Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Quand L’Express s’intéresse aux « réinformateurs »

16 août 2017

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Quand L’Express s’intéresse aux « réinformateurs »

Quand L’Express s’intéresse aux « réinformateurs »

[Red­if­fu­sions esti­vales 2017 – arti­cle pub­lié ini­tiale­ment le 12/04/2017]

Devant le succès grandissant de la « réinfosphère », de plus en plus de médias et journalistes se penchent sur ce phénomène qu’ils ont du mal à appréhender.

Mais de la part d’une presse vieil­lis­sante et sin­istrée, la meilleure réponse reste l’at­taque. C’est ce que vient de faire L’Ex­press. Dans un arti­cle du 8 avril 2017, l’heb­do­madaire se glisse « dans la tête des réin­for­ma­teurs ». Citant TV Lib­ertés, Boule­vard Voltaire, Fdes­ouche, Egal­ité & Réc­on­cil­i­a­tion ou encore Breizh-Info, L’Ex­press inter­roge plusieurs fig­ures de la réin­for­ma­tion.

Ain­si peut-on lire des pro­pos très intéres­sants de Char­lotte d’Or­nel­las, jour­nal­iste (entre autres) à Boule­vard Voltaire, expli­quant qu’elle s’est ori­en­tée vers la réin­fos­phère pour pou­voir con­tin­uer à men­er cer­tains com­bats, tel que celui con­tre l’IVG. « Si le fait de défendre des caus­es que je juge impor­tantes m’empêche de tra­vailler au Monde ou à Libéra­tion, je n’ai aucun prob­lème avec ça », explique-t-elle.

De là à l’ac­cuser de jour­nal­isme mil­i­tant, il n’y a qu’un pas, que L’Ex­press n’hésite pas à franchir. Pour­tant, comme le pré­cise plus loin Gabrielle Cluzel, de Boule­vard Voltaire égale­ment, « nous avons tous notre prisme en fonc­tion de qui nous sommes ». Et de rap­pel­er que « quand on sait que les jour­nal­istes votent à gauche à 90%, on se rend bien compte qu’ils ne sont pas représen­tat­ifs de tous les Français ! » Même son de cloche pour Yann Val­lerie, respon­s­able du site Breizh-Info : « Il n’y a pas de jour­nal­isme neu­tre, mais on n’est pas plus mil­i­tants que les autres. »

Pour don­ner la con­tra­dic­tion à ces jour­nal­istes, L’Ex­press dégaine David Doucet, plume des Inrocks et co-auteur de La Fachos­phère. Pour lui, si les réin­for­ma­teurs peu­vent « avoir des inten­tions jour­nal­is­tiques (…) ils obéis­sent avant tout à des intérêts mil­i­tants ». Exem­ple ? « Jamais ils ne pub­lieront un papi­er qui va con­tre­car­rer leur vision idéologique », avance-t-il. Et dans la presse main­stream, on en pub­lie, de tels papiers ? Et Doucet d’a­jouter que « ces sites reprochent aux médias d’être soumis au poli­tique­ment cor­rect, d’avoir une vision biaisée du monde, alors qu’en réal­ité, cette vision biaisée, c’est pré­cisé­ment la leur ».

Ce que L’Ex­press, et David Doucet, ne dis­ent pas, c’est que ce jour­nal­isme de réin­for­ma­tion est juste­ment né d’un ras-le-bol vis-à-vis des médias tra­di­tion­nels, de leur manière de traiter l’in­for­ma­tion ou encore de leur manque évidem­ment de plu­ral­ité. Ain­si ce jour­nal­isme de con­tre-pro­pa­gande présente, lui aus­si, ses erreurs. Qui n’en fait jamais ? « Per­son­nelle­ment, il m’est arrivé de me tromper, mais je n’ai jamais volon­taire­ment pub­lié de fauss­es info pour servir une cause. La reli­gion catholique me pousse à l’ex­i­gence et à l’hon­nêteté. Ça influe sur toute ma vie », explique Char­lotte d’Or­nel­las, très au fait de la réin­for­ma­tion au sujet de la Syrie, sujet ô com­bi­en mal­mené par la presse tra­di­tion­nelle.

Quoi qu’il en soit, les chiffres sont là. Alors que les médias clas­siques per­dent chaque année des mil­liers de lecteurs, la « réin­fos­phère » a le vent en poupe. L’Ex­press nous le dit : Fdes­ouche a gag­né plus de 53 % de lecteurs en un an, Boule­vard Voltaire plus de 21 %. Une réal­ité implaca­ble, à laque­lle les ten­ta­tives dés­espérées comme le Décodex du Monde ne chang­eront rien…

Voir aussi

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.

Stéphane Kenech

PORTRAIT — Stéphane Kenech, ou l’histoire d’un jour­nal­iste d’images rêvant de s’ac­com­plir dans le reportage de guerre et d’in­ves­ti­ga­tion. Dans cette voca­tion en devenir, il se pas­sionne pour la Syrie au tra­vers de deux caus­es : le retour des dji­hadistes en France et la lutte con­tre le régime syrien. Par­fois au risque d’y oubli­er la déon­tolo­gie et de met­tre en dan­ger ceux qui lui font con­fi­ance.