurs actuelles.

Pierre-Édouard Stérin sur la ligne de départ

Pierre-Édouard Stérin est incon­nu du grand pub­lic, même si Le Monde lui a con­sacré un long dossier récem­ment. Ayant fait for­tune avec la Smart­box et l’application La Fourchette (entre autres), ce ser­i­al entre­pre­neur catholique a décidé de con­sacr­er une par­tie de sa for­tune à des entre­pris­es en faveur du bien com­mun. La ligne sou­verain­iste anti-Macron de Mar­i­anne pour­rait le séduire, ses ori­en­ta­tions laïques net­te­ment moins. Selon La Let­tre, Arnaud Mon­te­bourg – qui avait essayé de racheter le titre en 2017 — pour­rait soutenir Stérin dans son pro­jet, lui appor­tant une cau­tion à la fois sou­verain­iste et de gauche com­pat­i­ble avec son ori­en­ta­tion actuelle.

Politique fiction

Faisons un peu de poli­tique fic­tion des médias. La famille Safa reprend Mar­i­anne en adoucis­sant un peu son hos­til­ité à Macron tout en gar­dant une ligne sou­verain­iste. Dans le même temps les Safa reven­dent Valeurs actuelles à Pierre-Edouard Sterin qui trou­ve un titre plus à droite, peu laï­card et plus proche de ses con­vic­tions. Sim­ple hypothèse dont il est impos­si­ble d’évaluer les chances de réal­i­sa­tion. Dans tous les cas il fau­dra des poches pro­fondes pour assur­er l’avenir de chaque hebdomadaire.

Voir aus­si : Mar­i­anne, infographie