Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
La Fédération européenne des journalistes demande à l’UE de faire… ce qu’elle reproche à la Hongrie

23 juin 2020

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | La Fédération européenne des journalistes demande à l’UE de faire… ce qu’elle reproche à la Hongrie

La Fédération européenne des journalistes demande à l’UE de faire… ce qu’elle reproche à la Hongrie

La FEJ demande des mesures plus fortes pour contrer la désinformation sur Internet, y compris « un régime de sanctions » contre les signataires du Code des bonnes pratiques contre la désinformation, c’est-à-dire Facebook, Google, Twitter, Mozilla, Microsoft ainsi que toute une liste d’annonceurs et agences publicitaires.

Algorithmes politiques

Ce Code de bonnes pra­tiques est un doc­u­ment adop­té sous l’égide de la Com­mis­sion européenne en octo­bre 2018. Il s’agit d’un mécan­isme d’auto-régulation des­tiné à lut­ter con­tre les fauss­es nou­velles et la dés­in­for­ma­tion cir­cu­lant sur les réseaux soci­aux, y com­pris en for­mant des équipes chargées de sig­naler ce qu’elles esti­ment être de fauss­es infor­ma­tions et par les mécan­ismes bien con­nus des médias soci­aux et des moteurs de recherche : les fameux algo­rithmes qui per­me­t­tent de met­tre en valeur les infor­ma­tions jugées cor­rectes et de source fiable tan­dis que l’on rend invis­i­bles celles qui sont jugées comme étant poten­tielle­ment men­songères ou provenant de sources jugées non fiables. Le prob­lème, c’est générale­ment la con­fig­u­ra­tion de ces algo­rithmes et aus­si le choix des experts chargés de sig­naler les « fauss­es nou­velles », comme lorsque Face­book a lancé avec huit médias français une opéra­tion de sur­veil­lance des infor­ma­tions fig­u­rant sur le réseau. Autre mécan­isme bien con­nu des médias alter­nat­ifs de droite qui se plaig­nent de la cen­sure dont ils sont vic­times de la part des médias soci­aux améri­cains : la pri­va­tion de revenus pub­lic­i­taires. On trou­ve ces buts claire­ment exposés dans la déc­la­ra­tion de sep­tem­bre 2018 de la com­mis­saire européenne chargée de l’économie et de la société numériques.

La FEJ veut aller plus loin

Au Par­lement européen, avant les élec­tions de 2019 où l’on craig­nait une poussée des « pop­ulistes » de droite, l’impact poli­tique de ce Code des bonnes pra­tiques con­tre la dés­in­for­ma­tion en ligne a été appré­cié à sa juste valeur. Néan­moins, pour la Fédéra­tion européenne des jour­nal­istes, qui réu­nit les prin­ci­pales asso­ci­a­tions de jour­nal­istes des pays de l’UE, comme pour l’Association des télévi­sions com­mer­ciales européennes et le Con­seil européen des édi­teurs, ce mécan­isme d’auto-régulation ne suf­fit pas. Il faut un régime de sanc­tions suff­isam­ment dures pour con­train­dre les plate­formes à lut­ter effi­cace­ment con­tre les fauss­es nou­velles et autres types de dés­in­for­ma­tion qui, on le sait d’expérience, cou­vrent aus­si mal­heureuse­ment les infor­ma­tions avérées mais qui ne vont pas dans le sens voulu par les censeurs. C’est ain­si que, en France, Face­book bloque ou cen­sure régulière­ment les comptes de médias de droite tout ce qu’il y a de plus pro­fes­sion­nels et sérieux : l’hebdomadaire Valeurs Actuelles, le quo­ti­di­en Présent, TV Lib­ertésqui se plaint du rôle de Check­News de Libéra­tion dans la cen­sure qui l’affecte sur Face­book –, et même l’Obser­va­toire du Jour­nal­isme.

Facebook censure Génération Identitaire

Cer­tains thèmes sem­blent par ailleurs assez sys­té­ma­tique­ment cen­surés par Face­book. C’est par exem­ple apparem­ment le cas de toute présen­ta­tion du mou­ve­ment Généra­tion Iden­ti­taire sous un angle posi­tif et de toute présen­ta­tion cri­tique du sort qui leur est réservé par les médias et l’appareil politi­co-judi­ci­aire. On peut lire l’appel lancé à l’Union européenne et à la Com­mis­sion en anglais sur le site de la FEJ. Dans ce texte, il est en gros demandé à l’UE d’adopter le genre de régu­la­tions que l’on trou­ve en France dans cette fameuse loi Avia qui vient d’être large­ment rejetée par le Con­seil con­sti­tu­tion­nel. Les régu­la­tions mis­es à la poubelle par notre Con­seil con­sti­tu­tion­nel risquent donc de nous revenir par la fenêtre depuis Brux­elles avec les encour­age­ments d’associations de jour­nal­istes !

Le Covid comme prétexte

La Fédéra­tion européenne des jour­nal­istes explique toute­fois son appel par le fait qu’on aurait assisté à une vague de dés­in­for­ma­tion depuis le début de la pandémie de Covid-19, avec « des con­séquences sur les efforts de san­té publique ». « La crise du COVID a accéléré et ampli­fié l’impact de la dés­in­for­ma­tion en ligne, par­fois avec des con­séquences mortelles », écrit la FEJ dans son appel aux autorités européennes sans citer de cas par­ti­c­uli­er et sans rien dire sur les cas avérés de dés­in­for­ma­tion sur cette pandémie par les autorités publiques et les grands médias.

La FEJ et la Hongrie : double langage

L’Obser­va­toire du Jour­nal­isme a déjà relevé il y a quelques jours le para­doxe de voir une fédéra­tion d’associations de jour­nal­istes deman­der d’accentuer la lutte con­tre la dés­in­for­ma­tion en intro­duisant des sanc­tions con­tre les médias soci­aux qui man­queraient de dili­gence quand il s’agit de faire le tri entre les infor­ma­tions à dif­fuser et celle qui ne doivent pas l’être, plutôt que de s’inquiéter de la cen­sure poli­tique et idéologique qui se développe depuis plusieurs années sous cou­vert de chas­se aux « fake news ». Mais il y a un deux­ième para­doxe, et de taille, dans l’attitude des organes dirigeants très poli­tique­ment cor­rects de cette FEJ : le 31 mars, la même Fédéra­tion européenne des jour­nal­istes exigeait de l’UE qu’elle con­damne la Hon­grie pour avoir intro­duit avec l’état d’urgence anti-COVID la pos­si­bil­ité de pour­suiv­re et d’emprisonner les per­son­nes qui dif­fuseraient inten­tion­nelle­ment des infor­ma­tions qu’elles savent fauss­es et qui seraient de nature à gên­er la lutte con­tre la pandémie ou à semer la panique dans la pop­u­la­tion. L’état d’urgence hon­grois est aujourd’hui levé et per­son­ne n’a été mis en prison au titre de cette loi. En effet, même s’il y a bien eu quelques arresta­tions, elles n’ont pas don­né lieux à des pour­suites et les per­son­nes con­cernées ont immé­di­ate­ment été relâchées. Car con­traire­ment aux sanc­tions que demande la FEJ con­tre les médias soci­aux qui ne lut­teraient pas suff­isam­ment effi­cace­ment con­tre la « dés­in­for­ma­tion », les sanc­tions prévues dans la loi hon­groise néces­si­taient de pass­er par les tri­bunaux pour pou­voir les met­tre en œuvre.

En revanche une recherche Google avec le mot-clé « Avia » sur le site de la FEJ ne donne aucun résul­tat. Ces gens qui deman­dent plus de cen­sure en Europe n’ont apparem­ment jamais lancé d’appel con­tre l’adoption de la loi Avia en France, ce qui peut tout de même sur­pren­dre de la part d’une organ­i­sa­tion de jour­nal­istes.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.