Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Bernard de La Villardière s’en prend à l’« idéologie bobo de merde » de la presse

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

28 novembre 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Bernard de La Villardière s’en prend à l’« idéologie bobo de merde » de la presse

Bernard de La Villardière s’en prend à l’« idéologie bobo de merde » de la presse

Temps de lecture : 2 minutes

Il avait déjà fait parler de lui lors de son altercation avec des jeunes racaïlles à Sevran pendant le tournage de « Dossier Tabou ». Taclé par la presse qui pense « bien », Bernard de La Villardière a désormais les yeux bien ouverts sur le décalage qui existe entre le traitement médiatique et la réalité du terrain.

La semaine dernière, il don­nait un entre­tien au mag­a­zine Soci­ety, qui lui con­sacre un por­tait de 6 pages. Lorsque le présen­ta­teur de M6 arrive dans les locaux du mag­a­zine et salue Marc Beaugé, le jour­nal­iste chargé de l’in­ter­roger et de lui tir­er le por­trait, il lance, ironique : « Alors, com­ment va la presse ? C’est dif­fi­cile pour vous en ce moment, hein… » Et de pour­suiv­re : « En même temps, quand on regarde le contenu… »

Pour lui, par exem­ple, L’Ex­press « est devenu un jour­nal bobo con, avec cette idéolo­gie bobo de merde que je déteste de plus en plus ». Et s’il con­state que chez Soci­ety, « vous êtes bobo vous aus­si », il con­fie ne plus pou­voir sup­port­er cette idéolo­gie. « Bobo, c’est l’idéolo­gie mul­ti­cul­tur­al­iste à la con. C’é­tait sym­pa dans les années 70. Mais là, c’est juste con », con­clut l’animateur.

À l’époque de la dif­fu­sion du pre­mier numéro de « Dossier Tabou » sur M6, con­sacré aux prob­lèmes de l’is­lam, Bernard de La Vil­lardière s’é­tait vu reprocher son angle « par­tial » et « sen­sa­tion­nal­iste » par une bonne par­tie de la presse. Un traite­ment médi­a­tique qu’il avait déjà con­nu du temps d’« Enquête exclu­sive », où on le présen­tait comme « obsédé par la drogue et les putes ». Aujour­d’hui, le présen­ta­teur sem­ble bien décidé à ne plus rien laiss­er passer.

Voir aussi : Bernard de La Villardière, portrait