Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Médiacritiques n° 33 : Où va le journalisme ?

15 décembre 2019

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Médiacritiques n° 33 : Où va le journalisme ?

Médiacritiques n° 33 : Où va le journalisme ?

Acrimed, comme Action-Critique-Médias, est déjà un grand adulescent, pas loin de 25 ans en 2019. L’association – influencée par l’extrême gauche – publie un bulletin trimestriel Médiacritiques qui mérite lecture, même si certains articles sont (bien involontairement) hilarants de parti-pris. Visite guidée rapide du numéro 33, oct/déc 2019.

Les GAFA font main basse sur l’information

Comme sur l’Ojim les arti­cles ne sont pas signés (sauf excep­tion) et enga­gent le directeur de pub­li­ca­tion. Un bon dossier inti­t­ulé « Google &Cie, Main basse sur l’information », reprend les analy­ses de Nikos Smyr­naios et Franck Rebil­lard dans leurs dif­férents ouvrages. A rap­procher de l’intervention sur le même sujet de Claude Chol­let à Prague en novem­bre 2019 que vous trou­verez ici.

Macron contre le journalisme

Ce dossier nour­ri (plus de sept pages) com­porte du bon et du moins bon. A tra­vers l’intéressante évo­lu­tion chronologique des rap­ports entre les médias et le nou­veau prési­dent se rejoue par­tielle­ment la pièce de théâtre définie par l’adage bien con­nu : « Léch­er, lâch­er, lynch­er ». Léch­er telle­ment au début que le prési­dent a pu être surnom­mé « l’élu des médias », lâch­er (pas tous) pro­gres­sive­ment ensuite un prési­dent qui méprise ouverte­ment les jour­nal­istes alors que le prési­dent précé­dent les adu­lait, lynch­er (un peu, mais cela pour­rait s’amplifier) devant un nou­v­el autori­tarisme. Les vio­lences poli­cières (bien réelles) con­tre les jour­nal­istes sont détail­lées mais la pré­ten­due lutte con­tre les « fake news » ne prend pas en compte l’attitude vic­ti­maire des médias dom­i­nants. Les infox, qui ne sont que les vieux bobards revis­ités, sont aus­si une expli­ca­tion per­me­t­tant aux médias de grand chemin de s’exonérer des « acci­dents de par­cours mal­heureux » tels le Brex­it, l’élection de Trump, la mon­tée de Salvi­ni en Ital­ie etc et de deman­der du « con­trôle » pour que de tels « acci­dents » ne se repro­duisent pas.

L’analyse des dif­férentes mesures lib­er­ti­cides n’est pas inin­téres­sante mais hélas très incom­plète. Rien sur la loi Avia pour­tant votée par l’Assemblée Nationale et dont nous avons plusieurs fois analysé les méfaits futurs ici et au tra­vers d’une ren­con­tre avec Laeti­tia Avia.

Des experts et du mercato

Les experts sont bien sou­vent auto-proclamés comme nous vous le disions dans un arti­cle sur Gérard Noiriel. Un arti­cle d’Acrimed sur les « experts » en jour­nal­isme défend Gas­pard Glanz qui est plus un agi­ta­teur vio­lent expul­sant à coup de casque les con­cur­rents non con­formes qu’un reporter images. Il en de même pour Taha Bouhafs, pseu­do jour­nal­iste et vrai antifa dont nous vous avons par­lé récem­ment.

Soyons char­i­ta­bles et pas­sons sous silence un entre­tien con­venu et cor­po­ratiste avec Lionel Thomp­son jour­nal­iste à France Inter et représen­tant du Syn­di­cat des Jour­nal­istes SNJ-CGT.

Pas un mot sur l’absence de plu­ral­isme sur sa radio et des défens­es arc-boutées sur les avan­tages acquis de Radio France où cer­tains jour­nal­istes béné­fi­cient par­fois de …68 jours de vacances par an (RTT inclus). La défense des vacances est une noble cause mais cache par­fois des intérêts à car­ac­tère étroite­ment par­ti­c­uli­er.

Pour le sourire nous appren­drons que Bruno Roger-Petit, ex porte-parole de l’Élysée, est main­tenant « pré­posé aux hochets » et chargé de pro­pos­er Légions d’Honneur et Ordres du Mérite. Pour la sur­prise, nous saurons qu’Acrimed a été audi­tion­né par la com­mis­sion Hoog dans le cadre de son rap­port sur la créa­tion d’un Con­seil de déon­tolo­gie. L’Observatoire du jour­nal­isme n’a pas été con­tac­té, le lecteur de l’Ojim se deman­dera pourquoi, ou plutôt ne se le deman­dera pas longtemps.

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : première audience le 7 octobre 2020

L’Observatoire du journalisme (OJIM), créé en 2012 par Claude Chollet et quelques amis, rentre dans sa neuvième année d’existence. En 230 portraits publiés, 30 infographies et plus de 4500 articles nous n’avions eu — jusqu’à présent — aucune plainte en justice. À la suite d’un article de 2018 où nous parlions du groupe Lagardère et de manière incidente sur deux lignes du porte-parole du groupe, Monsieur Ramzi Khiroun, ce dernier a porté plainte pour « injures publiques ». La première audience est fixée au 7 octobre 2020 à 13h30. Lire la suite

 

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.