Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Bernard de La Villardière s’en prend à l’« idéologie bobo de merde » de la presse

28 novembre 2016

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Bernard de La Villardière s’en prend à l’« idéologie bobo de merde » de la presse

Bernard de La Villardière s’en prend à l’« idéologie bobo de merde » de la presse

Il avait déjà fait parler de lui lors de son altercation avec des jeunes racaïlles à Sevran pendant le tournage de « Dossier Tabou ». Taclé par la presse qui pense « bien », Bernard de La Villardière a désormais les yeux bien ouverts sur le décalage qui existe entre le traitement médiatique et la réalité du terrain.

La semaine dernière, il don­nait un entre­tien au mag­a­zine Soci­ety, qui lui con­sacre un por­tait de 6 pages. Lorsque le présen­ta­teur de M6 arrive dans les locaux du mag­a­zine et salue Marc Beaugé, le jour­nal­iste chargé de l’in­ter­roger et de lui tir­er le por­trait, il lance, ironique : « Alors, com­ment va la presse ? C’est dif­fi­cile pour vous en ce moment, hein… » Et de pour­suiv­re : « En même temps, quand on regarde le con­tenu… »

Pour lui, par exem­ple, L’Ex­press « est devenu un jour­nal bobo con, avec cette idéolo­gie bobo de merde que je déteste de plus en plus ». Et s’il con­state que chez Soci­ety, « vous êtes bobo vous aus­si », il con­fie ne plus pou­voir sup­port­er cette idéolo­gie. « Bobo, c’est l’idéolo­gie mul­ti­cul­tur­al­iste à la con. C’é­tait sym­pa dans les années 70. Mais là, c’est juste con », con­clut l’an­i­ma­teur.

À l’époque de la dif­fu­sion du pre­mier numéro de « Dossier Tabou » sur M6, con­sacré aux prob­lèmes de l’is­lam, Bernard de La Vil­lardière s’é­tait vu reprocher son angle « par­tial » et « sen­sa­tion­nal­iste » par une bonne par­tie de la presse. Un traite­ment médi­a­tique qu’il avait déjà con­nu du temps d’« Enquête exclu­sive », où on le présen­tait comme « obsédé par la drogue et les putes ». Aujour­d’hui, le présen­ta­teur sem­ble bien décidé à ne plus rien laiss­er pass­er.

Voir aussi : Bernard de La Villardière, portrait

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.