Accueil | Actualité de l'Ojim | Facebook, la censure estivale en douce
Pub­lié le 22 juillet 2019 | Éti­quettes : , , ,

Facebook, la censure estivale en douce

Alors que la loi Avia qui va mettre une pression maximale sur Facebook pour censurer les « discours de haine » (comprendre tout propos un peu contraire aux intérêts du monde libéral libertaire) n’est pas encore mise en application, l’Observatoire vient d’observer un cas de censure silencieuse sur un de ses articles.

Le 6 juillet 2019 nous publiions une tribune libre d’un de nos lecteurs sur Alain Duhamel. Une tribune critique mais aucunement grossière et reposant sur des faits : sa carrière universitaire, ses relations avantageuses, sa légion d’honneur. Exprimant donc des opinions sur un homme public exerçant dans le domaine des médias depuis … certains diraient depuis toujours.

Depuis le 22 juillet 2019 au matin, tous les post du réseau social comportant un lien URL vers l’article (y compris celui de la page Facebook de l’Ojim) ont été discrètement supprimés, et la mise en ligne de tout post contenant ce lien URL est désormais techniquement impossible.

On peut supposer que Alain Duhamel a des amis, des amis qui « signalent » à Facebook un contenu « dangereux » ou « extrémiste » ou « de haine », contraire aux standards de la « communauté » et autres « valeurs » de Facebook. Pour les valeurs d’Alain Duhamel, ce sont les mêmes que celles du réseau social, il suffit de relire notre tribune pour comprendre lesquelles. Bon été quand même.

Pour passer outre la censure, abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim.

Voir aussi

Une brève histoire de la censure

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This