L'Observatoire du journalisme est en régime d'été jusqu'au 22 août : au programme, les rediffusions de nos meilleures publications du premier semestre 2022.
Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Médiacritiques n° 33 : Où va le journalisme ?

15 décembre 2019

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Médiacritiques n° 33 : Où va le journalisme ?

Médiacritiques n° 33 : Où va le journalisme ?

15 décembre 2019

Temps de lecture : 2 minutes

Acrimed, comme Action-Critique-Médias, est déjà un grand adulescent, pas loin de 25 ans en 2019. L’association – influencée par l’extrême gauche – publie un bulletin trimestriel Médiacritiques qui mérite lecture, même si certains articles sont (bien involontairement) hilarants de parti-pris. Visite guidée rapide du numéro 33, oct/déc 2019.

Les GAFA font main basse sur l’information

Comme sur l’Ojim les arti­cles ne sont pas signés (sauf excep­tion) et enga­gent le directeur de pub­li­ca­tion. Un bon dossier inti­t­ulé « Google &Cie, Main basse sur l’information », reprend les analy­ses de Nikos Smyr­naios et Franck Rebil­lard dans leurs dif­férents ouvrages. A rap­procher de l’intervention sur le même sujet de Claude Chol­let à Prague en novem­bre 2019 que vous trou­verez ici.

Macron contre le journalisme

Ce dossier nour­ri (plus de sept pages) com­porte du bon et du moins bon. A tra­vers l’intéressante évo­lu­tion chronologique des rap­ports entre les médias et le nou­veau prési­dent se rejoue par­tielle­ment la pièce de théâtre définie par l’adage bien con­nu : « Léch­er, lâch­er, lynch­er ». Léch­er telle­ment au début que le prési­dent a pu être surnom­mé « l’élu des médias », lâch­er (pas tous) pro­gres­sive­ment ensuite un prési­dent qui méprise ouverte­ment les jour­nal­istes alors que le prési­dent précé­dent les adu­lait, lynch­er (un peu, mais cela pour­rait s’amplifier) devant un nou­v­el autori­tarisme. Les vio­lences poli­cières (bien réelles) con­tre les jour­nal­istes sont détail­lées mais la pré­ten­due lutte con­tre les « fake news » ne prend pas en compte l’attitude vic­ti­maire des médias dom­i­nants. Les infox, qui ne sont que les vieux bobards revis­ités, sont aus­si une expli­ca­tion per­me­t­tant aux médias de grand chemin de s’exonérer des « acci­dents de par­cours mal­heureux » tels le Brex­it, l’élection de Trump, la mon­tée de Salvi­ni en Ital­ie etc et de deman­der du « con­trôle » pour que de tels « acci­dents » ne se repro­duisent pas.

L’analyse des dif­férentes mesures lib­er­ti­cides n’est pas inin­téres­sante mais hélas très incom­plète. Rien sur la loi Avia pour­tant votée par l’Assemblée Nationale et dont nous avons plusieurs fois analysé les méfaits futurs ici et au tra­vers d’une ren­con­tre avec Laeti­tia Avia.

Des experts et du mercato

Les experts sont bien sou­vent auto-proclamés comme nous vous le disions dans un arti­cle sur Gérard Noiriel. Un arti­cle d’Acrimed sur les « experts » en jour­nal­isme défend Gas­pard Glanz qui est plus un agi­ta­teur vio­lent expul­sant à coup de casque les con­cur­rents non con­formes qu’un reporter images. Il en de même pour Taha Bouhafs, pseu­do jour­nal­iste et vrai antifa dont nous vous avons par­lé récemment.

Soyons char­i­ta­bles et pas­sons sous silence un entre­tien con­venu et cor­po­ratiste avec Lionel Thomp­son jour­nal­iste à France Inter et représen­tant du Syn­di­cat des Jour­nal­istes SNJ-CGT.

Pas un mot sur l’absence de plu­ral­isme sur sa radio et des défens­es arc-boutées sur les avan­tages acquis de Radio France où cer­tains jour­nal­istes béné­fi­cient par­fois de …68 jours de vacances par an (RTT inclus). La défense des vacances est une noble cause mais cache par­fois des intérêts à car­ac­tère étroite­ment particulier.

Pour le sourire nous appren­drons que Bruno Roger-Petit, ex porte-parole de l’Élysée, est main­tenant « pré­posé aux hochets » et chargé de pro­pos­er Légions d’Honneur et Ordres du Mérite. Pour la sur­prise, nous saurons qu’Acrimed a été audi­tion­né par la com­mis­sion Hoog dans le cadre de son rap­port sur la créa­tion d’un Con­seil de déon­tolo­gie. L’Observatoire du jour­nal­isme n’a pas été con­tac­té, le lecteur de l’Ojim se deman­dera pourquoi, ou plutôt ne se le deman­dera pas longtemps.

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés