Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
BlueSky et Mastodon, le flop des concurrents de X

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

11 mai 2024

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | BlueSky et Mastodon, le flop des concurrents de X

BlueSky et Mastodon, le flop des concurrents de X

Temps de lecture : 2 minutes

BlueSky et Mastodon ne semblent pas près de remplacer X.

Mastodon, pas un mastodonte

Le mastodonte est un mam­mifère fos­sile proche de l’éléphant. Dans le lan­gage courant c’est devenu un nom définis­sant une per­son­ne cor­pu­lente ou un véhicule volu­mineux. Quand le réseau Mastodon a été créé en 2016, par un jeune développeur alle­mand Eugen Rochko, il voulait sans doute attein­dre la taille d’un éléphant, au moins un petit.

Sans but lucratif, on peut y pub­li­er des posts ou des « toots » atteignant 500 car­ac­tères avec la pos­si­bil­ité d’adjoindre des images ou des vidéos. L’entreprise dit ne pas recueil­lir de don­nées d’utilisateurs. Lors des polémiques qui ont suivi le rachat de Twit­ter par Musk, Mastodon a vu une cer­taine afflu­ence de nou­veaux util­isa­teurs, notam­ment de gauche, por­tant le nom­bre de ceux-ci à un peu plus de deux mil­lions. De vir­u­lentes cri­tiques à l’égard de Mastodon et de ses util­isa­teurs n’ont d’ailleurs pas tardé, en prove­nance du camp con­ser­va­teur améri­cain. Début 2024 Mastodon compte à peine un mil­lion d’utilisateurs act­ifs, une poussière.

Bluesky, le ciel se couvre

C’est Jack Dorsey, l’ancien PDG libéral lib­er­taire et censeur de Don­ald Trump qui avait imag­iné en 2019 un réseau social décen­tral­isé joli­ment appelé Bluesky, un coin de ciel bleu numérique. L’entreprise avait été financée par Twit­ter jusqu’à son rachat par Musk en 2022.

Lancé offi­cielle­ment début 2023 Bluesky n’enregistre à fin avril 2024 qu’un peu plus de 1,4 mil­lions d’utilisateurs réguliers con­tre plus de 170 mil­lions pour X, un rap­port de 1 à 120. Jack Dorsey a d’ailleurs fer­mé son compte et quit­té le con­seil d’administration de l’entreprise. Un nuage de plus dans le ciel pas si bleu de Bluesky.

Voir aus­si : Jack Dorsey, le bal des faux culs