Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Hebdomadaires et mensuels : que lit-on à la Une des magazines ? (1)

16 décembre 2017

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | not_global | Hebdomadaires et mensuels : que lit-on à la Une des magazines ? (1)

Hebdomadaires et mensuels : que lit-on à la Une des magazines ? (1)

Le mois de novembre 2017 a été agité en France. Le PAF s’est enflammé dans tous les sens : porcs sur twitter, écriture inclusive, harcèlement, Obono, Plenel et Tariq Ramadan, prières de rue, cigarettes et cinéma, féminisme devenu délirant, réécriture de l’Histoire… Une actualité chargée. Et une occasion pour l’Observatoire de jeter un œil aux couvertures des magazines en fin de mois : sur quoi titrent nos hebdomadaires et nos mensuels fin novembre/début décembre 2017 ?

Le Figaro Magazine ne surprend pas

Le Figaro Mag­a­zine ne sur­prend pas : les élec­tions internes au par­ti Les Répub­li­cains approchent, l’hebdo entérine la vic­toire annon­cée de Lau­rent Wauquiez et présente l’homme poli­tique en Une. La pho­togra­phie est celle d’un jeune pre­mier. Cette fois, Le Figaro Mag­a­zine suit une cer­taine mode : de Macron à l’Autriche, les jeunes gueules d’amour ou têtes de gen­dres idéaux sem­blent devenir l’alpha et l’oméga de la vie poli­tique. En tout cas, sur cette Une Le Figaro Mag­a­zine ne prend guère de risques : pas de sujet qui fâche.

Bien sûr, Wauquiez est par­fois annon­cé dans une cer­taine presse, France Inter par exem­ple, comme un homme de droite « iden­ti­taire » mais per­son­ne n’y croit. Pas même lui. Ni Le Figaro Mag­a­zine du 1er décem­bre. Une telle cou­ver­ture zen du Figaro Mag­a­zine, c’est assez rare pour être remar­qué. L’hebdomadaire est plus sou­vent habitué des cou­ver­tures choc, comme celle-ci datée du 6 octo­bre 2017.

MinuteTout comme Minute, sur sa droite.

Trois titres qui évi­tent le « poli­tique­ment cor­rect » ; une charge con­tre la Com­mis­sion européenne et cette UE qui détru­it l’économie française, ruine l’industrie et pousse nom­bre de citoyens au chô­mage ; le titre d’un arti­cle sur la manière dont un syn­di­cat étu­di­ant islamiste prof­ite du lax­isme des autorités dites laïques pour faire de l’entrisme poli­tique dans les fac­ultés ; un autre sur la manière dont la cul­ture les­bi­enne « a le vent en poupe en Europe ». Patri­o­tisme, racines, iden­tité, décon­struc­tion socié­tale dénon­cée. Tout ce que détes­tent les médias bobos est dans Minute. L’hebdomadaire a rarement bonne presse, les médias offi­ciels préférant le fuir comme la peste.

PolitisDe l’autre côté de l’échiquier poli­tique, si l’on en croit les clas­si­fi­ca­tions offi­cielles : Poli­tis.

L’hebdomadaire des gauch­es dites rad­i­cales se pose les mêmes ques­tions que le Figaro Mag­a­zine au sujet de son pro­pre camp poli­tique, sur un ton et une image plus badin bobo : avec ce « Cha­cun cherche sa voie », et l’organisation des images sur la cou­ver­ture, on aura recon­nu l’affiche du film de Klaplish Cha­cun cherche son chat. Détourne­ment un peu facile sans doute mais qui n’est pas anodin : le mou­ve­ment des vis­ages placés au cen­tre con­duit de Clé­men­tine Autain à Danièle Obono en pas­sant par Jean-Luc Mélen­chon. Comme si la députée proche des Indigènes de la République représen­tait une sorte de « voie » d’avenir. Si tel était le cas, gageons que les tirages et les ventes des mag­a­zines remon­teraient, tant Obono n’a pas son pareil pour la provo­ca­tion. Un autre titre annonce un por­trait de Wauquiez. Au vit­ri­ol. La France qui vient : Obono ver­sus Wauquiez.

Valeurs ActuellesPour Valeurs Actuelles, ce sont juste­ment toutes les Autain et Obono de France et de Navarre qui sont une vraie men­ace. L’hebdomadaire titre, à tra­vers le vis­age d’Audiard et de la bête polémique qui lui a été faite peu avant, sur toutes les ten­ta­tives en cours de décon­struc­tion de la réal­ité.

Début novem­bre, une cer­taine presse libérale lib­er­taire s’était crue oblig­ée d’accuser Audi­ard d’antisémitisme, de col­lab­o­ra­tion etc. Reduc­tio ad hitlerum ten­dance Les Inrocks, rien que de très banal dans les médias offi­ciels. Sauf que ce genre d’accusation fait immé­di­ate­ment le tour des radios et qu’elle est vite assénée comme une vérité indis­cutable. Elle arrive qui plus est en pleine chas­se au mâle blanc européen sur fond de « bal­ance ton porc ».

Valeurs Actuelles apporte dans son numéro de la semaine la preuve de l’engagement résis­tant d’Audiard. Que croyez-vous qu’il advint ? Les médias accusa­teurs cessèrent d’accuser. Relayèrent-ils les argu­ments et preuves apportées par l’hebdomadaire classé à droite ? Que nen­ni ! Pas de fake news cette fois-ci dans la presse offi­cielle, juste des silences tombant à pic. Dans le même temps, les mêmes Inrocks essaient de faire oubli­er la Une con­sacrée peu avant à Bertrand Can­tat, Une à la polémique cepen­dant finan­cière­ment utile, en prenant la défense de l’« enquêtrice la plus pop­u­laire de France », Élise Lucet, dont les émis­sions auraient dit-on été men­acées par un pou­voir poli­tique soucieux de restruc­tur­er l’audiovisuel pub­lic.

L’humour de cette Une peut sem­bler désas­treux, entre comique anti­cléri­cal éculé et raëlisme infan­tile. Notons qu’en ter­mes de cou­ver­ture parais­sant sor­tie en droite ligne du siè­cle passé, Les Inrocks sont con­cur­rencés cette même semaine par L’Obs.

L’hebdomadaire de la gauche caviar voudrait expli­quer pourquoi le min­istre Hulot reste au gou­verne­ment après avoir avalé sa cas­quette. Pas vrai­ment besoin au fond d’un heb­do­madaire pour le devin­er . Que vot­er pour la cou­ver­ture la plus mau­vaise ? Inrocks ? Obs ? À moins que L’Express n’ait pro­posé encore plus nul : les vac­cins sont bien dans l’actualité mais… dif­fi­cile de faire plus mar­ronnier et ten­ta­tive de se rac­crocher aux branch­es d’un lec­torat en raré­fac­tion. Là aus­si, pour sur­vivre, un bon coup de jeu­nisme sem­ble néces­saire. Inrocks, L‘Obs, L’Express… l’état paraît cri­tique, au vu de telles cou­ver­tures.

Heureuse­ment Mar­i­anne vint. À la Une ? Comme Valeurs Actuelles. Tous les sujets qui fâchent depuis le début du mois de novem­bre.

Et tous les sujets qui son­nent juste, en prise directe avec l’actualité con­crète : en ce mois de novem­bre 2017, une cer­taine forme de cen­sure est en effet à l’ordre du jour, sous l’aspect d’offensives visant à décon­stru­ire la langue, les rela­tions hommes/femmes, l’école, l’histoire de la France et de l’Europe… Il est intéres­sant de voir que sur de tels sujets, autrement dit sur des sujets d’une réelle grav­ité, Mar­i­anne et Valeurs actuelles se rejoignent en grande par­tie.

Les mag­a­zines parais­sant actuelle­ment en France sem­blent ain­si divisés en deux caté­gories : ceux qui ne par­lent d’aucun sujet préoc­cu­pant les Français (Inrocks, L’Obs, L’express, Poli­tis… aux cou­ver­tures vides de réal­ité) ; ceux qui, au con­traire, n’hésitent pas à met­tre des mots sur ce qui se passe dans la vie quo­ti­di­enne des Français (Mar­i­anne, Valeurs Actuelles, Le Figaro Mag­a­zine par­fois…). Aux côtés de ces derniers, il con­vient d’ajouter cer­tains men­su­els parus tout début décem­bre, comme Causeur.

Lequel, on le voit, ne craint pas de nom­mer et mon­tr­er le réel quo­ti­di­en du pays dans lequel la presse mag­a­zine s’écrit actuelle­ment. Ou encore ce nou­veau men­su­el, L’Incorrect, qui, en son numéro 4, en appelle au con­ser­vatisme et au sens des lim­ites.

Mar­i­anne, Valeurs Actuelles, Minute, Figaro Mag­a­zine, Causeur, L’Incorrect… Si on ajoute à ces médias des men­su­els comme Le Monde Diplo­ma­tique ou La Nef par exem­ple, il n’est pas inter­dit de penser que, con­traire­ment à ce qui se dit trop facile­ment, il y a bel et bien une presse mag­a­zine ven­dant autre chose que du vide en France. À con­di­tion de ne pas se tromper de ray­on.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).