Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Quand L’Express s’intéresse aux « réinformateurs »
Quand L’Express s’intéresse aux « réinformateurs »

16 août 2017

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Quand L’Express s’intéresse aux « réinformateurs »

Quand L’Express s’intéresse aux « réinformateurs »

Quand L’Express s’intéresse aux « réinformateurs »

[Red­if­fu­sions esti­vales 2017 – arti­cle pub­lié ini­tiale­ment le 12/04/2017]

Devant le succès grandissant de la « réinfosphère », de plus en plus de médias et journalistes se penchent sur ce phénomène qu’ils ont du mal à appréhender.

Mais de la part d’une presse vieil­lis­sante et sin­istrée, la meilleure réponse reste l’at­taque. C’est ce que vient de faire L’Ex­press. Dans un arti­cle du 8 avril 2017, l’heb­do­madaire se glisse « dans la tête des réin­for­ma­teurs ». Citant TV Lib­ertés, Boule­vard Voltaire, Fdes­ouche, Egal­ité & Réc­on­cil­i­a­tion ou encore Breizh-Info, L’Ex­press inter­roge plusieurs fig­ures de la réinformation.

Ain­si peut-on lire des pro­pos très intéres­sants de Char­lotte d’Or­nel­las, jour­nal­iste (entre autres) à Boule­vard Voltaire, expli­quant qu’elle s’est ori­en­tée vers la réin­fos­phère pour pou­voir con­tin­uer à men­er cer­tains com­bats, tel que celui con­tre l’IVG. « Si le fait de défendre des caus­es que je juge impor­tantes m’empêche de tra­vailler au Monde ou à Libéra­tion, je n’ai aucun prob­lème avec ça », explique-t-elle.

De là à l’ac­cuser de jour­nal­isme mil­i­tant, il n’y a qu’un pas, que L’Ex­press n’hésite pas à franchir. Pour­tant, comme le pré­cise plus loin Gabrielle Cluzel, de Boule­vard Voltaire égale­ment, « nous avons tous notre prisme en fonc­tion de qui nous sommes ». Et de rap­pel­er que « quand on sait que les jour­nal­istes votent à gauche à 90%, on se rend bien compte qu’ils ne sont pas représen­tat­ifs de tous les Français ! » Même son de cloche pour Yann Val­lerie, respon­s­able du site Breizh-Info : « Il n’y a pas de jour­nal­isme neu­tre, mais on n’est pas plus mil­i­tants que les autres. »

Pour don­ner la con­tra­dic­tion à ces jour­nal­istes, L’Ex­press dégaine David Doucet, plume des Inrocks et co-auteur de La Fachos­phère. Pour lui, si les réin­for­ma­teurs peu­vent « avoir des inten­tions jour­nal­is­tiques (…) ils obéis­sent avant tout à des intérêts mil­i­tants ». Exem­ple ? « Jamais ils ne pub­lieront un papi­er qui va con­tre­car­rer leur vision idéologique », avance-t-il. Et dans la presse main­stream, on en pub­lie, de tels papiers ? Et Doucet d’a­jouter que « ces sites reprochent aux médias d’être soumis au poli­tique­ment cor­rect, d’avoir une vision biaisée du monde, alors qu’en réal­ité, cette vision biaisée, c’est pré­cisé­ment la leur ».

Ce que L’Ex­press, et David Doucet, ne dis­ent pas, c’est que ce jour­nal­isme de réin­for­ma­tion est juste­ment né d’un ras-le-bol vis-à-vis des médias tra­di­tion­nels, de leur manière de traiter l’in­for­ma­tion ou encore de leur manque évidem­ment de plu­ral­ité. Ain­si ce jour­nal­isme de con­tre-pro­pa­gande présente, lui aus­si, ses erreurs. Qui n’en fait jamais ? « Per­son­nelle­ment, il m’est arrivé de me tromper, mais je n’ai jamais volon­taire­ment pub­lié de fauss­es info pour servir une cause. La reli­gion catholique me pousse à l’ex­i­gence et à l’hon­nêteté. Ça influe sur toute ma vie », explique Char­lotte d’Or­nel­las, très au fait de la réin­for­ma­tion au sujet de la Syrie, sujet ô com­bi­en mal­mené par la presse traditionnelle.

Quoi qu’il en soit, les chiffres sont là. Alors que les médias clas­siques per­dent chaque année des mil­liers de lecteurs, la « réin­fos­phère » a le vent en poupe. L’Ex­press nous le dit : Fdes­ouche a gag­né plus de 53 % de lecteurs en un an, Boule­vard Voltaire plus de 21 %. Une réal­ité implaca­ble, à laque­lle les ten­ta­tives dés­espérées comme le Décodex du Monde ne chang­eront rien…

Voir aussi

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Laurent Solly

PORTRAIT — Énar­que au nez creux et au réseau ten­tac­u­laire, Lau­rent Sol­ly incar­ne plus qu’aucun autre la muta­tion numérique mon­di­al­iste de la haute administration.

Nicolas Demorand

PORTRAIT — Nico­las Demor­and a débuté sa car­rière comme enseignant en lycée pro­fes­sion­nel (Cer­gy) et en class­es pré­para­toires, avant de choisir la voie du jour­nal­isme, en com­mençant comme cri­tique gas­tronomique au Gault&Millau et comme pigiste aux Inrockuptibles.

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.

Gaël Brustier

PORTRAIT — Poli­to­logue né en 1978, Gaël Brusti­er a longtemps lou­voyé entre plusieurs chapelles de la gauche sou­verain­iste, dans l’e­spoir de rénover une sociale-démoc­ra­tie acquise au néolibéralisme.