L'Observatoire du journalisme est en régime d'été jusqu'au 22 août : au programme, les rediffusions de nos meilleures publications du premier semestre 2022.
Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Les grands annonceurs publicitaires en faveur de plus de censure

10 juillet 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Les grands annonceurs publicitaires en faveur de plus de censure

Les grands annonceurs publicitaires en faveur de plus de censure

10 juillet 2020

Temps de lecture : 2 minutes

Qui a dit que le capitalisme classique était un rempart pour protéger la liberté d’expression ? Un libéral conservateur ? (un oxymore, mais nous n’allons pas ouvrir le débat). Auquel cas il serait cruellement déçu devant l’appel de grandes entreprises américaines (ou des filiales aux États-Unis de groupes européens) qui réclament plus de censure à Facebook contre la tarte à la crème des « discours de haine ».

Stop the Hate ?

Les Européens savent, générale­ment à leurs dépens, qu’un mou­ve­ment né out­re-Atlan­tique se propage en Europe, quelques semaines, mois ou années plus tard. Nous y sommes avec le Black Lives Mat­ter (les vies noires comptent, sous-enten­du les autres valent peut-être quelque chose mais moins) qui envahit la France et nous vaut les soubre­sauts du gang Tra­ore and co.

Prenez un cou­ple bri­tan­nique ex-princi­er, Har­ry et Meghan, le col­lec­tif Sleep­ing Giants (voir notre vidéo), et quelques asso­ci­a­tions dites antiracistes et antifas améri­caines. Sec­ouez, lais­sez infuser et vous obtenez #StopHate­For­Prof­it, un machin qui veut « com­bat­tre les dis­cours haineux ». Avec l’aide de qui ? Des grandes entre­pris­es comme Star­bucks, Adi­das, Coca Cola, Pep­si Cola et autres Volk­swa­gen ou Unilever. Au nom du « brand safe­ty », ils veu­lent que leurs pub­lic­ités ne soient pas « pol­luées » par la prox­im­ité d’un dis­cours poli­tique­ment incor­rect. Ils récla­ment donc que Face­book inter­vi­enne plus efficacement.

Que deman­dent-ils à Face­book ? Plus de cen­sure con­tre la « haine ». La haine com­mence tôt, très tôt. Tout dis­cours qui dirait, par exem­ple, que les blancs peu­vent eux aus­si être pro­tégés, peut être assim­ilé à un début de haine. Le mou­ve­ment des annon­ceurs prend mal en France mal­gré les efforts de la DILCRAH (délé­ga­tion inter­min­istérielle à la lutte con­tre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti LGBT+) mais il y a de nom­breux signes annon­ci­a­teurs de gros temps. Comme si la cen­surée loi Avia était mal­gré tout entrée en appli­ca­tion.

YouTube aussi

YouTube c’est Google qui vient de sup­primer la chaîne de Dieudon­né et dans la foulée celle d’Égalité et Réc­on­cil­i­a­tion d’Alain Soral et ses 185.000 abonnés :

ERTV censuré sur YouTube

Ceux qui se réjouiraient de ces sup­pres­sions auraient tort. La lib­erté d’expression ne se laisse pas couper en tranch­es. Ceux qui rêvent de couper le bout « extrême » ne se ren­dent pas compte qu’après un autre bout devient « extrême » qu’il faut couper à son tour et ain­si de suite jusqu’à dis­pari­tion com­plète. Comme le sig­nale Elis­a­beth Lévy dans un édi­to­r­i­al de Causeur du 8 juil­let 2020 :

« Sous pré­texte de nous pro­téger les plate­formes finiront par pro­hiber toute parole singulière ».

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés